A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Ni dieux, ni exclusions : émancipation

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 11 Feb 2004 19:12:13 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


Foulard, fichu, bandana, barbe... et puis bientôt casquette, cravattes,
boucles d'oreilles... Enfin le retour à un ordre moral strict dans les
écoles. La discussion et le vote d'une loi portant sur le bannissement
des signes religieux ostensibles quoiqu'en disent celles et ceux qui la
défendent (Parti socialiste en tête, et l'UMP) aura pour conséquence une
stigmatisation encore plus grande des populations musulmanes, renforçant
ainsi la lepénisation des esprits et les discriminations vis-à-vis de
personnes déjà précarisées socialement, politiquement et culturellement.

Après avoir tergiversé pendant plusieurs mois, c'est donc décidé. Comme
l'a clamé haut et fort, Raffarin dans le Journal du Dimanche du 24
janvier 2004, la République doit refuser de se faire ronger de
l'intérieur. Reprenant ainsi une logorrhée d'extrême droite sur la
communauté française attaquée dans ses fondements par des " valeurs
étrangères ", c'est à un discours raciste auquel on assiste, même si
certaines personnalités de droite (De Villepin, Cardo entre autres) et de
gauche refusent ces raccourcis simplistes. Dans les faits, comme on a pu
le mesurer lors des manifestations du 17 janvier dans l'hexagone contre
ce projet, cette loi aura pour effet de renforcer les courants
intégristes. Après avoir opté il y a une vingtaine d'années pour une
gestion des questions sociales par l'intermédiaire du renforcement des
associations communautaristes au détriment de celles qui luttaient pour
la citoyenneté et l'égalité (voir les choix après la Marche des beurs et
Convergence 84 pour l'égalité), en refusant de s'attaquer aux problèmes
de fond dans les cités ouvrières, c'est donc maintenant dans les écoles
que la fracture de l'apartheid social va encore se renforcer. Tout cela
au nom de la République et des valeurs laïques, mais alors pourquoi ne
choisit-on pas de s'attaquer aux inégalités et ainsi de respecter un des
fondements de celle-ci, à savoir l'égalité. Comme s'il y avait danger en
la demeure, quand on sait que c'est au plus quelques dizaines de cas qui
posaient réellement problème et que les dispositions réglementaires en
vigueur permettaient déjà de prendre les " sanctions " nécessaires s'il y
avait lieu. Après avoir opposé lors du mouvement de l'éducation nationale
en 2003 un refus catégorique, mouvement notamment très puissant dans les
zones les plus sensibles, on créé une diversion en donnant satisfaction
au sein du corps enseignant à celles et ceux qui depuis une quinzaine
d'années en appel à un renforcement de la loi. Les jeunes filles portant
le voile se voient fustigées et deviennent les acteurs symboliques d'une
attaque en règle de la République. Quelle hypocrisie ! Comme le dit très
bien C. Delphy " Condamner les expressions de cette rébellion et les
réprimer, c'est accentuer le ressentiment légitime des ces jeunes
vis-à-vis de la société englobante. Leur parler de laïcité et de
république, alors que pour eux la république est une menteuse, qui dit
une chose et en fait une autre, quel effet cela peut-il avoir sur ces
jeunes qui savent et expérimentent tous les jours que, non, les chances
ne sont pas égales, qui sont traités d'"Arabes" ,comme si cela justifiait
le traitement discriminatoire, tous les jours ? Sinon de les confirmer
dans leur perception de la société française comme hypocrite en sus
d'être raciste. "

La gauche laïcarde n'est pas en reste car elle a été une des défenseuses
les plus acharnées de régler par une nouvelle loi cette question.
Décidément, cette dernière enfourche les habits les plus réactionnaires
et sécuritaires. Certains en sont très satisfaits, à l'image d'un P.
Sevran "sarko-chevénementiste" qui déclarait que grâce au cher Ministre de
l'Intérieur on pourrait éviter le fascisme... Cela nous rappelle le débat
du milieu des années 90 où une partie de la gauche voulait interdire le
Front national par le vote d'une loi.

L'avancée du discours islamophobe vient de trouver ainsi une traduction
pratique directe. L'exclusion des jeunes filles de l'école publique ouvre
donc tout droit à terme à la construction d'écoles confessionnelles
coraniques et on ne voit pas en quoi le sort de ces jeunes filles va être
plus positif.

Qui se réjouit de tout cela ? Le Front national et les intégristes
radicaux à l'image du Parti des musulmans de France. Comme le déclare le
Comité des sans papiers 59 le 21 janvier " Le gouvernement
Chirac/Raffarin/Sarkozy (CRS) et tous ceux qui agitent ce faux débat sur
" le foulard " au point d'envisager aujourd'hui " une loi " sont des
irresponsables qui font planer le spectre monstrueux d'une division et
d'un conflit religieux et " ethnique " qui ne profitera qu'aux forces
fascistes du Front National et des fascistes qui instrumentalisent
l'islam à des fins politiques. Notre mot d'ordre est : " Ni français
d'abord, ni préférence nationale, ni discrimination positive ", mais
l'égalité des droits et les papiers pour tous. "
Dans les milieux libertaires, les positions anti-religieuses, pour juste
qu'elles soient théoriquement oublient parfois que le retour du religieux
dans les quartiers est une conséquence directe de la pression subie par
ces populations depuis plus de vingt ans. Pressions sociales et
politiques et bien sûr liées aussi à l'histoire coloniale. A ce sujet
plusieurs textes du Collectif " Les Mots sont importants " apportent de
véritables réflexions (1). Le texte de Bahia El Hamma " Lorsque la
République se voile la face ", de décembre 2003 revient sur ce passé
colonial. " Ces foulards n'ont pas surgi de nulle part, ils sont le
produit d'une République qui refuse de faire face à ses propres
contradictions, et aux pages sombres de son histoire. C'est tout le
paradoxe d'une République à la fois porteuse d'un discours d'émancipation
universelle et pratiquant dans les faits une politique de discriminations
qui apparaît en filigrane dans cet extrait de Quatre soeurs - Hier en
Algérie, Aujourd'hui en France, et qui paraîtra au grand jour si cette
loi d'exception visant les élèves voilées venait à être votée.»

La République a une nouvelle fois rendez-vous avec une partie de sa
jeunesse issue de l'immigration post-coloniale. Ce rendez-vous sera-t-il
une fois de plus manqué ? ". Un autre texte " Foulard et Colonies " par
le Collectif Les mots sont importants apporte de nombreuses précisions
sur ce rapport et finit ainsi " Ce n'est pas un hasard : la
stigmatisation et les attitudes phobiques ou haineuses à l'encontre des
jeunes filles qui portent le foulard ne tombent pas du ciel, elles sont
au contraire, dans une large mesure, le produit d'une tradition
islamophobe française, qui trouve ses racines dans la propagande
coloniale (1) et dans le droit d'exception qui s'est construit dans les
colonies, à partir du Sénatus-Consulte du 14 juillet 1865. Ce texte de
loi divisait en effet la nation en deux entités : les citoyens à part
entière d'un côté, et de l'autre les " indigènes ", décrétés inaptes au
plein exercice de la citoyenneté, au motif qu'ils sont soumis au droit
musulman, lui même considéré comme étant fondamentalement et
irrémédiablement contraire à " la morale ".

Mais bien sûr, ce travail de mémoire et d'analyse n'est pas là pour
excuser les comportements d'une fraction des jeunes qui reprennent à leur
compte les stigmates de la société patriarcale dans laquelle nous vivons
et qui au travers du machisme, du virilisme, de la soumission des femmes
répondent aux dénis de leur identité et aux injustices sociales et
économiques par une négation encore plus forte des femmes.

Cette quête identitaire est aussi un élément à prendre en compte dans
l'affirmation par le foulard d'un choix libre et consenti volontairement
par les jeunes filles. Que cela soit pour nous le fait d'une oppression
et d'une aliénation n'y change rien. Il faut resituer cela dans son
entité globale du travail politico-social effectué depuis vingt ans dans
ses cités par des associations communautaristes. Si aujourd'hui par
exemple le mouvement " Ni putes, ni soumises " doit recevoir tout notre
soutien pour ses revendications liées aux conditions faites aux femmes
dans les quartiers, on doit réaffirmer qu'elles doivent intégrer un
changement radical des politiques urbaines et sociales pour devenir
réalités ; bref à un changement total des politiques libérales ou
social-démocrates de cesvingt dernières années et donc le retour à une identité de classe dans
les quartiers populaires.

Parce qu'il nous faut sortir du non choix qui semble se dessiner ces
dernières semaines avec d'un côté les défenseurs de cette loi et de
l'autre les intégristes ­ qu'ils nous faut combattre comme nous le
faisons pour les nationalistes -, il nous faut faire entendre notre voix.
Une voix qui dise non aux religions et non aux exclusions, non aux
intégrismes et pour l'émancipation culturelle, sociale et politique.
Un mouvement se dessine pour tenter de sortir de l'impasse et réaffirmer
des valeurs d'égalité, ce dernier aura sûrement des contradictions à
assumer. Mais sans confrontation au réel, sans se coltiner à la fois les
intégristes laïcards et leur pendants religieux, la " guerre des
civilisations " que certains souhaitent aura encore pris un peu plus de
réalité.

Philippe, scalp Nantes
(1) http://lmsi.net

------
Article tiré de No Pasaran # 27 - février 2004
32 pages. 2 euros.

No Pasaran
21ter rue Voltaire, 75011 Paris
tél : 06 11 29 02 15 - fax : 01 43 72 15 77
http://nopasaran.samizdat.net - nopasaran@samizdat.net




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center