A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Notes pour théorie critique libertaire du pouvoir d'Etat (2)

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 13 Aug 2004 21:25:45 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

[ 2e et dernière partie du texte "DE L'EMPRISE DE L'ÉTAT
Notes pour une théorie critique libertaire du pouvoir d'État" ]

II. L'ÉTAT DANS LES CONCEPTIONS DU « MOUVEMENT DES MOUVEMENTS »

L'État, en tant que concept et que problème, a pris un statut particulier
dans les représentations du « mouvement des mouvements » - formule
désignant ceux qui se disent « altermondialistes » - et cela depuis
Seattle. La critique du libéralisme, la dénonciation de la répression
lors des rassemblements de Naples et de Gênes, l'opposition à la
militarisation et à la guerre après le 11 septembre 2001, traduisent
toutes son importance. Et pourtant ce rôle de protagoniste ne
s'accompagne quasiment jamais d'une réflexion explicite sur le rôle de
l'État ni d'une réelle problématisation. Rien ou quasiment rien n'est
écrit sur les capacités des appareils d'État et des dispositifs
législatifs à modeler les esprits pour obtenir une soumission de routine,
à produire et reproduire les hiérarchies sociales ; rien ou quasiment
rien non plus sur l'articulation entre les dimensions « protectrice » et
répressive de l'État.
Je voudrais à présent tenter de répondre à deux types de questionnement :
a) quelles sont les principales conceptions de l'État qui émergent du «
mouvement des mouvements » ? b) dans quelle mesure ces conceptions
font-elles évoluer ou au contraire restent-elles accrochées à une vision
simpliste ou contradictoire de l'État contemporain ?
À éplucher les déclarations, les prises de position, les documents plus
ou moins officiels à la recherche d'analyses sur le rôle que joue l'État
dans les sociétés d'aujourd'hui, on ne va pas bien loin. Les travaux
faisant preuve d'un certain souffle analytique se comptent sur les doigts
d'une main. Certes, il ne manque pas de références et de critiques
ponctuelles, que ce soit pour exiger des pratiques plus démocratiques de
la part des structures de l'État ou pour critiquer le caractère répressif
de certaines d'entre elles. Rien, toutefois, qui ait un caractère
systématique, qui ne soit pas simplement fragmentaire ou de l'ordre de
l'allusion. Bien sûr, on est tenté de mettre ce manque de réflexions et
de critiques de fond sur le compte du caractère hétérogène et vaguement «
moral » du mouvement ; ou de se dire que, s'il faut chercher une pensée
critique élaborée, c'est du côté des traditionnelles minorités
intellectuelles qui opèrent à l'intérieur et autour des mouvements.
Et pourtant l'on retrouve dans divers documents de « campagne », sous une
forme plus ou moins explicite, les conceptions du rôle de l'État
présentes, parfois même de façon transversale, dans les différents
courants ou sensibilités du mouvement des mouvements. Malgré l'extrême
hétérogénéité qui prévaut sur d'autres plans, y compris là où s'observent
des différenciations sur des bases nationales et continentales reflétant
des spécificités politiques, sociales et culturelles, il est possible de
distinguer au moins trois conceptions au sein du mouvement : l'une qui
défend la souveraineté des États nationaux et s'oppose à la
mondialisation, une autre qui préconise une « ré-appropriation à la base
», et une troisième que l'on peut qualifier d'« insurrectionnaliste ».


1. L'État comme rempart contre la mondialisation

C'est là la conception prépondérante au sein du mouvement des mouvements,
celle dont Attac et Le Monde diplomatique sont peut-être les défenseurs
les plus explicites et les plus visibles, celle qui préconise un contrôle
renforcé des États nationaux sur les marchés et les flux financiers. Ce
qui se dégage de cette conception, c'est une idée de l'État comme, avant
tout, barrière de protection contre la domination des marchés, comme
garant en dernier recours de la communauté et du bien commun, comme
rempart protégeant les intérêts des citoyens contre un libéralisme
sauvage et prévaricateur. « Quelque chose de sûr et de durable (…) qui
institue des valeurs et des règles » et traduit « une exigence de
constance face à un capitalisme qui invente en permanence son contraire »
. Dans une partie du mouvement des mouvements, les États se voient
investis de fonctions de solidarité et de cohésion (les mécanismes de
redistribution de l'État social),
d'administration, de protection et de sécurité et même de lutte contre la
criminalité. Au fond, qu'est-ce qui permet de faire le lien entre la
défense de la nature contre son exploitation sauvage, la revalorisation
du Parlement face à l'exécutif, la lutte contre le gaspillage et
l'appropriation privée de l'eau, sinon une revalorisation du rôle de
l'État ? Dans cette façon de souligner l'altérité fondamentale de
celui-ci par rapport au capitalisme, l'on retrouve les traces de la
représentation classique de l'État que défendait la social-démocratie
européenne au début du XXe siècle.
À travers les événements de Gênes, le courant antilibéral a dû découvrir
avec stupeur la face répressive de l'État, puis, à travers les
interventions en Afghanistan et en Irak, et avec la même stupeur, son
rôle de fauteur de guerre. Il n'a voulu y voir, tout au plus, que des
dérives autoritaires, inévitables conséquences d'un libéralisme
envahissant. L'opposition à la « mondialisation militarisée », on le
voit, ne retient que des explications strictement économiques, qui ne
renvoient jamais à la nature
fondamentalement répressive et guerrière de l'État moderne. On ne
s'étonnera donc pas de constater que la critique des comportements de la
police et de l'interventionnisme américain n'a pas été suivie d'un examen
minutieux et systématique du rôle de la police et de l'État dans les
sociétés
contemporaines. L'opposition simpliste entre capitalisme mondial (à
combattre) et souveraineté étatique (à sauvegarder ou à restaurer), mais
aussi le fait que la nature de l'État contemporain se laisse
difficilement saisir, se traduisent par une incapacité à élaborer une
critique de la logique étatique en tant que telle. Ce courant refuse de
réfléchir à l'État en tant qu'ensemble d'institutions, de ressources et
de mécanismes de contrôle ayant essentiellement pour but de garantir
l'ordre social. Et pourtant comment l'État (national), le détenteur du
monopole de la violence légitime (Weber) sur un territoire donné,
pourrait-il se priver de l'usage d'un appareil de police lui permettant
de réprimer toute force susceptible d'affaiblir et d'ôter sa légitimité à
ce monopole ?


2. La mondialisation par en bas et la ré-appropriation des « réseaux
administratifs »

La seconde conception de l'État est surtout promue par les courants du «
mouvement des mouvements » qui, tels les « Désobéissants » d'Italie,
misent sur ce qu'ils appellent la mondialisation par en bas - par le
biais, par exemple, du « budget participatif » - et sur une aspiration
plus générale à une « démocratisation » des structures de l'État. Ce
courant hétérogène est mû par le désir de fournir une réponse « pratique
» à l'expropriation du pouvoir des citoyens par le capital et par les
institutions nationales et internationales en place. Parmi les multiples
expériences qui vont dans cette direction, il y a celles qui, dans les
métropoles européennes et sud-américaines, désignent les institutions
locales, voir communales, comme les lieux de la ré-appropriation ; d'où
l'émergence d'une critique de l'État se focalisant sur son caractère
centralisateur et bureaucratique, expression d'une démocratie décadente.
Mais les promoteurs de cette conception, qui en général critiquent la
conception souverainiste de l'État, partent d'une représentation
idéalisée de celui-ci et de ses rapports avec la « société civile ».
L'État contemporain est un appareil complexe, segmenté et, un peu partout
désormais, décentralisé. La participation « alternative » dans le cadre
des pouvoirs locaux, quand elle ne remet pas en cause les rôles
hiérarchiques (qui décide des secteurs et des ressources qui doivent être
soumis au débat et surtout aux prises de décision ?) et ne s'inscrit pas
dans un contexte de changement radical, à l'échelle nationale, régionale
et locale, des rapports de forces - entre capital et travail mais aussi
entre logiques administratives, fondées sur la délégation de pouvoir, et
logiques de libération sociale, supposant une véritable ré-appropriation
- ne peut mener bien loin. Car sans cette dimension, la critique
théorique du pouvoir étatique qui prône la participation à la base -
thème qui en soi peut s'inscrire dans une théorie critique libertaire -
se traduit par un refoulement de la logique étatique. Le problème, c'est
que, dans cette conception, l'État tend à se confondre, par
simplification et mauvaise intelligence du phénomène, avec l'État
national. Et qu'en conséquence, une fois que l'on a déclaré son aversion
pour la « nation » et redécouvert le « local » et la « société civile »,
l'État perd tout caractère problématique, que ce soit sur le plan
théorique ou politique, et reste un « lieu » fondamentalement neutre,
apparemment ouvert à la ré-appropriation.


3. L'État défenseur du capitalisme, donc à détruire

Le troisième courant est celui qui met le mieux en lumière la pénétration
des logiques de domination au sein des structures étatiques . Toutefois,
la représentation qu'il se fait de l'État reste schématique, focalisée
sur le rôle ouvertement répressif d'appareils ayant pour fonction de
défendre le capital et ses propriétés. Dans la mouvance du Black Bloc
notamment, l'État et le capitalisme constituent un objectif unique, « à
détruire » par la pratique de l'action directe. Inspirée d'un modèle
insurrectionnaliste classique adopté par de nombreuses minorités au cours
des XIXe et XXe siècles, l'action directe ou l'action exemplaire,
violente, contre la propriété privée, contre les « symboles » du capital,
serait le moyen de mettre à nu le vrai visage, violent lui aussi, du
capital et du pouvoir d'État. Or cette conception repose, il est facile
de s'en rendre compte, sur une méconnaissance de la complexité de
l'action que les États exercent, à travers mille ramifications, sur et
dans les sociétés contemporaines, où la mise au pas se fait par bien
d'autres biais que les seuls canaux « traditionnels » de la répression
policière et carcérale. Cette
représentation très simplifiée des fonctions de l'État méconnaît le rôle
« sécuritaire » et « protecteur » qu'il joue de façon de plus en plus
nette, en réponse - du sommet - à une crise des liens communautaires et
du lien social que « l'anarchisme insurrectionnaliste » du XIXe siècle ne
pouvait encore entrevoir.


4. Affinités, potentialités et contradictions non résolues

Une fois illustrées les trois principales conceptions de l'État présentes
au sein du mouvement des mouvements, il devient possible d'en repérer les
affinités et les différences. Ce qui unit le troisième et le deuxième
courant - celui qui voit dans l'État un ennemi à abattre, hors de toute
médiation, et celui qui imagine une possible « appropriation » par le
biais de processus de participation démocratique - c'est la critique de
la notion de souveraineté nationale. Critique qui les distingue du
premier courant, lequel voit au contraire dans la restauration de la
souveraineté « perdue » un moyen de combattre la mondialisation des
marchés. Le courant «
insurrectionnaliste » se distingue par l'usage de formes immédiates de
violence symbolique et de rue, destinées à provoquer une réaction des
classes subalternes contre les appareils répressifs de l'État et du
capitalisme, les deux autres visant, bien que sous des formes
différentes, à une « démocratisation » de l'État par des moyens
pacifiques ou en tout cas légaux : renforcement des Parlements contre des
pouvoirs exécutifs considérés comme otages des multinationales et des
organisations économiques supranationales (FMI, Banque mondiale, etc.)
dans un cas, « municipalisme » et « budget participatif » dans l'autre.
Aucune remise en cause, en l'occurrence, des appareils de délégation de
pouvoir, auxquels l'on demande plutôt de s'ouvrir à la participation des
citoyens, autrement dit d'engager un processus de réforme qui réalise la
promesse dont est plus ou moins explicitement porteuse l'idéologie
démocratico-représentative.
La prise de distance et la méfiance vis-à-vis des partis, perçus comme
des organes bureaucratiques ne se référant qu'à eux-mêmes, semble être le
substrat commun à ces trois conceptions. L'idée qu'il existe une crise de
la politique est largement partagée, même si les conséquences tirées de
ce diagnostic ne sont pas les mêmes. Si potentialités libératrices il y a
de façon diffuse au sein du mouvement des mouvements, ce que je crois,
c'est là qu'elles se situent, malgré des expressions contradictoires. Ce
serait en effet une erreur de croire que le mouvement altermondialiste
n'a pas, en termes pratiques, créé d'obstacles ou de risques aux classes
dominantes dans leur lutte pour imposer l'hégémonie de la logique
étatique. Un des enjeux de cette lutte étant la neutralisation des
conflits sociaux par le biais d'un traitement administratif des
problèmes, force est de constater qu'il exerce une certaine fonction de
résistance. Qui pourtant ne parvient pas à s'exprimer en termes
contre-hégémoniques, faute d'une conscience solide, chez ceux qui
l'animent, des logiques de domination étatique.
Aucune de ces conceptions n'est porteuse de questionnements sur le
développement des appareils administratifs de l'État moderne, sur la
complexité croissante de leurs procédés décisionnels, sur le fait que la
sectorisation des tâches et la spécialisation technocratique tendent,
dans une phase de crise du mouvement ouvrier, de crise des idéaux
communistes et socialistes et de fin du monde bipolaire, à se renforcer
et à s'imposer dans toutes les sphères de la vie. Une part importante du
mouvement des mouvements, de surcroît, ne voit pas de contradiction entre
une
participation de la base dans le cadre de l'ordonnancement
juridico-administratif actuel et l'exercice par l'État de son rôle «
social », car le fait que la mise en place de l'État social dans le
second après-guerre a largement contribué à la croissance des appareils
de contrôle de l'État n'est pas pris en compte.
Dans une phase de crise de légitimité de la démocratie partidaire, de
crise de l'État social, à une époque d'État « flexible » en devenir, il
n'est pas exclu qu'une logique de « démocratie par en bas » réussisse à
se faire une place. Mais uniquement dans certains secteurs d'importance
marginale, où tout risque de remise en cause de fond de la logique
étatico-administrative est écarté. Si une coexistence de ce genre
apparaît possible, ce n'est pas seulement en raison du fait que les
gardiens de cette logique (les élites bureaucratico-administratives) sont
convaincus de leur légitimité en toute circonstance, ni qu'entre des
structures d'État relativement autonomes (locales, régionales,
nationales) il existe une articulation complexe, mais aussi en raison du
caractère « soft » que la logique
administrativo-bureaucratique est contrainte d'adopter sous la pression
d'autres logiques, dont celle du marché. Les appareils administratifs (et
de police) produisent, de facto, des lois et des règlements destinés au
fonctionnement interne et à leur fonction d'ordre ; mais cette marge
croissante d'autonomie et de pouvoir n'est qu'à peine perturbée par les
effets des tornades électorales et par l'éventuelle participation des
citoyens à la gestion de parts infimes du budget de l'État. En même
temps, ces appareils répressifs ont été contraints d'adapter leur logique
à un monde occidental où le pouvoir ne s'exerce généralement pas par la
répression ouverte ou ponctuelle des corps (comme cela se produit parfois
lors des manifestations et surtout dans les prisons), mais par le biais
de formes plus douces et plus flexibles de socialisation par
l'obéissance, adaptées à la société de consommation (si on ne consomme
pas, on enfreint les règles du vivre ensemble et on devient un paria) .
Face au règne actuel de la logique étatique, la stratégie de provocation
à la répression ouverte se trouve avant tout confrontée à sa propre
impuissance. La violence, guère plus que symbolique, des composantes «
insurrectionnalistes » est loin de pouvoir déclencher un processus
d'érosion du monopole de la force et de l'exercice socialement légitime
de la violence physique que détiennent les États occidentaux. L'important
soutien social dont bénéficie l'État aujourd'hui ne résulte pas tant et
pas seulement d'une confiance manifeste, mais du fait que, pour la
majorité des gens, militants des mouvements compris, ses structures et
ses services (pas seulement sociaux) font partie des conditions de vie et
de l'univers des certitudes minimales . Deux éléments sont en outre à
prendre en compte, relatifs à la fonction et à la représentation de la
violence physique dans les sociétés contemporaines : d'une part, le rôle
joué quotidiennement par les médias, qui savent si bien mettre en scène
et banaliser ou censurer la violence ; d'autre part, un phénomène
dérivant de la soumission du corps social au monopole étatique de la
violence, donc de l'intériorisation de l'interdit de se faire justice
soi-même, à savoir que, dans les sociétés contemporaines, les formes de
violence manifeste apparaissent moralement de plus en plus inacceptables
.
Quoi qu'il en soit, l'intérêt essentiel des classes dominantes est que se
perpétue la scission qui prévaut actuellement entre une représentation de
l'État mettant l'accent sur sa fonction protectrice (contre le marché et
les incertitudes des conditions de vie) et celle qui fait de lui un
appareil répressif. En d'autres termes, que le questionnement sur ce qui
lie indissolublement ces deux visages de l'État n'entre en aucune manière
dans le domaine du sens commun, ne sorte pas de la niche où sont
cantonnées les minorités marginales. Consolider cette scission, tel a
bien été l'objectif implicite de la répression policière qui s'est
déchaînée lors des
manifestations anti/altermondialisation de Göteborg puis d'ailleurs
(Prague, Gênes, etc.). Et si cette répression s'est entre-temps réduite,
ce n'est pas seulement parce que, dans le contexte d'aujourd'hui, la
violence « gratuite », ouverte, publique, exercée par les appareils
d'État risque de miner la crédibilité des élites gouvernantes, mais aussi
parce que, jusqu'ici tout au moins, l'objectif est atteint : isoler les «
violents » des « pacifiques » et des « démocrates », donc empêcher que
des sujets autres que ceux reconnus par l'État (autres États, partis,
etc.) posent le problème de la légitimité des normes du système et,
surtout, remettent en cause le monopole étatique de la domination et de
la violence.


5. En guise de non-conclusion

La question de l'État semble bien être la face cachée du mouvement des
mouvements, celle qui en dévoile les faiblesses. Les conceptions de
l'État qui prévalent au sein de la vague « altermondialiste », et qui
prônent sa « défense », son « appropriation » ou sa « destruction
immédiate », semblent incapables de remettre en cause la logique étatique
profonde de l'État capitaliste actuel. Les considérations faites ici,
plus qu'une critique moraliste des faibles capacités des diverses
composantes du mouvement des mouvements à « penser l'État hors de l'État
», se veulent une invitation à approfondir une phénoménologie du pouvoir
étatique tel qu'il s'exerce aujourd'hui, afin d'en déceler la puissance
mais aussi les contradictions. Cette tâche, qui reste à accomplir, est
sans doute la condition nécessaire de l'élaboration d'une théorie
libertaire de la domination véritablement adaptée aux défis du XXIe
siècle.

Oscar Mazzoleni

Cet article est extrait de « La Question Sociale », Paris, n° 1,
printemps-été 2204, p. 12-25, e-mail : laquestionsociale@hotmail.com Il
est paru à l'origine en italien dans Collegamenti-Wobbly n° 2 et 4. La
traduction est de Nicole Thé.

De Oscar Mazzoleni on lira Nationalisme et populisme en Suisse. La
radicalisation de la « nouvelle » UDC, paru en 2003 à Lausanne aux
Presses polytechniques et universitaires romandes.

[ expéditeur/expéditrice <laquestionsociale(a)hotmail.com> ]




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center