A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Dutch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Présentation d'AUCA - Argentine

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Mon, 17 Mar 2003 15:40:48 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

[ Traduction par des camarades du Réseau No Pasaran d'un des textes de
présentation de l'organisation AUCA en Argentine. AUCA est une
organisation anarchiste de tendance révolutionnaire et est membre de
Solidarité internationale libertaire ]

-----

Nos pratiques

L'idée de politique populaire est au centre de nos pratiques
politiques et révolutionnaires. C'est pourquoi nous nous
inscrivons dans le mouvement social. Nous sommes actifs dans
notre voisinage, les universités, les syndicatsŠ afin d'essayer
de construire un anarchisme porteur de son propre projet, avec
une stratégie de lutte globale, des propositions réalistes qui
défendent les intérêts de la classe ouvrière et des opprimés en
général. C'est à ce niveau l'anarchie doit agir, ce qu'elle
n'aurait jamais du cesser de faire. Après plusieurs années
d'absence des mouvements populaires (de la FORA : Fédération
Ouvrière Régionale d'Argentine du début du siècle ; en passant
par la FARA : la fédération communiste-libertaire d'Argentine de
1935, jusqu'à Résistance Libertaire : expression de l'anarchisme
organisé des années 70), les anarchistes doivent s'organiser et
créer une grande organisation nationale qui leur soit propre. La
lutte histoire des luttes sociales au niveau national mais
également en Amérique Latine et dans le monde a permis à de
nombreuses personnes de découvrir l'anarchisme. Le projet
socialiste et libertaire que nous défendons doit prendre tous ces
paramètres en compte. Beaucoup de camarades se demandent ce
qu'est l'anarchisme. Ils veulent des réponses concrètes aux
problèmes rencontrés. Il nous revient de trouver des alternatives.


Nos pratiques dans les quartiers populaires

Nous portons depuis maintenant 5 ans un projet politique qui
trouve son expression dans les quartiers entourant la vile de La
Plata. Nous avons commencé par du soutien scolaire, la
distribution de verres de lait, de magazinesŠ dans les quartiers
populaires. En prenant ces quartiers comme espace
d'expérimentation à taille humaine où vivent chômeurs,
travailleurs, étudiants et où des tonnes de problèmes sont encore
à résoudre, notre but était une lutte autogérée venant de la base
sans la participation du PJ (Parti « Justicialiste ») et des
différents politiciens soucieux de nos intérêts. Nous avons fait
une avancée supplémentaire, la Coordination pour un espace de
participation et de solidarité, ce qui a permis aux associations
et aux personnes des différents quartiers populaires où nous
travaillons de se rencontrer, tout ceci dans le cadre des
principes d'unité, de lutte et d'organisation. A la longue,
l'évolution de la Coordination et de la lutte atteignant ses
limites, nous avons proposé d'aller plus loin dans les luttes
sociales, d'élargir nos moyens d'action aux sphères politique et
économique. Les conditions de vie dégradantes de notre peuple
nous ont ouvert la voie. C'est à ce niveau que les classes
populaires sont totalement engagées, essayant de construire une
organisation politique et sociale qui lutte pour obtenir des
emplois, la justice sociale et la liberté : ce sont là les plus
grandes aspirations de ces classes. Alors, le 9 juillet 2001, le
congrès fondateur du MUP (Mouvement d'Unité Populaire) est sorti
de l'ancienne Coordination, reprenant l'évolution de notre
travail en tant qu'organisation politique ainsi que les groupes
des quartiers populaires qui se retrouvaient dans le projet de le
MUP.

A l'heure actuelle, le MUP est en plein développement,
progressant dans son organisation dans différentes villes (La
Plata, Florencio Varela, la capitale fédérale et Quilmes) grâce à
sa propre structure, sa propre dynamique en tenant d'unir tous
les secteurs dans cette lutte. Les différents groupes des
quartiers populaires (coopératives, associationsŠ) se retrouvent
dans cet espace tout comme les étudiants de l'organisation
Aguanegra (qui signifie eau noire) dans laquelle nous sommes
investis.


Nos pratiques dans le monde étudiant

Comme nous l'avons déjà souligné, notre champ d'action concerne
les luttes sociales. L'université est un de ces espaces de lutte
où nous avons un espace qui nous permet de faire valoir des
revendications. En effet, le pouvoir y est concentré dans les
mains des classes dominantes. La création d'Aguanegra comme
mouvement de lutte étudiant reflétait une certaine façon de faire
de la politique. Au départ, nous n'avions pas compris
l'importance d'initier différents espaces de lutte, nous pensions
qu'il était nécessaire de se baser sur une idéologie politique.
C'est pour cette raison qu'en 1997, AUCA était présente à la fac
en tant qu'organisation politique. Au long des conflits, alors
que notre organisation grandissait, les besoins des étudiants
sont devenus de plus en plus variés. Nous avons dû développer une
lutte autour des réductions de budget et de l'augmentation des
frais d'inscription, contre la LES (loi pour l'éducation
supérieure), contre les problèmes de malnutrition chez les
étudiants et leur départ de la fac. Nous avons alors pensé qu'il
serait utile de monter un groupe, de créer un espace étudiant
luttant aux niveaux politique, social et économique. Cela
entraîna l'unité dans la lutte et la création d'une organisation
étudiante comme solution possible pour contrer les agissements de
l'administration. A l'époque, Aguanegra avait déjà été créé et
avait affirmer son autonomie en tant que structure et lutte
autonome lors de son 1er congrès en avril 2002. Il visait l'unité
du mouvement étudiant, essayant d'être de plus en plus critique
et d'agir en conséquence. Ses luttes essayaient de faire vivre
l'organisation en mettant ses connaissances au service de la
libération des classes populaires.


Les liens entre notre AUCA et ces espaces de lutte

Comme il est écrit dans notre texte fondateur, notre organisation
n'est pas une fin en soi mais un moyen de parvenir à nos fins :
la création d'un pouvoir populaire qui prenne en compte les
demandes du peuple et puisse se révéler une réelle menace pour
ceux d'en haut. AUCA s'est construite dans une stratégie
révolutionnaire qui signifie une rupture avec le capitalisme,
l'avènement du socialisme et la liberté ; pour aller vers une
société sans classes, où l'économie et les décisions politiques
seraient socialisées. Dans ce but, notre organisation agit à
plusieurs niveaux : militant, associatif, étudiant, syndicalŠ
pour créer un pouvoir populaire issu de tous ces secteurs. Nous
soutenons les différentes luttes en cours en nous investissant
dans différents mouvements, à une condition toutefois : que ces
espaces soient fédérateurs, combatifs, démocratiques et que
l'unit é et la liberté soient leurs étendards pour créer un «
front des classes opprimées ». C'est pourquoi nous luttons dans
ces espaces, en participant à l'organisation et aux luttes de ces
structures.

Nous ne prétendons pas détenir la vérité. Les personnes d'AUCA
discutent, échangent, créent des liens avec ces structures pour
parvenir à un plus grande harmonie des luttes. Nous nous
reconnaissons dans la tendance idéologique qui présuppose, dans
les grandes lignes, l'unité des forces et des capacités des
militants libertaires pour lutter dans les différents domaines où
la lutte des classes s'exprime. C'est pour cela que nous luttons
dans les quartiers populaires, syndicats, écoles et les luttes
des minoritésŠ En tant qu'organisation anarchiste et grâce à
notre identification et appartenance aux classes opprimées, nous
nous inscrivons dans le mouvement social pour y participer et
dynamiser les luttes de notre époque.

Nos différentes luttes devraient converger pour abattre notre
ennemi commun. C'est la tâche qui incombe aux anarchistes,
d'initier et de dynamiser tous les espaces où notre classe
s'organise en dehors des organisations à la botte de la
domination et de l'exploitation. C'est-à-dire que notre
organisation n'essaye pas d'être le guide suprême du mouvement
social ni de le remplacer. Elle ne s'en sert pas non plus pour
augmenter le nombre de ses militants. Notre but est de servir de
moteur en terme d'organisation et de donner un souffle libertaire
à tous ces mouvements, ce qui n'est pas contradictoire. On ne
peut pas nier que certains partis de gauche étouffent les luttes
des classes populaires, loin de nous l'idée d'age de la sorte, vu
que nous sommes nés du besoin d'autonomie de notre classe. Ce que
nous ne cacherons jamais, c'est que nous tentons de créer un
pouvoir populaire dans une optique anarchiste. Nous cherchons à
développer les forces populaires, c'est pourquoi nous croyons que
les luttes populaires doivent s'autonomiser par rapport aux
forces du système, aux gens d'en haut, à la recherche d'un
pouvoir local et global, forgeant nos propres destins. Cette
autonomie commence par l'accès à la connaissance et la confiance
dans les forces populaires.

Nous pensons que le socialisme se construit ici et maintenant.
Nous luttons pour une société organisée par la base, par ces
organisations et institutions du pouvoir populaire.

auca@data54.com
www.nodo50.org/auca




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center