A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Deux Etats pour deux nations, c'est deux Etats de trop

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 21 May 2004 14:25:16 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Tel Aviv, Israel: l'initiative anarcho-communiste participe à l'immense
manifestation pour la paix. L'occasion de faire connaître par ce tract
leurs positions.

Si l'État d'Israël et l'autorité palestinienne arrivent à un accord de
«paix», cela ne résultera pas du souhait israélien de « sécurité » pour
les citoyens ni du souhait palestinien «d'indépendance ». Ce sera plutôt
une conséquence des intérêts géopolitiques internationaux des puissances,
tant ces concepts n'ont rien à voir avec leur façon de voir les choses.
Les accords de Genève, initiés par des politiciens et des hommes
d'affaires, s'ils sont signés et appliqués comme prévus (et ce sont déjà
deux choses différentes) seront l'expression de ces intérêts, et il en
sera ainsi de tout autre accord politique que l'on puisse imaginer.

Le terme le plus approprié pour décrire le traitement de l'État d'Israël
envers les habitants qui ne sont pas indus dans la catégorie des juifs
israéliens jouissant de leurs pleins droits est l'apartheid: une règle de
séparation chauviniste, qui confisque la terre des paysans, restreint la
liberté de mouvement des personnes se rendant au travail, et obstrue les
capacités des capitalistes palestiniens à développer leur économie. Tout
cela, alors que dans le même temps l'État d'Israël essaie d'obtenir la
coopération des dirigeants palestiniens.

Des personnes, qui se considèrent comme des activistes pour la paix, se
demandent sérieusement, au-delà des réponses officielles de la gauche,
quelles sont les raisons qui sous-tendent la politique commune de tous
les gouvernements israéliens (qu'ils soient de droite ou de gauche)
envers les Palestiniens. Nous considérons que ce n'est pas seulement la
conquête d'un peuple par le tourbillon des empires anciens; ni
l'expression d'une croyance en une terre d'Israël indivisible, tirée de
la Bible. Ce n'est pas non plus le blocage dû à la pression de
l'important lobby des dirigeants des colons, bien que celui-ci joue
également un rôle certain dans la situation.

L'apartheid doit être vue comme quelque chose qui sert de puissants
intérêts. Elle sert les capitalistes israéliens en fournissant de la
main-d'oeuvre à faible coût qui a été principalement utilisée par les
petits et moyens employeurs dans les entreprises industrielles et du
bâtiment. Les «Arabes israéliens » qui étaient sous la loi militaire
durant les années 1948-1966 ont rempli ce rôle et plus encore que
ceux-ci, les habitants des régions occupées en 1967. C'est seulement
dernièrement, résultat de l'Intifada el-aktsa, avec « l'importation»
massive de travailleurs immigrés temporaires que l'accès libre à cette
main-d'oeuvre a été interrompu. Les grosses compagnies israéliennes ont
profité de l'occupation de 1967 principalement parce que cela leur a
ouvert un gros marché de consommation dénué de toute concurrence.
L'establishment militaire, qui a toujours été puissant en Israel, a
apprécié et apprécie toujours les carrières garanties dans le
gouvernement et les industries une fois fini le temps de service. Les
militaires ont tout intérêt à ce que l'apartheid (et le conflit) perdure
car il leur assure positions sociales et droits. Il est également dans
l'intérêt des États-Unis, qui bénéficient depuis les années 50 des
services que lui a rendus l'État d'Israël, qu'Israël reste sous une
menace
permanente, afin que celui-ci ai besoin de leur soutien.

Un rappel: des discussions sérieuses au sujet de l'établissement d'un
État palestinien ont commencé il, y a seulement 15 ans, vers la fin de la
première Intifada. Presque tous les dirigeants de la principale gauche
sioniste et de la gauche plus radicale actuelle, qui semblent avoir
réussi à réécrire leur histoire dans un style plus ou moins orwellien,
n'imaginaient même pas qu'un tel accord puisse être possible. Même au
début de la période des accords d'Oslo ils ne parlaient toujours que
d'autonomie. L'OLP et la gauche anti-sioniste parlaient de
l'établissement d'un État souverain composé de tous ses citoyens
(binational). L'autorité palestinienne n'existait pas du tout avant
qu'Israël n'aide à ce que l'OLP assume ce rôle. L'accord de paix
concernant deux États pour deux nations ne fut à l'ordre du jour que
quand, suite à l'Intifada et aux changements de l'économie mondiale, il a
commencé à intéresser certaines franges capitalistes israéliennes et
américaines.

Que signifie une telle paix? Si nous comparons la situation dans l'Israël
élargi à un apartheid tel que celui qui a existé en Afrique du Sud, nous
pouvons voir que la paix signifie l'assujettissement de l'Intifada à une
junte dirigeante palestinienne qui servira Israel. Une paix comme
celle-ci, souvent appelée « normalisation », est liée au processus qui
s'exprime dans le monde entier sous le terme de globalisation et aux
initiatives pour une coopération économique régionale qui doit culminer
en une « région de libre-échange de tous les pays de la méditerranée ».

Tout autour du monde, de tels accords ont pour conséquence la prise de
contrôle des économies locales par des intérêts multinatio-naux, la
violation des droits de l'homme les plus élémentaires, la détérioration
des statuts et des conditions des femmes et des enfants, la violence
sociale et la destruction de l'environnement.

Est-ce qu'un tel accord apportera au moins l'arrêt de la violence? Nous
ne le pensons pas: les fossés et les difficultés économiques vont
augmenter, le problème des réfugiés ne sera toujours pas résolu et la
légitimité du soutien économique international apporté à de nombreuses
personnes sans travail dans la bande de Gaza et en Cisjordanie sera mise
en cause (comme cela s'est en partie produit après les accords d'Oslo et
même dernièrement). Dans une telle situation, les Palestiniens n'auront
d'autre choix que de dépendre de « leur » État, un État minuscule et
dépendant dont il est permis de douter qu'il puisse être à la hauteur.

Les États agissent à l'intérieur d'un système d'intérêts et se soucient
peu des gens ordinaires comme nous. Si nous voulons amener un changement
vers le mieux et diminuer les fossés qui nous séparent ainsi que les
tueries mutuelles, nous ferions mieux de ne pas nous comporter en
marionnettes obéissant aux leaders économiques financés par les Européens
et les Américains, qui se contentent de manifestations démocratiques.
Nous ferions mieux d'agir pour faire tomber les divisions nationales et
résister aux forces militaires respon-sables d'un massacre mutuel sans
fin.

Nous ne devrions pas promouvoir un programme politique, comme celui des
accords de Genève ni aucun accord alternatif Même si nous agissons à un
niveau indépendant (local) nous devons toujours nous rappeler qu'aussi
longtemps qu'il existe des États et que le système capitaliste perdure,
toute amélioration que nous construirons ne sera que partielle et
toujours menacée. Par conséquent, nous devons voir notre lutte comme une
partie intégrante de celle menée dans le monde entier contre le
capitalisme mondial et appeler à un changement révolutionnaire basé sur
l'abolition des classes, de l'exploitation, et la construction d'une
société nouvelle, sans classe, anarcho-communiste. Une société où il n'y
aura plus de coercition par l'État, ni de violence organisée, où le
chauvinisme n'existera plus, ni les autres méfaits de l'ère capitaliste.

Ce tract est distribué par les anarchistes israéliens traîtres à la
nation.

contact: haifa_anarchists(a)yahoo.com


Texte extrait du Monde libertaire # 1360 (20 au 26 mai 2004)

Monde libertaire c/o Publico, 145, rue Amelot, 75011 Paris
http://www.federation-anarchiste.org/




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center