A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) La précarité : cheval de troie du libéralisme en Europe (pt)

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sat, 2 Apr 2005 18:56:35 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Document intersyndical du Réseau Européen du Syndicalisme Alternatif dans
l’Education

La lutte contre la précarité et son développement est aujourd’hui la
priorité de tous ceux et toutes celles qui luttent, partout en Europe,
pour la défense d’un système d’éducation public de qualité. Dans tous les
pays, une même logique est en œuvre qui vise, sous la pression de la
mondialisation capitaliste et de la construction de l’Europe libérale, à
utiliser la précarité comme mode de gestion des personnels et à terme à
casser les différents systèmes publics d’éducation dans le cadre de la
mise en place du « grand marché européen de l’Education ».
Avec un développement effréné dans tous les pays européens la précarité
met en danger l’existence même du principe d’école publique. En dégradant
lesconditions de travail et d’étude, en précarisant les statuts des
personnels, en multipliant les types d’emplois et les situations locales,
la précarité est une véritable attaque contre les systèmes publics
d’éducation visant à permettre la marchandisation de l’école.C’est en
cela que la précarité est un véritable cheval de Troie du libéralisme
contre les systèmes d’éducation européens. Elle l'est doublement, en
organisant l'exploitation des travailleurs de l'Education, mais aussi en
préparant la future main d'œuvre efficace, rentable, flexible, mobile et
surtout totalement soumise qui viendra alimenter un marché du travail
livré aux exigences du libéralisme.Pour le syndicalisme alternatif, la
lutte contre la précarité ne doit pas se concevoir comme une lutte à
caractère « humaniste » visant à la simple défense de collègues « mal-
traités » ni même comme une logique de service de type assurantielle
visant à la défense des statuts et des conditions de travail des
personnels. C’est le combat contre une logique plus générale, une logique
qui s’inscrit dans l’affaiblissement et la remise en cause de l’école
publique. C’est à la marchandisation d’un droit essentiel, celui à
l’éducation, que nous sommes confrontés.Jusqu’à aujourd’hui, dans tous les
pays européens, l’école publique est un système non marchand visant à
répondre, au moins en partie, aux besoins des populations. L’accès à cette
institution est donc essentiel pour les enfants des classes populaires
même s’il ne faut pas nier que l’école publique reste encore une école
capitaliste largement basée sur la reproduction sociale etl’inégalité des chances. Néanmoins accepter de rendre marchande cette
institution et l’ouvrir aux intérêts privés, comme le prévoit le projet
de traité constitutionnel européen, renforcerait encore le caractère de
classe de l’école et les logiques d’inégalités sociales en matière
d’éducation. L’école ne peut pas être rentable, au sens capitaliste, et
ne peut pas se laisser sacrifier sur l’autel des critères européens de
compétitivité économique et de baisse des dépenses publiques. Aujourd’hui,
il y a urgence !
Urgence à s’opposer à ces dynamiques destructrices voulant faire de
l’école une marchandise parmi tant d’autres et ainsi démanteler les
systèmes publics européens d’éducation.Urgence à s’opposer à la précarité
qui tout en divisant les personnels, en multipliant et en dégradant les
statuts, permet petit à petit ce démantèlement de l’école publique.Urgence
à refuser la mise en place en Europe d'une école "fabrique de la
précarité» formant au moindre coût une main d'œuvre aux qualifications
rapidement obsolètes et renforçant l'échec des plus défavorisés. La lutte
doit se mener à la base sous une forme et avec des réponses collectives et
non sur une logique de service au travers d’une simple défense
corporatiste des personnels et des statuts des titulaires. Nos
organisations syndicales doivent être capables de diffuser, partout en
Europe, là où elles sont implantées, des revendications comme la
titularisation immédiate, sans condition de concours ni de nationalité, de
tous les précaires ainsi que la revendication qu’à travail égal, le statut
et les salaires doivent aussi être égaux. Nous devons aussi être capables
d’impulser, de favoriser et de soutenir les formes d’auto-organisation des
personnels précaires ainsi que des solidarités concrètes entre les
titulaires et les précaires dans un mouvement de lutte collective.
Mouvement qui doit viser à faire passer l’idée, auprès des travailleurs de
l’éducation mais aussi dans l’ensemble de la population, que la lutte
contre la précarité n’est pas seulement unelutte pour nous mais une lutte pour toutes et tous, une lutte sur la
nature et la place de l’école dans la société. Une lutte pour aujourd’hui
et demain.

Milan, le 27 novembre 2004
España : CGT Enseñanza,
Italia:UNICOBAS/l’Altrascuola,
France : CNT/Education, EMANCIPATION, SUD-Education




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center