A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Courant alternatif # 146 - fevrier 2005

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 11 Feb 2005 09:23:16 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

*** SOMMAIRE
- Edito p. 3
INTERNATIONAL
- Un tsunami qui peut rapporter gros
SERVICES PUBLICS
- Repenser l'utilité sociale
- L'Mouvement: "Offensive", trimestriel libertaire
ECOLE
- Loi Fillon d'orientation pour l'éducation
- Livres
- Courrier
SOCIAL
- Travailler plus et gagner moins, avec le MEDEF et l'UMP c'est possible!
- La Confédération Européenne des Syndicats et le Traité de Constitution
EuropéenneREPRESSION
- Nous voulons la libération de tous les militants d'Action Direct
- Rubrique Flics et Militaires
INTERNATIONAL
- Pays basque : L'actualité politique se précipite
- L'Mouvement: L'Insurgé, nouveau groupe en région parisienne
- Bréves

*** EDITO

Certains n'hésitent pas à comparer la période actuelle avec les années
Thatcher en Grande Bretagne au cours desquelles la dame de fer a mené une
politique de saccage social brutale et sans concession. Le mouvement
ouvrier britannique ne s'en est toujours pas remis.
Force est de constater que le gouvernement Raffarin a fait sienne la
devise « ça passe ou ça casse ! » en entreprenant une politique de
privatisation et de libéralisation de très grande ampleur, quitte à
s'attirer une impopularité record. Conformément au mandat que lui a donné
le MEDEF les cibles tombent les unes après les autres : Poste, SNCF,
Santé, sécurité sociale, éducation nationale (voir article page 9), etc.
C'est la curée, la dernière ruée des capitalistes aux dents longues, prêts
à se jeter sur la moindre parcelle de ce qui subsiste de secteur échappant
un tant soit peut au marché. Le signal vient d'en haut. Depuis les années
80, tous les gouvernements successifs ont participé à la distribution
généreuse des services publics les plus rentables aux capitaux privés
(voir article page 6). Il serait parfaitement illusoire d'en appeler à la
sainte « République » pour sauver ce qui reste d'Etat providence.
Cette même république française se trouvera de toute façon d'ici peu
volontairement pieds et poings liés à un traité constitutionnel européen
consacrant en principes fondamentaux les tables de la loi du marché (voir
article page 14). Tous les secteurs de l'activité humaine devront se
conformer prochainement, de gré ou de force, aux règles du capitalisme,
même si cela doit passer par la remise en cause de dogmes soigneusement
élaborés au cours des années, comme celui de la fermeture des frontières
aux travailleurs immigrés. En réalité, cette soit disante fermeture n'a
jamais été qu'une illusion, l'Etat organisant sciemment la précarité des
étrangers par l'élaboration subtile d'un système juridico-administratif
fabriquant en grand nombre des sans papiers privés de tous droits.Cette manière de fonctionner ne semble plus satisfaire les appétits des
employeurs, puisque les déclarations sur l'ouverture de quotas d'immigrés
se sont multipliées récemment. A l'échelon national, l'inévitable Sarkozy
— porte parole du MEDEF par l'intermédiaire de son frère Guillaume qui est
lui-même n°2 du syndicat des patrons — a mis le pied dans le plat le
premier en se déclarant favorable à l'entrée de nouveaux immigrés selon
des quotas repartis par nationalité et par compétence professionnelle.Le doigt sur la couture du pantalon, le Parti Socialiste, par
l'intermédiaire de Malek Boutih, s'est aussitôt rangé à cette idée
géniale. Le ministère de l'intérieur a commandé un rapport pour la fin du
mois de février devant établir les besoins de l'économie française en main
d'œuvre étrangère. Enfin, la commission européenne s'est lancée elle-même
dans une réflexion très aboutie de quotas d'immigrés utiles pour la bonne
marche de l'économie de l'union. Il ne faut pas voir dans cette nouvelle
orientation un changement radical de politique et encore moins une
victoire dans la lutte pour la libre circulation. Les étrangers concernés
seront sélectionnés de manière rigoureuse comme au bon vieux temps des
marchés aux esclaves, puis exploités le temps d'un contrat de travail
précaire, avant d'être instamment invités à quitter le territoire.
La relance du discours sur les quotas d'immigrés n'arrive sans doute pas
par hasard au moment où l'on parle également de plus en plus ouvertement
du coût trop important du travail en France. Remise en cause des 35h (voir
article page 13), menaces régulières de délocalisation, viennent
constamment nous rappeler que la main d'œuvre coûte moins cher ailleurs.
Désormais, elle pourrait également coûter moins cher ici même par une
habile mise en concurrence des travailleurs nationaux avec les
travailleurs étrangers.
OCL Paris
le 30 janvier 2005

OCL c/o clé des champs,
BP 20912, 44009 Nantes cedex 1
http://oclibertaire.free.fr/
oclibertaire(a)hotmail.com



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html



A-Infos Information Center