A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Elections en Uruguay : chronique personnelle

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sun, 31 Oct 2004 14:45:22 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Comme l’a écrit Eduardo Galéano, “Les uruguayiens avons tendance à croire
que notre pays existe, mais le monde ne s'en rend pas compte. Les grands
médias de communication, ceux qui ont une influence universelle, ne
mentionnent jamais cette très petite nation, perdue au sud de la carte du
monde”. Depuis plusieurs mois (après deux séjours) je vis à Buenos
Aires. Le 26 octobre 2004, je décide de me rendre en Uruguay, pour une
question migratoire, le délai de séjour sans visa de trois mois arrive à
son terme, il me faut passer une frontière. Le 31 octobre ont lieu les
élections présidentielles en Uruguay, où la gauche, emmenée par le
cardiologue Tabare Vasquez, va sûrement l’emporter pour la première fois
de son histoire. C’est un évènement important mais je me disais “c’est
un centre-gauche, il ne servent qu’à empêcher les luttes populaires, à
canaliser les révoltes, ca vaut pas la peine d’assister à ca”, je
n’allais pas tarder à me rendre compte que j’avais tort. Mais le 26, est
un jour important en Argentine, depuis le 26 juin 2002 et la répression
du Pont Pueyrredon qui enleva la vie à Dario (Santillan) et Maxi
(Kosteki), tous le 26 de chaque mois il y a un blocage du pont pour
exiger que les "responsables matériels et idéologiques soient
condamnés", impunité, impunité... Et ce mois ci, il y allait y avoir de
la tension car un secteur des piqueteros a négocié avec le gouvernement
et les commercants de la zone pour laisser une voie libre, ce qui a
entrainé la réprobation du secteur "combatif". Mais bon, revenons à
l'Uruguay et traversons le Rio de La Plata pour nous y rendre.

La gauche uruguayienne a formé une coalition, "Encuentro
Progresista-Frente Amplio-Nueva Mayoria", comunément appelé el Frente
(FA). Elle devrait l'emporter dimanche et mettre un terme au règne du
Parti libéral (Parti Colorado) au pouvoir depuis plus d'un siècle. La
situation économique et sociale n'est pas étrangère à cette victoire :
40% de pauvres (60% des enfants), dette publique supérieure au PIB,
corruption... (maux communs aux pays d'Amérique Latine).

En arrivant à Montevideo, je ne connaissais pas grand chose de la
situation historique et politique de l'Uruguay, j'avais entendu parler
des Tupamaros (guerilla urbaines des années 60-70), de la dictature
militaire et de ses assassinats, des émeutes et pillages de décembre
2001 quand les uruguayiens avaient suivi l'exemple des argentins, de
l'autre côté du Rio de La Plata (certains disent que les uruguayiens
imitent toujours les argentins, bien sûr ce sont des argentins qui le
disent et pour prendre la défense des uruguayiens on peut dire que ceux
ci n'ont pas créé cette "merde" politique et institutionnelle qui est le
Péronisme...). J'avais également lu que les uruguayiens étaient très
politisés, comme l'a écrit Galéano, "trois millions d'idéologues
politiques". Et le moins que je puisse dire est que cette politisation
saute aux yeux (période électorale oblige peut-être). Presque tous les
murs de la ville appellent à voter pour tel ou tel candidat, les
drapeaux fleurissent aux fenêtres, sur les voitures (avec une grande
prédominence pour la gauche).

Hier, mercredi 27, le FA a organisé le meeting de clôture de sa campagne.
Ce fut incroyable. Une marée humaine a déferlé sur le centre ville dans
une effervescence que l'on pourrait qualifier de révolutionnaire mais
qui était avant tout joyeuse et festive (mais comme disaient les situs,
"la révolution sera une fête ou ne sera pas"), comme si les "frentistes"
étaient sûr de leur victoire. Des sourires, des chants ("je suis du
Front, le Front c'est moi", "je le vois, je le vois, Tabare président",
"el pueblo unido, jamas sera vencido", "si ceci n'est pas le peuple, dis
moi où il est"...) et des drapeaux, des drapeaux, l'uruguay devrait être
la première industrie textile du monde... mais non. L'affluence était
incroyable, les rues ont été littéralement envahies, je me suis retrouvé
noyé dans cette foule et ai fait la connaissance de Miguel, la
cinquantaine, maître de primaire, venu avec toute la famille. Il me dit
que c'est un "jour historique", que tout le monde attend la victoire du
Frente depuis 1971 (date de sa création), que l'espoir est énorme. Je
lui pose des questions sur le Frente, il me répond qu'à l'intérieur il y
a une gauche et un centre, que lui est plutôt de la gauche (gauche de la
gauche), que le Mouvement de Participation Populaire (MPP), issu des
ex-Tupamaros représente un tiers des frentistes, suivi par le PS (20%)
et le PC (10%). Je lui demande comment il voit l'avenir, comment ces
différents courants vont s'entendre dans le gouvernement, que vont-ils
faire au sujet de la dette externe... Il me répond : "Nous avons moins de
luttes internes que la droite, il y a une gauche et un centre mais les
deux respecteront le programme. Nous devons maintenir l'unité et la
discipline, surtout si nous voulons gagner les élections qui suivront
celle-ci. De plus, cela fait plus de trente ans que nous attendons cela,
nous n'allons pas tout gâcher, nous allons nous battre. Pour la dette,
il nous faut absolument une réduction de celle ci et pour cela nous
devons nous unir avec les autres pays d'Amérique Latine pour l'imposer,
en plus cette dette a commencé avec les militaires (comme en
Argentine)." Il me cite l'exemple de Montevideo, gagnée par le Frente il
y a dix ans et conservée depuis : "ce que nous avons fait avec
Montevideo, nous allons le faire avec le pays." Une femme se faufile
derrière nous en criant "où est mon sandwich ?" Je demande à Miguel si
ici il existe un clientélisme politique comme en Argentine (héritage de
Peron) où les gens vont aux meetings en échange de nourriture, argent ou
autre chose. Il me répond que la droite au pouvoir agit de cette manière
mais qu'"ici, clientélisme zéro ! ", en montrant la foule. Il y avait
tellement de monde que nous étions relativement éloignés de la scène du
meeting, nous ne pouvions donc pas voir Tabare (et même si nous avions pu
le voir, avec ces drapeaux...)et difficilement l'entendre malgré les
hauts-parleurs. Ernesto (non je l'invente pas), un casque de walk-man sur
les oreilles, écoutant le discours à la radio, se met à répéter chaque
mot du discours de Tabare, se transformant lui-même en futur président.
Cette scène était surréaliste, les gens se pressait autour de lui, lui
criant de continuer quand il s'arrêtait, et Ernesto se prenant au jeu,
prenant des intonations de Fidel Castro.

Venu le moment de la déconcentration, un raz de marée bleu, blanc, rouge
(couleurs du FA) submerge l'avenue du 18 juillet. La circulation est bien
sûr intérrompue, des milliers et des milliers de personnes défilent
accompagnées de voitures "frentistes", sur une file les gens à pied,
sur l'autre les voitures, la discipline de Miguel ? Concert de klaxons,
cris, chants, mais qu'est ce que ca va être dimanche soir ? L'ambiance
me fait penser à celle qui prévalait en mai 81 à Paris ou en 1959 à La
Havane, d'ailleurs les couleurs des drapeaux sont les mêmes. Espérons
que cet énorme espoir ne suive pas ces deux exemples et que l'Uruguay
trouve la troisième voie du changement social, qui implique avant tout
la participation effective de toute la population aux prises de
décisions et une économie décapitalisée.

Plongé dans ces considérations politiques, je décide de me rendre au
siège du MPP, passe devant celui des Tupamaros (mais ils existent encore
?) et assoiffé, tombe dans un bar rempli de "frentistes" (mais comment
sus-tu que cela en était ? Eh par les drapeaux pardi !), surtout des
jeunes (ca me fait encore penser à Galeano qui disait, évoquant le
vieillissement de la population "on rencontre dans les rues plus de
fauteuils roulants que de landaus"). L'ambiance est électrique,
conviviale. A la télévison, apparaissent les images du rassemblement et
de la manifestation, on parle de 500 000 personnes, de la moitié des
habitants de Montevideo... Puis sont diffusés les résultats du dernier
sondage : FA 53%, Parti National (droite conservatrice) 30%, Parti
Colorado (libéraux) 10%, explosion de joie, applaudissements, chants...
Le reste de la soirée ne vous regarde pas.

Ah, au fait, je me suis acheté un drapeau !

Fab (santelmo(a)no-log.org)
Montevideo, 28 octobre 2004

Pour plus d'informations sur l'Uruguay (et l'Amérique Latine), vous
pouvez vous rendre sur l'excellent site de RISBAL :
http//:risbal.collectifs.net et Eduardo Galeano, "A la veille des
élections. Une contradiction appelée Uruguay" :
http://paris.indymedia.org/article.php?id_article=27698



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center