A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Ils attaquent la semaine des 4 jeudis !

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sun, 6 Feb 2005 22:47:17 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

ILS ATTAQUENT LA SEMAINE DES 4 JEUDIS !
Les temps mystifiés

“Le temps est tout, L’homme n'est plus rien ;
il est tout au plus la carcasse du temps”
Marx, Misère de la philosophie (1847)

Une manif virtuelle pour une contestation virtuelle

Les syndicats appellent à des grèves en ordre dispersé (le 18 janvier à
La Poste, le 19 janvier à la SNCF et à EDF-GDF, le 20 à l'Education
nationale et pour l'ensemble des fonctionnaires), n’ayant d'autres
résultats que de mettre en spectacle l’impuissance ambiante. On frustre
la colère, on la contient, on l'empêche de s'exprimer, en organisant des
manifestations plan-plan et en lançant des mots d'ordre contradictoires :
ils associent délibérément la défense des 35 heures à l'augmentation des
salaires... alors qu'un des effets principaux de cette loi a été
justement un gel des salaires. En revanche, quand il y a un contenu réel,
une hargne d'en découdre qui ne se réduit pas à défendre des "acquis” qui
ont cessé d'exister, une envie réelle de trouver d'autres solutions et
d'autres moyens pour se sortir de ce malaise, les syndicats sabotent le
mouvement social, comme cela a été vu avec les enseignants au printemps
2003 ! Le seul contenu de ces manifestations saucisson qu'ils organisent,
est de nous amener aux élections ! le seul échappatoire qu'on nous
propose est de voter pour ceux-là même qu'il y a quelques années nous
avaient habilement imposé les “35 heures” en échange d'un salaire qui
n'évoluerait plus et d'embauches qui n'ont jamais eu lieu, un partage de
la misère en quelque sorte.

“L'exploitation, c'est quand vous voulez, où vous voulez !”

Que sont les “35 heures” sinon, pour la plupart d'entre nous, la semaine
des 4 jeudis ? Une dégradation accélérée des conditions de travail par
son intensification et un appauvrissement réel. L'annualisation du temps
de travail, c'est sa flexibilité accrue, c'est l'obligation pour les
salariés à travailler au rythme de la production et selon les contraintes
de l'entreprise (travail de nuit et le week-end) ; c'est aussi une
réorganisation complète et efficace de l'organisation des tâches pour
augmenter la productivité du travail, avec en prime une chasse au temps
morts, aux temps de pause, aux postes " doublons", à l'absentéisme et, au
final, une pression temporelle toujours plus forte pour répondre aux
délais de production ou aux clients. Cette loi n'a fait qu'accentuer la
multiplication des emplois au rabais, précaires, payés au rendement ou à
la tâche dans un contexte de progression constante du nombre d'accidents
du travail dans certains secteurs comme le BTP ou les services.
Les “35h de gauche”, c'est la combinaison de la flexibilité induite par
l'annualisation du temps de travail et du blocage des salaires. Ce “pas
de gauche” est suivi du “pas de droite” que dénoncent aujourd'hui les
syndicats. Il n'est pourtant que le prolongement du mouvement que la
gauche a initié : un assouplissement encore accru de la gestion de la
durée du travail et un asservissement total des salariés aux variations
de la production.

Cela a commencé par 35h payées 39 (mais sans augmentation de salaire),
puis, très vite pour les nouveaux salariés, cela a été 35h payées 35 ;
dans l’avenir, ce sera pour beaucoup 37h payées 35, etc. Et, dans tous
les cas, sans augmentation de salaire. Etant donné que cela ne suffit
pas, le décret sur le lundi de Pentecôte introduit le travail gratuit
d'une journée par an (comme dans les anciens pays dits socialistes).
Enfin, la nouvelle loi sur les retraites, c'est l'injonction et
l'obligation de travailler plus longtemps soi-disant pour “sauver les
retraites”. Notons que nous vivons une époque où faut tout “sauver”, les
retraites, la sécu, les emplois et même les 35 heures ! De fait, à
l'allure où vont les restructurations et les licenciements, on ne nous
donnera pas l'occasion (bien qu'on en n'ait franchement pas l'envie) de
travailler après 60 ans : on nous montrera la sortie avant en nous disant
de nous débrouiller pour survivre avec une retraite de misère.
D'ailleurs, “Pensez à souscrire votre PERP - Plan d'Epargne Retraite
Populaire - dès aujourd'hui !”, nous dit la Poste, banque nouvelle mode.

Le temps nous échappe de plus en plus

Si nous nous abîmons toujours au travail, nous sommes aussi de plus en
plus dépossédés de la maîtrise de notre temps, pour le peu qu'il nous
reste de temps non déterminé, d'une manière ou d'une autre, par la
société capitaliste dans laquelle nous vivons. Avant l'industrialisation,
l'activité en général était la mesure du temps ; avec le capitalisme, le
rapport s'est inversé : c'est le temps qui devient la mesure du travail…
et du non-travail. Nous sommes devenus la “carcasse du temps” industriel.
Et ce temps industriel nous marque physiquement, dans notre propre corps
: combien sont ceux qui font les “3 / 8” et/ou travaillent de nuit et
n'arrivent plus à trouver le sommeil bien avant d'arriver à la retraite ?
Combien sont ceux qui “tiennent le coup” pendant des années à des rythmes
infernaux et dont le corps lâche une fois “libéré” du travail ?

Et dans le même temps, on ose nous proposer des loisirs, du prétendu
“temps libre” parce qu'il serait séparé de l'univers du labeur. Le temps
de loisir est depuis toujours un temps de consommation et de défoulement
soumis aux mêmes rythmes, aux mêmes principes de rentabilité que celui de
la production. L'INSEE ne mesure-t-elle pas les “budgets-temps des
ménages” ? Les entreprises ne proposent-elles pas à leurs salariés des
“comptes-épargne-temps” pour “capitaliser” du temps libre ? Cette
valorisation-dépossession du temps prend des allures idéologiques quand
elle se targue de nous offrir une “autonomie” croissante et des
“potentialités de réalisation de soi” au travail et dans la vie. Cette
séparation apparente entre le temps de travail et celui dit “libéré” n'a
jamais existé depuis la naissance du capitalisme.

De nouveaux acquis sociaux ?...
le guichet des réformes est fermé !

Le slogan “Travailler moins pour travailler tous et vivre mieux !” est
finalement bien plus qu'une mascarade. Le problème n'est plus aujourd'hui
de revendiquer une réduction toujours plus grande du temps de travail. En
ce sens, nous avons bel et bien changé d'époque. Les grèves du printemps
2003 ont au moins eu le mérite de nous faire comprendre une chose : nous
sommes entrés dans une nouvelle période, où on ne peut plus vraiment
obtenir de réformes, de nouvelles protections, de nouveaux droits ; face
à cela, les dernières luttes en sont réduites pour le moment à tenter de
les conserver… Nous commençons à nous rendre compte qu'il est plus
difficile de récupérer des droits perdus que d'en gagner de nouveaux. Et
nous aurions à en récupérer à la pelle vue la succession, concentrée dans
le temps, d'attaques sociales que nous subissons depuis quelques années,
ici comme ailleurs. Nous sentons tous, même si nous n'arrivons pas
toujours à l'exprimer ni encore à en tirer les conséquences, que ce
système dans lequel nous vivons n'a plus rien à nous offrir qu'une
dégradation de nos conditions d'existence, des guerres, des désastres,
une régression sociale généralisée ; qu'il nous divise et nous oppose
chaque jour encore plus ici même et avec les travailleurs du monde
entier. Face à cela, nous n'avons surtout pas besoin de spécialistes qui
décident à notre place ou qui nous exhortent à leur obéir (comme un
syndicat départemental d'EDF-GDF qui écrit récemment : “Vous voulez que
vos syndicats soient efficaces… Alors comme dans toutes bonnes armées,
obéissez à leurs mots d'ordre. Citoyens de la France d'en bas (sic), ne
manquez pas l'action du 5 février.”).
Par contre, nous avons besoin de comprendre pourquoi, autour de nous, le
malaise social grandit, pourquoi nous sommes de plus en plus nombreux à
ne plus pouvoir payer notre loyer même en travaillant à temps plein,
pourquoi les générations futures n'auront rien à espérer que de survivre
dans un monde qui nous dépossède déjà de tout, notamment de notre temps…

Cherchons plutôt de nouvelles perspectives… pour ne plus être “la
carcasse du temps”, pour nous réapproprier enfin notre mémoire,notre
histoire, notre vie !

Oiseau-tempête
21 ter rue Voltaire 75 011 Paris
oiseau.tempete@internetdown.org
http://oiseautempete.internetdown.org
(le n°11 de la revue Oiseau-tempête est toujours disponible...)




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html



A-Infos Information Center