A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Des milliers de piqueteros marchent à Buenos Aires

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Thu, 1 Jul 2004 22:22:36 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Les piqueteros, après un “escrache” aux services de renseignement
vendredi, ont réalisé une coupure du pont Pueyrredon pendant 24 heures
et ont marché jusqu’à la place de Mai. Cette marche a réuni près de 70
000 personnes, ce même jour a été assassiné Martín Cisneros, militant de
la Fédération Terres et Logements (FTV), mouvement proche de Kirchner.

“Toujours, il semble qu’il va se passer quelque chose, mais par chance
tout s’est bien terminé”, a dit Juan Cruz Daffunchio, du MTD Aníbal
Verón, quand l’acte de la place de Mai qui cloturait les activités du
deuxième anniversaire des assassinats de Dario et Maxi dans la station
d’Avellaneda venait de se terminer. Daffunchio se référait au climat, vu
que les nuages ont menacé toute la journée de déverser leur contenu mais
n’ont pas altérer le cronogramme. Mais malgré le fait que la
mobilisation depuis le Pont Pueyrredon fut un incontestable succès, le
dirigeant, comme le reste des manifestants, a assuré que l’assassinat du
militant de la FTV, Martín Cisneros, fut la pire nouvelle possible pour
ce nouvel anniversaire. Des milliers de piqueteros ont exprimé ce samedi
une réclamation unanime : “Jugement et condamnation des responsables
matériels et politiques du massacre du 26 juin 2002”.
“Ce crime du camarade de la FTV est un signal d’alerte pour tout le
mouvement populaire, qui se solidarise profondément avec les victimes,
au-delà des différences entre les organisations.” Ceci fut le message que
les groupements de chômeurs ont cherché à transmettre. La mort du
militant du secteur que dirige Luis D’Elía fut interprétée comme une
attaque envers tout l’arc du mouvement piquetero et eu son impact dans
le déroulement de la journée.
Le jour avait débuté très tôt, lorsque la nouvelle sur le crime de La
Boca arriva sur le pont Pueyrredon, où les piqueteros réalisaient la
veille pour le second anniversaire des morts de Maximiliano Kosteki et
Darío Santillán. Le matin, comme annoncé, les organisations de
l’Assemblée Nationale des Travailleurs (ANT), le Blocq Piquetero
National (BPN), le MTD Aníbal Verón, la CTD Aníbal Verón, le MST Teresa
Vive, le MIJD de Raúl Castells et la FTC ont réalisé des activités
artistiques et culturelles ainsi qu’une radio ouverte.
Malgré un jour gris, des milliers de personnes se sont approchées du
lieu. A la mi-journée, l’heure à laquelle se produisirent les
assassinats des piqueteros du MTD il y a deux ans, un document
consensualisé par la majorité des organisations a éte lu.
“Nous continuons à exiger la condamnation des responsabls politiques et
matériels, qui en juin 2002, ont décrété la répression sur le peuple
organisé qui se refusait à payer au prix de plus de faim les coûts de la
dévaluation”, a-t’on pu entendre par hauts parleurs. Le document a
durement critiqué Eduardo Duhalde (président par intérim au moment des
faits) –qui du avancer les élections après les morts de Kosteki y
Santillán–, qui fut accusé d’avoir “exécuté la répression au travers de
ses services de renseignement et des forces de sécurité”.
Mais toutes les flèches ne furent ps pas pour l’ancien gouverneur de la
province de Buenos Aires. Au milieu de la tension qui existe entre le
secteur piquetero et le gouvernement, il y eu aussi de fortes demandes de
justice qui visèrent la Casa Rosada (palais présidentiel). “Le président
(Néstor) Kirchner –ont signalé les piqueteros– n’ a pas respecté sa
promesse faite aux familles des victimes.” En dernière heure, le
ministre de l’Intérieur, Aníbal Fernández, a assuré que la création
d’une commission d’enquête –quelque chose que les mouvements piqueteros
attendaient de la part de l’exécutif– n’est pas dans les plans du
gouvernement.

Plaza de junio
A 14 heure, les organisations commencèrent la mobilisation jusqu’à la
Place de Mai. La colonne avait à sa tête une banderole qui réitérait les
revendications envers le gouvernement pour qu’il approfondisse
l’enquête. “L’Etat continue à couvrir, condamnation de tous les
responsables du massacre d’Avellaneda.”
Parmi les leaders des organisations piqueteras, se trouvait le dirigeant
du Courant Classiste Combattif (CCC) de Jujuy, Carlos “Perro” Santillán.
“Le gouvernement doit se décider entre accéder aux demandes de justice
du peuple et en finir avec l’impunité ou bien continuer les politiques
qu’il a maintenu jusqu’à maintenant. Il doit opter entre la droite qui
demande de la répression et le mouvement populaire.”
Alberto Santillán, père de Darío, a également fait parti des premiers
rangs de la manifestation, au même titre que la famille de Kosteki. A
ses côtés, avec une photo de son fils dans la main, se trouvait le père
de Diego Lucena, le garcon assassiné il y a quelques jours à Isidro
Casanova, où toutes les accusations visent la police. Furent aussi
présents les députés Ariel Basteiro, Luis Zamora et Patricia Walsh, et
le secrétaire général du Parti Communiste, Patricio Echegaray. Beaucoup
d’habitants de la zone de Constitución sont sortis sur leurs balcons au
passage de la manifestation qui occupait plusieurs patés de maison sur
l’avenue 9 de Julio jusqu’à la descente du pont. Les manifestants
étaient chargés de couvertures, de sacs de couchage,de “ollas” et
d’équipements de maté avec lesquels ils ont passés la nuit.
Il y eut une scène qui s’est répétée plusieurs fois : tandis que les
piqueteros avancaient, plusieurs groupes de personnes extérieures à la
manifestation se concentrèrent sur les trottoires et applaudissèrent au
passage des manifestants. Cela se produisit à la descente du pont,
ensuite au coin de la 9 de Julio et de l’avenue Independencia, et en
arrivant place de Mai où de nombreux touristes, étudiants et partisans
filmèrent et photographièrent la protestation.
Les banderoles avec les visages de Maxi et Darío étaient très présentes
ainsi que les pancartes qui exigeaint la justice. “Oh, oh, oh, la Verón”,
chantaient les militants du MTD. Des pancartes reproduisaient les
témoignages de ceux qui participèrent aux évènemens du 26 juin 2002. “Ce
fut une chasse à l’homme”, répétaient-elles avant de s’arrêter face aux
barrières de sécurité de la Place de Mai.
“Nous sommes surpris de cette escalade de “gatillo fácil” (gachette
facile, pratique policière consistant à abattre gratuitement) et
l’assassinat du camarade de la FTV est un fait terrible produit par les
mafias politiques”, a affirmé le leader du Pôle ouvrier, Néstor Pitrola,
quelques minutes avant l’acte de fermeture, en mettant de côté ses
différences politiques avec D’Elía (qui soutient Kirchner).
Pendant la massive marche d’hier –la police a parle de 25.000 personnes,
Raúl Castells de 40.000 beaucoup de 70.000– qui fut la culmination d’une
semaine dans laquelle les protestations ont occupé le centre de la scène
politique, les organisations ont fermement maintenu leur posture de
confrontation et ont réaffirmé leurs méthodes d’action, malgré les
critiques déployées dans les derniers jours par plusieurs membres du
gouvernement. Au-delà de ces revendications, ne fut lu sur la place que
le document exigeant l’éclaircissement des morts de Dario et Maxi et la
condamnation des responsables matériels et politiques. “Nous ne voulons
pas d’un autre juin et que tout continue de la même manière.”

Alfredo Ves Losada
Pagina12 – 27 juin 2004

[ expésiteur/expéditrice <santelmo2(a)hotmail.com> ]




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center