A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) 22 septembre 1870 : insurrection en Martinique

From CNT AIT <cnt.ait@wanadoo.fr>
Date Wed, 24 Sep 2003 11:02:50 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


22 SEPTEMBRE 1870,

22 SEPTEMBRE 1870 ... une page d'histoire populaire dont on ne parle pas
dans les livres d'histoire :

La première grande insurrection des noirs libres de Martinique. Elle fut
réprimée sauvagement dans le sang.

---------------------------------------------------------------

Février 1870 soit 22 ans après l'abolition de l'esclavage, les békés
[colons blancs] règnent toujours en maître sur la Martinique. L'un deux
frappe sauvagement le nègre Lubin au prétexte que celui ci ne lui avait
pas cédé le passage. Toutes les plaintes de Lubin auprès de la « justice
» française restent sans effet. De guerre lasse, il décide de rendre la
pareille à son agresseur. La « justice » vole sans tarder au secours de
ce dernier. Lubin se retrouve emprisonné.

Cette injustice criante est douloureusement ressentie par les nègres de
Martinique. C'est alors l'embrasement. Dans les campagnes du Sud la
révolte s'étend. Des habitations sont incendiées. On assiste même à un
début de partage des terres entre les petits paysans. Le béké raciste
Codé est capturé puis exécuté. Pour la première fois dans l'histoire de
notre pays, dans les rangs des insurgés, on parle d'instituer en
Martinique une République.

La suite des évènements sera terrible. Une féroce répression s'abat sur
les insurgés : les békés, leurs milices, leur « justice » massacrent à
tour de bras. Il n'empêche que le pouvoir colonial a été ébranlé.

SEPTANM 1870, une page glorieuse de notre histoire à étudier, afin d'en
tirer tous les enseignements pour demain.

==========

Brève chronologie des évènements

21 janvier 1870 - Propriétaire de l'habitation La Mauny à Rivière-Pilote,
Codé fait hisser sur son habitation un drapeau blanc.

19 février 1870 - Sur la route impériale reliant Rivière-Pilote au Marin,
Léopold Lubin est cravaché par Augier de Maintenon, aide commissaire de
la Marine.

25 avril 1870 - Au bourg du Marin, Léopold Lubin inflige à son agresseur
des coups et blessures « ayant entraîné plus de vingt jours d'incapacité
de travail »

19 août 1870 - La cour d'Assises de Fort-de-France condamne Léopold Lubin
à cinq ans de bagne et mille cinq cent francs de dommages et intérêts.
Parmi les jurés du procès figure Codé, le propriétaire de La Mauny. La
lourde condamnation infligée à Lubin est mal accueillie dans les
localités du Sud.

2 septembre 70 -Défaite de Sedan. Cet épisode majeur de la guerre
franco-prussienne provoque la chute du Second Empire et la proclamation à
Paris de la République.

22 septembre - Le gouverneur Menche de Loisne proclame la République à
Fort-de-France, à 7 heures du matin. A Rivière-Pilote, vers 10 heures, le
maire de la commune (de Venancourt) proclame la République en réunissant
la population « sous l'arbre de la Liberté ». Dans l'après-midi, la foule
s' amasse au bourg. Elle réclame le désarmement des blancs du bourg, la
tête de Codé et la libération de Léopold Lubin. Vers 9 heures du soir,
l'habitation Mauny est incendiée.

22 au 24 septembre - Extension de l'insurrection. 25 habitations sont
incendiées : 14 à Rivière-Pilote, 3 à Rivière-Salée, 3 à Sainte-Luce et 7
au Saint-Esprit. Le 24 septembre, Codé est arrêté et mis à mort. A partir
du 24 septembre se forme le camp de la Régale, où se trouvent 600
insurgés commandés par Louis Telgard et Eugène Lacaille.Dans les nuits
des 24 et 25 septembre, les incendies d'habitations s'étendent au Marin,
au Vauclin et à Sainte-Anne.

26 septembre Début de la contre-offensive des troupes coloniales. Les
insurgés sont encerclés et pourchassés. La répression se prolonge
jusqu'au procès de l'année 1871. Parmi les chefs de l'insurrection, seuls
Louis Telgard échappa à toutes les recherches. 5 des condamnés à mort
furent exécutés au polygone Desclieux, en décembre 1871.

Georges MAUVOIS
Le 16 septembre 2002.

(vue sur le site du PKLS, Pati Kominis pou Lendépendans èk Sosyalizm,
parti marxiste-kéniniste martiniquais -
http://site.voila.fr/pkls/page7.html)




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center