A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Prochaine conference europeenne de l'AMP

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 2 Apr 2004 16:42:28 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Appel, présentation de l'AMP et invitation à la réunion de préparation
des 16, 17 et 18 avril.
La prochaine conférence de l'Action Mondiale des Peuples aura lieu en
Serbie dans la zone industrielle de Belgrade du 23 au 29 juillet 2004
Cette prochaine conférence sera, espèrons-le, le fruit d'un travail
collectif de nombreux groupes militants de l'ouest et de l'est de
l'Europe et permettra de renforcer les mouvements anticapitalistes et
anti-autoritaires.

Vous trouverez ci-dessous un appel de DSM, réseau post-yougoslave
anticapitaliste acceuillant cette conférence. Cet appel rend compte de
l'intérêt et des enjeux d'organiser cette conférence dans les balkans.
Nous essayons maintenant de rentrer en contact avec des groupes et
individus impliqués dans des processus de luttes et d' "autonomisation" à
travers l'Europe et qui se retrouvent dans l'etat d'esprit
anti-autoritaire et centré sur l'action directe de l'AMP.

Comme il se peut que vous ayez entendu parler de l'AMP sans savoir
exactement ce que ce réseau recouvre, vous trouverez aussi en annexe
après l'appel une feuille de présentation récente qui détaille
l'histoire, les structures et principes politiques du réseau de l'AMP.

Vous pouvez aussi diffuser localement de l'information sur le réseau en
imprimant et diffusant une version mise en page de ce journal et
disponible sur la page web :
www.pgaconference.org/newsletters/en_newsletter_ip.html

Tout diffusion d'informations sur l'AMP et la conférence à travers des
médias militants et indépendants est la bienvenue.

La conférence mixera pendant dix jours ateliers, débats, campement,
expérimentations pratiques et activités avec entre 500 et mille personnes
de toute l'Europe.

Vous pouvez trouvez des compte-rendus des dernières réunions
internationales de préparation en vous rendant sur le site
www.pgaconference.org

Vous trouverez aussi dans la partie mailing list des formulaires pour
vous inscrire sur les listes d'échanges de l'AMP, en particulier la liste
pga_europe_process@squat.net à laquelle peuvent s'inscrire toutes les
personnes ou collectifs qui souhaitent s'impliquer dans la préparation de
la conférence.

Si vous souhaitez vous rendre à la réunion de préparation d'avril (il
reste des possibilités de co-voiturage), échanger ou recevoir plus
d'informations, vous pouvez écrire au groupe de contact de l'AMP :
pgaeuconfcontact@riseup.net


+++++++++++++++++++++

Appel de DSM pour la conférence.
DSM ! contact : drugacijimejl@yahoo.com

A tous les groupes, mouvements et collectifs anticapitalistes et
anti-autoritaires.

Appel du réseau de l'Action Mondiale des Peuples (People's Global Action)
: pour la troisième rencontre europeéenne de l'AMP dans une zone
industrielle autour de Belgrade, du 23 au 29 juillet 2004

L'Action Mondiale des Peuples (AMP dans le reste du texte) est un réseau
global de luttes locales, un réseau mondial qui travaille à remplacer le
capitalisme et tous les systèmes d'oppression par des alternatives
politiques et sociales sans frontières et basées sur la démocratie
directe.

L'AMP se veut loin des logiques de partis, d'Etat et des appareils
idéologiques de l'Etat (syndicats étatiques ou ong's). C'est un espace de
rencontre pour les initiatives anti-autoritaires et anticapitalistes.

L'objectif des échanges AMP et du réseau AMP est de connecter des groupes
locaux qui se retrouvent dans les principes de l'AMP :

1) Un rejet très clair du capitalisme, de l'impérialisme, du féodalisme,
des Etats et de toute les institutions qui font la promotion d'une
globalisation destructive.

2) Un rejet très clair de toutes formes et systèmes de domination et de
discrimination dont (et de manière non exhaustive) le patriarcat, le
racisme et le fondamentalisme religieux. Nous reconnaissons la dignité
entière de tous les êtres humains.

3) Une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le
"lobbying" puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel
point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital
transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique.

4) Un appel à l'action directe et à la désobéissance civile, au soutien
des luttes et des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de
résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des
peuples opprimés, ainsi qu'à la construction d'alternatives locales au
capitalisme mondial.

5) une philosophie organisationelle basée sur la décentralisation et
l'autonomie.

L'AMP est un outil de coordination et non une organisation. L'AMP n'a pas
de membres et n'aura pas de représentation juridique. Nulle organisation
ou personne ne peut représenter l'AMP


La coalition Drugaciji Svet je Moguc! (DSM!) est l'acceuillant européen
pour la prochaine conférence européenne de l'AMP. DSM! invite tous les
groupes et individus qui se retrouvent dans les principes de l'AMP à
prendre part au processus organisationnel.

Nous aimerions souligner qu'outre cet appel, des informations plus
détaillées sur les thématiques de la conférence, la logistique, les
comptes-rendus des dernières étapes de préparation... sont d'ores et déjà
disponibles sur le site www.pgaconference.org et seront complétées au fur
et à mesure.

Pourquoi ?

- parce qu'il ya un grand besoin de s'organiser dans ces périodes de
pauvreté sociale croissante. Nous devons créer des alternatives
politiques radicales plutôt que d'accepter le faux dilemne : nationalisme
ou neo-libéralisme, coups de couteaux ou tortures par la pauvreté...

- parce que nous pensons que des initiatives de l'AMP en Europe de l'est
aideront les réseaux existant et l'AMP à se développer.

- parce que l'organisation d'une conférence présentant des alternatives
politiques radicales peut nous aider, en ces temps d'actions militaires
et de militarisme US, à sortir aussi des faux dilemnes entre un retour
des nationalismes et un euro-centrisme.

- parce qu'il est tout aussi important de ne pas faire jouer la
protection de l'économie domestique contre l'économie puissante des USA
et de l'Union Européenne.

- parce que bon nombre des groupes d'europe de l'est qui luttent en
adéquation avec les principes de l'AMP ne connaissent pas l'existence du
réseau AMP et que l'organisation d'une conférence sur les territoires
d'ex-Yougoslavie pourra aider à des rapprochements.

- nous pensons fortement qu'il est temps de se reposer sur les grandes
manifestations de masses comme solution unique et de se tourner vers une
mise en réseau globale de luttes locales. L'Europe de l'est et les
territoires d'ex-Yougoslavie semblent être un bon lieu pour démarrer.


Aujourd'hui la post-Yougoslavie est un espace où plus de 250 000
personnes ont été tué pendant la guerre (à dater de 1991), tandis que
plus d'un millions et demi de personnes ont été déplacées à l'intérieur
du territoire sans pouvoir retrouver leur lieu d'habitation. Ce qui signifie
que leur rapatriement demeure impossible. Un nombre à peu près équivalent
de personnes ont immigré. Ce chiffre croît sans cesse alors que des
personnes se préparent chaque jour à franchir le nouveau mur de Berlin,
l'espace Schengen qui sépare le nouvel empire romain de la nouvelle
«menace barabare». Le nombre de disparu-e-s fluctue quotidiennement, avec
l'exhumation de charniers collectifs et les restes de victimes
non-identifiées reposant dans des sacs plastiques blancs, poussées d'une
administration à l'autre en vue de clore leur dossier.(Tuzla)

Les informations les plus importantes n'apparaissent pas forcément en
première page, mais coincées quelque part à l'arrière des journaux, entre
les pages culturelles et sportives, du coté des petites annonces : visas
leégaux et illégaux, trafics d'humains, exclu-e-s prêt-e-s à accepter
n'importe quel boulot, louant leur force de travail ou trafiquant des
bouts de leur corps (cela arrive souvent que les «invisibles» offrent un
de leurs reins à la vente afin de payer une éducation à leurs enfants, un
commerce qui est toujours légalement prohibé en Post-Yougoslavie). La
plupart de celles-eux qui ont commis des crimes sont toujours libres et
riches tandis que les agents de la «société civile», (les classes
moyennes et bourgeoises) et leurs promoteurs - les ong's étrangères
luttant pour les «droits de l'homme» - sont précisément ceux qui seraient
menacés si le status quo change, avec leur centaines de milliers de
boulots et leurs méga-salaires. En un mot «le non sens en tant que
catégorie politique» est maître du pays.

Ceci nous amène au paradoxe ultime avec le capitalisme qui est censé
avoir «apporté la paix» (les médias occidentaux et la communauté
internationale ont bien sûr fait les meilleurs efforts pour importer le
modèle capitaliste néo-libéral et son cortège de hold-ups de biens
publics, de privatisations et de créations de fortunes - présentant
SlobodanMilosevic comme le «dernier communiste du siècle» et connectant sa chute
avec l'importation du modèle de «démocratie libérale», même amenée par
des bombes).

Malgré 10 ans d'isolement et de présupposé enthousiasme pour une
«libération» capitaliste, lors des dernières élections, 45% de la
population à boycotté la démocratie parlementaire.

Aujourd'hui la confusion est à son comble.

La guerre civile, l'aggression militaire (par sa propre armée dans son
propre pays), l'embargo, l'aggression de l'OTAN, l'occupation de l'OTAN,
la reconstruction, le parlementarisme, le négationnisme, le capitalisme
rampant, l'ethno-fascisme, l'atavisme moderne, le modernisme ataviste,
les pertes et destitutions massives (le pire cauchemar européen depuis la
seconde guerre mondiale) sont seulement quelques unes des raisons qui
expliquent le sentiment d'incompréhension total des yougoslaves vis à vis
des parties de l'Europe qui n'ont pas connues de guerre civile ou
quelques uns des non sens politiques listés ci-dessus au cours des dix
dernières années.

Le sentiment absurde de revenir à quelque chose ayant déjà existé,
l'éclatement sanglant des états-unis de Yougoslavie afin d'entre dans les
états-unis de l'Europe du marché, sont un autre élément expliquant le
sentiment de désespoir qui marque les yougoslaves, poussés vers «attente
joyeuse» de l' «Europe civilisée».

C'est pourquoi nous pensons qu'il est extrêmement important de promouvoir
la démocratie directe et l'auto-organisation comme des modes de
résistance légitimes et des voies et directions alternatives possibles et
de montrer que derrière le grand drapeau unanime de la propagande, une
autre face plus sombre du capitalisme se cache.

Notre pays a par ailleurs été mis en vente et doit faire face à des
dérégulations massives des droits des travailleurs-euses, ce qui est
paradoxalement quelque chose dont les citoyen-ne-s d'europe de l'ouest
vont devoir se soucier aussi.

DSM, convenor de la prochaine conférence européenne de l'AMP, considère
que notre pays a reçu le rôle de salle d'attente et de cour face aux
grilles de l'Europe de Schengen.
Selon les statistiques du Haut Commissariat aux Réfugiés, la Serbie et
Montenegro arrive au troisième rang mondial du nombre de demandeurs-euses
d'asiles pour d'autres pays. Ceci en fait un espace privilégié pour
réfléchir à la thématique de l'immigration; d'égale importance pour l'est
et l'ouest.

Il est temps enfin de faire voyager les mouvements radicaux européens de
lieux de victoires occasionelles (Bolivie, Mexique, Argentine, Brésil...)
jusqu'à la terre de sa défaite totale : la post-Yougoslavie.

Où et quand ?

Du 23 au 29 juillet 2004 à Resnik dans la zone industrielle autour de
Belgrade (Post-Yougoslavie)

Mais qui sommes nous ?

Beaucoup d'entre vous ne nous connaissent pas encore.
DSM est un regoupement de groupes, un collectif de collectifs unis autour
du slogan «Drugaciji Svet je Moguc» («un autre monde est possible»).
Ensemble, nous cherchons à créer un nouvel espace politique non-affilié
avec les partis politiques où le soi-disant secteur «non-gouvernemental».
Ce nouvel espace privilégie l'action politique directe aux formes
normatives d'engagement comme le lobbying ou le vote. Nous insistons sur
une forme de dialogue social différente de celle mise en place par le
gouvernement ou les ong's. Le dialogue social horizontal auquel nous
voudrions prendre part implique les groupes marginalisés auxquels sont
systématiquement déniés les droits les plus basiques. Nous nous
distancions aussi du concept de «société civile» et suggérons à la place
l'idée de «société participative».

Tout en étant un mouvement relativement jeune, DSM a réussi à attiré un
certain nombre de personnes de milieux sociaux et professionnels variés
avec qui nous avons commencé à mener des projets et activités à court et
long terme.

Nous sommes restés isolés pendant très longtemps et ce dont nous avons
besoin le plus est d'un appel à se réveiller. C'est ce que nous avons
commencé et continuerons à faire - par l'information et l'action directe,
d'une manière ouverte qui nous permette de construire une nouvelle
société plutôt que de rentrer en compétition pour les miettes lancées
par la vieille oligarchie.

En conclusion, nous espérons que toutes les personnes concernées aient
confiance en notre motivation et s'investissent pour organiser une
rencontre réussie dans notre ex-futur-pays.

Mail à : drugacijimejl@yahoo.com
(administré par le collectif SUS, membre de la coalition DSM !)

++++++++++++++++++
Bulletin de présentation de l'AMP 5People's Global Action ) europe

L’Action Mondiale des Peuples c’est quoi?
Histoires et perspectives sur l’Action Mondiale des Peuples en Europe !

People’s Global Action (PGA) ou l’Action Mondiale des Peuples (AMP). Il
est possible que ce nom ne vous soit pas inconnu. Mais il se peut aussi
que vous ne situiez pas exactement les dynamiques politiques et
structures qu’il recouvre. Voici donc un petit retour en arrière, avec en
perspective la prochaine conférence européenne de l’amp europe, à
belgrade à l’été 2004, et le développement de structures d’échanges pour
les mouvances anti-autoritaires et anticapitalistes.

Ce texte se centre surtout sur une présentation de l’amp en Europe, mais
fait aussi parfois mention de l’histoire et de la dynamique globale... Le
terme AMPe réfère à l’amp europe. Ce texte n’a bien sur pas pour vocation
de présenter la vérité sur l’histoire et les objectifs politiques de
l’AMPe. Personne ne parle au nom de l’AMPe, ni ne la représente Il ne
s’agit ici que de points de vue partiels, de quelques individu-es
impliqué-es dans une dynamique large, complexe et passionante.

Des origines aux contre-sommets...

A la suite de l’insurrection zapatiste en janvier 1994 au Mexique, un
certain nombre de rencontres ont eu lieu, dont les fameuses
“intergalactiques contre le néolibéralisme et pour l’humanité”, d’abord
au chiapas et ensuite en Espagne. Dans le contexte de marasme politique
de l’époque (période post chute du Mur et donc triomphe éphémère de la
pensée unique) les indigènes zapatistes et leur rebellion avaient su
créer unélectrochoc d’espoir, un peu partout dans le monde.

A l’issue de ces rencontres, on a vu apparaître, d’abord dans les
réflexions théoriques puis concrètement, l’idée d’un réseau mondial de
coordination d’actions et d’échange d’informations, notamment pour
s’attaquer à l’existence même de l’Organisation Mondiale du Commerce. En
février 1998 se tenait à Genève la 1ère conférence globale de l’ « Action
Mondiale des Peuples contre le néo-libéralisme et l’Organisation Mondiale
du Commerce ». Plusieurs centaines de représentant-e-s de mouvements
populaires du monde entier s’y retrouvèrent : travailleur-euses de la
poste canadienne, écologistes de earth first, militant-es antinucléaires
et fermiè-res français-es, indigènes maori, U’wa, peuples ogonis,
syndicalistes coréen-es, réseau des femmes indigènes d’amérique du nord,
écologistes ukrainien-nes radicales-aux et des représentants de
mouvements paysans des quatres coins de la planète....).

Ils/elles s’accordèrent sur un manifeste politique (1)
(http://www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/en/pgainfos/manifest.htm), sur
l’utilisation de l’action directe comme moyen de lutte, sur une
philosophie organisationelle basée sur la décentralisation et
l’autonomie, ainsi que sur la construction d’alternatives basées sur la
démocratie directe. Le tout dynamisé par 12 mouvements, répartis
régionalement tout autour de la planète et qui avaient un rôle
particulier, les “convenors”.

Les convenors...

Les convenors sont des collectifs qui agissent en tant que points de
contact, d’information, de coordination. Ils co-organisent les
conférences, mondiales ou régionales de l’AMP. Ils peuvent aussi initier
des journées globales d’actions décentralisées notamment par le passé à
l’occasion de sommets de l’OMC. Ils changent régulièrement, à chaque
conférence “régionale”. Lors du premier comité de convenors, il y avait 3
convenors d’amérique latine, 1 d’europe de ‘louest et un d’europe de
l’est et deux d’asie. Ils sont actuellement souvent plusieurs par région,
notamment en Amérique latine, et leur travail se partage avec d’autres
collectifs.

Les premiers convenors européens furent “reclaim the streets” qui,
partant de l’écologie radicale et des road protest, avaient participé à
faire évoluer les modes d’actions directes anticapitalistes, notamment
par la pratique des fêtes de rue comme bloquages ou les liens créés avec
des mouvements de travailleurs/euses commes les dockers de liverpool ou
les employé-e-s du métro londonien.

En Asie, des tâches de convenors ont été assumée par le KRRS, syndicat
regroupant plusieurs millions de paysan-ne-s indien-n-es et connu pour sa
pratique d’incendie des champs d’OGM Monsanto, ou l’alliance nationale
des mouvements populaires ( qui inclut le Narmada Bachao Andol, un
mouvement indigène luttant contre les barrages du Narmada, le forum
na-tional des pêcheurs-euse-s, l’union des laboureurs-euse-s sans terre
d’Andhra pradesh, etc.). Le convenor actuel d’Asie est la fédération
krisholk (le mouvement des paysan-ne-s sans terre et précaires du
bangladesh).

En Amérique latine, PGA a été la croisée de cultures et histoires très
diverses, depuis la CONFEUNASCC, un syndicat de petits agriculteur-euses
en Equateur, le mouvemnt des jeunes Kuna, le mouvement des
planteurs-euse-ss de coca bolivien-ne-s, des groupes du mouvement des
sans-terres ou des jeunes anarchistes urbains du Brésil.

Et la résistance devint aussi transnationale que le capital...

En mai 1998, les premières initiatives issues de l’AMP furent quatre
jours de résistances partout dans le monde à l’occasion du sommet du G8
en angleterre et de celui de l’OMC à Genève. Il s’agissait de la seconde
conférence ministérielle depuis la création de l’OMC, et la célébration
annoncée de 50 ans de GATT et de règne capitaliste depuis la seconde
guerre mondiale. Ce fut en fait l’inauguration d’une longue série de
contre-sommets par des protestations parmis les plus enfièvrées qu’ait
connu Genève, la fuite des participants au G8 hors de leur cénacle de
Birmingham après l’envahissement de la ville, et 200 000 paysan-nes
indien-nes manifestant pour réclamer la mort de l’OMC. En tout, des actes
de résistance pendant 4 jours.

A l’époque la dynamique était encore très centrée sur des initiatives
locales et des journées mondiales d’actions décentralisées et initiées
par des appels de l’AMP. Une des plus retentissantes fut la journée
anticapitaliste du 18 juin 1999 (J18), toujours pour le sommet du G8, à
Cologne cette fois. Il y eut des actions organisées dans 72 lieux
différents, l’arrivée à Cologne de la Caravane InterContinentale (formées
de quelques centaines de représentants de collectifs d’Inde et d’autres
pays du sud) , l’occupation festive de la City de Londres et la mise à
sac d’un centre boursier par quelques milliers de manifestant-es. Cette
période amena la réapparition massive du terme “anticapitaliste” dans les
milieux militants et les médias, et la concrétisation du slogan “notre
lutte est aussi transnationale que le capital”.

A Seattle en novembre 1999, la fermeture de la conférence
interministérielle de l’OMC fit la démonstration de l’efficacité d’une
multitude d’actions directes organisées par petits groupes affinitaires
(et quelquefois extrêmement coordonnées comme les bloquages des axes
routiers). Des actions se répartirent dans plus de 70 pays. La « bataille
de Seattle », guidée par les groupes radicaux, fut cependant bien vite
récupérée par la gauche citoyenniste, qui chercha à en faire un mythe
fondateur de ses nouvelles stratégies de cogestion du pouvoir.

En septembre 2000, le sommet du FMI et de la Banque mondiale, à Prague,
fut l’occasion pour l’ampE de tester la complémentarité de diverses
tactiques de luttes, festives, transgenres et mouvantes (le pink bloc),
basées sur le sabo-tage (le black bloc) ou l’offensive non-violente (le
yellow block). Il y eut aussi des multitudes d’initiatives préparatoires,
à l’instar de la“caravane anticapitaliste”, actions nomades initiées par
le réseau sans-titre en espace francophone.

Les contre-sommets, transfomés en nouvelles grand-messes militantes,
s’enchaînèrent ensuite, malgré le coup de glas répressif de Gènes. Si ces
contre-sommets regroupent aujourd’hui un spectre de groupes, partis
politiques, associations ou ONG “citoyennes”, beaucoup plus large que
ceux se reconnaissant dans l’AMP, on oublie souvent que la base de cette
dynamique est directement issue du travail des groupes radicaux et d’un
refus clair du lobbyisme, de l’Etat-providence et de la “démocratie”
parlementaire.

Les hallmarks de l’AMP

L’objectif des échanges AMP et du réseau AMP est de connecter des groupes
locaux qui s’accordent avec les hallmarks de l’AMP.

L'objectif des échanges AMP et du réseau AMP est de connecter des groupes
locaux qui se retrouvent dans les principes de l'AMP :

*Un rejet très clair du capitalisme, de l'impérialisme, du féodalisme,
des Etats et de toute les institutions qui font la promotion d'une
globalisation destructive.

* un rejet très clair de toutes formes et systèmes de domination et de
discrimination dont (et de manière non exhaustive) le patriarcat, le
racisme et le fondamentalisme religieux. Nous reconnaissons la dignité
entière de tous les êtres humains.

* une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le
“lobbying” puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel
point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital
transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique.

* un appel à l’action directe et à la désobéissance civile, au soutien
des luttes et des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de
résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des
peuples opprimés, ainsi qu’à la construction d’alternatives locales au
capitalisme mondial.

* une philosophie organisationelle basée sur la décentralisation et
l’autonomie. PGA est un outil de coordination, pas une organisation.

PGA n’a pas de membres et n’aura pas de représentation juridique. Nulle
organisation ou personne ne peut représenter PGA.

Evolution politique et autres formes d’actions...

En dehors de ces manifestations de masse guidées par l’agenda des
institutions capitalistes, la dynamique AMP a été à l’origine d’autres
initiatives plus ou moins retentissantes. La Caravane Intercontinentale a
par exemple permis à quelque 400 représentant-e-s de mouvements paysans
de l’Inde et à 50 de mouvements populaires du“Sud” de venir manifester
directement au pied d’institutions (OMC, FMI, OCDE, OTAN, etc.) ou de
sièges de multinationales en Europe, de détruire des champs d’ogm et un
laboratoire de recherche d’Etat ou d’échanger avec des mouvements
européens.

Les journées mondiales d’actions furent aussi l’occasion de développer
des pratiques d’action créatives, même en petit groupe : fêtes de rues,
blocages, occupations, carnavals anticapitalistes, etc. Cette
décentralisation et l’accroissement des contacts entre les groupes permis
de mettre en place divers outils de communication publique participatifs
comme indymedia (il y a maintenant plus de 130 sites indymedia à travers
le monde. Indymedia a été appelé la « plus grande organisation bénévole
du monde »). D’autres sont plus internes comme les listes mail de l’ampE,
carrefour d’annonces d’actions ou d’analyses aux 4 coins du monde.

En juillet 2002, le campement international no border de strasbourg,
marqua une rencontre entre les modes d’organisation et approches
anticapitaliste de l’ampE, et des actions sur l’immigration et pratiques
de campement offensifs propre au réseau international No Border. Il en
résulta une expérience nouvelle (et encore hésitante) d’autogestion, de
démocratie directe et d’action décentralisées à 2000 pendant 8 jours.
Cette expérience allait cependant très rapidement devenir une base pour
d’autres campement de ce type qui se propagèrent lors des manifestations
contre le G8 de mai 2003 en France et en Suisse.

La 2e conférence mondiale de l’AMP eut lieu à bangalore en Inde en août
1999 et fut l’occasion pour le réseau, d’affirmer, au delà du “libre
échange”, une volonté d’attaque générale contre le capitalisme et les
autres formes de domination comme le sexisme et le racisme. La décision y
fut prise par ailleurs de démarquer plus clairement le réseau de l’AMP de
groupes opposés à la mondialisation, mais dont les idées divergent
fondamentalement des nôtres comme les groupements d’extrême droite, les
partis politiques ou les ONG réformistes. La 3e conférence de l’AMP eu
lieu à Cocha bomba en Bolivie et mis notamment l’accent sur l’importance
des processus régionaux et locaux.

Malgré ces divers aspects positifs et après quelques années d’activisme
(trop ?) éffréné, un certain nombre de critiques sur les modes d’orga
nisation et les objectifs politiques de l’AMP se firent de plus en plus
visibles. Les mettre à plat, pour le réseau européen tout au moins, était
l’un des enjeux de la conférence AMPe de Leiden, en août 2002.

La deuxième conférence européenne de l’AMPe...

La première conférence européenne de l’ampE avait eu lieu à Milan en 2000
sous l’hospice de du mouvement “ya basta !” pour la désobéissance civile
et sociale. La deuxième eu lieu en septembre 2002 dans la petite ville de
Leiden au Pays-bas et fut accueuillie par EuroDusnie, collectif
anarchiste, et co-convenors européen avec le Movimiento de Resistencia
Global de Catalogne . Moultes personnes des quatre coins de l’Europe
avaient convergé pour partager analyses et discussions, 500 au total
furent répertoriées à l’inscription. Un des premiers intérêts d’une
réunion de ce type se trouvait tout simplement dans la rencontre
individuelle et le fait de rendre visible, notamment aux yeux des
partici-pant-e-s elleux-mêmes, l’existence d’une mouvance, d’un état
d’esprit commun. C’est aussi l’occasion de faire un état des lieux des
forces et des luttes en présence, des questionnements communs et ensuite
de chercher à avancer sur le couplet “qu’avons-nous à proposer ?”.

Tout cela dans une ambiance de recherche de nouveaux déclics après la
secousse de Gènes et du 11 septembre: menaces nouvelles liées à
l’hystérie sécuritaire et guerrière des “global leaders” et apeurement
des
populations. Deux enjeux principaux avaient été formulés pour les
discussions : la structuration du réseau et les stratégies de changement
social.

Nos hôtes néerlandais-es avaient assuré une organisation visant à un
processus participatif des personnes présentes. Celles-ci étaient
invitées à s’impliquer dans la cuisine, le ménage, la modération et la
préparation des ateliers de discussion, la création d’un journal
quotidien rendant compte des ateliers et débats. Un dispositif avait
également été mis en place pour favoriser le déplacement de membres de
collectifs des pays situés à l’est de la frontière de l’UE, par une
redistribution de la participation aux frais des habitant-e-s de la zone
occidentale.

La question des critères d’admission avait été posée, sur la base des
hallmarks de l’amp. Il n’y avait cependant pas de mode de sélection
coercitif, seul un questionnaire de motivation a été proposé à
l’inscription.

Les personnes avaient été vivement encouragées à préparer localement la
conférence. Les journées de discussion furent très chargées et
studieuses, principalement en petits ateliers consacrés aux nombreuses
thématiques proposées par les participant-e-s, à des débats stratégiques
généraux pour le “mouvement”, ainsi qu’à des groupe de travail sur les
structures de l’AMPe. La question des formes de discussions et de
décision furent l’objet de vifs débats guidés par la volonté de favoriser
des formes participatives, égalitaires et de neutraliser les prises de
pouvoir (notamment par des facilitations, gestes, petits groupes,
recherche progressive de consensus...)

De la tyrannie de l’absence de structures...

L’équilibre entre le formel et l’informel dans le fonctionnement de
l’AMPe en tant que réseau était donc point important à l’ordre des débats
de structure. L’AMPe est mûe par un fort pen-chant pour les modes de
relations organiques et affinitaires. Mais il apparaissait également que
le fait de ne pas savoir formellement “qui s’occupe de quoi” rend flou le
partage des responsabilités et les lieux de prise des décisions. Cela
peut amener au final à la création de hiérarchies informelles et d’autant
plus difficiles à déconstruire qu’invisibles. Tout le défi consiste donc
à rendre plus explicite le mode de fonctionnement, sans rigidité crispée
ni retour de flamme de nos réflexes conditionnés - autoritaires et
bureaucratiques (2).

Au final, le travail sur les structures de l’AMPe (listes, sites web,
relais d’informations et de contacts, organisation des conférences)
devrait se faire de manière beaucoup plus formelle et ouverte...en
espérant que beaucoup plus de monde s’y investisse. Face à l’absence de
nouveaux convenors et au besoin de préciser le travail sur les structures
du réseau, un nouvelle réunion de travail de l’ampE fut accueuillie à
l’espace autogéré des tanneries de dijon/france, en mars 2003. C’est à ce
moment là que DSM, regroupement anticapitaliste de belgrade, se
proposèrent comme convenors.

Les bilans et décisions sur le processus de l’ampE de leiden (3),
complétés à dijon (4), sont consultables en détail sur le web. Elles se
basent sur les principes organisationnels de l’AMP, revus à Cocha bamba.
(5).

Les points d’infos...

Pour faire avancer la dynamique de l’AMPe plus largement et favoriser sa
prise en main localement, la mise en place de “points infos” a été prise
en charge, depuis leiden, par une série de groupes locaux impliqués dans
l’ampE.

Il s’agit de relayer l’infos, sur les conférences, l’histoire et les
projets du réseau pour les personnes intéressées. Ces points d’infos ne
constituent en aucun cas des “membres” de l’AMPe, mais doivent servir à
rendre plus visible un réseau qui ne s’exprime finalement jamais en tant
que tel. Une liste de contacts est disponible sur le net. (6)

Les convenors européens et le groupe de processus...

Le rôle des convenors européens a été défini à leiden comme
l’organisation de la conférence européenne, la dynamisation et la
visibilisation du réseau, ainsi que le maintien des infra-structures
(site web, liste, contacts) et des contacts avec le reste du globe.
Depuis dijon, il a été décidé que ces tâches seraient partagés avec les
différents collectifs (en particulier les points d’info) souhaitant
s’impliquer dans le processus et les structures de l’ampE. Ces collectifs
constituent le “groupe de processus”.

Un des outils forts du réseau est le site web de l’AMP (6) qui propose un
grand nombre de textes historiques, annonces et compte-rendus d’action,
compte-rendus issus des conférences de l’AMP. Un autre outil en
développement est le site https://global.so36.net, un projet d’archives
globales thématiques du mouvement sur lequel vous pouvez publier des
articles sur des thèmes et actions.

3 listes web on été créé comme outil de com-munication pour l’AMPe... la
liste pga_process où devrait être inscrits tous les collectifs impliqués
dans les structures de l’ampE et leur mise en place (conférence, listes,
web, points d’infos...) la liste pga_resistance, liste d’annonce et de
compte-rendus d’évènements et d’actions. la liste pga_discussion,
consacrée au textes de fond et débats. Pour s’abonner à ces listes, allez
au formulaire web. (7)

Les campagnes soutenues...

Des groupes de travail thématique fonctionnant sur les principes de l’amp
se mettent en place depuis leiden, l’un sur l’eau, un autre sur la mise
en place de forums alternatifs lors des forums sociaux (le hub). Un
dynamique de travail spécifique sur les questions de genre a été démarrée
après Dijon.

Et finalement, l’AMP c’est quoi ? Un réseau, une co-ordination, une
structure ordination d’échange?...

Ces discussions posèrent la question des pouvoirs et limites d’un réseau
qui se veut basé sur la décentralisation et l’autonomie, qui ne compte
pas de membres, de bureaux ou de compte en banque, et où personne ne peut
parler ou décider au nom de l’AMP. Le débat sur le rôle de l’AMPe a été
relancé, depuis Leiden et dijon (et se trouve encore loin d’être résolu).
Pour certain-es, il en ressort qu’à la différence des partis ou d’autres
formes de coordination, l’ampE ne devrait pas viser à décider en son nom
de campagnes d’actions.

Même si les rencontres, structures de commu-nication et réseaux de
contacts qu’elle offre ont pu grandement faciliter la mise en place
d’initiatives concrètes communes, comme en décembre 2002 encore, avec la
journée mondiale d’action en soutien à la rebellion en argentine, ou en
juin 2003 sur une partie des actions anti-G8. Cela ne signifie pas que
les conférences AMPe, les convenors ou de simples groupes ne puissent
prendre d’initiatives pour lancer, vis à vis de l’ensemble du réseau, des
propositions d’actions ou des campagnes. L’originalité et le dynamisme de
l’AMPe tient au contraire pour bonne part au fait d’être une forme de
connection qui puisse inspirer des actions. En pratique, les propositions
sont venues par le passé de manière décentralisées. Les appels à action
pour Prague ou Seattle, par exemple, ont été initiées par des groupes
locaux puis reprises par les convenors. L’action appartient aux
collectifs qui la relaient, et agissent localement en leur nom propre.
Pour ces raisons, le réseau AMP en tant que tel n’apparait généralement
pas, ce qui ne le rend pas forcément moins efficace qu’une forme
d’organisation traditionelle.

L’ampE ne vise pas à prendre des décisions consensuelles sur la stratégie
globale à suivre pour la révolution mondiale. Hormis le manifeste et les
principes/hallmarks, les groupes impliqués dans l’AMPe peuvent être en
désaccord sur toutes sortes de choses (des formes particulières d’action
ou le fait d’aller aux forums sociaux par exemple) sans avoir à
scissioner ou se disputer indéfiniment. Les collectifs peuvent ainsi
essayer diverses expériences politques et revenir en discuter après.

Pour certain-e-s, l’AMPe ne devrait décider officiellement que de ses
modes de structuration et des moyens à se donner pour mettre en place les
rencontres, listes, sites web... elle serait donc surtout une structure
d’échange pour les divers groupes qui se retrouvent dans ses principes.
Un potentiel déjà énorme puisqu’il permet à une échelle régionale et
mondiale de favoriser des mo-ments de coordination, d’apprendre à se
connaitre, de confronter nos diverses cultures de lutte, de transmettre
des idées d’actions, contacts et ressources, d’avoir ensemble des moments
privilégiés de bilan de nos actions et de débats de fond.Pour d’autres,
l’AMPe devrait, pour garder un dynamique plus excitante, pouvoir relancer
régulièrement en son nom, en sus, des campagnes ou journées coordonnées
d’action.

A suivre...

D’autres débats en cours au sein de l’AMPe...

Sortir du ghetto...

La question de l’ouverture de nos groupes et réseaux, qui cèdent parfois
au schéma de la tribu identitaire et fermée, s’est posée à plusieurs
reprises : comment sortir d’un ghetto d’activistes sûr-e-s de leur vérité
et de leurs méthodes, sans diluer l’aspiration radicale de nos luttes et
pratiques ? Ainsi, en jetant un regard analytique sur la composition des
assemblées, en europe tout au moins, on constate qu’elles sont
majoritairement constituées de “spécialistes” du militantisme âgées de 20
à 30 ans - même si on voit passer quelques cheveux blancs -, et une
hégémonie de personnes blanches issues des classes moyennes. Ces
ob-servations sont révélatrices du manque de liens avec les autres
catégories de gens (notamment les immigré-es et sans-papier- es, mais
aussi plus généralement les classes populaires). Une contradiction
problématique de nos lutte, en Europe tout au moins, et d’un réseau qui
se revendique “Action Mondiale des Peuples”.(8)

Aperçu des réflexions stratégiques...

Les thèmes de discussions et campagnes politiques abordées étaient
multiples. Cependant, quelques grandes questions ont pu agiter les
débats. En voici un aperçu. Le champ des contre-sommets qui a constitué
un credo commun pendant à peu près deux ans a fait l’objet depuis le
printemps 2000 de diverses critiques: piège de la spirale répressive,
manque d’attention aux luttes locales, récupération par la gauche
citoyenniste, recherche du con-sensus unitaire et de la masse au dépend
d’une analyse de fond, perte de l’effet de surprise, du choix du lieu, du
temps, manque du
renouvellement constant nécessaire à l’efficacité de nos actions. Depuis
Seattle, les contre-sommets devraient pour certain-es être abandonnés aux
syndicats et ONG.

Adeptes de l’action concrète et directe, beaucoup veulent créer la
surprise sous d’autres formes et dans des territoires moins quadrillés
par les forces de répression. D’autres estiment que même si ces critiques
sont sans nul doute fondées, il serait regrettable d’abandonner tout
simplement le terrain aux flics et réformistes quand on sait que l’énorme
«aimant » que nous avons créé attire encore des milliers de personnes que
le bla-bla social démocrate n’est pas forcément le credo. Il semble aussi
évident que nous ne pouvons affirmer vouloir sortir d’un ghetto et parler
à toute sorte de personnes, si nous refusons par exemple de parler à des
militant-e-s de base d’Attac ou d’autres attiré-e-s par les
contre-sommets.

Il s’agissait aussi, dans tous les cas, de ne plus identifier l’ennemi
aux seules grosses multinationales et institutions financières, mais de
recentrer la critique sur l’Etat, le contrôel social, ainsi que sur les
rapports de domination (dont le sexisme, racisme, homo/lesbophobie...),
et à la manière dont ils s’intègrent en nous-mêmes, dans notre quotidien
et aux divers échelons des rapports sociaux. En restant inventif/ve/s et
imprévisibles, il reste possible de secouer la résignation et le goût
pour l’aliénation de nos contemporain-nes. Il a été parlé de développer
des chantiers d’autonomisation, des actions ludiques, assemblées de rue,
caravanes ponctuelles ou permanentes, campement, occupations ou nouvelles
journées internationales d’actions dans des lieux et heures que nous
choisirons.

L’importance des expériences autogestionnaires, des squats et autres
zones autonomes temporaires ou permanentes, et les périls qui les
guettent actuellement en europe, ont été soulignées. Des suggestions
quant à diverses formes de camouflage ou de tactique anti-répression ont
aussi été partagées dans l’optique d’éviter les petites cases (cages...)
de
terroriste dans lesquelles on cherche à nous enfermer.

Sans star médiatique ni expert-e ou théoricien-ne attitré-e, l’AMPe
avançe, grâce aux apports multiples des créativités singulières, dans le
défi de reconstruire des cadres communs pour l’action collective - à
l’attention de ceux et celles qui n’ont aucune aspiration à se
reconnaître dans la gauche des partis et des syndicats avec leur cortège
d’organisations hiérarchiques et puritaines. A l’été 2004, la conférence
européenne de Belgrade sera l’occasion de faire avancer ces débats, tout
en se plongeant dans de nouvelles rencontres et projets.

1. www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/en/pgainfos/manifest.htm
2. Tyranny of structurelessness by jo freeman
3. www.pgaconference.org/_postconference_/pp_plenarydecision.htm#P3
4. www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/free/dijon/report.htm
5. www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/cocha/principles.htm
6. www.agp.org/
7. www.pgaconference.org/_postconference_/mailform_1.htm
8. For a detailed analysis of racism within PGA, see the People’s
Global Radio interview with Maria Teresa Santana, at
https://global.so36.net/2002/09/377.html

[ expéditeur/expéditrice <nicolu(a)chutelibre.org> ]



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center