A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) C'est arrivé près de chez vous # 2

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 4 Feb 2004 17:55:09 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


C'est arrivé près de chez vous # 2 - Hiver 2004

Sommaire ---------
La Paix Sociale Est Terminée !
UN ÉTAT AU SERVICE DU PATRONAT - OU COMMENT DES PROJETS DE LOI PEUVENT
SERVIR LE PATRONAT !
DES PROJETS DE LOI CONTRE LES FEMMES
La Bataille Syndicale Contre Charest
Moderniser L'État En Ouvrant Les Frontières !
Ça Va Mal Pour Les Locataires
Vers Une Privatisation De L'eau ?


La Paix Sociale Est Terminée ! ----------
by Comité des sans-emploi et CLAC-Logement

Les étoiles semblent alignées par les mauvaises nouvelles. Québec,
Ottawa, Washington, Londres, peu importe où l'on regarde, les
gouvernements affichent leurs couleurs sans gêne : réduire les mesures
sociales, laisser libre cours aux lois du marché, et, quand ils le
peuvent, soumettent des peuples et piller sans relâche les ressources de
la planète. Discours alarmant ? Que vous faut-il de plus ? Pour nous, la
paix sociale est terminée !

Depuis près de 20 ans, avec la libéralisation des échanges commerciaux
entre le Canada et les États-Unis, puis avec les différentes négociations
entre les gouvernements (ZLÉA, OMC, etc.), les pays occidentaux
appliquent les mêmes politiques économiques et sociales. Au Canada, le
gouvernement a frappé fort au début des années 90 avec de nombreuses
coupures dans les programmes sociaux (assurance-chômage, logement social,
paiements de transfert aux provinces). Au Québec, le gouvernement
péquiste à suivi avec son hypocrite déficit zéro en 1996.

Cela n'était qu'un avant-goût. Depuis quelques mois, comme un pyromane,
Jean Charest et son équipe mettent le feu aux poudres en faisant tomber
les soi-disant " acquis sociaux " issus des luttes des années 60 et 70.
Le gouvernement vient en effet d'adopter une panoplie de lois très
importantes qui vont modifier considérablement le " Québec social ".
Elles visent principalement les travailleuses et les travailleurs
syndiquéEs et le milieu de la santé. La sous-traitance sera facilitée
pour les employeurs en réduisant les protections des conventions
collectives. Dans le secteur de la santé, les règles d'accréditations
syndicales seront également affaiblies. Par effets d'entraînement, le
gouvernement va ainsi toucher bon nombre d'acquis sociaux. Alors,
imaginez ce qui attend les plus pauvres... Le ridicule de l'histoire,
c'est que le gouvernement Charest affirme qu'il doit prendre ces mesures
contre les lobbys que constitueraient les syndicats afin de défendre la
classe moyenne... qui est pourtant majoritairement syndiquée. Le
gouvernement attaque ainsi le mouvement syndical en espérant qu'il pourra
briser le seul mouvement actuellement capable de le faire reculer.

Tout cela dans l'intérêt de qui ?

Les porte-parole de la bourgeoisie claironnent qu'il faut d'abord créer
la richesse avant de penser à la distribuer : " On s'oppose à
l'augmentation du salaire minimum parce que cela freine la création de la
richesse ". Cette rengaine, c'est de la torture à nos oreilles ! La
richesse des riches ne descend pas du ciel : elle est volée aux
travailleuses, aux travailleurs, aux oppriméEs et aux déplacéEs du monde
entier. L'humanité n'a jamais été aussi productive de tout son histoire
mais le nombre de personnes laissées pour compte, vivant dans le besoin,
n'a jamais été aussi élevé. Ce qui oblige l'ONU à avouer que le quart de
la population mondiale n'a pas un accès direct à l'eau potable et plus de
800 millions de personnes sont gravement sous-alimentées...

Au Canada, un enfant sur quatre vit sous le seuil de la pauvreté. Pour
une autre partie de la population, la majorité en fait, la pauvreté
économique n'est pas trop apparente. Mais que vaut une vie endettée, où
on court et court encore et où on consacre sa vie à des crisses de job
plates, non valorisantes et au service d'exploiteurs en tout genre ? Nous
en avons assez de ce système capitaliste et des gens qui en profitent. On
peut faire de l'aveuglement volontaire, repousser l'évidence et taxer
d'alarmistes celles et ceux pour qui l'indignation et l'action doivent
emboîter le pas. Mais nous pouvons aussi rejeter un système qui ne vise
qu'à enrichir une infime partie de la population. Nous, on a fait notre
choix !

Nous n'avons pas de certitude quant aux meilleures solutions à envisager,
mais nous croyons qu'il est possible de faire mieux, beaucoup mieux !
Oui, nous en avons une certitude : la misère a assez duré ! Quiconque en
souffre directement, qui est sensible à ce qui se passe réellement ici
aujourd'hui, qui a quelque peu voyagé ou qui s'informe, ne peut
qu'arriver à la même conclusion : les femmes et les hommes de gauche sont
réalistes. Celles et ceux qui se bercent d'illusions, pour eux-mêmes,
sont celles et ceux qui pensent qu'il est possible que la situation
puisse perdurer longtemps, que la croissance économique et l'exploitation
des ressources naturelles peuvent durer indéfiniment.

Une année déterminante pour les luttes sociales

L'offensive de Jean Charest, les élections fédérales, les élections
américaines, l'intensification des négociations pour la zone de libre
échange des Amériques : voilà un agenda bien rempli sur la scène
politique officielle. Nous devons absolument mettre du sable dans
l'engrenage de ces rendez-vous. Quel est notre rôle ? Nous devons
intervenir, mais sur le terrain qui est le notre. Il faut voir plus loin
que le bout de son nez... Au-delà des gouvernements, c'est la pression
populaire qui a permis de marquer des points, ici et ailleurs,
aujourd'hui comme hier. Notre véritable pouvoir, c'est le nombre, c'est
la rue ! Il en est de même avec le gouvernement Charest. Nous devons
hausser le niveau de protestations, signifier que nous rejetons
catégoriquement ses scénarios d'enfer.

Les réseaux syndicaux et communautaires semblent vouloir organiser une
certaine riposte. Nous nous en réjouissons et nous souhaitons voir une
participation massive et combative à tout ce qui sera ainsi mis de
l'avant. Mais surtout, nous encourageons celles et tous ceux que ces
propos rejoignent, à militer dans leur milieu de vie, leur communauté,
leur syndicat, garderie, école et partout où il est possible de faire de
l'information et de s'organiser. Nous pouvons critiquer le leadership
syndical dans les luttes sociales et penser avec raison que le
corporatisme et le racolage au PQ ont fait bien des ravages depuis 20
ans. Mais depuis quand attendons-nous le mot d'ordre des directions pour
mobiliser et pour agir ? D'ailleurs à ce niveau, de nombreux syndicats
tant à la CSN qu'à la FTQ ont des mandats de grève en poche.
Rappelons-nous aussi la journée de mobilisation du 11 décembre qui a été
exemplaire. C'est à l'exemple de cette journée que nous allons marquer
des points. Mais, il faut que cela continue ! Dans le refus et la
bataille acharnée, coup pour coup, contre chaque nouvelle attaque
anti-sociale. Dans nos quartiers, et partout où nous sommes, nous devons
mettre l'épaule à la roue ! Contre les attaques faites aux syndicats,
mais également contre les reprises de logements, les hausses du coût des
services, le délire sécuritaire qui frappe les personnes immigrantes, la
répression policière contre les militantes et les
militants... nous avons bien des raisons de nous battre !

Vous trouverez dans ce journal différents textes qui mettent en lumière
les mesures réactionnaires du gouvernement Charest de même que des enjeux
sociaux qui nous apparaissent importants. On ne le cache pas : nous
posons un regard de solidarité entre les luttes, mais aussi un regard
anti-capitaliste et anti-patriarcal. Nous vous invitons à inscrire à
votre agenda la journée du 14 avril prochain. Nous voulons organiser,
avec toutes les personnes et groupes qui le croient nécessaire, une
importante action de protestation afin de bien faire comprendre au
gouvernement Charest qu'un an de règne, c'est un an de trop. La paix
sociale est terminée !

Les membres du Comité des sans-emploi Montréal-centre et de la
CLAC-logement

Qui sommes-nous? ----------------

Depuis plus de 10 ans, le Comité des Sans-Emploi est présent dans le
quartier Centre-Sud et lutte contre la pauvreté, l'exploitation et
l'injustice sous toutes ces formes. Rassemblement de sans-emploi, de
travailleuses et de travailleurs précaires et autres pauvres en colère,
nous avons toujours rejeté la concertation et les compromis, le
capitalisme et le patriarcat. De la lutte contre la réforme Axworthy et
les coupures dans les programmes sociaux jusqu'aux "commandos-bouffe"
contre la faim, le Comité s'est fait connaître pour ses actions directes
et radicales, souvent spectaculaires. Nous sortons à peine d'une campagne
de 3 ans sur la question du logement qui a mené aux actions squat de la
rue Overdale et Préfontaine et l'été dernier à l'action "Tent City" au
Parc Lafontaine. Aujourd'hui, c'est avec la même rage et la même
détermination que nous entreprenons une campagne à finir contre le
gouvernement libéral et sa "réingénierie de l'État". Appelez au 596-7094
pour plus d'infos ou pour joindre notre combat.

La CLAC-logement est un groupe d'action directe qui milite dans le
Sud-Ouest de Montréal. Nous organisons des campagnes et nous soutenons
des luttes pour le logement décent pour tout le monde, contre la
gentrification et contre la pauvreté. Nous agissons à partir d'une
perspective libertaire et anticapitaliste, qui s'oppose à toute forme de
domination.Contactez-nous: (514) 859-9022 ou claclogement@yahoo.ca

[texte tiré du site de la NEFAC : nefac.northernhacking.org/ ]




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center