A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Communiqué de groupes anarchistes et antiautoritaires - Puebla

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Thu, 7 Apr 2005 18:47:03 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Suite à l'arrestation et au matraquage, le 3 avril
2005 de huit militants par la police et les hommes de
main du président municipal de la ville de Puebla (Mexique),
Enrique Doger Guerrero, les organisations
alternatives, autonomes, punks et anarchistes
Sociedad Arkana, GRA, Espiral 7, Complices del Odio,
Mala Influencia, Rude Boys, Luna y Sombras, Humor
Ácido, Prensa Subversiva, Movimiento 12 de enero et
Brigada por la Esperanza Zapatista ont publié le
communiqué suivant :

Communiqué de presse

Le 3 avril, nous, les collectifs Sociedad Arkana, GRA,
Espiral 7, Cómplices del odio, Mala influencia, Rude
Boys, Luna y Sombras, Humor ácido et Prensa Subversiva,
étions en train de réaliser un événement
politico-culturel (musique, poésie, théâtre,
projection de documentaires) sur le zocalo (place
centrale) de la ville de Puebla.
Pendant que nous essayions de connecter l'équipement
sonore, des employés de la mairie nous ont signalé
qu'il n'était pas possible d'utiliser l'électricité du
zocalo et nous en empêchèrent. Nous avons donc décidé
de ne pas connecter nos appareils et nous avons
commencé notre représentation. Les employés de la
mairie (cette fois à plus de 15) – qui ont été
identifiés comme des hommes de main du maire Enrique
Doger Guerrero - sont revenus, l'air méprisant, et
ont encerclé ceux qui étaient en train de participer à
la piéce. A ce moment, il y avait environ 150
personnes venues en spectateur assister à cet
événement. L'ambiance a alors commencé à se dégrader.
Mais la pièce a continué. A la fin de la piéce, nous
avons commencé à parler avec l'assistance, pour leur
indiquer qu'il était clair qu'il s'agissait d'une
indimidation et que nous avions le droit d'utiliser le
zocalo pour nous exprimer. Ce à quoi les gens ont
répondu, en criant aux employés de la mairie de s'en
aller. A ce moment la police est intervenue en
essayant d'interpeller un des membres des collectifs
qui parlait avec le public et la chasse a commencé :
coups, bouculades et autres brutalités. Huit personnes,
qui participaient à l'événement, ont été arrêtées. Les
arrestations ont été effectuées, sur ordre des hommes
de main de la mairie qui désignaient à la police qui
devait être interpellé. Les personnes arrêtées sont :

Jesús Antonio del Angel Sosa, Tamara San Miguel
Suárez, Angel Rivas Rojas, Ulises Martinez Villacís,
Eliezer Carreto Nuñez, Javier Aurelio Martínez
Castillo ainsi que deux autres compagnons.

Une fois embarqués dans le fourgon de la police, nous
avons reçu des coups de pieds lorsque nous tentions
d'expliquer notre situation au public.

D'autres, parmi lesquels se trouvait une femme
enceinte, ont été agressés par les employés de la
mairie lorsqu'ils essayaient de récupérer le matériel
sonore et leurs affaires. Les gens qui assistaient à
la représentation et qui nous ont soutenus ont aussi
été agressés.

Les personnes arrêtées ont été transférées au
commissariat central où elles ont été maintenues en
détention durant huit heures. L'argent qu'elles avaient
sur elles ne leur a pas été restitué lors de leur
libération.

Le juge a retenu deux chefs d'accusion à leur encontre :
trouble à l'ordre publique en réunion et/ou
réalisation d'événements culturels sans autorisation
de la mairie.

Un groupe de compagnons s'est rendu vers 18 h 30 à la
mairie pour demander une entrevue avec l'adjoint au
maire pour la sécurité, Javier Cacique, ou toute
personne pouvant les recevoir afin de témoigner des
événements et demander la libération de nos
compagnons. Pour seule réponse, la mairie a fait appel
à la police préventive de l'Etat, à des éléments de la
SWAT, à des procureurs généraux de justice encagoulés
et à la police à vélo, nous refusant ainsi toute
possibilité de dialogue. Nous avons été menacés à
plusieurs occasions, en nous disant que si nous
n'évacuions pas les lieux ils nous arrêteraient et que
c'était un délit de rester là. Il s'agit d'une
violation de notre droit de libre circulation. La
mairie répond à une demande de dialogue par des
menaces.

Suite à ces événements, nous voulons manifester notre
indignation face au recul de nos droits civiques dans
notre ville. Nous voyons que la façon de "gouverner"
d'Enrique Doger est semblable à celle qu'il a mis en
oeuvre afin de contrôler l'université dont il a été
le recteur, période durant laquelle il a ordonné le
matraquage d'étudiants, par les mêmes groupes
répressifs qui sont aujourd'hui employés à la mairie.

Nous ne devons pas obéir aux ordres d'évacuation
arbitraire de l'espace publique ni demander la
permission d'utiliser notre centre-ville et son
électricité.

Accepter ces politiques serait accepter:
-la discrimination
-la fermeture d'espaces publiques
-la limitation de la culture à Puebla, de la culture
indépendante, publique et gratuite pour tous
-la violation de nos droits à la libre manifestation,
expression et circulation.

Mais désormais il semble que tout cela constitue un
délit, que la population dans son ensemble soit
considérée comme délinquante, ce que nous pouvons
constater par l'augmentation des forces policières et
des hélicoptères qui abondent dans la ville pendant la
nuit en dérangeant avec leurs lumières et leurs bruits
de sirènes nos quartiers.

Nous sommes plusieurs groupes à constater ces mesures
répressives qui ont lieu dans le centre-ville et même
dans nos maisons.

Nous lançons un appel à tous pour défendre nos espaces
publics. C'est pour cela que nous organisons un
événement au centre-ville le dimanche 10 avril à 15 heures
pour la défense de nos lieux publics, de nos droits
constitutionnels et pour commémorer en même temps
la mort de Zapata. Nous nous manifesterons
aussi pour l'humanité et contre le néoliberalisme.

Nous appelons la société à participer à cet événement
pour la défense de nos droits, et de notre centre-
ville, aini qu'à rester vigilants. S'ils tentent maintenant
de nous expulser, il y a ces précédents et ces témoignages.

À Puebla, le 6 avril 2005

Sociedad Arkana, GRA, Espiral 7, Complices del Odio,
Mala Influencia, Rude Boys, Luna y Sombras, Humor
Ácido, Prensa Subversiva, Movimiento 12 de enero y
Brigada por la Esperanza Zapatista.




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center