A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Presse bourgeoise: Attentat en Estrie?

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Tue, 7 Dec 2004 18:27:21 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Pylône d'Hydro endommagé en Estrie : Sabotage ou canular?
Émilie Côté - La Presse - Le lundi 06 décembre 2004

Cinq policiers du Service de lutte contre le terrorisme de la Sûreté du
Québec ont perquisitionné hier soir les salles de rédaction de La Presse,
du Journal de Montréal et de CKAC afin de retracer l'origine d'un
courriel acheminé la veille à plusieurs médias du monde entier pour
revendiquer le soi-disant sabotage d'un pylône d'Hydro-Québec.

Une ordonnance de non-publication nous empêche de révéler les détails du
mandat de perquisition. Vers 21 h 30 hier soir, les policiers sont entrés
dans le bureau du directeur de l'information de La Presse, Éric Trottier,
afin d'avoir accès au courriel expédié à l'adresse nouvelles(a)lapresse.ca.

Envoyé vers 22 h 45 samedi soir à partir d'une adresse Yahoo!, le
courriel était signé par un groupe inconnu, l'Initiative de Résistance
Internationaliste (IRI). L'organisation affirme avoir posé une charge
explosive sur une ligne d'exportation d'Hydro-Québec, mercredi dernier,
près de Coaticook en Estrie, à quelques pas de la frontière américaine.

« Cette action de sabotage, que les autorités démocratiques ont caché à
la population lors du passage du dictateur en chef (George W. Bush, qui
était en visite au Canada la semaine dernière), est notre réponse face à
l'aisance avec laquelle l'État se moque de l'opposition populaire », fait
valoir le communiqué de l'« IRI ».

« Par cette opération, nous affichons concrètement notre refus d'être les
témoins passifs du saccage et du pillage des ressources au profit de
l'empire états-unien. Nous agissons contre notre exploitation grossière
par Hydro-Québec au bénéfice des entreprises privées, qui profitent de
chacune des opportunités que lui procure l'impérialisme, ajoute son
auteur, qui a envoyé le courriel à une trentaine de médias, du New York
Times à Al-Jazira, en passant par La Presse, ainsi que d'autres médias
locaux tels CIBL et les quotidiens francophones montréalais.»

La semaine dernière, des agents de la Sûreté du Québec, accompagnés de
techniciens en explosifs, ont bel et bien procédé, à la demande
d'Hydro-Québec, à l'inspection d'un pylône électrique sorti de son socle.
La thèse d'un attentat contre ce pylône n'a toutefois pas encore été
confirmée: « Une enquête a été ouverte et les résidus ont été envoyés au
laboratoire pour analyse, a alors commenté à La Tribune Louis-Philippe
Ruel, porte-parole de la SQ en Estrie. Il pourrait s'agir de matières
explosives, mais cela reste à déterminer. »

La SQ tente donc de savoir s'il s'agit du « sabotage » revendiqué par le
IRI, ou d'un simple canular. « Je ne peux pas accréditer la thèse de ceux
qui se sont appropriés cet événement-là ou du moins qui prétendent qu'ils
en sont les auteurs », a affirmé à La Presse Jacques Chagnon, joint à New
York où il participe à une série de rencontres sur la sécurité intérieure
et la lutte contre le terrorisme. « Il est trop tôt pour le faire et il y
a toutes sortes d'indices qui laissent planer d'autres doutes. Mais il
faut prendre ça au sérieux. C'est un groupe nouveau qu'on ne connaît pas,
il faut regarder ça avec une certaine prudence. »

Le directeur de l'information de La Presse, Éric Trottier, a déploré que
les corps policiers utilisent de plus en plus les perquisitions dans les
salles de rédaction pour faire avancer leurs enquêtes. « La police a
investi trois salles de rédaction en une soirée. Vont-ils venir mettre
leur nez dans nos boîtes de courriel chaque fois que nous allons en
recevoir un douteux? Je trouve ça très dangereux, car à la longue, les
médias vont finir par perdre la confiance du public. Nous ne le
répéterons jamais assez: les journalistes n'ont pas à faire le travail de
la police à la place de la police. »

Le vice-président des Affaires juridiques de La Presse, Me Philippe-Denis
Richard, s'est assuré que le mandat de perquisition de la SQ était
valable. « Nous n'avions malheureusement pas le choix, a-t-il dit. Chaque
fois que la police se sert de renseignements obtenus par les médias pour
mener une de leurs enquêtes, elle s'attaque au fondement même de la
démocratie. »

=====

Un groupe antimondialisation revendique l'attentat contre un pylône

Marco Brunelle - Journal de Montréal 06/12/2004 08h57

L’attentat à l’explosif perpétré contre un pylône d’Hydro-Québec,
mercredi, en Estrie, a été revendiqué par un groupe anti-mondialisation,
ce qui a amené les policiers à perquisitionner trois salles de nouvelles
de Montréal, hier soir.

Quatre policiers du service de la lutte contre le terrorisme ont investi
les locaux du Journal de Montréal, vers 20 h 30, hier, mandat de
perquisition en main.

Les salles de nouvelles de La Presse et de la station radiophonique CKAC
ont aussi été visitées. Les policiers cherchaient à récupérer un
communiqué de presse envoyé aux médias par courriel, tard samedi soir.

Un groupe disant se nommer Initiative de Résistance Internationaliste
(IRI) y revendique le sabotage d’un pylône de la ligne d’exportation
d’Hydro-Québec de Radisson-Nicolet-Des Cantons vers les États-Unis,
survenu mercredi dernier.

«Nous affichons notre refus d’être des témoins passifs du saccage et du
pillage des ressources au profit de l’empire états-unien», indique l’IRI.


«Nous agissons également contre notre exploitation grossière par
Hydro-Québec au bénéfice des entreprises privées, qui profitent de
chacune des opportunités que lui procure l’impérialisme», enchaîne le
groupe anti- mondialisation.

Groupe inconnu

L’IRI est un groupe totalement inconnu des corps policiers, a indiqué le
porte-parole de la police, le sergent Richard Bourdon.

Hier sur les ondes du réseau TVA, l’ex-agent senior du SCRS, Michel
Juneau-Katsuya, a mis un bémol sur la connotation de terrorisme puisque
l’événement n’a pas causé la terreur auprès des résidants, bien qu’il
s’agisse d’un acte criminel.

Retour en arrière

Rappelons que c’est un chasseur qui a averti les autorités policières
après avoir aperçu un pylône endommagé au nord du rang 2 à
Saint-Herménégilde, mercredi dernier.

La porte-parole d’Hydro-Québec, Lucie Brodeur, a déclaré que ça n’a eu
aucun impact sur les clients et que l’on procède actuellement à
l’inspection du réseau.



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center