A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Opinions, faiblesses des luttes sociales

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sun, 29 Feb 2004 17:16:43 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

La démocratie vue sur deux points : 1.La participation à l'opinion,
2.Gouverner par le bas, issue de la démocratie.
Nous vivons des temps vraiment surréalistes. Non pas que l'on trouve
encore des galettes dans les supermarchés fin février, ou voir un pape
préconiser l'abstention sexuelle dans une Afrique qui n'est aucunement
sous la sphère du Saint Siège, très pris au sérieux dans son absence de
cerveau bouffé par le dogme et les flatteries des puissants qui se
soucient plus du pillage des ressources de l'Afrique et du maintien de
son sous-développement, qui serait selon eux une preuve de l'infériorité
du Noir africain, idée raciste plus répandue qu'on ne le croit. Bref, la
question qui m'émeut, c'est le port du voile, du foulard.
Personnellement, cela m'emmerde de ne pouvoir porter de foulard sur les
barricades de la confédération, mais n'attendez pas de moi de prendre une
position sur un débat aussi stupide que celui-ci.

En effet, est ce par souci de cohésion citoyenne, de créer deux camps qui
se renvoient la balle de l'exclusion écolière (c'est plus adapté que
"sociale") ? Toujours est-il qu'un tel débat redonne une légitimité à
l'état, et aux politiques qui sont sensés nous gouverner. L'évidence ne
saute pas aux yeux, mais ce débat pue la merde ! ! ! Maintenant,
n'importe quel français connard (le français moyen, j'entends) va vouloir
exprimer son opinion merdique sur le sujet, savamment débattu par des
médias insipides et crétins. On se croirait bientôt en pleine affaire
Dreyffus, mon cul oui ! ! ! Ce débat vous montre le niveau de la
démocratie : le poivrot du bar d'à côté vous dira : "Ouaiis, ben chez
pas, mais heuuuuu, la laïcité à l'école, ça m'est aussi important qu'une
bièèère sans limonade... ! !" (et ch'peus vous dire kc'est de la parole,
bordel ! ! !). Avant de crier haro sur le baudet, faudrait pt'êt
s'interroger sur les enjeux de la question : diviser les gens sur une
question dérisoire et stupide et faire oublier les réformes qui passent
par caravanes ! ! ! Mais non, celui qui cherche à ne pas prendre position
se fait bientôt taxer de connard, comme au temps de 1914 à Paris, dans
les bars, où les inconnus devaient manifester leur patriotisme et leur
amour de la France dans leur élan salvateur pour déguster leur pinard ou
leur bière... sous peine de se faire casser la gueule...

Pour résumer, tous les connards se réveillent pour dire une opinion
foireuse mais rendue sérieuse par la masse d'abrutis dans les partis
politiques en passant de l'extrême-droite, droite, gauche et
extrême-gauche ; pour oublier les luttes actuelles qui se déroulent
souvent au pied de leur immeuble. Eberlués par le raffut qui les empêche
d'écouter le match de foot de la téloche, ils appuient rageusement sur le
bouton de la télécommande pour augmenter le son, tout en maugréant sur
ces syndicats, militants, qu'il accuse bientôt d'être responsables du but
encaissé en pleine lucarne : bilan : la France perd 1-0 contre le Brésil,
et la mémé du dessous commence à cogner contre le plafond avec son manche
à balais, mais c'est sans espoir, car notre supporter est sourd et bourré
(il boit toujours son pack de Kro dans de telles occasions).
Quel est le réalisme des mouvements sociaux actuels ? On regarde les
intermittents, et l'on s'aperçoit que depuis plus de 8 mois de luttes,
ils sont finalement dans une position de faiblesse face à un Aillagon,
goguenard somme toute, dont la bonne humeur n'est point menacée par les
piques des acteurs lors de la cérémonie de remise des oscars (ch'est plus
où et quand)... Disons que l'état se moque éperdument de la protection de
la diversité culturelle, et que c'est clairement L'ECHEC DE LA STRATEGIE
DE LUTTER EN BAS POUR GOUVERNER NOS GOUVERNANTS. Ce n'est pas la gauche
et l'extrême-droite qui vont changer cet état de fait. Plus, c'est une
absence totale d'alternative autre que l'état qui fait que la lutte sera
un échec. Le problème des intermittents s'applique également à d'autres
luttes : le DAL estime qu'il est faisable de changer les choses dans la
sphère politique, par l'organisation des Occupations : on résonne à
l'intérieur du système, et on n'essaie pas de s'en démarquer, de créer
autre chose. L'état représente encore une fois la solution, et on
espérerait presque qu'elle tombe du ciel, en animant un sentiment de
charité chez nos politicards technocrates qui croient en dieu seulement
dans le sens de leurs intérêts. C'est aussi le même problème d'AC (Agir
contre le Chômage) : ces chômeurs revendiquent des droits au travail,
contre la précarisation du travail, mais ils ne s'aperçoivent pas qu'en
définitive, l'état a créé le chômage pour casser salaires et syndicats et
d'une, et que l'entrée dans une économie mondialisée sert à maintenir cet
état de fait.

Ces exemples montrent qu'une majorité de militants ne raisonne que dans
le cadre d'un espace de liberté gracieusement offert par la démocratie,
et se base sur l'idée erronée que l'état peut tout.

L'issue qu'il faut voir à ces problèmes (car à tout problème, on trouve
une solution), c'est une vision alternative, par un engagement individuel
et collectif de se marginaliser pour marginaliser le système. C'est de
mettre en pratique l'AUTOGESTION non dans le système, mais en dehors du
système.

Voilà : maintenant, la question est posée : il faut créer les structures,
qui sont des sortes de centres sociaux militants (ou squats ) culturels
producteurs reliés entre eux en dehors du système. Ce qui ne veut pas
dire que l'on doit rejeter les luttes sociales à l'intérieur du système :
l'idée est précisément de les soutenir... Voilà, c'était un brin
brouillon, mais ça peut pas faire de mal...

Lapin en cavale, Paris

[ texte transmis par <sinaloa_libre(a)yahoo.fr> ]



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center