A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ATTAC 45 et les Amis du Monde diplo : pour soutenir une SARL, c'est la lutte des places

Date Wed, 24 Aug 2005 14:50:29 +0200 (CEST)


ATTAC 45 et les Amis du Monde Diplo :
Pour soutenir une SARL, c?est la lutte des places !

Derrière les discours radicaux des anti-néo-libéraux et altermondialistes
citoyennistes, il y a des pratiques plus conciliantes. La lutte déclarée
au libéralisme économique et à l?uniformisation culturelle prend alors une
tournure anti-lutte de classes ; et devant l?objectif ultime de la Culture
et de sa promotion militante, certains supportent finalement
l?exploitation salariale et ses extravagances.

Pour illustrer cette posture, nous allons revenir sur ce qui s?est passé
à Orléans autour d?un cinéma, où une partie du mouvement social, culturel
et associatif orléanais, notamment ATTAC 45 et le groupe local des Amis du
Monde Diplomatique (AMD), s?est arrangé de pratiques patronales bien
concrètes.

Quand l?ancienne SARL gérante du cinéma Les Carmes d?Orléans a eu des
difficultés financières (dès 2001 jusqu?à son départ d?Orléans en automne
2004), les seules réponses d?ATTAC 45 puis des AMD furent de demander des
subventions publiques pour renflouer cette entreprise ; à aucun moment ces
associations dites militantes n?ont pris la peine de rencontrer les
salariés pour avoir leur point de vue. Et en août 2004, quand cette même
entreprise privée dite culturelle a licencié un de ces salariés pour faute
grave, à la suite d?une grève (engagée les 28-29 juillet 2004) considérée
par l?ancien patron du cinéma comme ?injustifiée? (sic)... puis ?illicite
et abusive?, il n?y a eu aucune réaction de ces associations
altermondaines. Celles-ci, ne souhaitant certainement pas revenir sur leur
soutien public à l?ancien exploitant des lieux, poursuivirent leurs
partenariats avec ce cinéma et avec la nouvelle direction.

DES SUBVENTIONS POUR UNE (ENTREPRISE) CULTURELLE...

Ouvert depuis novembre 1999, le cinéma Les Carmes revendiquait
légitimement sa spécificité cinématographique et d?offres culturelles, et
est devenu progressivement un lieu important de l?activité
socioculturelle orléanaise (globalement faiblarde). Beaucoup
d?associations ont recours à ce cinéma pour des soirées-débats.

Quand il s?est agi dès 2001 de demander des subventions publiques pour la
société Eden Carmes, alors en difficulté économique (difficultés qui n?ont
jamais vraiment cessé durant toute la période d?activité de cette PME de
10 salariés), les raisons invoquées pour ce soutien par les associatifs de
gauche ou altermondialistes se paraient des attributs typiques du
clinquant combat anti-libéral défendant la diversité
culturelle et son accessibilité à tous. Cette entreprise
cinématographique était explicitement considérée par eux comme un bastion
de l?anti-néo-libéralisme, un symbole de résistance culturelle. Bref, le
cinéma des Carmes, avant d?être une entreprise privée était surtout pour
le milieu militant local un lieu de résistance culturelle, et à ce titre
méritait bien d?être renfloué par de l?argent public.

On aurait pu penser que les associations militantes apportant leur
soutien (notamment Attac 45 lors de la campagne de 2001, et en novembre
2003 le nouveau groupe local des AMD), auraient au moins exigé (en bons
anti-libéraux) un suivi de la gestion de l?entreprise subventionnée. Mais
il semble que l?estampille ?résistance? attribuée communément à ce cinéma
leur a amplement suffit comme garantie. Et il n?a donc encore moins été
question pour ces associations altermachin, de proposer des alternatives
(hé oui!) possibles (association, coopérative, ...) concernant
l?exploitation de ce cinéma.

...ET LA CULTURE (D?ENTREPRISE).

Passe encore cette faiblesse politique des citoyennistes, heureux de
pouvoir disposer d?un lieu de choix pour s?autocongratuler et faire leur
autopromotion à partir de films ?qui dénoncent?, en l?absence de réaction
des salariés de l?entreprise leur offrant ce service. Mais une partie de
ces salariés était tenu à l?écart aussi bien des informations sur le
devenir du cinéma que sur son animation (tout en oeuvrant à son
exécution), ils acceptaient tant bien que mal des pratiques patronales
paternalistes et individualisantes, et certains d?entre eux avaient à en
redire sur la gestion de ce cinéma.

Or il se trouve que ce sont les 3 indignes employés de cette fameuse
entreprise de résistance culturelle, ayant finalement osé courant 2004
exprimer publiquement leur mécontentement et agir collectivement pour
imposer leurs droits de salariés, qui ne travaillent plus dès l?automne
2004 dans ce haut lieu ?de résistance?. Les 3 ex-salariés du cinéma
orléanais s?étaient remués face à leur condition de travail et avaient
espéré un minimum de soutien (au moins moral) de la part du milieu
militant orléanais, notamment des associations impliquées dans un
partenariat avec leur cinéma. Ils ont osé dire dans un texte (Rappels aux
spectateurs, début juillet 2004) leur mécontentement sur leur situation,
et en appelaient aussi à la vigilance des spectateurs pour qu?ils ne
tombent pas dans une logique de consommateurs. 2 salariés se sont mis en
grève les 28-29 juillet 2004, contestant l?aménagement du travail
estival. C?est au moins un mois après que ces trois énergumènes sont
sortis de l?effectif salarial du cinéma ( juste avant le changement de la
société exploitante (sic) . Ils ont disparus de l?équipe dans des
conditions différentes mais quelque peu originales pour au moins deux
d?entre eux : 1 licenciement pour faute grave le 30 août 2004 motivé par
la grève, 1 congé sans solde ... démissionné (démission fixée au 31 août
2004) sur un CDI transformé en CDD (fin de contrat fixée au 15 septembre
2004), 1 vraie démission datée du 22 septembre 2004.

Ces pratiques patronales peu reluisantes (et peu respectueuses du droit
du travail) de l?entreprise culturelle orléanaise d?alors, ne sont pas une
exception de ce lieu de ?résistance?. La situation est comparable
notamment dans les très engagés cinémas Utopia (autre SARL). Ainsi à
Utopia Toulouse, la réunion d?équipe du 25 novembre 2004, révèle le
licenciement en cours de deux salariés dont les motifs, tenez vous bien,
sont pour l?un ?un déficit d?heures de travail d?un délégué du personnel?
et pour l?autre le manque ?d?un minimum de conscience politique?. D?après
un collectif d?anciens salariés de l?entreprise de résistance culturelle
toulousaine, les conditions de travail contraignent au surinvestissement
personnel et au bénévolat ; il font constater entre autres qu?il y a eu
?25 départs en juin 2002 et octobre 2004. Départs protéiformes qui,
exception faite de trois licenciements? ... ?ont été pour beaucoup à
l?initiative des employés eux-mêmes?.

LUTTE DE CLASSE CONTRE LUTTE DE PLACES.

Le salarié licencié du cinéma orléanais est alors soutenu publiquement
par la CNT (45 et Spectacle Paris) et par un petit groupe de spectateurs
solidaires ; ils dénoncent clairement (malgré des moyens modestes) la
remise en cause du droit de grève, les conditions de travail et les
pratiques patronales de ce genre d?entreprise, les illusions entretenues
par le vernis culturel, et l?indulgence des milieux militants. Car ces
derniers, si prompts à collaborer avec l?entreprise culturelle
cinématographique, ne réagissent aucunement à cette répression patronale
concrète, comme si rien n?avait lieu. On a pu même ressentir de leur part,
du début à la fin, une certaine gêne à ce que les salariés
manifestent un point de vue dérangeant leur confort militant. Après leur
grève, les deux activistes ont ressenti le besoin de s?expliquer : ?On
nous a reproché de sous-estimer les difficultés financières? ... ?On nous
a aussi reproché de méconnaître voire d?ignorer la spécificité attendue de
fonctionnement d?un cinéma d?art et d?essai? ... ?faut-il tout
accepter?? ... ?le projet final (montrer des films différents) serait plus
décisif??

La CNT-AIT soutenant les salariés du cinéma de Toulouse explique très
bien ce silence autour de ce genre de structure de résistance culturelle :
?Utopia est en effet un véritable média pour ces organisations ; ils
peuvent y laisser leur presse, y organiser des débats. Ce qui leur permet
d?accéder à leur clientèle et de tenir à distance les concurrents. Que le
prix en soit de s?associer à leur adversaire de classe et de fermer les
yeux sur le sort de ses salariés compte si peu à leurs yeux. L?intérêt de
leur organisation prime sur celui de la cause qu?elle est censée
défendre.? ?Quant au salarié d?Utopia, il sait qu?il a une pluralité de
patrons : les patrons-militants d?Utopia et les militants-patrons de la
quasi totalité de la gauche toulousaine.?

À Toulouse, à Orléans, comme ailleurs, c?est au même exercice que
s?adonnent les organisations de gôche et alterpatronphiles, celui de l?art
de la neutralité bien ordonnée : on demande l?intervention des pouvoirs
publics pour aider une entreprise - avec la ?nécessité d?agir rapidement?
(selon les mots d?un adhérent d?Attac 45 voulant soutenir en 2001 le
cinéma géré par la société Eden Carmes) - tout en restant muet face aux
pratiques patronales internes ... pour la culture et la
résistance au libéralisme bien sûr. Un peu comme les rédacteurs du Monde
Diplomatique qui s?invitent chez Daniel Mermet sur France-Inter pour
vendre leur argumentaire dit alternatif, sans se soucier des pratiques
(ubuesques) de leur hôte Mermet avec ses collaborateurs.

IL Y A COMPROMISSION ET COMPROMISSION...

On peut rétorquer à ceux qui dénoncent la passivité des associations et
militants face à une situation de conflit social dans ce genre
d?établissement socioculturel - qui ne sont pas foules -, que quoi que
l?on fasse comme action, militante ou non, on se trouve toujours corrompu
d?une manière ou d?une autre.

Effectivement on se trouve dans un état de société où on se compromet
tout le temps. Ne serait-ce qu?en allant au supermarché, on cautionne
l?exploitation des caissières (entre autres). Mais - même si c?en est un -
le problème dénoncé n?est pas celui-là!

La comparaison à faire porte plus sur quelle réaction apporteraient les
associations et militants, si (poursuivons notre exemple) des caissières
de leur supermarché (préféré?) se mettaient en grève? S?il était diffusé
l?information qu?une procédure de licenciement pour fait de grève avait
été engagé?
Quelle aurait été la réaction de nos joyeux drilles militants si un
conflit social avait eu lieu dans leur librairie préférée, celles où ils
essayent de mettre en dépôt leur canard par exemple ?
Ces associations participent à l?animation de ces lieux culturels, qui
prennent ainsi surtout grâce à elles, une teinte sociale voire militante.
Ces structures mélangent alors de fait (de façon plus ou moins poussée)
militantisme et tiroir-caisse (si ce n?est bénéfice). Il est donc d?autant
plus important ne serait-ce que d?un point de vue de cohérence au sein
même de leur activité militante, que ces associations - impliquées par
leurs partenariats - prétendant intervenir sur un plan économique et
social, réagissent (inutile de préciser qu?en présence du loup et de
l?agneau, la neutralité - libérale - consiste à se ranger du côté du plus
fort).
Reste à savoir si ces associations sont prêtes à mettre en cause leur mode
de rentabilisation militante.

LE SALUT COMMUN DU 29 MAI!

Dans un article intitulé Depuis le 29 mai... écrit par un éminent
altermilitant orléanais (cyber-éponyme du groupe local des AMD), grand
défenseur du cinéma des Carmes à Attac 45 puis au groupe local des AMD,
tout devient plus lumineux : ?Le 29 mai au soir les temps ont changé.?. On
découvre dans ce texte pourquoi les associations citoyennistes ne
pouvaient réagir lors du conflit du cinéma local : ?La mission
d?éducation populaire d?Attac et d?autres associations (les Amis du Monde
Diplomatique par exemple) doit impérativement se développer sur ce terrain
aujourd?hui favorable.? Donc, d?une part, le terrain n?était pas favorable
; et de l?autre, l?éducation populaire se fout éperdument du droit des
salariés, l?exploitation de l?homme par l?homme étant un bien nécessaire à
l?humanité et à ses éducateurs. Et l?alter-écrivain se dévoile :
?L?alliance objective du PS et de l?UMP sur le texte
constitutionnel? ... ?a été un révélateur puissant sur l?ambiguïté - voire
la duplicité - du social réformisme.? ... On peut transposer : l?alliance
des gôches locales avec l?exploitation patronale locale -mais de gauche -
est ?un révélateur puissant sur l?ambiguïté - voire la duplicité - du
social réformisme? de toutes ces associations
alterconciliantes.




Les Révoltés du Bounty, août 2005
laluttecestpasducinema(a)no-log.org



ANNEXE 1

LUTTES DE CONS ET PIÈGES À CLASSES :
QUELQUES PERLES DU CITOYENNISME


Perle d?Attac45 : ?Ce cinéma est un maillon de la chaîne de résistance à
l?uniformisation de la culture. Une autre culture est possible.?1 Eh bien
oui! Cette culture est possible maintenant! C?est la culture
d?entreprise!
Du moins à en juger la satisfaction des militants tobinistes aussi bien
que leurs amis élus de gôche, envers ces structures de ?résistance?. Ainsi
aux motifs des licenciements par leurs entreprises résistantes préférées,
qui leur semblent apparemment révélateurs d?un cachet culturel original -
grève ?injustifiée? puis ?illicite et abusive? à Orléans, ?déficit
d?heures de travail d?un délégué du personnel? et manque ?d?un minimum de
conscience politique? à Toulouse -, les militants réagissent ... À
Toulouse une disciple de Tobin couvre ?de louanges Utopia qu?elle a
présenté comme un espace de liberté.? ... À Orléans la gôche élue du
conseil municipal dans ?L?opposition, par la voix de Hélène MOUCHARD-ZAY?
... ?a tenu à rendre hommage au travail effectué par (l?ancien directeur
du cinéma les carmes) pendant 5 ans?.

Petites crasses entre ?amis? : Un membre du bureau d?Attac 45, avant que
des salariés du cinéma orléanais ne regimbent, est parfaitement au courant
depuis plusieurs mois déjà - comme d?autres membres tobiniens informés par
des salariés de problèmes concernant les conditions de travail et de
communication avec la direction - des tensions entre une partie des
salariés et le directeur du cinéma. Il se sent donc, en bon militant, en
droit de se permettre de donner quelque leçon d?alternative à l?un des
salariés de son cinéma préféré et lui sort un ?t?as qu?à être plus
offensif avec ton patron?10. Il est vrai que ce responsable d?Attac 45
avait sa manière à lui d?accompagner cette offensive... en négociant avec
le patron des soirées débats ... offensive ou pas : entre militant
compréhensif et directeur attentif, tout finit par s?arranger!

(Auto)promotion filmique d?Attac45 : Pour la soirée avec Pierre Carles
autour de son film ?Attention Danger Travail?, le 23 novembre 2003 au
cinéma Les Carmes, un membre d?Attac 45 demandera à un salarié d?apposer
le logo ?ATTAC? sur l?affiche du film annonçant le débat... Histoire de
bien rappeler aux spectateurs (salariés) et aux salariés (du cinéma), qui
leur offrait cette soirée de haute résistance.

Aux AMD, la sincérité parle : Pour motiver le soutien à une campagne
pour l?ouverture d?une 4e salle de cinéma aux Carmes, est invoqué dans
leur réunion du 27 novembre 2003 le fait que les ?3 salles ne permettent
pas de répondre à toute la demande des associations?. Démonstration est
faite que le cinéma fait bien office de prestataire de service aux
associations locales!

Un ?autre monde possible? ou les déboires démocratiques selon Attac45 :
?Une certaine confusion est intervenue du fait que (le) directeur du
cinéma, a affirmé dans une conférence de presse juste antérieure à la
tenue du CA, avoir reçu le soutien d?ATTAC (45) en la personne de son
Président. Ne sachant comment interpréter cette affirmation, et en
l?absence de Christian Weber pour rétablir la vérité, il a été procédé à
un vote pour le soutien direct (pour=3 ; contre=2 ; abstention=4)?.

Attac ne promeut l?autogestion ... qu?à l?écran : Bien que la gestion
bien concrète de leurs entreprises partenaires locales ne portent pas les
militants à cogiter leurs alternatives, l?université d?été d?Attac
proposera le 28 août 2005 à ces militants - lassés par les discours de
Jacques Nikonoff? - une projection de ?the Take? de Naomi Klein où des
travailleurs argentins se réapproprient leur usine.

Les voix du partenariat sont inattaquables : Le 19 mai 2005,
l?association ?le Chiendent?, à laquelle adhèrent ... les AMD et
Attac45, inaugura un ?partenariat mensuel? de soirée-débat avec la
nouvelle entreprise gérant ?le cinéma les Carmes?. Le film projeté ?la
carotte et le bâton? avait pour ?ambition de donner à comprendre ce
tournant de société à partir des voix qui s?élèvent dans la lutte?(sic)
... Il y a des ?voix? qui travaillaient pour leur ancien partenaire que
nos zélés militants n?ont guère entendu.

Perle concluante d?Attac45 : ?La victoire du Non? - pas le ?non?
revendicativo-activiste des salariés de leurs entreprises résistantes
préférées, mais celui de la fourre-tout mais néanmoins très citoyenne
consultation référendaire européenne du 29 mai 2005 - ?aura un
prolongement : celui de donner un nouvel élan à toutes les luttes
sociales et citoyennes ainsi qu?aux alternatives déjà en marche.?


Les Révoltés du Bounty, Août 2005
laluttecestpasducinema(a)no-log.org


_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center