A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Menaces d'expulsion sur le squat des 400 Couverts - Grenoble

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sat, 4 Sep 2004 22:11:24 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Il faudra plus d'un permis pour nous démolir!!!
Août 2004 : la mairie de grrrenoble vient d'accorder un permis de démolir
sur la traverse occupée des 400 couverts, et un huissier vient de pointer
son nez.

La traverse des 400 Couverts, c'est:
- 6 bâtiments squattés et réhabilités depuis 2 ans et demi
- le domicile d'une vingtaine de personnes et une vie collective
quotidienne - le Chapitonom, un lieu public fait maison, où plus de 2000
personnes différentes se sont croisées lors des 70 événements à prix
libre organisés en deux ans (concerts, projections, lectures, pièces de
théâtre, débats...). - un four à pain en torchis (terre, paille, crottin
de cheval), construit au printemps 2003 pour pouvoir faire du pain, des
pizzas, des gratins au feu bois, et utilisé notamment pour les repas de
quartier dans la traverse - un atelier filtrage d'huile (qui nous sert
pour expérimenter les moteurs à l'huile de tournesol)
- l'infokiosque (une bibliothèque de plus de 1000 livres, brochures,
revues sur des questions politiques, intégrée dans un réseau francophone
et dans le site http://infokiosques.net)
- une zone de gratuité (où chacun-e peut se servir de vêtements, objets,
etc., et déposer ceux dont il/elle ne se sert pas)
- une yourte, tente mongole auto-construite d'habitat semi-nomade
- un jardin potager
- un compost à l'odeur contenue
- un toit végétal
- un square réaménagé, repeint, décoré de mosaïques
- un griottier, un abricotier, un pêcher plantés dans la rue
- un lieu de réunions et de stockage pour des collectifs et des
associations (fraka, indymedia-grenoble, groupe autour de
l'anti-psychiatrie, réseau huile de tournesol, distros iosk et zanzara
athée...)
- des halles pour y stocker de la récup et des conserves maison
- une pharmacie axée sur la médecine alternative et les plantes
médicinales - une salle de répétition accueillant des ateliers danse,
théâtre, boxe française et self-défense féministe
- un atelier informatique basé sur les logiciels libres (unix-gnu-linux)
avec des échanges de savoirs
- un atelier de réparation vélos
- une cuisine collective permettant d'organiser des restos à prix libre -
ponctuellement, des ateliers vitrail, menuiserie, sérigraphie, poterie,
couture, prise de vue, labo-photo... et réhabilitation des maisons
(électricité, plomberie, charpente, maçonnerie, carrelage, chaux, et
décorations les plus folles) !

Tous ces espaces et ces activités ont été réalisés avec les moyens du
bord, sans subventions et pratiquement sans argent, hors des circuits
marchands et institutionnels. Ils sont reliés entre eux par des échanges
et des rencontres entre les personnes, habitantes ou participantes à ces
activités, par un état d'esprit et des questionnements communs. A travers
nos pratiques, nous voulons remettre en cause différents principes et
systèmes, depuis ceux de la "consommation culturelle" jusqu'à ceux d'une
société de profit, de compétition, de "croissance"...
La vie de la traverse est rythmée par les glanages et bricolages, les
recherches de rapports humains sans dominations, les réunions, les
banquets sur nappe blanche, les liens ville-campagne, les discussions de
fond, les moments de convivialité avec les voisin-e-s, la circulation des
savoir-faire, la participation à des manifestations et des luttes
sociales (notamment autour du logement, à travers le collectif
Défends-toit)...

La municipalité de Grenoble, propriétaire, s'est toujours montrée soit
indifférente, soit franchement hostile à ce qui se passait dans cette
traverse : menaces de coupure d'eau, procès, destruction du toit d'une
des maisons pour éviter qu'elle ne soit occupée... C'est le Dauphiné
Libéré, à travers nombre d'articles, qui nous a "informé-e-s" de la
démolition des bâtiments et de notre expulsion, prévues pour 2004, et
censées laisser la place au projet immobilier de Grenoble Habitat, dont
l'on vante injustement les mérites (voir ci-contre). La municipalité
grenobloise ne nous a pas donné signe de vie depuis 2 ans : sa "politique
du dialogue et de la concertation" se développe-t-elle par médias,
huissiers et CRS interposés ?

Le projet de Grenoble Habitat ?
32 logements, dont une minorité de logements sociaux. La mairie se
gargarise d'y inclure une "résidence pour personnes âgées", argument
porteur dans un quartier qui attend impatiemment une maison de retraite
depuis la fermeture du foyer Pinal... Mais cette fameuse "résidence" ne
correspond qu'à "l'aménagement de certains appartements" par
l'installation de barres de soutien dans les sanitaires, de portes
élargies et d'ascenseurs, comme l'a dit lui-même M. Buisge, gérant du
projet pour Grenoble Habitat. Un dispositif d'aménagement qui, en somme,
n'a rien d'extraordinaire, qui devrait même être bien plus répandu, afin
de permettre aux personnes âgées ou handicapées d'avoir un éventail de
choix de logements plus large que celui qu'on leur propose. La pâtine
sociale du projet de Grenoble Habitat est donc bien maigre... et cache
difficilement une pure et simple opération immobilière, sans doute
juteuse dans ce quartier central, proche de la gare et d'Europole...
Chaque mètre carré, ici comme ailleurs, doit être rentabilisé !
Nous voulons attirer l'attention sur ce qui risque de disparaître avec
l'expulsion des 400 Couverts. Grenoble, dont la municipalité vante
l'esprit d'avant-garde, le foisonnement culturel et tutti quanti, risque
de perdre une expérience unique d'habitat collectif et autogéré, en plein
centre-ville, intégrée depuis des années dans le quartier et dans un
réseau d'associations à l'échelle locale et même régionale. La mairie
dépense des millions dans sa Maison centrale de la Culture, pour faire de
"l'animation" et du "divertissement"... mais réduit en gravats un espace
de création, de tentatives, de réflexions, de rencontres, de solidarités,
d'ébullition, de vie, qui ne lui coûte rien. Elle montre encore une fois,
en menaçant notre collectif d'une quatrième expulsion en quatre ans,
qu'elle ne veut laisser absolument aucune place, dans la ville, à ce
genre de projets.
Est-ce ainsi qu'elle compte régler l'énorme "crise" du logement ?

Est-ce ainsi qu'elle contribuera à "créer du lien social" ?

Est-ce ainsi qu'elle encourage les "initiatives" constructives et
créatrices des habitant-e-s de Grenoble ?

Que sacrifiera-t-elle encore pour "nettoyer", contrôler et uniformiser la
ville, pour attirer les investisseurs et la population rentable
d'ingénieurs nano-technologues ?

Quels nouveaux simulacres de "concertation" inventera-t-elle pour donner
un visage humain à ses expulsions et autres projets de prestige ?

Ce qui existe aujourd'hui, dans la traverse des 400 Couverts, doit
continuer à y vivre : ce n'est pas une "simple anomalie temporaire"...

Il est possible de faire reculer la mairie. Soyons nombreux/ses et
créatifs/ves... Que nous soyons venu-e-s habiter, faire du pain, danser,
assister à des spectacles, débattre en petits groupes, choisir des
vêtements gratuits dans la traverse des 400 Couverts, défendons-la
ensemble, becs et ongles ! Les espaces d'autonomie et d'expérimentation
sont inestimables, nous ne les laisserons pas détruire d'un trait de
plume...

N'hésitez pas à répandre la nouvelle autour de vous, à grossir l'arbre
téléphonique... Vous pouvez également adresser une lettre de soutien à
Monsieur le maire, 11 bvd Jean Pain, 38000 Grenoble (pensez à nous en
envoyer une copie !). Vous pouvez venir tous les jours à midi pour nous
rencontrer avec vos questions et vos idées, visiter les lieux, découvrir
ce qui s'y passe, et vous tenir informé-e-s des dernières péripéties
quatrecentcouvertoises.

Squat des 400 Couverts, traverse des 400 Couverts, 38000 Grenoble, France
(près de la Gare, de l'ANPE et de l'arrêt de tram Alsace-Lorraine, entre
le cours Berriat et l'avenue Alsace-Lorraine)
Pour nous contacter : chapitonom@no-log.org, 04.76.86.07.37/
04.76.43.87.75, ou au Point Infos tous les midis
Pour en savoir plus sur les lieux et projets autogérés à Grenoble :
http://www.inventati.org/nebuleuse et http://grenoble.squat.net
Pour être tenu-e au courant des nouvelles des squats de Grenoble :
inscrivez-vous à la liste de diffusion grrrville(a)squat.net, en lui
écrivant.


www.infokiosques.net : brochures subversives à lire, imprimer, propager
www.inventati.org/nebuleuse : lieux et projets autogérés/alternatifs à
Grenoblewww.squat.net : l'actualité des squats en Europe

[ expéditeur/expéditrice <iosk(a)inventati.org> ]




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center