A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Appel aux actions autonomes : devenez la resistance a l'interieur de la Forteresse Amerique du Nord - Ottawa 30 nov & 1 dec

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sun, 28 Nov 2004 10:16:06 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

George W. Bush, commandant-en-chef de l'armée étasunienne et
international-criminel-de-guerre a confirmé sa visite à Ottawa le 30
novembre et 1er décembre 2004. Le gouvernement canadien, avec Paul Martin
en tête, lui prépare un accueil chaleureux, montrant ses vraies couleurs
et sa volonté d'agir en tant qu'allié fidèle à un régime terroriste et à
ses aventures impériales. Le Canada corporatif et sa toute famille de
profiteurs de guerre salivent dans l'anticipation d'un tête-à-tête avec
Bush.

En Irak. En Palestine. En Haiti. En Afghanistan. En Colombie. Au
Venezuela. À travers le Turtle Island. Aux frontières. Là où
l'administration Bush et ses allié.e.s ont laissé leurs empreintes
meutrières. Ici et partout à travers le monde, des gens luttent pour
leur survie, leur dignité, pour la liberté, la justice et contre les
offensives militaires et économiques des USA, contre les guerres par
procuration.

Nous ne pouvons qu'en faire autant.

Nous appellons à et encourageons la réalisation d'action directes
autonomes entre le 30 novembre et le 1er décembre. À cette fin, nous
fournissons la présente liste de lobbys corporatifs, de profiteurs de
guerre, d'agences de «sécurité» et de bureaux du gouvernements, tous
étroitement liés aux politiques de domination violente et répressive.
Cette liste est loin d'être exhaustive et ne mentionne qu'une fraction de
la contribution impériale d'Ottawa. Ainsi, de multiples façons, «Bush»
(le système politique, pas l'individu) est partout! Mais nous le sommes
aussi...

Une carte de la ville d'Ottawa avec les endroits suivants peut être
consultée sur www.pgablocottawa.net.


Les Corporations et leurs lobbys

Conseil canadien des chefs d'entreprise (ex-BCNI) (www.ceocouncil.ca) 90
rue Sparks

Les PDG et hauts fontionnaires des plus grandes corporations du Canada
sont membres du CCCE. En 2003, CCCE présenta son nouvel agenda pour le
lobby : L’Initiative nord-américaine de sécurité et de prospérité
(INASP), qui peut être vu comme la réaction du Canada face au 9/11. INASP
propose une «harmonisation» canado-étasunienne des tarifs et des
soi-disant «barrières à l’échange», de la «sécurité» aux frontières, de
la police en général, et de l’armée. Le CCCE reconnaît qu’il y a un
besoin immédiat d’accroître la militarisation et l' (in)sécurité afin de
maintenir une distribution inégale des privilèges au sein du statu quo
hyper-capitaliste, et s’occupe ainsi à faire du lobbying pour la
«défense» avec missiles et autres projets de domination économique et
politique.

Association de l'industrie canadienne de la défense (AIDC)
(www.cdia.ca/)
100 rue Gloucester, bureau 202

L'AIDC est un groupe de lobby représentant l'industrie militaire du
Canada. Avec plus de 350 membres issus des industries militaire et
aérospatiale, cet organisme possède, selon son site web, «une excellente
réputation au sein des cercles gouvernementaux”. L'AIDC organise des
événements tels que CANSE, une immense foire militaire ayant rassemblé en
2003 plus de 150 kiosques et 3600 délégué.e.s de l'industrie militaire et
du gouvernement. En accord avec la mode de son temps, l'AIDC travaille
présentement à «étendre ses activités traditionnelles de défense pour
satisfaire aux besoins de ses membres en termes de sécurité nationale».


Corporation commerciale canadienne (www.ccc.ca/)
1100 - 50 rue O'Connor

Le CCC, «l'agence d'exportations du Canada» gère un chiffre d'affaires de
plus de $1,2 milliard par année. 70% de ses ventes dans le secteur
militaire sont dirigées vers le Pentagone et la NASA. Tous les achats
militaires du Canada de plus de $100,000 US sont fait par le biais du
CCC, qui fournit jusqu'à $2M de crédit afin de permettre aux entreprises
d'exporter des marchandises. Le CCC encourage présentement le Canada afin
qu'il participe au projet «Joint Strike Fighter» du Pentagone, une autre
de ces nouvelles gammes d'armements ultra-sophistiqués qui permettront de
sécuriser et d'étendre la domination économique et politique existante.

Profiteurs de guerre et autres ami.e.s de la mondialisation capitaliste

SNC Defence Programs Inc. (www.snc-lavalin.com)
170 avenue Laurier Ouest, bureau 1100

C'est tout un défi que de résumer le géant SNC en un seul paragraphe, lui
qui est impliqué dans les secteurs du pétrole, des mines, de l'énergie
nucléaire, de la privatisation des services publics, des munitions, des
services militaires, des méga-barrages, de la biotechnologie et plus
encore! SNC-Lavalin est une importante firme d'ingénieurs qui se trouve à
l'avant-garde de l'expansion des marchés à travers le monde, autant par
ses connaissances en (ré)ingéniérie que par sa gamme de quincaillerie
militaire. Le programmes de défense SNC, en collaboration avec d'auters
divisions de l'entreprise, assurent le bon état des navires de guerre
canadien et participent aussi à l'entraînement pour le combat. SNC
fournit aussi du soutien logistique (informatique, nourriture, logement,
buanderie et réparations) à tous les engagements militaires du Canada à
l'étranger, dont au rôle de tête du Canada dans l'occupation de
l'Afghanistan, où la compagnie a construit la base militaire du Camp
Julien. SNC Technologies, la division militaire de SNC et le plus
important fournisseur de munitions à l'armée canadienne, a obtenu un
nouveau contrat d'approvisionnement de l'armée étasunienne, qui se trouve
présentement à cours des balles qui lui sont essentielles pour maintenir
l'occupation de l'Irak. L'entreprise a aussi signalé son grand intérêt
pour les contrats de «reconstruction» de l'Irak, mais a depuis concédé
que le manque de «sécurité» au pays rend un tel investissement plutôt
incertain. Peut-être espère-t-elle que la population irakienne sera plus
apte à coopérer une fois que les munitions SNC auront fait leur travail.

EMS Technologies (www.ems-t.com/contact/directions_ottawa.htm)
1725 Woodward

Technologies EMS sont les fiers fabricants de systèmes de mires utilisés
par les tanks américains durant la guerre contre l’Irak. Ils sont fiers
de leur rôle dans la guerre, comme le démontre un des points de presse
qui se trouve sur leur site web :

Fondé en 1968, Technologies EMS (NASDAQ :ELMG) est un pionnier du
développement et de la manufacture de matériel de haute technologie pour
l’espace commercial, la défense, et la communication sans fil, et se
concentre sur les besoins des utilisateurs de cellulaires et de hautes
chaînes.
EMS Satcom Technology assiste à la guerre en Irak (CJOH-TV – Ontario)
diffusé le 22 Mars, 2003Produits militaires Tech répondent à l’appel en Irak Investor's Business
Daily, 7/11/2003
Des gadgets de haute technologie de la Géorgie seront la vedette de la
guerre en Irak


Raytheon Canada Limited (www.raytheon.com)
360 rue Albert, bureau 1640

Parmi les secteurs-clées de cette enteprise aux mains maculées de sang:
la « sécurité nationale » (renforcer les frontières de la Forteresse
Amérique du Nord, aider le gouvernement étasunien dans la déportation
d'immigrantEs, surveiller les activités sur le web et mener des attaques
sur la vie privée), la « défense » par missiles ballistiques et «
l'engagement de précision » (« exécuter, tuer et détruire avec l'aide de
bombes/ missiles sur des cibles). Raytheon est une entreprise étasunienne
majeure du secteur de la « défense » et accompagne d'autres compagnies
telles que Lockheed Martin, Northrop Grumman et Boeing. Pensez à la
guerre et à ses multiples machines à tuer sophistiquées et dites vous que
c'est Raytheon qui se cache derrière plusieurs d'entre elles. Raytheon
fabrique des missiles (Patriot, Hawk et Tomahawk), des radars et des
systèmes de reconnaissance, de ciblage et de navigation. Raytheon produit
aussi des radios, des systèmes de contrôle du trafic aérien et des
communications par satellite, tous utilisés par les É-U dans leurs
guerres aux frontières et en Irak, en Palestine, en Afghanistan et
ailleurs. L'unité Raytheon Aircraft de la compagnie fabrique les avions
des combat Beech et Hawker. L'entreprise offre aussi des produits
électroniques et des services commerciaux, mais les ventes aux
gouvernement étasunien (incluant les ventes militaires pour usage à
l'étranger) comptent pour les trois quarts de son chiffre d'affaire.


Lockheed Martin Canada (www.lockheedmartin.com/)
3001 rue Solandt, Kanata, Ontario

La plus grande compagnie militaire au monde, Lockheed Martin profite et
contribue à l'oppression aux frontières de la Forteresse Amérique du Nord
ainsi qu'à la soi-disant «guerre au terrorisme» menée par les USA. Pour
«Opération Apollo», Lockheed installe de l'équipement électronique dans
les avions afin de détecter l'immigration illégale près des eaux côtières
du Canada, équipement qui sert aussi à l'étranger. Cette opération
constitue la contribution du Canada à cette guerre de terreur. Les
multiples autres activités de l'entreprise incluent aussi la fabrication
d'avions de combat, de missiles Patriot, d'armes nucléaires et de
systèmes de surveillance. Lockheed a récemment obtenu un contrat pour
gérer le recensement du Canada en 2006. En 2001, le Dept. Of Defense des
États-Unis a accordé à la compagnie un contrat de $300 milliards pour le
projet «Joint Strike Fighter», qui vise à remplacer les avions de combats
existants par une «nouvelle génération» d'engins faits sur mesure pour
les É-U et qui seront utilisés par tous ses pays alliés. Après une
période de lobbying par le groupe Aerospace Industries Association of
Canada (qui compte Lockheed Martin dans ses rangs), le Canada a décidé de
se joindre au projet, contribuant $150 millions à son développement.
Juste un example de l'influence mondiale de cette entreprise!

Accenture (www.accenture.com)
160 rue Elgin

Membre de plusieurs groupes d'entreprises influents dont la US Coalition
of Service Industries (USCSI), un promoteur majeur de l'AGCS. Accenture
est le nouveau nom de la firme Andersen Consulting, une filiale qui s'est
détachée de la compagnie Arthur Andersen en 2000. Changer son nom pour
Accenture a constitué la façon la plus rapide et le plus coûteux de
l'histoire, chaque élément ayant été modifié en quelques jours seulement
pour se conformer à la nouvelle image de l'entreprise. On se souviendra
que c'est Arthur Andersen qui s'est mis les pieds dans les plats et s'est
retrouvé avec plusieurs problèmes légaux dans le cadre du scandale Enron.
Accenture s'enrichit grâce à la privatisation des services publics, qui
élimine des emplois dans le secteur public et diminue grandement la
qualité des services fournis. L'enteprise est impliquée notamment avec
Ontario Welfare, les service d'immigration et BC Hydro au Canada. De
plus, en juin 2004, Accenture a obtenu un contrat d'une valeur
potentielle de $10 milliards pour la mise en place du programme US- VISIT
(United States Visitor and Immigrant Status Indicator Technology) qui
permettra au gouvernement étasunien de prendre les empreinte digitales
ainsi qu'une photographie de la plupart des étranger/ères désirant entrer
au pays. Il n'est pas difficile de voir comment ce contrat important,
dans le cadre de la soi-disant « guerre au terrorisme » (que voulaient
aussi obtenir des géants tels que Lockheed Martin et Computer Sciences
Corporation) avancera d'inquiétantes formes de répression des immigrantEs
et réfugiéEs.


Bearing Point (www.bearingpoint.com)
150 rue Metcalfe, bureau 700

Bearing Point est une des compagnies de consulation et de comptabilité
les plus grandes au monde. En 2003, l'entreprise a obtenu un contrat pour
revoir et corriger l'infrastructure économique de l'Irak, ayant
précédemment reçu des contrats sembables pour l'Afghanistan et la Bosnie.
Bearing Point (une compagnie privée étasunienne qui approche la
conception de l'économie d'un pays comme une tâche purement technique)
développe une réglementation du commerce, créer un climat sain au
développement de l'entreprise privée, crée un système bancaire
commercial, construit un système pour fournir des services sociaux,
révise les politiques fiscales et travaille généralement aux côtés du
gouvernement-pantin afin de s'assurer que l'économie du pays reflète
l'idéologie du «libre» marché, reste ouverte aux investisseurs étrangers
(surtout étasuniens) et
établissent de nouvelles hiérarchies et privilèges au sein de la société
irakienne, tout en solidifiant les inégalités plus anciennes.

Delta Ottawa Hôtel et Suites
361 rue Queen Ottawa

Les Hôtels Delta et la station de vacances Sun Peaks sont construits sur
les territoires Secwepemc qui n’ont jamais été vendus ou donnés au
gouvernement Canadien. Le Land and
Water BC (Terre et Eau CB) a fait fi des Secwepemc, qui ont dit NON à
l’expansion lors des réunions des dépositaires, et a obtenu en juin 2001
une injonction de la cour afin d’enlever les Secwepemc de leurs terres
natales par la force.

Le Centre de protection Skwelkwek’welt, situé à l’entrée de la station de
vacances, a été mis en place pour défendre les Droits et titres
autochtones. Pour cette défense de leurs droits, 54 personnes furent
arrêtées et accusées d’intimidation et d’outrage criminel pour avoir
bloqué une rue ou résisté à l’arrestation. En janvier 2003, un juge de la
cour de la CB jugea que quatre Aînés n’étaient pas coupables d’avoir
refusé d’obéir à une injonction qui leur ordonnait de détruire le Centre,
et tandis qu’elle sortait de la cour, Irène Billy, une Aînée, déclara : «
J’ai toujours su que nous avions raison, ceci est notre terre et Sun
Peaks et la province ne peuvent pas nous en séparer.»


Mercenaires et sécurité des États

Computer Sciences Corporation (CSC) (www.csc.com)

Au printemps 2003, CSC a acheté la compagnie de mercenaires DynCorp,
formant ainsi une nouvelle division nommée «Global Security Solution
Organisation», qui offre des solutions dans le domaine de la «sécurité
physique». Des solutions comme la conception de prisons et de systèmes de
surveillance. Des solutions spécialisées, toute une gamme d'euphémismes
pour désigner les activités pour le moins douteuses nécessaires au bon
fonctionnement de la «guerre au terrorisme» comme les services de
consulation professionnelle de sécurité, la gestion du consentement (la
gestion du consentement?! ou la torture?) et l'administration des accès à
l'indentité. Ce même printemps a vu CSC/DynCorp obtenir le contrat pour
fournir un «support légal » en Irak. L'entreprise est en Irak pour
rétablir les services de police à travers le pays et pour former la
police locale dans ce qu'elle nomme les «pratiques policières adaptées
aux sociétés démocratiques». Comme en Afghanistan, CSC offre un poing
privé pour reforcer les lois illégitimes d'un gouvernement établi par les
forces d'occupation. CSC est tout aussi dévoué à la «guerre au
terrorisme» et aux projets économiques et politiques qui la sous-tendent
ici en Amérique du Nord, où l'entreprise participe à de multiples projets
qui démontrent des liens étroit entre politiques et profits.

Service de police de la ville d'Ottawa
474 rue Elgin, Ottawa

La police mène des attaques quotidiennes sur les rues (et les gens qui y
vivent) d'Ottawa. Les 29 et 30 novembre, et le 1er décembre, ces attaques
continueront, mais leur direction aura quelque peu changé. Alors que le
fardeau quotidien de cette répression est senti par ceux et celles qui
vivent sur la rue et qui tentent de mettre du pain sur table, lors de la
visite de Bush, ce seront les manifestantEs qui attireront l'attention de
l'équipe tactique du service de police de la ville d'Ottawa. La police
connaît bien cette foule. La violence a été dirigée contre nous à de
multiples reprises. Souvenez-vous du G20 où une mobilisation massive fut
attaquée par les chiens et les matraques des flics. Souvenez-vous des
sans-statut algérienNEs qui attendaient pour une réunion avec le Ministre
de l'Immigration et qui furent violemment attaquéEs. Souvenez-vous du
Seven Year Squat, des activistes du droit au logement qui furent
massivement gazéEs et de l'édifice détruit lors de l'intervention de la
police.


Gendarmerie royale du Canada (www.rcmp-grc.gc.ca/)
155 avenue McArhur, bureau 609, Vanier (et sur les rues)

Ne croyez pas que la GRC a l'intention d'appliquer la loi sur les crimes
de guerre et pincer George W. pour Terrorisme International. Croire ceci,
c'est croire que la GRC travaille au service de la justice. Rien n'est
plus faux, la GRC ayant été créée dans le but de protéger les criminels
de guerre. La GRC a toujours eu comme mission de renforcer et de
participer à l'expansion du colonialisme sur lequel le Canada est fondé.
Présentement, la GRC partage son expertise coloniale dans des endroits
comme Haïti et l'Irak. Ils peuvent non seulement surveiller et écraser la
dissidence au sein des communautés autochtones du Canada, mais aussi
exporter leurs talents pour la répression à l'étranger. Le Canada a
dépense $10 millions pour que la GRC entraîne des policiers irakiens en
Jordanie. Cet
entraînement représente un de plusieurs exemples de l'acceptation de
facto de l'occupation illégale de l'Irak par les USA. Ceci montre encore
plus clairement l'hypocrisie de la position « officielle » du Canada sur
sa non-participation à cette invasion menée par les États-Unis.


Service canadien du renseignement de sécurité (www.csis-scrs.gc.ca/) 1941
rue Ogilvie, Ottawa (derrière les arbres)

Le SCRS est l'agence d'espionnage du Canada. Le service compile les
rumeurs et la spéculation et classent tout cela selon un ordre précis. Un
des usages de cette spéculation est dans l'apaisement du gouvernement
étasunien, pour lui assurer que le Canda surveille bien les « terroristes
». A cette fin, le Canada détient cinq hommes musulmans en vertu de la
procédure spéciale du certificat de sécurité. Ces hommes n'ont pas le
droit à un procès juste et équitable et font face à la déportation vers
la torture ou la mort. (voir SPPCC plus bas pour plus de détails) Le SCRS
est un harceleur connu des MusulmanEs et Arabes. Ils font des visites à
domicile et intimident ceux et celles d'entre nous avec un statut
vulnérable. Le SCRS est aussi connu pour établir des fichiers sur les
écologistes, altermondialistes, étudiantEs et syndicalistes – bref, tous
ceux et celles qui s'engagent activement dans la démocratie.

Ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile (SPPCC)
(www.psepc-sppcc.gc.ca)
340 avenue Laurier Ouest, Ottawa

Cette branche du gouvernement est responsable de la Gendarmerie Royale du
Canada (GRC), du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS),
des Services correctionnels du Canada (SCC), de la Commission nationale
des libérations conditionnelles, du Centre canadien des armes à feu et de
l'Agence canadienne des services frontaliers. La Ministre est aussi la
Soliciteure générale et est responsable de plusieurs choses, entres
autres de la signature des certificats de sécurité. Cinq hommes musulmans
sont présentement détenus en vertu de ce certificat. Ils n'ont pas le
droit à un procès juste et équitable et font face à la déportation vers
la torture, la mort possible, tout cela aux mains de ce Ministère.

Centre de recrutement des forces armées canadiennes
66 rue Slater, Ottawa

C'est ici que le gouvernement canadien engage sa chair à canon pour
servir dans la guerre pour le pétrole en Afghanistan. Le Canada a pris un
rôle de tête dans l'occupation de l'Afghanistan, libérant ainsi les
soldats étasuniens pour que ceux-ci puissent se rendre en Irak. Le Canada
participe pleinement à cette entreprise impérialiste; son armée réflète
les oppressions et divisions internes du pays, recrutant spécialement
parmi les plus vulnérables pour les envoyer servir l'intérêt d'une mince
élite.


Département de la Défense nationale (www.dnd.ca)
101 rue Colonel By . (face au centre commercial Rideau Hall)

Le département de la guerre, le coeur bureaucratique de la machine
militaire du Canada. À la tête de l'occupation en Afghanistan, avec un
rôle plus couvert, mais bien réel au sein des autres guerres des
États-Unis. Étend actuellement son rôle de «sécurité» domestique, un rôle
que le DND à longtemps joué partout à travers le Turtle Island (plus
récemment, à Kanehsatake et à Gustafsen Lake). Organise des projets de
recherche sur les nouvelles technologies de meutre et de contrôle social,
incluant des projets de recherche visant à appuyer le système de
«défense» par bouclier anti-missiles. Intègre la machine de guerre des
USA de plus en plus, et à tous les niveaux.

Autres lieux d'intérêt du gouvernement canadien

Citoyenneté et Immigration Canada (alias Déportation Canada) – Tour Jean
Edmonds Sud, 365 avenue Laurier Ouest
Bureau du Premier Sinistre - 80 rue Wellington
Affaires étrangères Canada / Commerce international Canada - 125 Sussex
Dr. Industrie Canada – Édifice CD Howe, 235 rue Queen

Quelques ambassades

États-unis. - 490 Sussex Dr.
Grande-Bretagne - 80 rue Elgin
Italie - 275 rue Slater, 21e étage
Israël - 50 rue O'Connor, bureau 1005
Mexique - 45 rue O'Connor, bureau 1500
Colombie - 360 rue Albert, bureau 1002

-----
La Convergence des luttes anti-capitalistes
The Anti-Capitalist Convergence
MONTREAL
clac@taktic.org
tel: 514-409-2049
http://clac.taktic.org




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center