A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Début d'expulsion, résistances au parc Mistral - Grenoble

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Tue, 3 Feb 2004 12:29:48 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


Début d'expulsion, résistances et violences policières au parc paul
mistral

Le parc paul mistral à grenoble est occupé depuis trois mois. Un village
aérien s'y est installé et cristallise un large mouvement de résistance
populaire contre la destruction du parc. Depuis quelques semaines, la
mairie PS, essaie de durcir le ton et d'obtenir l'expulsion des
occupant-e-s du parc et la reprise des travaux, bloqués par des journées
successives d'action directe. Une nouvelle procédure d'expulsion avait
été lancée la semaine dernière et laissait planer quelques jours de répit
avant le jugement du coté du parc.

Pourtant, dès ce matin, des policiers sont venus
encercler puis abattre une première cabane située à une vingtaine de
mètres de hauteur dans un platane dont le tronc était situé était situé à
l'intérieur du périmètre déjà conquis par la mairie pour le chantier. La
police a profité de l'absence des occupant-e-s de la cabane, estimant les
riques d'expulsion mineurs à ce moment là. Protégé par quelques dizaines
de CRS, les entreprises mercenaires de la mairie ont ensuite procédé à
l'abattage des divers arbres situés à l'intérieur du chantier. Du coté du
parc les un-e-s s'apprêtaient en hauteur à défendre leurs arbres, tandis
que l'alerte était donnée au sol.

Rapidement, une centaine de personnes vint
faire pression sur la police et les bûcherons, et tenter d'empêcher
l'abattage. Sur un deuxième front, une palissade fut abbatue et une
soixantaine de personnes réussirent à s'immiscer à l'intérier du
chantier. La police était là sur son terrain: pas de cabanes à 20 metre
de haut, pas d'ambiguité quand au fait que l'espace était encore public
ou non. On lâche donc les CRS jusqu'ici tenu en bride, (trois mois ;
c'est déjà une victoire) et c'est la curée... Gaz lacrymogène, matraques
et menottes , la police explose de sa rage contenue, militant-e-s
octogénaires, occupants des arbres, vieille grand mère qui hier encore
apportait le café du matin, le rouleau compresseur n'a pas d'yeux, les
coups pleuvent sur la petite foule, qui tranquillement, s'était dispersée
en petit groupe de personne assises ou couchées sur le terrain, entendant
par là retarder les travaux. et manifester leur mécontentement . Mais les
gent-e-s sont gazé-e-s et frappé-e-s sans avoir eu le temps de se
relever. Le bilan est lourd; trois blessé-e-s sont conduit à l'hopital,
l'une d'elleux attendait encore une échographie ce soir, (on craint une
hémorragie interne). Trois personnes sont en garde à vue, dont l'une
tabassée lors de son arrestation.

Hier
encore, un grand repas de quartier et de solidarité avaient réuni des
centaines d'adultes et enfants sur le parcs. L'ambiance des prochains
jours s'annonce plus tendue. Il est maintenant possible que l'expulsion
des autres maisons dans les arbres arrivent dès demain matin à 5
heures.Mais déloger quelques dizaines de personnes située-e-s à 10 ou 20
mètres de hauteur et préparé-e-s à résister risque d'être uneopération
difficile et coûteuse.

Tout-e-s les personnes solidaires sont appelé-e-s à venir sur le terrain
et à y établir un campement au sol pour les prochains jours, ainsi qu'à
trouver divers moyens utiles pour empêcher les travaux et l'expulsion.

Il semblait hier encore que des magouilles politicien-ne-s aient pu retarder
l'expulsion (l'UMP et donc le préfet ont semble-t-il pu s'accomoder un
temps d'une lutte minant la mairie PS de grenoble). Il est maintenant
très clair que, lorsque il s'agit de briser des mouvements de résistances
qui échappent aux cadres institutionnels vérouillés, Gouvernement et
Mairie, PS et UMP, finissent toujours par se réconcilier et se retrouver
du même coté de la barrière. Avec les diverses entreprises qui attendent
des millions de la construction d'un stade de foot géant à grenoble à la
place du parc mistral.

Il est possible et encouragé, notamment si vous n'habitez pas sur
grenoble, de protester par des envois de faxs et coup de téléphone à la
mairie de grenoble et à la préfecture.

La prefecture : 04 76 60 34 00, 04 76 60 48 94
Fax (Mr le Préfet) 04-76-44-68-00
Adresse. Mr le Préfet, 12 place de Verdun, 38 000 Grenoble

Mairie de grenoble : tel : 04 76 76 36 36 - fax : 04 76 76 39 40
la Metro (communautée urbaine de grenoble) : tel : 04 76 59 59 59 ou 04
76 43 49 89 - fax : . 04 76 42 33 43

Résistons ensemble ! rendez-vous au parc et luttons sans nous faire
prendre.

message transmis par <nicolu(a)no-log.org>




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center