A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Expulsion du CAT Marseille

From laurentch@altern.org
Date Fri, 2 May 2003 11:56:20 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Expulsion du CAT Marseille
compte rendu des suites n°1

Après la journée mouvementée de lundi, l'expulsion, le mardi l'est tout
autant…Il y a un rassemblement devant " l'évêché "1 puis un rendez-vous
devant le TGI de Marseille ou le dernier ex-occupant, encore en
garde-à-vue du CAT, N…, doit passer en comparution immédiate… Une
cinquantaine de personnes se relaie toute la journée afin de lui apporter
soutien et, si besoin, assistance. Ce n'est pas superflu car l'appareil
juridique et policier a la main lourde : " outrage à agent 2, coups et
blessures avec arme (n'ayant pas entraîné d'arrêt de travail), N… est
notamment accusé par l'agent de police plaignant d'avoir lancé des
briques, des morceaux de verre, et des fusées de feux d'artifice sur les
forces de l'ordre en intervention. La version des gens présents sur les
lieux lors de l'expulsion est tout autre : N… s'étant réfugié sur les
toits, il a été contraint de descendre sous la menace d'un fusil à pompe
que brandissait, un fonctionnaire de la " BAC ", qui, prudent, ne s'était
engagé qu'a demi dans l'ouverture d'accès. Ayant sur lui les feux
d'artifices (un dernier spectacle avant fermeture !), N…, les envoya à
ses amis qui l'attendaient dans la rue. Les fusées arrivèrent bien sur le
trottoir sans encombre, et sans blesser personne… Quant aux briques et
aux morceaux de verre, la police voulait-elle parler des quelques
gravillons qui roulèrent sur les tuiles lors des déplacements de N…. ?
L'interpellation aurait pu se poursuivre sans incident, si les forces de
l'ordre, qui non contentes d'avoir de nouveaux crédits, du nouveau
matériel, le soutien du gouvernement et de l'opinion publique, ne
tenaient à pimenter l'affaire par des insultes, des humiliations et des
bourrades appuyées, ce qui ne manqua pas d'inspirer au prisonnier une
observation judicieuse 3. Si les choses n'ont pas empiré à ce stade, on
le doit sans doute à la présence de journalistes " officiels " 4, qui,
rapidement prévenus, eurent le bon goût de venir vite " couvrir "
l'événement. Nous en revenons au tribunal où le juge, ses substituts et
les avocats constatent que le plaignant est absent. Dans ce cas, il est
uniquement décidé de la mise sous mandat de dépôt ou de la remise en
liberté de l'interpellé en attendant le procès… Surpris de prime abord
par l'aplomb et l'élocution de N…, a qui l'on donne la parole, la juge
s'enquit de ses activités et de ses moyens de subsistance. N… donne un
aperçu du mode de fonctionnement d'un Espace Occupé Autogéré, ce que
résumera la substitut avec une remarquable largesse d'esprit par : " vous
étes donc un marginal… ". L'avocat du plaignant visiblement agacé par la
décontraction du prévenu se risque avec une grimace de dégoût de le
qualifier " d'anarchiste ". Mais tous ses gens en robe noire ont une
botte secrète : N… , étant expulsé de son logement, devient par la force
des choses SDF et même pour les délits les plus bénins, les comparutions
immédiates de SDF se terminent en détention provisoire. C'était sans
compter sur les gens venus le soutenir qui avaient " senti le coup " in
extremis et qui tout de suite proposèrent un hébergement " à la campagne
" pour N……; Le greffier fera venir " l'hôtesse " improvisée afin
d'enregistrer l'adresse et les coordonnées. Cerise sur le gâteau, la juge
évoquera dans un premier temps un pointage journalier au commissariat de
la commune de résidence provisoire, ce qui aurait constitué au vu des
faits reprochés une entrave très sérieuse à la liberté de circuler. Et ce
que l'avocat de la défense commis d'office visiblement dépassé par les
événements ne recusera pas. Le verdict final sera la remise en liberté
avec pointage hebdomadaire jusqu'au procès fixé au mardi 17 juin 2003.
Pour finir cette journée édifiante, le CAT et leurs amis et soutiens ont
organisé tout de même le restaurant prix libre hebdomadaire… sur les
trottoirs du CAT bd Maillane En fin de compte de ce jour, il restera
cette image : les rires et la musique d'une assemblée bariolée d'une
centaine de gens, buvant mangeant et chantant sous les yeux perplexes de
la BAC toujours là … Comme dira l'un des convives : " rien n'est perdu
…une maison fermée ce sera dix autres d'ouvertes ! "

Contact et soutien : cat1@altern.org



1 commissariat central de Marseille

2 "n… ta mère"

3 "ta mère serait fière de te voir là"

4 journalistes de FR3. Si la maison-mère est au diapason de la
désinformation générale des médias " dépendants ", quelques journalistes
de terrains très motivés et très minoritaires parviennent à diffuser de
l'information " pas trop fausse ". Ceci est valable pour le journal " la
Marseillaise " Quant à " La Provence " elle a pour habitude lors de ses
occasions de retranscrire à la virgule prés les rapports de police

Voir : http://paris.indymedia.org/article.php?id_article=2436
http://paris.indymedia.org/article.php?id_article=2438




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center