A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) QUELQUES INFORMATIONS FRAICHES SUR LES LUTTES EN ARGENTINE

From s.ia <s.ia@laposte.net>
Date Mon, 26 May 2003 20:06:20 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________
Salut,

Cet article émane du Syndicat Intercorporatif Anarchosyndicaliste de Caen
(BP 257 14013 Caen Cedex). Une des personne qui le compose s´est
dernièrement rendue en Argentine et en Uruguay, durant 2 mois, pour «
faire le tour » du mouvement anar dans ces 2 pays et pour rassembler
quelques informations sur la situation sociale qu´ils traversent.
L´article qui suit va donc tenter de faire brièvement le point sur la
situation des luttes en Argentine. Un peu plus tard, un article dressant
un petit état des lieux du mouvement anarchiste argentin et uruguayen
sera également publié. Bien des choses évoquées dans cette article
sont traitées de manière très superficielle, par manque de temps et par
ignorance. Les informations présentées offrent cependant l´intérêt d´être
relativement fiables et récentes. Ce texte va être diffusé dans la
majeure partie du mouvement anar et radical français via internet. Il
peut être librement publié, dans son intégralité ou seulement en partie.
Nous vous demandons simplement d´en indiquer la source. Toutes critiques
constructives ou apports d´informations complémentaires seront bienvenus.
Par ailleurs, le SIA de Caen a dernièrement organisé une collecte pour
créer sur La Plata en Argentine une petite maison d´édition anarchiste.
L´argent collecté a été remis au collectif « Letra Libre » à l´origine du
projet, une petite partie, jugée excédentaire, a été remise à la
bibliothèque populaire et libertaire « José Ingenieros » de Buenos Aires.
Des informations précises sur la collecte et la remise de l´argent seront
diffusées prochainement de manière séparée par notre petit groupe. Bonne
lecture.

APERCU DES LUTTES ACTUELLES EN ARGENTINE :

Comme annoncé dans la présentation, je ne vais pas me lancer dans un
grand historique concernant la situation politique et sociale de
l´Argentine. Je ne maîtrise pas assez le sujet et je n´ai pas le temps de
me lancer dans des recherches. Pour celles et ceux que cela intéresse je
signale au passage une bonne brochure sortie par les camarades
communistes de conseil d´ECHANGES ET MOUVEMENT. Elle s´appelle «
L´Argentine, de la paupérisation à la révolte. Une avancée vers
l´autonomie. » (76 pages A5) et peut être commandée, contre 3 euros port
compris, à l´adresse suivante : Echanges et mouvement BP241 75866 Paris
cedex 18. Seul inconvénient, elle date d´il y a presque un an et les
choses évoluent vite. Ils vont apparemment bientôt en ressortir une
nouvelle pour faire le point. Comme la plupart d´entre vous le savent
l´Argentine a connu une assez grave explosion sociale en décembre 2001
(pillages, manifs énormes, une trentaine de morts suite à la répression
et le gouvernement de De La Rua qui est renversé) suite à une grave et
longue crise économique, sociale et politique. Le chômage et la pauvreté
ont fortement et rapidement augmenté. La classe politique, très
corrompue, est très discréditée. De cette explosion sociale sont nées les
assemblées populaires de quartier. Les mouvements de chômeurs (les «
piqueteros »), qui existaient dés le milieu des années 90, se sont
multipliés et développés. La pratique du troc, qui elle aussi préexistait
aux journées du 19 et 20 décembre 2001, s´est également beaucoup
développée après. Des entreprises fermées ont été occupées et parfois
remises en route sous « contrôle ouvrier ». Tout cela est plus ou moins
connu (c´est à dire aussi plus ou moins méconnu ou connu de manière
déformée) et il en ressort souvent l´idée que l´Argentine connaît un fort
mouvement populaire auto-organisé et en expansion. Cette image
correspond partiellement avec la réalité de l´Argentine entre décembre
2001 et grosso modo la fin de 2002. Mais il semble clair que ce n´est
plus le cas aujourd´hui. L´heure est au reflux (et à la récupération) des
luttes et il faut rompre avec une vision dépassée et optimiste de la
situation.

De nombreux facteurs semblent jouer dans ce reflux:
- La stabilisation de la situation économique : elle reste mauvaise mais
elle a cessé de se dégrader. On assiste à une petite reprise de
l´activité même si celle-ci reste inférieure aux niveaux d´avant 2001. La
dévaluation du peso argentin a redonné de la compétitivité à l´économie
et relancé apparemment un peu les exportations. De même, la cherté des
produits importés tend à relancer un peu la production nationale des
biens basiques de consommation. - Le gouvernement a multiplié massivement
les plans d´aides sociales (plans « Trabajar », « jefes y jefas de hogar
»...) qui consistent à donner 160 pesos mensuel (une cinquantaine
d´euros) aux chômeurs en échange de quelques heures de travail quotidien
dans les municipalités et certaines administrations de proximité. Cela
permet d´éviter de mourir de faim et c´est cumulable avec de petits
boulots ou taches occasionnelles. Une hausse sensible du salaire minimum
a été également décidée : il passerait de 450-500 pesos à 650-700. - La
lassitude : la pauvreté qui touche plus de la moitié de la population
laisse peu de loisirs pour faire de la politique. Les nécessités de la
survie quotidienne accaparent beaucoup de temps. La colère est toujours
présente mais n´atteint plus un seuil immédiatement ou nécessairement
explosif. Les évènements de décembre 2001 ont été suivi de plusieurs mois
d´intenses et éprouvantes mobilisations tout azimut qui n´ont pas
fondamentalement modifiées la donne. Les perspectives d´amélioration
réelle de la situation sont faibles et cela contribue aussi à un certain
essoufflement de la dynamique de lutte...tout en maintenant les
conditions de son existence. - La récupération : elle est le fait de la
quasi totalité de l´extrême-gauche argentine (pour l´essentiel
trotskiste). Tous les partis marxistes-léninistes « d´avant garde » ont
vu dans les événement de décembre 2001 une situation pré-révolutionnaire
et se sont précipités sur tout ce qui bougeait pour essayer de s´en
nourrir, d´en prendre le contrôle et comme toute bonne avant-garde qui se
respecte, ils ont cherché à saboter ce qu´ils ne pouvaient contrôler. Les
assemblées populaires, composées au début de gens sans expérience
politique, de lutte, de fonctionnement collectif, d´auto-organisation ont
été la cibles de nombreuses tentatives de récupération débouchant sur des
conflits entre groupes ou individus, engueulades et basses manoeuvres à
n´en plus finir et tout ça a fortement contribué à les affaiblir. La
fragmentation importante du mouvement piquetero (qui a connu pas mal de
scissions) vient aussi en partie de là, chaque parti d´avant-garde se
devant de contrôler un mouvement de piquetero et une ou quelques
entreprises occupées pour bien prouver que justement il est vraiment à
l´avant-garde du mouvement... Une logique imparable et ...bien souvent
mortelle pour de fragiles expériences d´auto-organisation qui débutent.
Le pullulement des partis d´extrême-gauche, qui se sont étoffés
sensiblement, est réellement pesant dans les manifestations auxquelles
j´ai assisté. Discours vieillot, services d´ordre musclés, dirigeants
universitaires ou des classes moyennes et « troupes » (ou troupeau en
l´occurrence) populaires très encadrées (sans possibilité de sortir du
cortège de l´organisation qui est complètement entouré par le SO),
étudiants chargés de vendre la presse « ouvrière »...J´imagine que
l´après 68 en France a du ressembler un peu à ça ...et ça laisse un drôle
de sale goût dans la gueule... - La répression : Elle s´est durcie depuis
l´été 2002 et les évènements du pont Pueyrredon où 2 piqueteros ont été
tué par balles, plein d´autres blessés et arrêtés. Elle est rampante,
multiforme, directe ou indirecte et connaît ponctuellement des
emballements et des pics : violentes charges policières, utilisation
occasionnelle des tirs de chevrotines lors de certaines manifestations,
arrestations, fichages, menaces, intimidations diverses, séquestrations
para-policières (c´est à dire parfois para-mafieuse) ciblées... - Une
contre-offensive idéologique : elle prend la forme d´une offensive
médiatique qui dénonce pêle-mêle (en les rapprochant et donc en
établissant des parallèles) la montée « généralisée » de la criminalité,
la violence des délinquants (en particulier contre les policiers), la «
violence subversive » des piqueteros (chômeurs, fainéants, sales,
incultes...) qui empêchent les honnêtes travailleurs d´aller bosser et
ruinent le pays en coupant les routes etc...Il y depuis de nombreux mois
tout un travail médiatique de préparation du terrain pour un durcissement
sécuritaire (ça a souvent fait marrer les compagnons argentins
d´apprendre que les médias jouaient le même jeu en France avec les
banlieues, l´immigration, les grèves dans les services publics...).
- L´approche des élections qui recentre judicieusement l´actualité, le
débat vers les formations politiques traditionnelles, qui met l´accent
sur le devenir, le renforcement et l´amélioration des institutions, le
respect de l´Etat de droit tout en faisant l´éloge de la participation
citoyenne à ce moment fort de la vie de la nation, de notre grande nation
qui connaît des moments difficiles et a besoin du soutien et de l´union
de tous ses fils bla bla bla etc...Bref il s´agit de réintégrer et de
discuter les problèmes (et leurs « solutions ») dans le cadre (le carcan)
de la « démocratie » parlementaire. Un autre grand classique du pouvoir
en situation de crise...

Les entreprises occupées :
Il y en a prés de 150 dans le pays en ce moment. Elles regrouperaient des
milliers de travailleurs et travailleuses, certain(e)s parlent de 10 000.
La plupart sont apparemment des petites boites, des ateliers qui
regroupent une ou quelques poignées de prolos. Ces boites ont été fermées
par les patrons qui ont mis la clé sous la porte, souvent en laissant des
arriérés de salaires impayés. Du coup, elles ont souvent été occupées au
départ pour empêcher le déménagement ou la vente par le patron des
quelques machines et stocks de matières premières qu´elles contenaient,
avec l´espoir que cela faciliterait à terme le payement des arriérés de
salaire. Avec le temps, la crise et le manque de boulot, les tentatives
de relance sous contrôle ouvrier se sont multipliées. Mais il ne faut pas
se leurrer, si la plupart de ces entreprises ont fermé, c´est qu´elles
n´étaient plus viables dans le cadre capitaliste: effondrement du marché,
basse productivité, machines obsolètes...La relance sous contrôle ouvrier
pose donc des tas de problèmes : les coûts de production sont élevés et
souvent non compétitifs, les salaires tirés de la relance de l´activité
sont souvent très bas, il faut donc chercher d´autres revenus en exerçant
diverses activités en dehors de l´entreprise, parfois seule une partie
des anciens salariés peut ou veut encore y bosser, le capital manque pour
acheter les matières premières, pour payer les factures
d´énergie...Certaines de ces boites ont cependant pu redémarrer et se
maintenir à flots mais avec un personnel réduit, des aides financières
municipales ou des accords directs avec des petits producteurs de
certaines matières premières. Tout cela reste souvent assez précaire. De
plus, quand la relance sous contrôle ouvrier réussit à démontrer une
certaine viabilité économique, réussit à dégager quelques bénéfices, les
anciens patrons ne tardent en général pas à porter plainte en justice
pour obtenir l´évacuation des entreprises et récupérer « leurs » biens.
Plus qu´un réel poids économique, les entreprises occupées ont surtout un
fort poids symbolique pour le mouvement social en tant qu´expérience d´ «
autogestion », en tant qu´exemples du fait que les travailleurs peuvent
se passer des patrons pour produire et sauver leur source de travail. Le
gouvernement ne s´y trompe pas et voit d´un très mauvais oeil ces
violations flagrantes du sacro-saint droit de propriété. Les entreprises
« phares » de ce mouvement sont la fabrique de céramique « Zanon » située
à Neuquen (prés de 500 prolos à l´heure actuelle pour 800 environ au
moment de la fermeture) et la fabrique textile « Brukman » à Buenos Aires
(115-120 personnes, surtout des femmes). Elles sont toutes 2 visées par
des ordres d´évacuation. « Zanon » tient toujours et semble avoir
constitué un réseau de solidarités locales, nationales et internationales
important autour de son existence. Quant à l´usine textile « Brukman »,
après 2 tentatives ratées en 2002, le pouvoir a réussi à l´évacuer par la
force à l´aube du vendredi 18 Avril. Plus de 700 flics appartenant à
diverses unités ont délogé par surprise les quelques ouvrières qui
assuraient la garde de nuit. Contrairement aux autres tentatives
d´évacuation, la réaction des habitants du quartier, des assemblées
populaires (fort diminuées), des mouvements piqueteros n´a pas été
massive. La solidarité spontanée et de grande ampleur qui avait fait
reculer le gouvernement en 2002 ne s´est pas reproduite en 2003. Le 21
Avril, après plusieurs jours de rassemblements, de démarches juridiques
et de négociations infructueuses, une manif a été appelée pour réoccuper
« par tous les moyens » l´usine. Après avoir posé un ultimatum à la
police pour qu´elle quitte les lieux, quelques ouvrières sont rentrés
dans le périmètre de défense qui entourait l´usine. La police a alors
chargé et a dispersé, à l´aide de nombreux tirs tendus de gaz et de
balles en caoutchouc, violemment et rapidement les manifestants, causant
quelques dizaines de blessés et arrêtant prés de 200 personnes. Il semble
que quelques cartouches de chevrotines en plomb aient aussi été tirées
(des douilles ont été retrouvées) mais sans faire de blessés. Toute
tentative de résistance a été assez rapidement neutralisée. Les
affrontements ont été quasi inexistants du fait que les tirs de la police
interdisaient toute approche de leur dispositif. JE SUIS A CE PROPOS
OBLIGE DE PRECISER QUE LE CHIFFRE DE 7000 PARTICIPANT(E)S (CHIFFRES
PUBLIES SUR INDYMEDIA, A-INFOS, LE MONDE LIBERTAIRE, LE COMBAT
SYNDICALISTE DE LA CNTF ...) A CETTE MANIFESTATION DE SOUTIEN EST
TOTALEMENT FANTAISISTE. J´étais à cette manif et j´ai suffisamment
d´expérience pour pouvoir estimer le nombre de gens qui participent à une
manif petite ou moyenne. Le chiffre de 7000 personne est, au mieux, une
estimation délirante faite par une personne inexpérimentée, au pire (et
je pense que c´est malheureusement le cas) un mensonge éhonté destiné à
motiver les « troupes ». Le lundi 21 en milieu d´après-midi, j´estime à
environ 3000 le nombre de manifestant(e)s. A 17H30, heure de la fin de
l´ultimatum et du début programmé des incidents, il ne devait plus rester
que 2000 à 2500 personnes, un certain nombre de groupes modérés, de
femmes, de personnes âgées ou a mobilité réduite ayant prudemment quitté
les lieux . Por Favor, laissons la pratique du mensonge aux médias
bourgeois... A signaler également, le cas de l´usine « Sasetru », dans la
banlieue de la capitale, une usine de production de pâtes alimentaires
fermée depuis 20 ans mais dont les machines étaient encore susceptibles
d´être utilisées. Elle a été occupée par une soixantaine de chômeurs et
d´ancien(ne)s salarié(e)s de la boite qui pensaient nettoyer les machines
et produire des nouilles pour tous les « comedores » (cantines populaires
dans les quartiers pauvres souvent organisées par les mouvements
piqueteros) du grand Buenos Aires. Mais rapidement, avant que puisse
s´effectuer une remise en marche, à la mi-mars, 700 flics ont réoccupé
l´usine et viré tout le monde manu-militari. Pour conclure sur les usines
occupées (dite aussi « récupérées »), il me semble important de préciser
que les assemblées de ces entreprises sont parfois « encadrées »
politiquement par certains partis trotskistes : le « Polo Obrero » (Pôle
Ouvrier) à Sasetru et Zanon, le Parti des Travailleurs Socialistes à
Brukman par exemple. Il est aussi important de préciser que les
travailleurs de Zanon et Brukman demandent l´ « étatisation sous contrôle
ouvrier » de leurs entreprises. Il est probable que la demande d´ «
étatisation » soit liée à l´idéologie véhiculée par les organisations
trotskistes avec en plus un aspect tactique dans cette position : l´Etat
bourgeois évacuant par la force les entreprises occupées, le thème de la
construction de l´Etat ouvrier peut ainsi être avancé comme une «
nécessité » liée à la lutte. J´ignore aussi dans quelle mesure le
fonctionnement des AG est réellement démocratique et si, par exemple,
l´égalité salariale, la rotation des tâches productives sont pratiquées.
Toute information fiable sur ces aspects est la bienvenue.

Les assemblées populaires :
Comme cela a déjà été dit plus haut, les assemblées populaires (dite
aussi « barriales », de quartier ou « vecinales », de voisins) ont fondu
comme neige au soleil au fil du temps. Il faut également préciser que ce
phénomène des assemblées est essentiellement apparu dans le grand Buenos
Aires. On en trouve aussi quelques unes à La Plata, Cordoba et une
poignée à Rosario, pour l´essentiel. Le phénomène a donc une extension
géographiquement limitée, même s´il faut considérer le fait que ces
assemblées sont implantées dans des zones où se concentre environ la
moitié de la population du pays. Il faut signaler aussi que leur base
sociale était constitué majoritairement par la classe moyenne,
traumatisée par la perte d´une partie de ses économies confiées aux
banques, paupérisée par la hausse des prix, dégoûtée par la corruption de
la classe politique, claase moyenne qui est en grande partie rentrée dans
le rang. Je n´ai pas assisté à des assemblées mais j´ai rencontré des
gens qui en faisaient partie. Certaines assemblées tournent avec 10, 15,
20 participant(e)s régulières, d´autres avec 40, 50 ou 60 mais je n´ai
pas entendu parler d´assemblées arrivant à réunir encore de manière
régulière quelques centaines de personnes. En cas de coup dur, la
capacité, occasionnelle, de mobilisation doit pouvoir augmenter
sensiblement mais sans atteindre, de loin, celle du début 2002. Il semble
que de nombreuses assemblées aient cherché à s´inscrire dans leur milieu
et dans la durée, à occuper des lieux vides (anciennes banques, cinémas,
ateliers, cliniques désaffectées ...), à promouvoir les clubs de troc, la
parution de petits journaux locaux alternatifs, des débats politiques,
des petites bibliothèques, des ateliers de formation, de petites
coopératives boulangères, quelques dispensaires, l´organisation de «
ferias » artisanales où les gens du quartier échangent, vendent ou
achètent nourriture cuisinée, bijoux, poteries, bibelots, vêtements
fait-mains etc... Ainsi même si leur affluence et leur influence a
nettement diminué, les assemblées restent actives. Plusieurs évacuations
de locaux occupés par des assemblées ont eu lieu ces derniers mois. La
dernière en date durant mon voyage (il s´en est peut-être produit
d´autres depuis) fut, à la mi-mars, celle de l´assemblée de Lezama sud
qui occupait une ancienne succursale de la banque Mayo. Une cinquantaine
de flics en tenue anti-émeutes ont viré tôt le matin les quelques
assembléistes qui se trouvaient dans le local occupé. Comme par hasard,
dans ce lieu fonctionnait aussi le centre informatique d´Indymedia
Argentine, site internet de contre-information bien connu. Les assemblées
échangent leurs informations de manière rapide et fluide via le réseau
internet. Des délégués de tous le grand Buenos Aires se réunissent
apparemment régulièrement. Un journal militant, plutôt bien foutu,
intitulé « 19/20 » sert aussi apparemment plus ou moins de porte-voix
officieux aux assemblées les plus « indépendantes » de la capitale depuis
fin 2002.

Le(s) mouvement(s) piquetero(s)s :
Ils regroupent les chômeurs des quartiers populaires, hommes ou femmes,
jeunes ou vieux. Ils fonctionnent en général sur la base de l´assemblée.
Leur arme favorite est la coupure de route avec barricades et piquets
pour obtenir la satisfaction de leurs revendications (plus de plans,
aides alimentaires, fournitures scolaires et chaussures pour la rentrée
des classes, amélioration sanitaire du quartier, accès à l´eau potable et
l´électricité, obtention de médicaments pour les petits dispensaires
qu´ils cherchent à mettre en oeuvre...). Les premiers mouvements
apparaissent au milieu des années 90 (Cutralco, General Mosconi...) et se
répandent comme forme d´organisation et d´action dans tout le pays. Il y
en a plein aujourd´hui, plus ou moins récents, plus ou moins
auto-organisés, plus ou moins démocratiques. Certains sont directement
liés à des organisations d´extrême-gauche et fonctionnent de manière
assez verticale (centralisme démocratique oblige) : citons le CCC
(Courant Classiste Combattif lié au Parti Communiste Révolutionnaire
maoïste), le mouvement Teresa Rodriguez, le MTL (Mouvement Territorial de
Libération, dont les couleurs sont le rouge et le noir mais qui est lié
au Parti Communiste si je ne m´abuse), la FTC (Fédération des
travailleurs Combatifs), le Pôle Ouvrier (lié au Parti Ouvrier), la
Coordinadora por la Unidad de los BArrios (CUBA, ce qui indique assez
bien sa source d´inspiration) etc... Signalons aussi le Mouvement pour
l´Unité Populaire (MUP) qui semble fonctionner de manière plus
horizontale tout en étant lié au groupe anarchiste AUCA ... Il y a
ensuite les mouvements piqueteros indépendants, nettement plus
horizontaux comme l´UTD (Union des travailleurs sans emploi) dans la
région de General Mosconi et les MTD (Mouvement de travailleurs sans
emploi). Les MTD sont tous autonomes et le fait qu´ils portent le même
nom ne signifie pas qu´ils travaillent ensemble, même si leurs activités
possèdent certaines similitudes. Certains MTD sont regroupés au sein de
la Coordination Anibal Veron (MTD de Lanus, Solano, Almirante Brown entre
autres). Il y a aussi des MTD à Varela, la Matanza, Allen...Ils sont en
général partiellement inspiré et influencé par les expériences des
zapatistes, du Mouvement des Sans Terres brésiliens et par les idées de
Negri et Holloway, genre « nouvelle gauche autogestionnaire et
extra-parlementaire », idées qui sont diffusées en Argentine entre autre
par le collectif d´édition « Situaciones ». Les mouvements piqueteros se
sont considérablement développés dans la période qui a suivi les 19 et 20
décembre 2001. Ce développement est lié en bonne partie au fait que dans
les mois qui ont suivi, grâce à de fortes mobilisations et pressions sur
un gouvernement alors en partie aux abois, les mouvements piqueteros ont
obtenu la possibilité de gérer directement les plans d´aides type plans «
Trabajar », « Jefes y jefas de hogar ». Il y a apparemment environ 1 800
000 plans de ce genre distribués dans tous le pays et environ 8% de ces
plans (aux alentours de 150 000 donc) seraient contrôlés directement par
les organisations piqueteras. Cela signifie que les quelques heures de
travail quotidien dues par les bénéficiaires de ces plans sont effectuées
dans le cadre des projets productifs ou d´entraide (cantines populaires,
jardins potagers, ateliers de métallerie ou de charpente, appui scolaire,
bibliothèque, prévention sanitaire, élevages de volailles ou de lapins,
ateliers artisanaux de fabrication de briques ou d´agglos...) des
organisations piqueteras de tel ou tel quartier. La nécessité a
évidemment poussé beaucoup de gens (non politisés, non expérimentés) qui
avaient besoin des 160 pesos des plans à s´affilier aux organisations
piqueteras. Une partie de ces nouveaux arrivants se politisent peu à peu
au sein du mouvement auxquels ils se sont rattachés, acquièrent une
expérience d´organisation collective, de débat, d´action...mais il s´agit
d´un processus lent et difficile qui nécessite un effort personnel et
collectif permanent. Il y a là évidemment une situation paradoxale pour
les organisations piqueteras. Leur développement numérique est lié à un
rapport de force qui a permis d´obtenir la gestion directe des plans et
dans le même temps, avec l´évolution défavorable de ce rapport de force,
ces organisations populaires subversives se retrouvent dans une situation
de relative dépendance et vulnérabilité vis à vis de l´Etat vu que c´est
lui qui donne ces plans... Il est probable que l´Etat va chercher dans
les mois qui viennent à réformer les plans d´aides et à en récupérer la
gestion totale (ce qui ne veut pas dire qu´il en réduira le nombre),
privant ainsi les organisations piqueteras non seulement de leur
principal moyen de développement numérique mais aussi d´une partie
importante de leur participant(e)s actuel(le)s. Cela toutes les
organisations piqueteras en sont bien conscientes. Elles cherchent donc à
multiplier la mise en place de projets de production (de biens ou de
services) alternatifs, capable de se soutenir par eux mêmes, et à
accroître la formation politico-pratique (via de multiples ateliers de
formation, causeries, projections-débats, publications de textes...) de
leurs membres afin de réduire le degré de dépendance et vulnérabilité de
leurs organisations vis à vis de l´appareil d´Etat. On a un peu
l´impression d´une course de vitesse pour tenter de limiter les dégâts
que produirait une réforme de la gestion des plans d´aide sociale...même
si toutes les organisations piqueteras savent qu´elles vont rapidement se
dégonfler numériquement si cette réforme se produit. On peut toutefois
considérer que la très difficile situation sociale des classes
populaires, l´expérience politique et pratique accumulée, la logistique
déjà construite leur permettra de survivre et même peut-être de
recommencer à croître lentement au bout de quelques temps, une fois le
choc encaissé...pour peu que la répression ne soit pas trop asphyxiante.
Cette hausse de la répression est elle aussi attendue par toutes les
organisations piqueteras : répression qui peut prendre la forme de
charges de police et de tirs mortels durant les manifs, d´arrestations
ciblées, de harcèlement anonyme dans tel ou tel quartier, de dégradation
des locaux, de sabotage des AG par infiltration d´éléments perturbateurs
ou provocateurs à la solde de la police ou des clans politico-mafieux
péronistes qui se partagent le pouvoir d´Etat (et qui contrôlent des
réseaux d´hommes de mains, appelés « punteros », dans tous les
quartiers). Il semble par ailleurs que plus de 70 responsables ou
militan(e)s piqueteros soient à l´heure actuelle détenu(e)s pour diverses
raisons dans tout le pays. Il est probable que les contacts entre
organisations piqueteras vont se multiplier pour opposer un front commun
à toute tentative d´accroître la répression. C´est d´autant plus
nécessaire que ces mouvements se retrouvent assez isolés socialement
après que la classe moyenne ait en bonne partie cessé, progressivement,
de participer aux luttes et agitations qui avaient suivies l´explosion de
Décembre 2001.

Les récentes élections présidentielles (participation obligatoire) se
sont déroulées dans le calme et marquent un pas supplémentaire dans le
processus de normalisation. La participation a été d´environ 80%, c´est à
dire dans la moyenne. Les votes blancs ou nuls ont atteint environ 2,5%
et les 5 partis de gauche et d´extrême-gauche qui s´était présentés ont
ramassé moins de 5%. Carlos Menem (toujours ultra-corrompu, réac, libéral
et répressif) a finalement abandonné dans l´entre 2 tours et c´est Nestor
Kirchner, le dauphin de Duhalde, lui aussi issu du péronisme (parti
justicialiste) qui du coup se retrouve à la présidence. Plus fin et
présentable que Menem, il saura vraisemblablement jouer sur plusieurs
tableaux à la fois pour circonscrire le mouvement social peu à peu.

Voilà, en gros, ce qu´a pu m´inspirer mon voyage et mes rencontres en
Argentine. Le tableau que je viens de dresser n´est guère réjouissant. Il
convient alors peut-être de dire, comme l´ont fait quelques argentin(e)s
que j´ai rencontré, que l´existence d´un tel mouvement social était tout
simplement impensable il y a seulement 2 ans...

Un article suivra prochainement sur l´état du mouvement anar en Argentine
(là aussi, c´est pas très joyeux) et en Uruguay (où on sent certaines
potentialités intéressantes).




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center