A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Dutch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) 15 mars 2003: Article sur la manif de Montréal

From morris bubuv <mbubuv@yahoo.com>
Date Mon, 17 Mar 2003 12:15:26 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

—compte-rendu—

LA MANIFESTATION DE LA 7ème
JOURNÉE INTERNATIONALE
CONTRE LA BRUTALITÉ POLICIÈRE

MONTRÉAL, le 16 mars 2003. Pour la 7ème année
consécutive, plusieurs centaines d’opposantEs à la
brutalité policière ont prit les rues de Montréal pour
dénoncer les abus de la force constabulaire à l’égard
des pauvres et des membres des communautés ethniques.
Cette année, deux nouveaux éléments distinguent cette
édition de la Journée internationale contre la
brutalité policière (JICBP) d’avec les années
précédentes.

Dans un premier temps, contrairement aux années
passées, le Collectif Opposé à la Brutalité Policière
(COBP) n’a pas eu à assumer seul tout le poids du
fardeau organisationnel qui vient avec la tenue de la
JICBP. En effet, c’est la Coalition contre la
brutalité policière et la répression qui a rendu
possible la tenue de la manifestation du 15 mars 2003,
qui représenta le point culminant d’une semaine
complète d’activités destinées à exposer et dénoncer
les diverses facettes de la brutalité policière. Outre
le COBP, cette Coalition rassemble l’ASÉ-UQAM
(Association syndicale étudiante de l’UQAM), la CLAC
(Convergence des Luttes Anticapitalistes), du
collectif No one is illegal, et bénéficie de l’appui
de Kabataang, groupe de la jeunesse philippine basé
dans Côte-des-neiges.

Dans un deuxième temps, pour la première fois depuis
1997, la manif du 15 mars ne s’est pas tenu au
centre-ville de Montréal, mais bien dans un quartier
résidentiel à forte composante multi-ethnique, à
savoir le quartier Côte-des-neiges. Par ailleurs, les
résidentEs de ce quartier ont très bien reçut cette
initiative, ce qui témoigne du fait que la
problématique des abus de pouvoir est bien réelle dans
Côte-des-neiges.

Par un beau samedi après-midi ensoleillé, environs
300 personnes ont répondu à l’appel de la Coalition à
manifester contre la brutalité policière le 15 mars
2003. Il s’agit d’un score tout à fait honorable quand
on prend on considération deux importants éléments qui
n’ont pas joué en faveur de la mobilisation: tout
d’abord, la crainte de la répression est fortement
répandu étant donné les arrestations de masse qui ont
gâchées les manifestations du 15 mars 2000 et 2002;
ensuite, le fait que notre manif coïncidait avec la
tenue d’une marche contre la guerre en Irak, qui a
rassemblée environ 200,000 personnes au centre-ville.

Comme on pouvait s’en y attendre, le Service de
police de la ville de Montréal (SPVM) a lui aussi
mobilisé ses forces à l’occasion de la manifestation
de la JICBP du 15 mars 2003. Outre les dizaines
d’agents composant les effectifs des groupes
d’intervention anti-émeute et les autres flics qui
gérait le trafic automobile, on a aussi eu droit à un
hélicoptère de police qui a survolé la foule
manifestante du début jusqu’à la fin.

Lors du rassemblement des manifestantEs au Parc
Mackenzie King, le commandant Rondeau du SPVM s’est
adressé à la foule avec un microphone pour dire
qu’aucun acte criminel ne sera toléré et blablabla. Ce
à quoi un militant du COBP lui a répondu par mégaphone
que toute tentative de la part du SPVM d’entraver le
libre exercice de la liberté d’expression pourrait
entraîner des répercussions juridiques et faire en
sorte que le SPVM aurait à répondre de violations des
droits constitutionnels devant un tribunal de notre
choix. Le militant a aussi ajouté: “Vous n’avez pas
plus envie d’être icitte que nous autres on a envie de
vous voir.”

Puis, le même militant s’est ensuite adressé à la
foule manifestante pour rappeler aux gens que la
police n’attend qu’une excuse pour mettre fin à notre
marche et procéder à une arrestation de masse. Ainsi,
nous nous sommes entendu pour ne pas donner au SPVM
cette excuse qu’il recherche. Pour reprendre les
paroles prononcées par ce militant, la seule chose que
les manifestantEs du 15 mars 2003 étaient prêtEs à
casser, ce furent les oreilles des policiers avec nos
slogans dénonciateurs et dérangeants!

Après, ce fut au tour d’un autre militant de prendre
la parole, dans ce cas-ci pour faire une liste
partielle des villes et pays où des opposantEs aux
abus de pouvoir des policiers participent à leur façon
à la JICBP. Il fut entre autres mentionné la manif
devant l’ambassade canadienne dans la capitale
fédérale du Mexique, le Karnaval des libertés à Lyon,
en France, etc.

Ensuite, la marche s’est mise en branle, empruntant
les principales rues du quartier Côte-des-neiges afin
d’être le plus visible possible des passantEs et
résidentEs du quartier. Le trajet a prit fin devant la
station de métro Villa Maria. À cette occasion, des
activistes ont prit la parole pour dénoncer les actes
d’harcèlement et de persécution racistes dont sont
victimes de nombreux et nombreuses résidentEs du
quartier, en particulier les jeunes issus des
communautés noires.

Bien qu’il y aurait certaines critiques à faire,
entre autres sur la courte durée du trajet et sur la
mauvaise qualité sonore du mégaphone utilisé pour la
manif, il n’en reste pas moins que le simple fait
d’avoir pu tenir une manif contre la brutalité
policière sans que celle-ci ne donne lieu à aucune
arrestation, représente en soi une victoire symbolique
et morale pour l’important combat que nous menons
chaque jour.

Ainsi, nous avons pu faire la preuve qu’il n’y a nul
besoin de se doter d’un service d’ordre pour garantir
un 15 mars paisible et sans anicroches. Pas besoin
fliquer les camarades avec qui nous prenons la rue
quand on est capable de faire confiance à la capacité
de jugement des opposantEs à la brutalité policière.

CE N’EST QU’UN DÉBUT !
CONTINUONS LE COMBAT !!

Alex du COBP




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center