A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) "Envoi? : décollage réussi...

Date Fri, 1 Jul 2005 13:14:34 +0200 (CEST)


Dans le précédent numéro de notre journal (Le combat syndicaliste en midi
pyrénées), un groupe de salariés de l?entreprise d?insertion ENVOI nous
faisait part de ses problèmes en dépassant ses peurs. Toujours en contact
avec la CNT-AIT, ils continuent à s'exprimer avec force.
---------------------------------------------------------------------------

CNT : La dernière fois, vous nous avez présenté ENVOI et dénoncé un
certain nombre de vos difficultés. Aujourd'hui, vous allez plus avant ?

Salariés d'Envoi : Oui, parce que nous prenons confiance en nous. Vous
savez, parler est très difficile : nous vivons dans la peur permanente de
perdre notre emploi, même s'il ne peut durer que deux ans?

CNT : La peur permanente, pourquoi ?

Salariés d'Envoi : Chez ENVOI, on n'a pas vraiment le droit à la parole.
Si on n'est pas d'accord avec la Direction, c'est vite fait : le contrat
n'est pas renouvelé. La plupart d'entre nous ont, en effet, des contrats
renouvelés de trois mois en trois mois. Au bout de 24 mois, de toute
façon, c'est fini, car les contrats d'insertion ne vont pas plus loin.
Alors on se retrouve à l'ANPE et on recommence?

CNT : L'ANPE ? Mais ENVOI ne prévoit rien pour ses salariés en fin de
contrat ?

Salariés d'Envoi : Pas vraiment. Lorsqu'on nous accueille, on nous parle
d'insertion. Mais ce n'est qu'un mot vide. Rien ne suit. On ne rencontre
les accompagnateurs sociaux que quelques jours avant le départ définitif.
A ce moment là, ils se contentent de nous demander quel est notre projet
personnel. Comment voulez-vous avoir un projet personnel quand vous ne
pouvez même pas consulter les annonces de l'ANPE parce que vous travaillez
7 ou 8 heures par jour et qu'on ne vous accorde pas les formations que
vous pourriez suivre ?

CNT : Comment cela ? Un salarié en insertion est toujours un demandeur
d'emploi, même s'il n'est pas indemnisé par les ASSEDIC. A ce titre, il
bénéficie d'un certain nombre de mesures propres à faciliter son retour à
un emploi stable.

Salariés d'Envoi : Ca, c'est la théorie. Dans la pratique, ENVOI est une
entreprise ?parking? qui sert d'alternative à l'ANPE, le temps d'un CDD
Insertion. On n'a pas le droit de consulter les annonces de l'ANPE sur
internet, donc pas le temps de chercher un vrai travail. Quand, par
chance, on a réussi à s'informer et qu'on envisage une formation, la
réponse de la Direction est négative? parce que, pendant ce temps là, on
n'est plus là pour travailler et qu'on coûte de l'argent à ENVOI.

CNT : Mais, comme toutes les entreprises d'insertion, ENVOI touche des
subventions. Vous voulez dire que cet argent ne sert pas ?

Salariés d'Envoi : L'argent qu'ENVOI touche ? Il parait que les caisses
sont vides et qu'il n'y a plus de quoi payer les salaires. Mais c'est
difficile à croire et effectivement, on se demande bien à quoi il peut
servir. Peut-être à louer des nouveaux locaux 8000 euros par mois et à les
meubler entièrement de neuf? Ou alors à financer un scanner qui sert au
fils du Directeur à qui ENVOI sous-traite du travail. Mais c'est là une
autre histoire dont nous parlerons une prochaine fois ! En tous cas,
l'argent ne va pas assez aux formations !

Les accompagnateurs sociaux ne nous aident pas plus pour chercher un
appartement, que pour nous passer le permis ou pour trouver notre voie
pour l'avenir. Ils ne proposent rien. C'est à se demander s?ils savent à
quoi correspondent les postes sur lesquels nous sommes.

Quand on nous envoie chez AIRBUS, par exemple, on nous décrit une tâche à
accomplir qui, bien souvent, ne correspond pas à la réalité. On peut être
embauché comme "employé bureautique" et s'occuper du personnel, de la
gestion paye ou de la mise à jour des documents.

Quand l'accompagnateur social vient nous voir, il se contente de nous
demander si tout va bien. Bien sûr, on répond que oui, même lorsque l'on a
des difficultés. Finalement, c'est beaucoup plus facile de parler avec l?
encadrement sur place. Il est plus humain et compréhensif. Ceux d'entre
nous qui ont trouvé des CDI l'ont fait directement avec lui. AIRBUS
prolonge souvent les contrats, même après les 24 mois de CDD Insertion.

CNT : Qu'est-ce que vous entendez par "prolonge les contrats" ?

Salariés d'Envoi : Au bout des 24 mois, il arrive qu'AIRBUS ait toujours
besoin de nous. Dans ce cas-là, ENVOI nous propose un CDD de régime
général. On est sorti de l'insertion.

CNT : Mais, si ce n'est plus de l'insertion, c'est de l'intérim ?

Salariés d'Envoi : Oui, certainement. ENVOI continue à assurer la
prestation pour AIRBUS et nous à travailler.

Quand on a besoin de manger, on ne se demande pas si c'est de l'intérim ou
non. On râle juste parce qu'on est très sous-payés. Même lorsqu'AIRBUS est
satisfait de notre travail et augmente la prestation, il faut attendre
longtemps pour que la feuille de paie suive. Certains d'entre nous sont
ingénieurs et ne touchent que 1100 euros net par mois?

Et puis, il y a aussi la question des jours de congé donnés par AIRBUS :
quand le personnel d'AIRBUS fait un "pont", les jours correspondants nous
sont offerts, parce que payés à ENVOI. Mais ENVOI nous impose de poser des
jours de congé ou des RTT. Il faut s'opposer à la Direction pour obtenir
ce qui est dû? Et, comme on vous le disait, on a peur de perdre sa place?

Mais il n'y a pas que chez AIRBUS qu'il y a des salariés ENVOI qui ne
relèvent pas de l'insertion. Chez certains sous-traitants du CNES, ENVOI a
des " bac+10 "...

CNT : Revenons sur la question de l'accompagnement social. Combien y
a-t-il d'accompagnateurs sociaux chez ENVOI ?

Salariés d'Envoi : Deux. En fait, c'est un, plus une assistante.

CNT : Et combien de postes équivalents temps plein ?

Salariés d'Envoi : Plus de 50.

CNT : Le conventionnement de l'insertion impose davantage d'accompagnement
social. Vous pensez qu'ENVOI bénéficie d'un régime particulier ?

Salariés d'Envoi : Un régime de faveur, certainement. Vous savez ENVOI a
deux parrains : la Mairie de Toulouse et AIRBUS.

CNT : Mais les agréments sont donnés en Commission Départementale où tous
les intervenants de l'Insertion sont présents, parmi lesquels l'État, via
le Préfet et la DDTE, le Conseil général, le Conseil régional, l' UREI
(Union Régionale des Entreprises d'Insertion)?

Salariés d'Envoi : Peut-être, mais chez ENVOI, la Direction se vante
toujours de faire ce qu'elle veut.

CNT : Voilà beaucoup de choses de dites. Cette fois, vous vous lancez
vraiment dans l'expression de vos difficultés ?

Salariés d'Envoi : Oui, peut-être qu'on est en train de vaincre notre
peur. Certains d'entre nous sont déjà allés se plaindre à l'Inspection du
Travail ; des procès aux Prud'hommes sont en cours, dont un gagné pour
licenciement rétroactif !

Pour nous aussi, en quelque sorte, c'est un décollage réussi, comme pour
l'A380, le "petit" dernier de notre parrain.

Il fallait commencer à parler. Maintenant, on ira au bout, ensemble.

Pour rcevoir gratuitement et sans aucun engtagement notre journal, vous
pouvez envoyer un mot avec votre adresse à :

CNT AIT
7 rue St Rémésy
31000 TOULOUSE

Tel 05 61 52 86 48

contact(a)cnt-ait.info

______________________________________________
Actualité de l'Anarcho-syndicalisme
http://liste.cnt-ait.info
http://cnt-ait.info
Contact(a)cnt-ait.info






_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center