A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Infos luttes sociales # 78

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Thu, 25 Mar 2004 11:52:48 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

20/3/04 - Bulletin n° 78 - spécial fin de grève à McDo Strasbourg-St. Denis

Après 363 jours de grève, un accord a mis fin le 9 mars au conflit du
McDonald's de Strasbourg- St. Denis. Les grévistes ont obtenu :

Le départ du franchisé Hamid Tryieh - qui avait essayé de couler le
restaurant pour justifier l'élimination d'un groupe de salariés capables
de se défendre - et l'arrivée d'un nouveau franchisé, que les salariés
connaissaient déjà et qui semble correct.
La réintégration de Tino Fortunat, vice-directeur du restaurant - dont le
licenciement abusif avait déclenché la grève - dans un autre restaurant
de la même franchise pendant huit mois puis de nouveau à Strasbourg-St.
Denis. Le paiement des jours de grève à hauteur de 35%.
Des embauches supplémentaires dont le nombre reste indéterminé.
Concernant les conditions de reprise du travail : il n'y aura pas de
nouveaux manager et la progression interne devra être favorisée ; les
salariés ont encore leur mot à dire sur l'embauche de nouveaux salariés ;
les salariés ont toujours un droit de regard sur l'organisation des
plannings. La reprise devrait s'effectuer le 29 mars.


En revanche :

Les quelques avancées obtenues lors des négociations de l'été 2003 n'ont
pas été prises en compte.
En ce qui concerne les heures supplémentaires non payées, d'avant la
grève, les salariés envisagent de porter l'affaire devant les prud'hommes
pour obtenir leur paiement sur les cinq dernières années, si le problème
ne peut pas être réglé autrement.
Il n'y a aucune avancée sur la question des salaires.

Dans l'ensemble on peut considérer que les salariés ont gagné sur les
questions essentielles qui étaient l'objet de la grève.

Parallèlement aux tractations portant sur le conflit, cinq salariés (qui
avaient été licenciés en octobre 2001, ce qui avait déclenché la première
grève de 115 jours) ont négocié leur départ à des conditions relativement
bonnes, obtenant des indemnités de départ conséquentes. Cette négociation
a sans doute pesé dans l'issue favorable du conflit, vu l'abcès de
fixation que McDo avait fait sur leur cas (la plainte que McDo avait
déposée contre eux a été retirée). ; elle s'est déroulée au grand jour
sous les yeux des autres salariés et n'a donc pas affaibli la lutte,
chose qu'on aurait pu craindre si ça s'était passé autrement et avait été
source de division. Nous regrettons seulement que la CGT, qui fait
silence sur ce point de la négociation, soit culturellement incapable de
comprendre que des salariés qui quittent un boulot qui ne les satisfait
pas ont parfaitement raison de le faire, du moment que tout se passe au
vu et au su de toutes les parties concernées.

Le texte de l'accord n'est pas à ce jour en possession des salariés. Un
doute reste entier, vu que nous ne disposons pas pour l'instant d'
information précises à ce sujet : le texte signé est-il un protocole de
fin de grève en bonne et due forme ou bien un accord entre avocats, y
a-t-il une clause de confidentialité qui empêcherait les salariés d'avoir
ce texte pour en faire respecter les clauses ? A ce jour nous constatons
que la CGT d'un coté et les avocats de l'autre ont préféré se livrer à
une conférence de presse (et plus généralement réserver à des
journalistes la primeur de leurs informations) plutôt que d'informer et
discuter directement avec l'ensemble des salariés et avec ceux qui se
sont engagés pendant des mois dans le soutien à la grève sur le terrain.
Nous ne pouvons que le regretter.

Le collectif de solidarité et plusieurs salariés ont profité de la
dernière réunion pour dresser un bilan rapide de la grève. Nous essayons
d'en donner ici quelques éléments.

A la question : le collectif aurait-il pu faire mieux pour soutenir les
grévistes, la réponse est indubitablement OUI.

Nous avons en effet été incapables de reproduire certaines des conditions
favorables qui avaient joué positivement dans la première grève. Tandis
qu' en 2001-2002 le collectif fonctionnait avec la participation de la
CGT et les initiatives juridiques restaient entièrement sous le contrôle
des grévistes, permettant à ceux qui se trouvaient sur le terrain d'avoir
une idée claire de l'ensemble des initiatives qui étaient prises par les
uns et les autres, cette fois il y a eu un manque de concertation évident
entre la CGT (qui a pris des initiatives de son coté), les avocats (qui
ont conduit leur stratégie juridique dans la plus grande opacité, en
tenant compte que de leur propre avis concernant l'évolution des rapports
de force sur le terrain) et les soutiens, qui ont fait ce qu'ils ont pu.
Ce qui a eu pour conséquence que les grévistes ont eu souvent le plus
grand mal à concilier des stratégies différentes. L'opacité des décisions
a souvent été un handicap pour tout le monde.
L'occupation du McDo, qui pouvait devenir un point de ralliement de
toutes les énergies disponibles pour offrir de la solidarité à la grève
et augmenter sa visibilité, a, au contraire, épuisé les meilleurs
énergies des grévistes, qui ont dû faire un effort considérable pour
tenir l'occupation et se sont trouvés souvent indisponibles pour animer
des actions et des occupations qui auraient bien davantage gêné leur
employeur.
Les rapports avec les mouvements du printemps et de l'été dernier (contre
la casse des retraites, intermittents, etc.) ont été somme toute assez
faibles et occasionnels, donnant plus d'une fois l'impression que les
grévistes de McDo étaient des consommateurs de solidarité, peu capables
d'en offrir en retour. Ce qui est en partie faux, vu l'aide qu'ils ont
apporté aux grévistes de Frog et aux deux grèves de Pizza Hut. Ce qui
démontre que la convergence des luttes ne va vraiment pas de soi et
qu'elle est le point d' arrivée d'un processus parfois fort compliqué.
La faiblesse de la dynamique que nous avons constatée pendant une bonne
partie de la grève est due sûrement à l'éparpillement des initiatives
dont nous parlions plus haut : les occupations du siège à Guyancourt et
d'un centre de recrutement, les quelques blocages nocturnes de la
centrale de livraison de Fleury Mérogis - conduits essentiellement avec
l'appui de la CGT et des intermittents en lutte - ne pouvaient pas tenir
lieu de dynamique d'ensemble. Elles sont restées des actions efficaces et
spectaculaires, mais ponctuelles, et ont entretenu chez les grévistes l'
illusion que la victoire pouvait venir d'autres acteurs qu'eux-mêmes.
McDo a sans doute cru avoir fait un bon calcul en laissant pourrir la
grève, lorsque dans les derniers mois de l'année les actions de blocage
ont quasiment cessé. La reprise de ces blocages à partir de la
mi-décembre par les grévistes et le comité de soutien, et le réveil de la
solidarité y compris à l'étranger, ont visiblement modifié la donne, mais
cela ne s'est pas fait sans efforts et surtout sans que l'on puisse
compter sur la collaboration des autres parties censées apporter leur
concours à la grève. Les rentrées d'argent n'ont pas été à la hauteur des
besoins ; cela est imputable à la fois à la faiblesse de la dynamique de
la grève, au fait que la confédération CGT ne s'est pas assez engagée sur
ce terrain, ce qui a obligé plusieurs grévistes à chercher des petits
boulots à coté pour subvenir aux besoins les plus urgents, affaiblissant
ultérieurement la dynamique de la grève. Le collectif de solidarité, pour
sa part, n'a pas réussi dans ces conditions à développer des actions de
financement comparables à celle de la première grève, malgré l'énorme
solidarité qui s' est manifestée lors du mouvement contre la casse des
retraites.

Mais quel a été le rôle du collectif de solidarité dans le soutien à
cette grève ?

Comme dans les grèves qui l'ont précédée (première grève McDo, Virgin,
Fnac, Arcade, Frog, etc.) nous avons essayé avec nos petits moyens de
modifier les rapports de forces sur le terrain. Nous avons parfois obtenu
des bons résultats, notamment quand les franchisés ont fait pression sur
McDo pour obtenir que les blocages cessent de les prendre pour cible (et
que la maison mère assume ses responsabilités), ou bien quand McDo, après
avoir pensé que les grévistes étaient épuisés, a du demander que nos
actions sur ses restos cessent comme préalable à la reprise des
négociations.
Le collectif a souvent été perçu par le syndicat comme une épine dans le
pied. Mais cette épine a permis que les grévistes continuent à se sentir
soutenus dans des moments où leur syndicat aurait eu naturellement
tendance à les lâcher, comme cela s'est vérifié un nombre incalculable de
fois dans d 'autres grèves. Son action a aidé à la popularisation de la
grève, à son rayonnement, à soutenir le moral des grévistes (qui parfois
en avaient bien besoin). Il n'a jamais atteint l'ampleur de l'activité
déployée par le collectif qui s'était mis en place à la première grève,
pour des raisons que nous avons essayé de cerner plus haut. Il n'a pu
donner à la dynamique de grève la force qui lui a manqué parfois. En
effet, il ne pouvait se substituer à elle ; il ne pouvait que la soutenir
et fonctionner comme amplificateur, sauf quand il n'y avait pas
grand-chose à amplifier. Malgré toutes les faiblesses que nous
reconnaissons franchement ici afin que d'autres ne se découragent pas
dans des situations similaires, signalons que rien n'aurait été possible
sans la ténacité des grévistes. Ils ont parfois donné l'impression de ne
pas avoir assez confiance en eux-mêmes et ont cherché à se rassurer en
s'adressant au grand frère syndical. Lequel n'est aujourd'hui pas en
mesure de permettre à une grève de gagner - et aurait difficilement
supporté l'existence d'un collectif hétéroclite et disparate comme le
nôtre s'il n'avait pas été conscient de ce fait. Ce qui n'empêche que une
juste méfiance vis-à-vis de certaines structures CGT s'est développée et
a fait son chemin.


Nous pensons que cette lutte aura nécessairement des répercussions sur l'
ensemble du monde du travail et en particulier dans les secteurs où le
travail précaire et la répression antisyndicale prétendent s'imposer
comme norme sociale.

Rappelons ici tous ceux qui, à un moment ou un autre de la grève, ont
prêté leur soutien, manifesté leur solidarité et permis que la lutte
aboutisse : les grévistes de Pizza Hut et de Frog, des enseignants et des
intermittents du spectacle en lutte, des militants de la CGT, FO, SUD,
CNT, des
organisations politiques, des associations de chômeurs et précaires (et
notamment d'AC !), des non syndiqués et non encartés qui ont offert la
force de leur indignation face aux pratiques patronales, qui ont diffusé
l' information, qui ont manifesté. Que tous ceux qui ont pris part à ce
combat, tous ceux qui par leur soutien financier ont permis à cette lutte
de durer jusqu'à son terme, tous ceux qui ont manifesté leur solidarité
par un certain nombre d'actions en Italie, en Allemagne, en Colombie.
sachent qu' ils ont contribué à leur manière à cette victoire.

----
Comité de soutien aux salariés en lutte de McDo, Frog, Arcade, FNAC,
Disney, Virgin, Pizza Hut, etc.

Pour tout contact : CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris (en précisant
bien le nom du comité) - Chèques à l'ordre de ADC avec mention "soutien
aux grévistes de.", à adresser à ADC c/o Maison des associations 35-37
av. de la Résistance, 93100 Montreuil.
____

McDo - Contact e-mail : hamburgreve@no-log.org

Informations et documentations sur les deux grèves et les initiatives en
cours : www.ac.eu.org/actu-docs/precarite/enlutte.htm

[ expéditeur/expéditrice <opodeldoch(a)free.fr> ]



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center