A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Arbitraire policier contre une jeune anarchiste en Bulgarie

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 30 Jul 2004 23:47:43 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

L’arbitraire policier à l’encontre d’une jeune anarchiste à la ville de
Dobritch, en Bulgarie

Elitsa, agée de 20 ans, habitante de la ville de Dobritch, en Bulgarie,
fut persécutée et arêtée avec accusation et sera jugée pour « crimes
contre la république ». « Le crime » consiste en la distribution de
prospectus et leur affichage dans la ville. Les tracts appellent à la
liberté, l’égalité et l’anarchie. La jeune fille a fait les prospectus en
se basant sur des anciens numéros du journal « Svobodna misal » (la
Pensée libre), le mensuel de la Fédération anarchiste en Bulgarie, qui
est diffusé tout à fait légalement dans tout le pays !

Sertains des numéros du journal sont également déposés dans la boutique «
Na Tamno » (Au Noir) à Dobritch, suite de quoi depuis environ un mois la
police locale s’y rendait tous les jours pour interroger la vendeuse, en
exersant même de la pression psychologique. La future « accusée »,
Elitsa, raconte encore : « Ils avaient rammené au commissariat toutes les
personnes correspondantes à ma description et les avaient interrogées,
car “on ne peut pas émettre des propos si durs contre l’Etat et écrire
certaines choses sur les prospectus”... ». Après le premier collage des
affiches libertaires les policiers avaient commencé l’enquête, ils
avaient fait le tour des lycées en cherchant des filles avec la
description donnée. Elitsa a été arrétée et interrogée et après elle a
été libérée, mais une accusation a été portée à son encontre. Même son
domicile a été perquisitionné, mais de quel droit il n’est toujours pas
tout à fait clair... Aparamment son e-mail lui aussi a été attaqué et
suivi (chose illégale sans une autorisation, dont probablement les
policiers ne disposaient poit), parce que d’après les médias « des
fonctionnaires du Département “Sûreté” (ndlr : dont on a fait disparaître
le suffixe “d’Etat” après 1989) auraient également établi ses liens par
Internet avec des complisses en idées ».

Dans l’article 108 du Code Pénal (sur la base duquel est portée
l’accusation) il s’agit de propagation d’une idéologie fasciste ou de «
terrorisme »... Il semble que le but de la police locale soit de prouver
son efficacité dans la « lutte contre le terrorisme » par une accusation
absurde contre la jeune fille. « L’infraction » d’Elitsa, consistant en
la distribution de tracts et la diffusion d’un journal légal, peut être
puni d’une peine de prison de trois ans !!!

Quelques précisions : L’accusation est selon l’article 108 du Code Pénal
pour fascisme et propagande antidémocratique, ainsi que pour l’incitation
à la violence (ce qui est au moins ridicule en s’agissant de collage de
tracts et de diffusion d’un journal légal).

Un beau matin, vers 5 h, la maison d’Elitsa a été perquisitionnée et à
l’occasion la police y a saisi des tracts, plusieurs numéros du journal «
Svobodna misal », ainsi que le hard-disque de son ordinateur. Après cela
elle a été arrétée et intérrogée dans le comissariat durant près de 6 h (
à toute vraisemblance sans avoir aucune possibilité de parler à un avocat
), interrogation menée par cinq juges d’instruction, après quoi Elitsa a
été obligée de donner des explications par écrit. La jeune anarchiste a
été soumise à une pression psychologique par des questions provocatrices,
en lui montrant de gros dossiers avec des matériaux sur « son cas »
(copie de son diplôme, dossier scolaire, listages de son e-mail
personnel...). Plus tard Elitsa se rend compte que le mot de passe de son
e-mail a été changé (apparemment par le juge d’instruction du Département
National de Sûreté).

Les policiers lui ont aussi proposé de la « collaboration » (c’est à dire
de la recruter comme dénonciatrice pour la police) en échange de quoi ses
accusations auraient été annulées et Elitsa elle-même aurait été laissée
« en liberté » pour diffuser ses prospectus, mais à la condition que ces
tracts soient examinés et approuvés par le juge d’instruction Ivan
Andréèv.

En ce qui concerne l’instruction ouverte à son encontre Elitsa n’a
toujours pas été informée... A toute vraisemblance son téléphone ainsi
que son e-mail son sous l’écoute du DNS.


Pour plus de renseignements ou bien pour publier une notte personelle ou
une déclaration de solidarité avec Elitsa vous pouvez formuler vos
questions sur la page spéciale du centre Indymedia en Bulgarie
http://bulgaria.indymedia.org/newswire/display/375/index.php

Vous pouvez aussi exprimer votre solidarité à Elitsa en nous écrivant (de
préférence en anglais ou en russe) à la Fédération anarchiste en Bulgarie
à l’adresse e-mail anarchy@bulgaria.com ou bien à l’adresse postale :
FAB, p.k. 59, 1220 Sofia, Bulgarie

Pour manifester votre solidarité vous pouvez également envoyer des nottes
de protestation aux ambassades ou d’autres institutions de la Bulgarie
partout dans le monde en nous envoyant en même temps un petit mot pour
nous tenir au courant.

[ expéditeur/expéditrice <solar(a)no-log.org> ]



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center