A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Le gouvernement québécois tente une expérience...

From Nicolas Phébus <nicolasphebus@yahoo.com>
Date Mon, 17 Nov 2003 00:16:02 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


Le gouvernement tente une expérience socio-politique : casser le
syndicalisme au Québec
À lire les journaux ces jours-ci, c'est à se demander si le nouveau
gouvernement libéral n'est pas en train de réaliser une expérience
socio-politique grandeur nature. La question de recherche pourrait se
lire comme suit: "qu'est-ce qui arrive si on attaque de front le
syndicalisme le plus présent d'Amérique du Nord?" L'hypothèse de
recherche, à voir les projets de loi à l'étude actuellement, pourrait
être: "rien de sérieux qui nous empêche de le faire."

Il y a belle lurette que le "syndicalisme de combat" a été remplacé par
la "concertation" comme idéologie officielle du syndicalisme d'ici.
L'extrême flexibilité du syndicalisme québécois lui aura sans doute
permis de conserver son taux de pénétration de 40% dans la main-d'oeuvre,
une densité que les syndicalistes canadiens et américains n'imaginent
même plus dans leur rêve les plus fou. Sauf que, même extrêmement
concilliant et gentil, c'est aujourd'hui l'existence même du syndicalisme
et des dernières protections sociales (loi anti-scab et encadrement de la
sous-traitance par l'article 45) qui nuit aux patrons et qui est dans la
ligne de mire. Les patrons ne veulent plus de concessions des syndicats,
ils ne veulent plus de syndicats, point.

On peut penser ce qu'on veut de la combativité du syndicalisme
québécois, il n'en demeure pas moins que depuis quelques années se sont
développées des luttes très dures dans le privé sur des demandes de
concessions qui seraient sans doutes passées comme du beurre dans la
poelle ailleurs sur le continent. Ces luttes, je pense à Vidéotron entre
autre mais pas seulement, ont menées à des victoires réelles et hautement
symboliques.On peut penser ce qu'on veut de l'issue du lock-out à Vidéotron, reste
que les technicien-ne-s travaillent encore là et que Peladeau n'a pas
réussi à imposer leur vente à un sous-traitant. On aura beau tourner la
question dans tous les sens, Henri Massé ne réussira jamais à convaincre
un seul patron du continent que c'est bon pour les affaires et que ça ne
nuit pas à la "compétitivité" du Québec sur le marché international...

La Parti libéral a été élu à un moment clé du calendrier syndical: à la
veille d'une ronde de négociations dans le secteur public et du rêglement
du dossier de l'équité salariale. Il semble que le nouveau gouvernement
pense casser le syndicalisme auquel font face les patrons dans le privé
en cassant les syndicats auquel il fait lui-même face en tant que patron.
Historiquement, le syndicalisme du secteur public est à la fois la
locomotive du syndicalisme québécois et son château fort. Quoi de mieux
pour envoyer un message clair que d'attaquer de front cette portion du
mouvement syndical? Dès la campagne électorale, le Parti libéral a envoyé
un message qui n'a peut-être pas été perçu clairement par les
organisations syndicales mais qui était quand même là, écris noir sur
blanc dans le programme du parti : Le PLQ n'a même pas prévu de sommes
dans son cadre financier pour rêgler le dossier de l'équité salariale et
donner des augmentations de salaires aux 450 000 employés de l'État.
Mettons que ça augurait mal.

S'il ne s'agissait que de cela, ce serait déjà gros, mais il y a pire.
Deux des premiers projets de loi de ce gouvernement visent à contenir la
syndicalisation dans le secteur public et para-public. Déjà, interdire la
syndicalisation de travailleuses périphériques au secteur public (les
responsables de services de garde en milieu familial et leur équivalent
dans la santé et les services sociaux) c'est quelque chose, mais il ne
faut pas oublier que, pour ce faire, le gouvernement entend désacréditer
des syndicats qui avait déjà été reconnus légalement. C'est hautement
symbolique puisque la dernière fois qu'un gouvernement québécois a
désacrédité des syndicats, s'était sous Duplessis avec la "loi du
cadenas".

D'autre part, le gouvernement entend affaiblir encore plus la protection
contre la sous-traitance qui existe dans l'article 45 du code du travail.
L'article 45 est loin d'être le "bout du cul de la marde" que dénoncent
les patrons. Ce qu'il dit est fort simple: quand un patron se départi de
sa production en tout où en partie, l'accréditation syndicale et la
convention collective suivent les employé-e-s pour une période d'au plus
12 mois. Autrement dit, les syndiqué-e-s ont une garantie légale qu'on ne
peut pas détruire leurs conditions de vie du jour au lendemain avec la
sous-traitance, ils et elles ont donc quelques mois pour se revirer de
bord. Parce que ne nous leurrons pas, le but de la sous-traitance est de
faire baisser les coûts de production, ce qui ne peut se faire qu'en
déterriorant les conditions de travail des syndiqué-e-s, en les
appauvrissant. Évidemment, les syndicats ruent dans les brancards.

Mais le gouvernement a tout prévu dans son expérience. Il a décidé de
montrer qui était le patron en choisissant de s'attaquer de front à l'un
des bastions du secteur public: la santé et les services sociaux. Et il
n'y va pas de main morte. Son plus récent projet de loi prévoit d'abolir
le syndicalisme industriel dans la santé en cassant les "syndicats
généraux" de la CSN et de la FTQ en cinq syndicats de métiers. D'autre
part, il modifie la loi sur les négociations collectives pour
décentraliser l'organisation du travail (donc la sous-traitance) et
ramener ça au niveau des établissements. Pire, le gouvernement retire aux
syndiqué-e-s le droit de grève sur les enjeux locaux... L'implication de
la manoeuvre est assez simple: on isole les empoyé-e-s qui feront les
frais de la sous-traitance et on leur interdit de se défendre si on les
vends au privé.

Il me semble évident que, tout comme certains "révolutionnaires", le
gouvernement fait le pari que le syndicalisme québécois est aujourd'hui
une coquille vide, que l'appareil syndical est complètement divorcé de sa
base et que de toute façon les bureaucrates n'oseront jamais enclencher
le type de bataille nécessaire pour faire face à l'ampleur de l'attaque.
Bref, le gouvernement pense sans doute qu'il va gagner l'épreuve de force
qui s'engage, autrement il n'irait pas de l'avant. Les syndicats
oseront-ils utiliser leur pouvoir potentiel dans la bataille qui
s'engage? Iront-ils jusqu'à la grève? Et si oui, est-ce que les
syndiqué-e-s et la population vont les suivre?



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center