A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Lutter contre le sexisme et l'homophobie à l'école

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Tue, 18 May 2004 18:19:19 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

La récente agression de Sébastien Nouchet, entre la vie et la mort après
avoir été aspergé d'es-sence et brûlé vif, parce qu'il était homosexuel,
pose avec acuité la nécessité d'une lutte sans concessions contre les
préjugés et la violence homophobes. Les associations gaies et lesbiennes,
de même qu'Act-up, soulignent à. juste titre l'importance de l'éducation
dans la lutte contre les préjugés homophobes.

Quant à la récente controverse autour du voile, elle aura au moins servi
à dévoiler toute l'hypocrisie de l'institution scolaire, qui, si elle se
focalise sur le symbole visible d'oppression sexiste, garde un silence
plus que complaisant face aux très nombreuses manifestations quotidiennes
et concrètes du sexisme, qu'il s'agisse de violences verbales,
psychologiques ou physiques. L'État développe ainsi une vision qui relève
bien plus de « l'ordre public » que de la volonté de favoriser
l'émancipation des femmes et la lutte contre le sexisme. Ce n'est guère
une surprise pour nous qui n'avons jamais vu en l'État un libérateur.
Loin de cette mascarade, quelques pistes d'action, basées sur une
expérience personnelle et concrète, avec une collègue féministe...

En tant qu'actrices et acteurs éducatifs, nous tentons, dans le cadre de
notre pratique professionnelle, à travers les outils syndicaux et
pédagogiques, de faire avancer des idées et des pratiques de coopération,
et les idées d'égalité politique, économique et sociale.

Sur Lyon, un réseau de lutte contre le sexisme et l'homophobie à. l'école
tente de se constituer. La diffusion de films (Chaos de Colline Serreau,
Fucking Amal de Lukas Moodysson sont des supports intéressants) et
l'organisation de débats peuvent être l'occasion de discuter de
problématiques aussi variées que la question de la violence domestique,
les mariages forcés, la prostitution, la virilité imposée chez les
garçons, l'exploitation des femmes dans le travail domestique, la
différence de traitement filles/garçons (autour de l'opposition « salopes
» et « tombeurs » qui entraîne une répression de la sexualité des filles
et leur négation comme sujet) et le caractère transclassiste du sexisme,
présent dans tous les milieux sociaux.

La présence d'un homme et d'une femme est un outil intéressant pour
montrer: - que les femmes peuvent tenir un discours autonome sur la
question, et peuvent vivre, penser, vouloir et désirer les choses hors de
la norme patriarcale,
- que des hommes peuvent essayer de remettre en cause la norme viriliste
et machiste, et être solidaire de la lutte des femmes sans s'y substituer
(ce qui serait pour le moins paternaliste).

Cette mixité, si elle a des intérêts, peut avoir des limites notamment
dans l'expression sincère et franche des opinions et du ressenti des
un.e.s et des autres. Dès lors, la non mixité se révèle également un
outil pertinent.

Parallèlement à. ce travail ponctuel, une intervention basée sur la
discussion s'impose quand des propos sexistes et/ou homophobes sont
tenus. Il est dommage que cette exigence ne soit pas davantage partagée
par les collègues. En effet, les propos sexistes et homophobes sont
souvent tolérés quand des propos racistes déclenchent immédiatement une
réaction virulente (c'est une bonne chose, il serait juste important
d'étendre cette attention pédagogique à la lutte contre le sexisme et
l'homophobie). Le plus souvent, l'intervention sur les « enculés » et
autres «pétasses » se fait plus sous l'angle du rejet de la vulgarité que
du rejet du sexisme et de l'homophobie. Or, anarchistes, nous nous
contrefoutons de la notion de vulgarité qui renvoie à. une norme
bourgeoise du langage et qui est basée sur une différenciation de classe.
Par contre, le langage est un support de choix pour les idéologies de la
domination, et l'omniprésence des termes sexistes et homophobes dans le
vocabulaire contribue à. légitimer les comportements et les conceptions
réactionnaires. Intervenir donc, par la discussion, en questionnant les
préjugés religieux, réactionnaires, naturalistes, notamment ceux qui
lient le fait d'être pénétré au fait d'être dominé-e et qui fondent le
préjugé homophobe et sexiste. Intervenir en valorisant la possibilité
d'une pratique affective, relationnelle et sexuelle différente, basée sur
la réciprocité, le contrat, le refus des normes,, le refus de la
criminalisation des désirs quand ils n'entraînent pas violence ou
domination.

L'homophobie en milieu scolaire est tenace, le sexisme également. Mais
c'est souvent par absence d'autres modèles ou plutôt de questionnement du
modèle, que persistent les préjugés réactionnaires.

Les cours d'éducation sexuelle se réduisent le plus souvent à une
information sur la contraception et l'avortement, avec du matériel
pédagogique inadapté centré sur la description des appareils génitaux.

Fidèle aux préjugés réactionnaires, l'institution réduit le plus souvent
la sexualité à la question de la reproduction, enfermant celle-ci dans le
schéma du couple hétérosexuel comme seul modèle social. La sexualité dans
son angle pratique, ludique, constructif, n'est jamais abordée, ou alors
c'est à l'initiative courageuse d'enseignant. e. s, d'infirmières ou
d'intervenant, e. s extérieur.e. s, du Planning familial principalement.
Ne pas parler des pratiques, des mille et une possibilités dans l'acte
sexuel, du nécessaire respect de la partenaire et de ses désirs, de la
nécessité d'une réciprocité dans l'initiative qui rompe avec le schéma
passif/actif source de violence et de misère sexuelle, c'est, par le
tabou ainsi créé, ne proposer aux adolescent.e.s qu'un unique modèle;
celui des films pornographiques, avec leurs schémas hétéro-centrés autour
d'une sexualité génitale qui nie toutes les autres parties du corps ou qui
les sort de la pratique sexuelle (un bon outil pour la reproduction de la
misère sexuelle), une sexualité basée sur des schémas de domination/
soumission, qui nie le désir des femmes, les réduit à l'état d'objets
(l'image, sans le toucher, l'odeur, le vis-à-vis, dépersonnalisant et
déshumanisant les femmes) dont l'usage est centré autour du plaisir
masculin.
Ce modèle déshumanisant proposé par les films pornos est un facteur de
choix dans la construction de la sexualité patriarcale et des violences
sexuelles. Une conversation franche avec des ados dans un internat a
suffi pour s'en rendre compte. Les mecs pensent que c'est la grosseur de
leur sexe qui donne du plaisir, (quand il se soucient d'en donner et
qu'il ne se contentent pas d'en prendre), certaines filles ignoraient
qu'elles pouvaient se masturber, qu'elles avaient un clitoris, à quoi
celui-ci servait...

Les adolescents ont souvent une représentation de la sexualité basée sur
des schémas guerriers « je la prends, je la retourne, je la déchire »,
avec qui plus est un schéma « femme ou putain » classique du patriarcat.
La sodomie, la pénétration, n'est vue que comme un acte violent, de
conquête. D'où l'image du pénétré comme dominé, base du rejet
homophobe...

Alors, évidemment, souvent, il y a un décalage entre le discours de coq
et la pratique, quant on discute et qu'on va au fond des choses. Quand la
façade masculine « je maîtrise tout» cède la place, on se rend souvent
compte que certains sont loin d'être aussi à l'aise et dominateurs que
cela. On retrouve par exemple un discours de renversement de la
responsabilité lorsqu'il s'agit de parler de viols collectifs. Quand le
sujet est abordé, le discours qui est tenu régulièrement c'est « les
meufs elles sont consentantes, elles le cherchent souvent ». Mais quand
on approfondit, ce discours s'effondre et les élèves en question
admettent que de tels actes constituent des viols et les rejettent.

C'est pour cela qu'une réelle éducation à la sexualité, qui ne soit pas
centrée sur la génitalité mais qui englobe l'ensemble des pratiques
sexuelles (caresses; baisers, masturbation et toutes les différentes «
positions » et accessoires possibles), hétéro ou homo, et qui aborde la
question sous l'angle relationnel également, est indispensable car ce
serait un outil efficace de lutte contre les violences sexistes et
homophobes à l'école. Les textes réglementaires (il s'agit en général
d'une expression de la démagogie ministérielle chaque 8 mars, vite rangée
au placards) en offrent la possibilité - relative - (pas demain qu'on
parlera de godes et de polyfidélité à l'école, il est déjà souvent très
difficile d'aborder la question de l'homosexualité et du lesbianisme
autrement que sous l'angle judéo-chrétien de la « tolérance » ce qui
voudrait dire parler de liberté sexuelle), mais celle-ci est rarement
saisie par les personnels. Pourtant, la circulaire N° 2002-262 du
22-11-2002, et la circulaire du 03-10-1988 offrent un cadre assez large,
même si la dernière circulaire Ferry, circulaire N° 2003-027 du
17-2-2003, introduit un retour en arrière avec la précision suivante:
«Cette éducation, qui se fonde sur les valeurs humanistes de tolérance et
de liberté, du respect de soi et d'autrui, doit trouver sa place à
l'école sans heurter les familles ou froisser les convictions de chacun
».

Cette précision est une concession de taille aux lobbys religieux et
réactionnaires, puisqu'elle inféode l'éducation sexuelle aux préjugés
religieux en l'enfermant dans la sphère du politiquement correct. Outre
cette circulaire, la réticence des chefs d'établissement, par peur
notamment de conflit avec les parents d'élèves, est souvent un frein aux
initiatives. Mais ce cadre et le cadre des CESC (comité d'éducation à la
santé et la citoyenneté (sic)) sont des lieux qu'il est possible
d'investir en tant qu'actrices et acteurs pédagogiques.

À nous anarchistes de nous en saisir, en subvertissant le cadre étriqué
de l'éducation réactionnaire de l'État, à nous de briser le tabou sur la
sexualité, sur le sexisme et l'homophobie, sur les violences. Attaquons
nous au sexisme dans l'orientation scolaire qui est à la base de la
division sexuée du travail et aux manuels qui invisibilisent les femmes
et les homosexuels dans l'histoire, à un contenu pédagogique qui nie les
femmes en tant que sujets historiques, actrices de l'histoire.

Bref, du pain sur la planche, mais c'est une lutte que nous devons mener,
anarchistes sur notre lieu de travail, en sensibilisant nos collègues sur
la question notamment à travers les réseaux syndicaux dans lesquels nous
sommes investi.e.s. Une société libertaire et égalitaire ne se fera pas
sans extirper les préjugés qui asservissent une bonne moitié de
l'humanité, les femmes et qui répriment les individu.e.s et leurs désirs.

S.

Texte extrait du Monde libertaire # 1349 (4 au 10 mars 2004)

Monde libertaire c/o Publico, 145, rue Amelot, 75011 Paris
http://www.federation-anarchiste.org/




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center