A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Rencontre de l'AMP - Belgrade 23 au 29 juillet 2004

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 23 Jun 2004 23:40:35 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

A TOUS LES GROUPES, MOUVEMENTS ET COLLECTIFS ANTICAPITALISTES ET
ANTI-AUTORITAIRES.
APPEL DU RÉSEAU DE L'ACTION MONDIALE DES PEUPLES (PEOPLE'S GLOBAL ACTION)
: POUR LA TROISIÈME RENCONTRE EUROPEÉENNE DE L'AMP DANS UNE BANLIEUE
RURALO-INDUSTRIELLE AUTOUR DE BELGRADE, DU 23 AU 29 JUILLET 2004

La prochaine rencontre de l'Action Mondiale des Peuples est acceuillie
par le réseau anticapitaliste post-yougoslave DSM et coorganisée par un
ensemble de collectifs européens.

3 MOTS D'INTRODUCTION SUR L'ACTION MONDIALE DES PEUPLES ET LA CONFERENCE
(suivie de l'appel du réseau de belgrade DSM)

L'Action Mondiale des Peuples (AMP dans le reste du texte) est un réseau
global de luttes locales, un réseau mondial qui travaille à remplacer le
capitalisme et tous les systèmes d'oppression par des alternatives
politiques et sociales sans frontières et basées sur la démocratie
directe.

L'AMP est réseau né en janvier 1998, 3 mois avant les actions qui
s'opposèrent à la première conférence interministérielle de l'OMC à
Genève. La dynamique amenée par ce réseau a grandement contribuée à la
mise en place des journées mondiales d'actions anticapitalistes, contre
sommets et divers autres initiatives de luttes solidaires telle que la
caravane
intercontinentale. Il a ainsi marqué le renouveau des luttes
anticapitalistes au cours de ces dernières années et mis en lien des
collectifs extrêmemnt divers, ainsi qu'aidé à l'échange suivi
entre divers projets, cultures et actions à travers des conférences
continentales ou mondiales, ainsi que divers outils de diffusion
d'informations.

En tant que réseau partie prenante d'un mouvement de
changement social radical, l'amp cherche maintenant à prendre un recul
critique sur ces dernières années et à contribuer à l'émergence de
nouvelles stratégies révolutionnaires et de liens entre le local et le
global.

L'AMP se veut loin des logiques de partis, d'Etat et des appareils
idéologiques de l'Etat que peuvent représenter certains syndicats ou
ong's..

L'objectif des échanges AMP et du réseau AMP est de connecter des groupes
locaux qui se retrouvent dans les principes de l'AMP :

1) Un rejet clair du capitalisme, de l'impérialisme, du féodalisme, des
Etats et de toute les institutions qui font la promotion d'une
globalisation destructive.

2) Un rejet clair de toutes formes et systèmes de domination et de
discrimination dont (et de manière non exhaustive) le patriarcat, le
racisme et le fondamentalisme religieux. Nous reconnaissons la dignité
entière de tous les êtres humains.

3) Une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le
"lobbying" puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel
point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital
transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique.

4) Un appel à l'action directe et à la désobéissance civile, au soutien
des luttes et des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de
résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des
peuples opprimés, ainsi qu'à la construction d'alternatives locales au
capitalisme mondial.

5)une philosophie organisationelle basée sur la décentralisation et
l'autonomie.

L'AMP est un outil de coordination et non une organisation.

L'AMP n'a pas de membres et n'aura pas de représentation juridique. Nulle
organisation ou personne ne peut représenter l'AMP

LA RENCONTRE DE BELGRADE :

La rencontre de Belgrade sera, espèrons-le, le fruit d'un travail
collectif de nombreux groupes militants de l'ouest et de l'est de
l'Europe.

La rencontre mixera pendant dix jours ateliers, débats, campement,
expérimentations pratiques et activités avec entre 500 et mille
personnes. Elle se veut un moment de rencontre pour faire le point et
préparer l'avenir sur des thématiques diverses :
- questions de genre et luttes antipatriarcales...

- migrations,

- luttes des travailleureuses et non-travailleureuses,

- critique de la société industrielle et pratiques autonomisantes,

- dynamiques d'intégration européenne et nationalismes,

- par quoi on remplace le capitalisme ? et expériences d'autogestion,

- militarisation des politiques et contrôle social,

- mouvement global et ghettoisation...

Au contraire de diverses grand-messes de consommation militantes de
masse, cette rencontre de l'amp se veut participative et autogérée par
ses diverses participant-e-s qui sont invités à prendre en charge
collectivement l'organisation, la logistique et le quotidien de la
conférence aussi bien que proposer des ateliers et débats qui pourront
être traduit dans les diverses langues nécessaires.(vous pouvez dès
maintenant proposer des débats, ateliers, échanges de savoirs sur le site
www.pgaconference.org).

Les collectifs organisateurs essaient maintenant de rentrer en contact
avec des groupes et individus impliqués dans des processus de luttes et
d'"autonomisation" à travers l'Europe et qui se retrouvent dans l'etat
d'esprit anti-autoritaire et centré sur l'action directe de l'AMP.

Comme il se peut que vous ayez entendu parler de l'AMP sans savoir
exactement ce que ce réseau recouvre, vous trouverez sur le web une
feuille de présentation francophone récente qui détaille l'histoire, les
structures et principes politiques du réseau de l'AMP:
www.pgaconference.org/newsletters/

Tout diffusion d'informations sur l'AMP et la rencontre à travers des
médias militants et indépendants est la bienvenue. Vous pouvez trouvez
des compte-rendus des dernières réunions internationales de préparation
en vous rendant sur le site www.pgaconference.org. Un guide pratique de
la rencontre sera bientôt disponibles.

Vous trouverez aussi dans la partie mailing list des formulaires pour
vous inscrire sur les listes d'échanges de l'AMP, en particulier la liste
pga_europe_process@squat.net à laquelle peuvent s'inscrire toutes les
personnes ou collectifs qui souhaitent s'impliquer dans la préparation de
la conférence. Il est aussi indispendable de remplir le formulaire
d'application à la rencontre disponible sur le site pour y participer.

Si vous souhaitez vous rendre à la conférence et participer à des
co-voiturages ou convois collectifs qui se rendraient avant sur place
(n'oubliez pas qu'en tant que ressortissant de l'UE, il faut un
passeport), échanger ou recevoir plus d'informations, vous pouvez écrire
au groupe de contact de l'AMP : pgaeuconfcontact(a)riseup.net

IL existe une liste francophone d'organisation de la conférence :
pga-2004-fr@lists.riseup.net à laquelle il est possible de s'abonner
simplement en allant sur http://lists.riseup.net/www/info/pga-2004-fr

Sachez aussi qu'un groupe de personnes pour partie francophones bosse
spécifiquement sur l'acceuil et la participation des enfants lors de la
rencontre, contact : ikkyu(a)altern.org, ainsi que sur la mise en place
d'initiatives autour des questions de genre :
breakingthesilence(a)gendertrouble.org

+++++++++++++++++++++

Appel de DSM pour la conférence.
DSM ! contact : drugacijimejl@yahoo.com

La coalition Drugaciji Svet je Moguc! (DSM!) est l'acceuillant européen
pour la prochaine conférence européenne de l'AMP. DSM! invite tous les
groupes et individus qui se retrouvent dans les principes de l'AMP à
prendre part au processus organisationnel.

Nous aimerions souligner qu'outre cet appel, des informations plus
détaillées sur les thématiques de la conférence, la logistique, les
comptes-rendus des dernières étapes de préparation... sont d'ores et déjà
disponibles sur le site www.pgaconference.org et seront complétées au fur
et à mesure.

Pourquoi ?

- parce qu'il ya un grand besoin de s'organiser dans ces périodes de
pauvreté sociale croissante. Nous devons créer des alternatives
politiques radicales plutôt que d'accepter le faux dilemne : nationalisme
ou
neo-libéralisme, coups de couteaux ou tortures par la pauvreté...

- parce que nous pensons que des initiatives de l'AMP en Europe de l'est
aideront les réseaux existant et l'AMP à se développer.

- parce que l'organisation d'une conférence présentant des alternatives
politiques radicales peut nous aider, en ces temps d'actions militaires
et de militarisme US, à sortir aussi des faux dilemnes entre un retour
des nationalismes et un euro-centrisme.

- parce qu'il est tout aussi important de ne pas faire jouer la
protection de l'économie domestique contre l'économie puissante des USA
et de l'Union Européenne.

- parce que bon nombre des groupes d'europe de l'est qui luttent en
adéquation avec les principes de l'AMP ne connaissent pas l'existence du
réseau AMP et que l'organisation d'une conférence sur les territoires
d'ex-Yougoslavie pourra aider à des rapprochements.

- nous pensons fortement qu'il est temps de se reposer sur les grandes
manifestations de masses comme solution unique et de se tourner vers une
mise en réseau globale de luttes locales. L'Europe de l'est et les
territoires d'ex-Yougoslavie semblent être un bon lieu pour démarrer.


Aujourd'hui la post-Yougoslavie est un espace où plus de 250 000
personnes ont été tué pendant la guerre (à dater de 1991), tandis que
plus d'un millions et demi de personnes ont été déplacées à l'intérieur
du territoire sans pouvoir retrouver leur lieu d'habitation. Ce qui
signifie que leur rapatriement demeure impossible. Un nombre à peu près
équivalent de personnes ont immigré. Ce chiffre croît sans cesse alors
que des personnes se préparent chaque jour à franchir le nouveau mur de
Berlin, l'espace Schengen qui sépare le nouvel empire romain de la
nouvelle «menace barabare». Le nombre de disparu-e-s fluctue
quotidiennement, avec l'exhumation de charniers collectifs et les restes
de victimes non-identifiées reposant dans des sacs plastiques blancs,
poussées d'une administration à l'autre en vue de clore leur
dossier.(Tuzla)
Les informations les plus importantes n'apparaissent pas forcément en
première page, mais coincées quelque part à l'arrière des journaux, entre
les pages culturelles et sportives, du coté des petites annonces : visas
leégaux et illégaux, trafics d'humains, exclu-e-s prêt-e-s à accepter
n'importe quel boulot, louant leur force de travail ou trafiquant des
bouts de leur corps (cela arrive souvent que les «invisibles» offrent un
de leurs reins à la vente afin de payer une éducation à leurs enfants, un
commerce qui est toujours légalement prohibé en Post-Yougoslavie). La
plupart de celles-eux qui ont commis des crimes sont toujours libres et
riches tandis que les agents de la «société civile», (les classes
moyennes et bourgeoises) et leurs promoteurs - les ong's étrangères
luttant pour les «droits de l'homme» - sont précisément ceux qui seraient
menacés si le status quo change, avec leur centaines de milliers de
boulots et leurs méga-salaires. En un mot «le non sens en tant que
catégorie politique» est maître du pays.

Ceci nous amène au paradoxe ultime avec le capitalisme qui est censé
avoir «apporté la paix» (les médias occidentaux et la communauté
internationale ont bien sûr fait les meilleurs efforts pour importer le
modèle capitaliste néo-libéral et son cortège de hold-ups de biens
publics, de privatisations et de créations de fortunes - présentant
Slobodan Milosevic comme le «dernier communiste du siècle» et connectant
sa chute avec l'importation du modèle de «démocratie libérale», même
amenée par des bombes).

Malgré 10 ans d'isolement et de présupposé enthousiasme pour une
«libération» capitaliste, lors des dernières élections, 45% de la
population à boycotté la démocratie parlementaire.

Aujourd'hui la confusion est à son comble.

La guerre civile, l'aggression militaire (par sa propre armée dans son
propre pays), l'embargo, l'aggression de l'OTAN, l'occupation de l'OTAN,
la reconstruction, le parlementarisme, le négationnisme, le capitalisme
rampant, l'ethno-fascisme, l'atavisme moderne, le modernisme ataviste,
les pertes et destitutions massives (le pire cauchemar européen depuis la
seconde guerre mondiale) sont seulement quelques unes des raisons qui
expliquent le sentiment d'incompréhension total des yougoslaves vis à vis
des parties de l'Europe qui n'ont pas connues de guerre civile ou
quelques uns des non sens politiques listés ci-dessus au cours des dix
dernières années.

Le sentiment absurde de revenir à quelque chose ayant déjà existé,
l'éclatement sanglant des états-unis de Yougoslavie afin d'entre dans les
états-unis de l'Europe du marché, sont un autre élément expliquant le
sentiment de désespoir qui marque les yougoslaves, poussés vers «attente
joyeuse» de l' «Europe civilisée».

C'est pourquoi nous pensons qu'il est extrêmement important de promouvoir
la démocratie directe et l'auto-organisation comme des modes de
résistance légitimes et des voies et directions alternatives possibles et
de montrer que derrière le grand drapeau unanime de la propagande, une
autre face plus sombre du capitalisme se cache.

Notre pays a par ailleurs été mis en vente et doit faire face à des
dérégulations massives des droits des travailleurs-euses, ce qui est
paradoxalement quelque chose dont les citoyen-ne-s d'europe de l'ouest
vont devoir se soucier aussi.

DSM, convenor de la prochaine conférence européenne de l'AMP, considère
que notre pays a reçu le rôle de salle d'attente et de cour face aux
grilles de l'Europe de Schengen. Selon les statistiques du Haut
Commissariat aux Réfugiés, la Serbie et Montenegro arrive au troisième
rang mondial du nombre de demandeurs-euses d'asiles pour d'autres pays.
Ceci en fait un espace privilégié pour réfléchir à la thématique de
l'immigration; d'égale importance pour l'est et l'ouest.

Il est temps enfin de faire voyager les mouvements radicaux européens de
lieux de victoires occasionelles (Bolivie, Mexique, Argentine, Brésil...)
jusqu'à la terre de sa défaite totale : la post-Yougoslavie.

Où et quand ?

Du 23 au 29 juillet 2004 à Resnik dans la zone industrielle autour de
Belgrade (Post-Yougoslavie)

Mais qui sommes nous ?

Beaucoup d'entre vous ne nous connaissent pas encore. DSM est un
regoupement de groupes, un collectif de collectifs unis autour du slogan
«Drugaciji Svet je Moguc» («un autre monde est possible»). Ensemble, nous
cherchons à créer un nouvel espace politique non-affilié avec les partis
politiques où le soi-disant secteur «non-gouvernemental». Ce nouvel
espace privilégie l'action politique directe aux formes normatives
d'engagement comme le lobbying ou le vote. Nous insistons sur une forme
de dialogue social différente de celle mise en place par le gouvernement
ou les ong's. Le dialogue social horizontal auquel nous voudrions prendre
part implique les groupes marginalisés auxquels sont systématiquement
déniés les droits les plus basiques. Nous nous distancions aussi du
concept de «société civile» et suggérons à la place l'idée de «société
participative».

Tout en étant un mouvement relativement jeune, DSM a réussi à attiré un
certain nombre de personnes de milieux sociaux et professionnels variés
avec qui nous avons commencé à mener des projets et activités à court et
long terme.

Nous sommes restés isolés pendant très longtemps et ce dont nous avons
besoin le plus est d'un appel à se réveiller. C'est ce que nous avons
commencé et continuerons à faire - par l'information et l'action directe,
d'une manière ouverte qui nous permette de construire une nouvelle
société plutôt que de rentrer en compétition pour les miettes lancées par
la vieille oligarchie.

En conclusion, nous espérons que toutes les personnes concernées aient
confiance en notre motivation et s'investissent pour organiser une
rencontre réussie dans notre ex-futur-pays.




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center