A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Un nouveau round dans la guerre sociale

From infoladen@ainfos.ca, "biel <infoladen.biel"@freesurf.ch
Date Sat, 11 Oct 2003 00:51:23 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


[ texte tiré de Rebellion #25, journal de l'OSL www.rebellion.ch/ ]

Automne-hiver 2003 : un nouveau round dans la guerre sociale

A force de suivre la longue liste des mesures anti-sociales, des attaques
et des provocations capitalistes, on perd parfois un peu le fil... Mais
globalement, il ne s'agit pas de problèmes précis réclamant des
solutions, mais bien d'une guerre sociale dont les opéra-tions diverses
sont
systématique-ment présentées par le système comme autant de questions
parti-cu-lières qu'il s'agirait de gérer et auxquelles il faudrait
apporter des solutions raisonnées et adaptées. Il faut d'urgence prendre
con-science du caractère coordonné, profond et déterminé de l'attaque de
la bourgeoisie et de l'Etat contre les groupes sociaux domi-nés de ce
pays.


La répartition bourgeoise des richesses

Il y a tout d'abord une énorme pression pour réduire les salaires, pour
imposer au profit du capital une nouvelle répartition des richesses
socialement produites. Les retraites sont un salaire différé. Les
capitalistes veulent tout simplement baisser de 25% à 30% les montants
actuellement perçus. Le salaire direct est également menacé, notamment
par la volonté patronale de "régionaliser" les salaires et l'accaparement
par le capital de la majeure partie des gains de productivité. Le salaire
social est profondément mis en cause par les politiques d'austérité et la
dégradation des services publics.

Les menaces que font courir le transfert de charges entre confé-dé-ration
et cantons et les cadeaux fiscaux croissants con-sentis aux hauts
revenus, à la propriété et au capital menacent tout simplement la
substance même du service public. En même temps, la dégra-dation des
condi-tions de statut, de salaire et de travail du personnel de ce
secteur affaiblit la force organisée et la capacité de résis-tance du
prolé-tariat dans son ensemble. A travers le petit jeu de l'assurance
maladie et de la préten-due explo-sion des coûts de la santé, nous
assistons à la mise en place d'une médecine rationnée pour les secteurs
populaires. Toutes les prestations publiques sont mena-cées.


Police du travail et asservissement

Enfin, la dégradation des condi-tions de travail s'approfondit et
s'accélère. Le démantèlement prévisible et préparé de l'assuran-ce
invalidité AI et la situation de l'assurance chômage sont à mettre au
compte non seulement des politiques d'austérité, mais tout autant de
l'action systématique de l'appareil étatique pour mettre sur le marché du
travail des secteurs entiers du prolétariat, contraints d'accepter
n'importe quel emploi à n'importe quelles conditions par le manque de
revenu et l'encadre-ment disciplinaire d'une véritable 'police du
travail'. A l'autre bout de cette chaîne, il y a la volonté déterminée de
maintenir le salariat féminin dans une situation discri-mi-na-toire du
point de vue des garanties, de la formation et des salaires. La
reproduction élargie d'une force de travail maintenue dans des situations
d'exception, hors du droit commun est une constante du fonctionnement du
système, une condition incontour-nable de son équilibre dynamique. Nous
pensons, bien entendu, aux centaines de milliers de sans-papières et de
sans-papiers sur lesquelLEs le capital revendique, cyniquement, un
véritable droit d'asservissement, mais également à ces franges nouvelles
d'immi-gréEs néo-saisonniers/ières avec leurs contrats de courte durée,
aux chômeurs/euses mis au pas par les politiques d'assignation au
travail, aux apprentiEs et plus largement même à l'ensemble de
l'immigration qui continue de vivre une situation de mutilation de ses
droits politiques, mais également sociaux. N'oublions pas, par exemple,
que l'immigréE, tombéE à l'assistance, peut être expulséE et qu'il
n'existe toujours pas un droit au retour en cas de départ.


Précarité et guerre sociale

Le système fonctionne donc grâce à cette énorme fraction précaire du
prolétariat dont le sort vient renforcer une situation générale de
précarité, de flexibilité con-trainte, de déréglementation qui pèse sur
l'ensemble des travail-leurs-/euses de ce pays. Pour gagner cette guerre
sociale larvée, la bourgeoisie et l'appareil étatique n'ont de cesse de
limiter et de briser les espaces et les droits démocratiques. Prenant
prétexte de vitres brisées, de manifestations agitées ou d'un terrorisme
lointain et étranger au mouvement social anticapitaliste, provoquant ou
inventant au besoin des dépré-dations, le pouvoir attaque en fait
l'ensemble des processus de résistance populaire. Et la gauche
institutionnelle, avec plus ou moins de réticence, appuie et tolère cette
démarche (quand elle ne la sollicite pas!). Remarque: ceci n'enlève par
ailleurs rien à la critique indispen-sable de la violence fétichiste et
sectaire de quelques franges du mouvement, mais ce n'est pas ici notre
propos.

La gauche d'Etat et le syndicalisme de paix sociale ne se contentent pas
de ne pas lutter contre le système. Ils sont partie prenante de celui-ci.
Ils tirent leur impor-tance, leur revenu, leur statut de cette
co-gouvernance subalterne. Quand on parcourt l'ensemble de l'offensive
capitaliste et étatique de ces dernière années, quand on en reconstitue
le par-cours straté-gique, on perçoit clairement combien le
social-libéralisme est l'acteur incontour-nable, la troupe de choc de la
guerre sociale bourgeoise.




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center