A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Dutch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Manifs à Grenoble contre la guerre en Irak

From gasteropodes@no-log.org
Date Sun, 16 Mar 2003 12:58:32 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Manifs grenobloises contre la guerre en Irak : un texte et
quelques chiffres

Nous avons distribué le texte ci-dessous lors des 2 dernières
manifestations grenobloises contre la guerre en Irak. Sous la forme d'1
joli tract A5 plié en 2, avec 2 photos de Jacques Chirac et George W.
Bush bras dessus bras dessous. Nous étions 2 pour le distribuer le 7
mars, puis 5 le 15 mars.
Le samedi 7 mars, il y avait environ 5000 personnes dans les rues.
Peut-être un peu moins. Pas de présence anarchiste caractérisée. Nous
avons distribué les 250 tracts photocopiés pour l'occasion.Le samedi 15
mars, plus de 5000 personnes, mais moins de 10000. A priori. Un bon
cortège anarchiste de plus de 100 personnes avec surtout des gens
non-étiqueté-e-s. Seule la CNT (tendance Vignoles) était visible en tant
qu'orga, avec ses drapeaux et ses tracts. Nous avons distribué les 400
tracts photocopiés pour l'occasion. Et nous nous sommes plus amusé-e-s
que lors de la précédente manifestation.
----------

"La guerre est engagée par chaque groupe dirigeant contre ses propres
sujets, et l'objet de la guerre n'est pas de faire ou d'empêcher des
conquêtes de territoires, mais de maintenir intacte la structure de la
société."1984, George Orwell

LES CAUSES DE LA GUERRE… ET DE LA PAIX.

La péninsule arabique et certains Etats d'Europe de l'Est se remplissent
chaque jour un peu plus de matériel et de soldats américains et anglais.
La guerre semble aujourd'hui "inévitable". C'est reparti pour un tour… Il
est vrai que cela faisait bien un an que Bush n'avait fait des siennes
et qu'on n'avait pas ressorti les banderoles. La grosse ficelle de Saddam
Hussein étant usée et presque périmée, le prévisible spectacle de son
élimination et ses préliminaires sont loin d'atteindre l'efficacité de
précédents célèbres (Milosevic ou Ben Laden); d'ailleurs, cette fois-ci,
ce qu'on appelle " l'opinion publique ", ici et ailleurs, n'est pas
convaincue de la nécessité de cette guerre. Plusieurs millions de
personnes à travers le monde se mobilisent pour dire " NON " à la guerre
en Irak. Mais quand donc y aura-t-il plusieurs millions de personnes dans
les rues pour dire " NON " au système politique qui justifie cette guerre
comme la plupart des guerres qui éclatent chaque année sur cette planète
?Il est vrai que les médias français, qui semblent avoir récemment
découvert les enjeux économiques et géostratégiques du Moyen Orient,
démasquent sans peine, sous les rudimentaires prétextes juridiques et
moraux, les objectifs des USA et de son complexe
militaro-industriel-pétrolier. Mais cette pertinence a des limites,
celles de la raison d'Etat, dont les journalistes sont les servant-e-s ;
la position de la France (de l'Allemagne et de la Russie) est ainsi
présentée comme celle du droit, de la raison et de la paix. On évoque peu
les antagonismes économiques entre Etats capitalistes qui expliquent le
parti pris " pour " ou " contre " la guerre en Irak : les entreprises
françaises et russes seraient, en cas de paix et de levée des sanctions
contre l'Irak, aux premières places pour emporter de juteux marchés
(exploitation du pétrole, reconstruction du pays, …); l'intervention
américaine les offrirait prioritairement aux compagnies
anglo-saxonnes…Si, comme tout le laisse à penser, les USA envahissent
l'Irak, nos diplomates, qui tentent de placer habilement leurs pions sur
l'échiquier, négocieront au prix fort (en terme de contrats
d'exploitation) le
ralliement de la France au camp belliciste. Ni le sort de la population
irakienne, ni celui de leur dictateur, ni les manifestations pacifistes
ne détermineront leurs choix. Pas plus que l'absurdité de bombarder un
pays dont le gouvernement détruit ses propres missiles pour être bien sûr
de ne pas pouvoir se défendre (c'est quand même terrible de voir jusqu'où
va la domination occidentale sur le reste du monde…).Par ailleurs,
essayer de repousser au plus tard le déclenchement de la guerre, c'est
oublier que depuis plus de 10 ans, depuis la guerre du Golfe, les
bombardements de l'armée américaine sur le territoire irakien n'ont pas
vraiment cessé (sans parler de l'embargo imposé à la population
irakienne, allégé tout juste par un programme "pétrole contre
nourriture").
PACIFISME A GEOMETRIE VARIABLE.

Les militant-e-s pacifistes et les organisations qui les encadrent
(rejoint-e-s par les débris de la "gauche plurielle" qui ont géré au
mieux les conflits précédents - Golfe, Kosovo, Afghanistan - et
apprécient beaucoup moins les bombes et le sang une fois dans
l'opposition) arpentent à nouveau le pavé contre les busheries les plus
spectaculaires.Si durant la guerre du Kosovo nombre de pacifistes et même
d'antimilitaristes encouragèrent les bombardements de l'OTAN, lors de
l'intervention américaine contre l'Afghanistan les mêmes demandèrent que
les massacres s'effectuent sous l'égide de l'ONU ("garant du droit
international"). Les revoilà qui étalent aujourd'hui leurs incohérences
en refusant la guerre contre l'Irak "qu'elle se fasse sous mandat de
l'ONU ou non", maltraitant ainsi leur droit international chéri (qui ne
leur convient plus); ils-elles espèrent néanmoins son bon fonctionnement
quand ils-elles demandent à la France d'utiliser son droit de veto…On
remarque au passage que, pour certain-e-s, si des guerres sont horribles,
d'autres peuvent être "justes", légitimes, légales, nécessaires ou
"humani-taires" (seules les mauvaises guerres faisant des victimes
innocentes-civiles).La fonction idéologique spécifique de cette mouvance
pacifiste est de nous présenter la guerre comme un dysfonctionnement,
comme un déséquilibre à l'intérieur de la formation économique et sociale
en place, déséquilibre qu'il s'agit de corriger pour revenir au point
d'équilibre: la démocratie, l'amitié-entre-les-peuples, le
respect-de-la-personne-humaine-et-de-ses-droits. Sursaut de nos
politicien-ne-s, négociations, instauration de la taxe Tobin, d'une taxe
sur les armements, d'un contrôle citoyen des institutions
internationales, etc. : autant d'éléments qui sont sensés permettre de
corriger ce dérapage guerrier. Il s'agit donc de cacher/oublier que la
guerre fait au contraire intégralement partie du développement
capitaliste, qu'elle en est une composante, un moment nécessaire à son
bon fonctionnement. Nous ne pourrons nous débarrasser définitivement de
toute guerre qu'en mettant fin à l'oppression sociale, économique et
politique dont le capitalisme et l'Etat sont probablement la plus haute
synthèse.
NI GUERRE EN IRAK, NI PAIX ENTRE LES CLASSES !

Manifester et mobiliser pour dire "non à la guerre" et demander au
Parlement et aux autorités françaises de dire "non", c'est avant tout
reconnaître la légitimité de ces institutions, de leur fonctionnement, du
droit international comme norme politique devant régir le monde. C'est
croire que la démocratie peut empêcher la guerre (toutes les guerres et
massacres coloniaux menés par la France au XXème siècle ne l'ont été que
par des gouvernements démocratiques, de gauche ou de droite, dans le
respect des institutions, que les "opinions publiques" aient été pour ou
contre).Plus que jamais, c'est à l'intérieur de ses propres rouages que
le capital pourra être mis à mal, en remettant en cause sa capacité de
production et la domination qu'il exerce, en refusant concrètement
l'ordre capitaliste et les hiérarchies sociales, en mettant en pratique
dès aujourd'hui la grève générale et l'abolition du salariat, en imposant
la généralisation de l'autogestion à tous les domaines de la société et
de la vie. C'est en refusant de marcher au pas pour la démocratie et pour
le système actuel que le bouleversement et le renversement des rapports
sociaux peuvent s'entrevoir.
LE CAPITALISME C'EST LA GUERRE. LE PATRIARCAT AUSSI.

Si le capitalisme a besoin de la guerre pour s'entretenir, la domination
masculine passe elle aussi par l'idéologie belliqueuse. Quoi de plus
viril qu'un soldat ? Quoi de plus masculin que la conquête, la
colonisation et la concurrence ? La construction masculine est une quête
vers le pouvoir. Dire " NON " au capitalisme sans dire " NON " au
patriarcat, nous semble aussi absurde que dire " NON " à la guerre sans
dire " NON " au
capitalisme. Sans illusions, nous pensons que s'il est nécessaire de
construire des rapports sociaux plus égalitaires sans attendre un
hypothétique " Grand Soir ", nous pensons aussi que pour redéfinir
complètement ces nouveaux rapports sociaux, il nous faudra bien abattre
l'Etat, la capitalisme et le patriarcat, autrement dit les systèmes et
les structures qui dirigent nos vies…
Eléments pour un bloc noir, Grenoble, le 7 mars 2003
(gasteropodes@no-log.org)
Ce texte est en grande partie inspiré par un tract distribué en Avignon
par "Les IncivilEs" lors de la manifestation contre la guerre en Irak,
samedi 1er mars 2003. Vous pouvez contacter les IncivilEs à cette adresse
e-mail : incivils@freesurf.fr
" Les idées s'améliorent.
Le sens des mots y participe.
Le plagiat est nécessaire.
Le progrès l'implique ".
Poésies II, Lautréamont




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center