A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Sur les prisonniers politiques argentins

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 13 Apr 2005 18:20:44 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Depuis 9 mois sont détenus des innocents pour avoir protestés contre le
nouveau code pénal de la ville de Buenos Aires (qui leur interdit de
travailler), lors d'incidents provoqués par des policiers en civil.Depuis 7 mois sont détenus des chômeurs pour avoir demandé du travail.
Tous risquent plus de 10 ans de prison pour des accusations inventées de
toute pièces.Il est évident qu'il s'agit pour le pouvoir d'intimider et de dissuader
les pauvres de ce pays.
Le célèbre historien argentin, Osvaldo Bayer, auteur de "La Patagonie
rebelle", nous en donne sa vision.

AGENDA ARGENTIN DE L'ETHIQUE
par Osvaldo Bayer


J'ai toujours rendu visite aux prisonnier(e)s politiques. (...) Il y a
deux jours, je suis allé à la prison de Devoto. Quand j'y entre,
j'éprouve de la tristesse, de la mélancolie et de la rage. L'entrée par
laquelle arrivent les familles des prisonniers est remplie d'ordures et
de tristesse. Et les femmes avec des paquets d'aliment. Ce sont les
véritables victimes de la société, de cette société qui n'a jamais cessé
d'être autoritaire. (...) Donc, il y a deux jours je suis allé à la
prison de Villa Devoto. Rendre visite aux prisonniers de la "Legislatura"
(Parlement de la ville de Buenos Aires). Il est quand même formidable de
dire qu'ils sont prisonniers pour le "Code de Vie en commun."Prisonnier(e)s pour vie en commun ? Oui. Ils et elles sont vendeurs
ambulants, travestis et prostituées. Ils sont prisonnier(e)s depuis
juillet 2004, accusé(e)s de charges qui peuvent leur faire souffrir 14
ans de prison. Rien de moins que de "coaction aggravée, privation de
liberté, dégâts qualifiés, résistance à l'autorité”. Oui, quatorze ans,
Tous les accusé(e)s sont d'extrème pauvreté. Bien sûr.
Ils sont prisonnier(e)s politiques pour n'importe quel connaisseur de la
société argentine. Une société qui n'a jamais rien fait pour elles eteux. Au contraire. Des vendeurs de cacahouètes, de sandwichs, de
pop-corn, de glaces. Ce sont eux "les véritables coupables du fait que le
pays ne va pas très bien". Pour cela, matraques, prison, qu'ils et elles
disparaissent des rues de la ville. Un d'entre eux, un jeune de Santiago
del Estero (province pauvre du centre du pays), m'a raconté : "J'avais un
petit stand près de la Place de Mai, je vendais des jus de fruit et des
choses pour les touristes ; toutes les semaines, la police m'exigeait
vingt pesos, et ensuite est arrivé l'ordre de nous radier ; je suis allé
protester à la "Legislatura". Ils nous ont matraqués, emmenés à la
commisariat et de là à la prison. Ma femme a du retourner à Santiago avec
mes deux enfants, à vivre chez sa mère. Je suis prisonnier depuis juillet,
pire qu'un un chien d'égout et depuis neuf mois je n'ai pas vu ni mes
enfants ni ma femme." Vie en commun. Il dément avoir lancé des pierres. Ou
brisé une porte. Ce furent les policiers en civil qui ont tout provoqué.
Parmi eux se trouvait Laneri, qui avait aussi joué le provocateur à la
fabrique Brukman.Les témoins de l'accusation sont tous des policiers. La plainte a été
initiée par le président du Parlement de Buenos Aires, Santiago de
Estrada, qui comme antécédent démocratique a d'avoir été ambassadeur de la
dictature de Videla au Vatican. Engendrements argentins. Mais cela oui,
les vendeurs ambulants il faut leur mettre 14 ans dans la prison de
l'ignominie. La grande rencontre policière contre la pauvreté de Buenos
Aires a terminé avec la pauvreté pour toujours. Il n'ya pas plus de
pauvres dans nos rues. Grâce au sous-inspecteur Ariel Alberto Romano de la
comissariat 49, qui a dirigé les opérations, maintenant s'est terminée la
lèpre dans la ville. Ce sont les méthodes. Un des prisonniers m'a dit avec
tristesse : "Je voudrait demander l'asile politique dans un autre pays
pour survivre à la violence, aux cafards, aux rats et aux ordures ici dans
la prison de Devoto."Les détenu(e)s, pour lesquel(le)s on n'a pas tenu compte du fait qu'ils
(elles) étaient descendu(e)s dans la rue ce jour-là pour défendre
désespéremment leur "source de travail" dans une société égoïste et
perfide, m'ont fait comprendre, avec leurs récits directs et désespérés,
que si nous avons toujours quelque chose des principes chrétiens enseignés
par Jésus et un reste d'éthique (vise la droite ultra catholique), Tous
les organismes de défense des Droits Humains doivent les assister. Ne pas
les abandonner. Faire la contre-enquête. Les politiques responsables ne
peuvent pas nous répondre "c'est aux mains de la justice". Quelle justice,
celle qui laisse libres tous les grands tortionnaires et profiteurs et met
en prison les plus modestes, ceux qui n'ont pas de travail ? (...)
Mais si je pouvais, j'irais aussi rendre visite aux prisonniers de Caleta
Olivia. Prisonnier(e)s politiques. Ils les ont arrêtés parce qu'ils
demandaient du travail. Ils sont prisonniers depuis le 3 septembre
dernier, c'est à dire rein de moins que sept mois. Une ignominie. Une
honte argentine. Ils sont six hommes et trois femmes. Sont parents de 23
enfants. Ils sont en prison pour avoir réclamer des postes de travail aux
entreprises pétrolières qui opèrent à Santa Cruz (province du sud). Nous
le répétons : à Santa Cruz (Kirchner était le gouverneur de cette province
avant d'être élu président). Par hasard monsieur le juge, il y a une autre
accusation contre eux ? Non. C'est l'unique, ornée bien sûr avec d'autres
mots. Ils ont été les porte-paroles des travailleurs qui ont campé face à
la mairie et ensuite occupé les installations pétrolières de Termap. Le
pouvoir a reconnu la raison ouvrière et ainsi ils ont obtenu 400 postes de
travail et l'acte-accord a été signé par les entrepreneurs, le maire de
Caleta Olivia et quatre des six ouvriers qui sont prisonniers. Une fois
terminé le conflit, les entreprises se sont vengées. Elles les ont fait
mettre en prison avec les mots de toujours : "privation illégitime de
liberté, usurpation, dégâts, ralentissement de l'activité économique,
empêchement de fonctions publiques", pour lesquels sont prévus 16 ans de
prison. Je lui demanderais, à monsieur le juge et à monsieur le
gouverneur, si ils ne savent pas que le mouvement ouvrier argentin, au
début du siècle dernier, a réussi à conquérir les sacrées huit heures detravail en sortant dans la rue et en luttant à visage découvert. Les
ouvriers de Caleta Olivia ont aussi lutté pour quelque chose de sacré :
pouvoir travailler.
Un des prisonnier s'appelle Mauricio Perancho. Il a 32 ans et sept
enfants. Il parle peu mais quand il le fait, il dit ceci "Ici commandent
les entreprises pétrolières. La faute est du gouvernement parce que nous
avons signé un accord où eux s'engageaient à nous donner des postes de
travail et ils ne l'ont pas respecté". L'Eglise lui a demandé si ses
enfants avaient besoin de quelque chose et lui a répondu : "La seule chose
dont ils ont besoin est de leur père en liberté".Une phrase pour ceux qui gouvernent. Il faut une loi d'amnistie pour
lesprisonniers politiques. Tout recommencer à zéro. Un véritable code de
vie en commun. Et non ce qui vient de se passer à Salta (province du nord)
où le gouverneur Romero a attaqué avec matraques et balles de gomme rien
de moins que les professeurs qui réclament leurs droits. Ils gagnent un
salaire de misère. L'injustice couvre le sol argentin. On persécute à coup
de bâtons les professeurs comme s' ils n'étaient pas ceux qui ouvrent le
futur de nos enfants. Nous nions le futur argentin. J'espère que les
intellectuels péronistes réprouvent avec toute leur énergie cesprocédés du péroniste Romero.
J'ai vu les larmes désespérées des professeurs de Salta.
Dans l'Agenda Argentin de l'Ethique sont comme rendez-vous indiscutable la
libération des prisonnier(e)s politiques et le respect que méritent nos
enseignants.
Osvaldo Bayer, Pagina12, 9 avril 2005
Traduit par Fab (santelmo(a)no-log.org)



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center