A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Répression en Italie, tracts des compagnons

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Thu, 22 Jul 2004 22:58:14 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

(Le 7 juin 2004, sur mandat du procureur de Bugno, les carabiniers ont
effectué une dizaine de perquisitions à propos de l'enquête sur les
C.O.R. (cellules d'offensive révolutionnaire, groupe marxiste-léniniste).
Dans la ligne de mire, en fait, ce sont les activistes du cercle
anarcho-écologiste « Il Silvestre ». Les COR ont démenti quelques jours
après dans un communiqué tout lien avec les compagnons)

" Les mandats de perquisition prévoyaient initialement une arrestation et
cinq mises sous enquête [« avviso di garanzia »], mais au cours des
opérations des carabiniers, quatre autres personnes ont été arrêtées, en
plus du premier, qui n'étaient pas inculpées et ont eu la mauvaise
surprise d'assister à la perquisition dans la maison d'un des inculpés.

Nous voulons affirmer ici clairement et sans crainte d'être démentis que
nos compagnons sont entièrement étrangers aux faits et ont été uniquement
frappés parce qu'ils n'ont jamais eu peur d'exprimer leurs idées de
solidarité à quiconque décide en son nom de s'opposer de ce système
assassin, y compris par l'action directe.

Ces arrestations sont uniquement le sommet d'une campagne de presse de
criminalisation et de répression contre le cercle de Via del Cuore.

Les journalistes et les dirigeants de tous les partis sont les mandants
d'une opération répressive comme il y en a eu dans le passé et comme il
continuera certainement à y en avoir.

Face à cette énième attaque répressive, nous avons peu de choses à dire,
mais clairement : tout d'abord une accolade très forte à Alessio, Leo,
Betta, Gioacchino et Alice, nos compagnons dont nous voulons la
libération immédiate.

Nous réaffirmons que ce ne sera pas une manoeuvre répressive, aussi
stupide qu'absurde, qui touchera notre volonté et notre engagement à
lutter pour une société meilleure contre une civilisation toujours plus
conformiste et obéissante qui s'alimente de dévastations
environnementales, d'industries criminelles légalisées, d'usines de mort,
de fabriques d'armes. A celle-ci, nous ne voulons être ni maintenant ni
jamais les complices résignés.

Solidarité avec tous les rebelles !
Liberté pour nos compagnons !
Liberté pour tous !
Feu aux prisons !

Groupe écologiste “Il Silvestre”
“Gruppo Anarchico Incontrolados” [Groupe anarchiste Incontrolados]

Rassemblement national de solidarité samedi à 15h (jardin derrière le Don
Bosco) Tous les jours, initiatives de solidarité
Passez donc au n°1 de la via del Cuore "

***********

[Le 11 juillet 2004, des affrontements ont eu lieu devant le centre de
rétention de Lecce, dans lequel est parti ensuite une révolte et une
tentative d'évasion. Un compagnon a été arrêté]

"Après deux jours de rétention dans la prison de Lecce, le GIP [ Juge de
la détention] Vincenzo Scardia a concédé aujourd’hui 13 juillet 2004 les
arrestations domiciliaires à notre compagnon arrêté dimanche dernier, 11
juillet, pour « violences à agent assermenté », au cour d’un
rassemblement devant le CPT [centre de rétention] Regina Pacis de San
Foca. Lors de celui-ci, les immigrés enfermés ont lancé une révolte en
détruisant les structures intérieures ; puis à partir des fenêtres
arrachées au premier étage, nombre d’entre eux se sont rassemblés sur le
grand balcon adjacent. L’un d’eux a sauté dans la cour en contrebas pour
s’enfuir, mais a été bloqué par les gardiens alors qu’il cherchait à
escalader le grillage métallique. Le compagnons présents ont alors tenté
de le libérer des mains des matons et c’est à ce moment-là qu’est partie
la charge des carabiniers en tenue anti-émeute. Deux compagnons ont été
arrêtés et ont subi un contrôle d’identité (l’un enfermé dans le CPT
jusqu’à 22 heures tandis que nous avons réussi à garder l’autre avec
nous), et Salvatore a été entraîné au loin de force (ce n’est qu’après
plusieurs heures que nous avons appris qu’il était incarcéré à Lecce).
Une compagnonne s’est fracturé un genou. Il paraît que deux carabiniers
ont été blessés à la tête.

La réaction des touristes qui peuplaient la plage adossée au lager a été
honteuse : habitués à détourner les yeux, ils n’ont pu éviter dimanche de
s’apercevoir de la violence des uniformes et du désir de liberté des
immigrés enfermés, ils se sont rangés ouvertement du côté de la
flicaille. Agacés par une journée de vacance méritée désormais ruinée
(ils payent des impôts), ils ont applaudi la forte répression et refusé
d’aider ceux qui avaient reçu des coups de matraque. Mais il n’y a
probablement là rien de bien étonnant. L’arrestation et la mise en cause
de Salvatore est avant tout une vengeance contre un compagnon actif et
connu, contre un parcours de lutte qui énerve probablement les gardiens
de la paix sociale sur laquelle l’ordre du présent est fondé, entendant
par paix sociale non pas cohabitation pacifique entre les personnes mais
plutôt la cohabitation pacifique entre dominants et dominés, exploiteurs
et exploités, dirigeants et exécutants, au profit des premiers et de la
sauvegarde de leurs intérêts.

L’important est de ne pas se laisser intimider, de ne pas laisser les
compagnons tombés dans les mailles de la « justice », être isolés (en
refusant les fausses distinctions entre coupables et innocents), et de
continuer à se battre chacun avec les moyens qu’il trouvera plus
opportuns, pour se débarrasser définitivement des prisons et des
tribunaux, des surveillants et des matons, des états et des
gouvernements, des patrons et des exploiteurs.

Liberté immédiate pour Salvatore ! Liberté pour tous !

Individualités du Capolinea Occupato de Lecce.

Rassemblement samedi 17 juillet 2004 de 18 à 23 heures à Lecce, à l’angle
de via Libertini et Piazza Duomo."

**********

[Mardi 20 juillet 2004, de nombreuses perquisitions ont eu lieu à
Rovereto, petite ville du nord de l'Italie. Six compagnons anarchistes
ont été immédiatement incarcérés et placés à l'isolement dans la prison
de Trento. On trouvera ci-dessous un communiqué écrit par leurs
compagnons :]

"La guerre est ici aussi, « guerre au terrorisme » et répression de la
dissension, partout.

Mise à jour de la situation des 6 compagnons arrêtés la matinée du 20
juillet... peut-être les dates ont-elles également un sens pour les
flics...

Depuis hier, 6 anarchistes de Rovereto -GIGI, TIBO, MARCO, MATTIA,
MASSIMO, et LOLLO- sont détenus dans la prison de Trento, via Pilati 7,
sous l'accusation de coups et lésions aggravées et en groupe, contre six
nazifascistes de la région de Trento. Ce sont justement ces derniers qui
ont porté plainte et procédé à une identification à la police contre les
compagnons, en déclarant avoir été agressés par au moins 40 personnes.
L'histoire est en réalité bien différente. Le soir du 4 octobre 2002,
nous, anarchistes, avons organisé une soirée à l'université de Trento sur
le thème de l'immigration, contre les expulsions et les lagers pour
immigrés. L'initiative n'a pas plu aux fascistes qui nous attendaient un
peu plus loin à la sortie de l'université pour nous faire la fête. Ils
nous ont suivi jusqu'au parking S. Severino et là, forts du fait que nous
étions une vingtaine dont une grande partie de jeunes, ils nous ont
attaqués avec des masses, des ceintures et des chaînes. Mais ils se sont
cassé les dents.
Le lendemain, nous avons découvert dans les journaux que, l'embuscade
s'étant mal passée, ils avaient décidé, d'un commun accord avec la
police, de nous la mettre dans le cul d'une autre manière, en renversant
les faits et en tentant de nous coincer.
Mais revenons à aujourd'hui, vu qu'il n'y a rien de nouveau ni dans les
embuscades fascistes, ni dans la collaboration séculaire entre les
guignols à la tête rasée et la police.
Cette rixe est évidemment un prétexte pour les arrêter, parce que les
mesures adoptées contre les compagnons sont complètement
disproportionnées par rapport aux délits dont on les accuse (si on devait
arrêter tous ceux qui à quelque titre que se soit sont impliqués dans des
bagarres nocturnes, doutons que l'on puisse encore rencontrer beaucoup de
gens dans les rues).
En plus de l'arrestation, le procureur Storari a imposé que les
compagnons ne puissent pas communiquer entre eux, ni avec leurs proches
ni avec leur avocat pendant au moins 5 jours, délai maximum de détention
possible avant l'interrogatoire par un juge. Il s'agit d'une mesure qui
est d'habitude utilisée pour délit de mafia et non pas pour rixe, ce qui
signifie clairement qu'ils veulent exercer une pression psychologique sur
les compagnons. De plus, le matériel séquestré au cours de la
perquisition n'a rien à voir avec les accusations et, juste pour donner
quelques exemples, des lunettes, des perruques, des piles, des bonbonnes
de gaz de camping, de la cire, des pétards, des livres et des tracts ont
été saisis.
Le caractère politique de ces arrestations, qui s'ajoutent aux dizaines
déjà effectuées dans le reste de l'Italie sur un mode similaire et qui
s'ajoutent à d'autres mesures, aussi bien pénales qu'administratives qui
ont plu ces derniers mois sur les têtes de tous qui tentaient de résister
et de s'opposer à la misère qui nous est imposée toujours plus
quotidiennement, est également clair.
Qu'il s'agisse des initiatives contre la guerre, de celles contre les
dernières réformes, de celles contre les centres de rétention, de celles
contre la loi Bossi-Fini, contre les licenciements ou pour les
augmentations des salaires, la situation sociale est toujours plus
explosive et les flics n'apprécient pas que ceux qui soufflent sur le feu
pour qu'il s'étende restent en circulation. La solidarité est une arme
qui frappe à travers l'action ; soufflons encore plus fort ; cette
société basée sur l'humiliation et l'exploitation de l'homme par l'homme
et de la nature par l'homme ne peut être réformée, et doit être
complètement détruite.

LIBERTE POUR TOUS, LIBERTE IMMEDIATE
FEU AUX PRISONS

Un rassemblement non autorisé est prévu cet après-midi sous les murs de
la prison de Trento.

Traduit de l'italien à partir de anarcotico.net, 21 juillet 2004"




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center