A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Week-end de réflexion antipatriarcale non-mixte hommes

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sat, 21 Jun 2003 15:13:43 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


Appel pour un week-end de réflexion antipatriarcale non-mixte hommes
début septembre 2003

Un espace de réflexion, fêtes, moments partagés sur la remise en cause de
la masculinité et les luttes antipatriarcales - à la campagne

Depuis de nombreuses années, des initiatives et collectifs féministes,
proche des mouvances libertaires, agissent et se structurent. Depuis de
nombreuses années, nous autres mecs libertaires, attaqués dans nos
privilèges et encore aliénés jusqu'à l'os, leur renvoyons généralement
pas mal d'hostilité, beaucoup de désintérêt et parfois un peu de
bienveillance paternaliste... Pour ne pas parler de ceux qui ne sentent
pas concerné où considèrent qu'il s'agit d'une lutte secondaire.

Au final, un état de fait qui génère un fort et légitime scepticisme de
certaines féministes quant à la possibilité d'un réel travail mixte sur
la question et laisse tout un pan du problèmes, la déconstruction par les
hommes de leur rôle d'homme et d'oppresseurs, en suspens.

Néanmoins, depuis quelques mois, ils sembleraient que des garçons, au
sein des mouvances anticapitalistes et anti-autoritaires francophones,
(re)commencent à prendre l'initiative de travailler collectivement sur
ces questions :

- en mars dernier, aux tanneries à dijon, un groupe informel d'hommes a
organisé une soirée sur la masculinité avec discussions, bouffes,
interventions théâtrales et une petite boum.

- une initiative similaire, en vue de créer un groupe de discussion, a eu
lieu au squat la charade à grenoble à la fin mai. Cette initiative fait
suite à un moment non-mixte lors d'une soirée organisée à la charade sur
les thématiques "patriarcat et capitalisme".

- à rennes et autour du squat l'ekluserie, un séminaire sur la violence
masculine se prépare pour la fin du mois de juin et verrai des groupes
non-mixte hommes et femmes réfléchir en parallèle à ces questions en vue
notamment de produire des textes et stratégies de lutte.

- depuis deux ans, il y a eu aussi diverses discussions en non-mixité
mecs sur le patriarcat lors des rencontres sans-titre, réseau de
groupiduEs des campagnes et des villes.

- plus largement, une réflexion se construit autour de la préparation
d'une journée spécifique et de diverses initiatives sur les thématiques
de genre en vue de la prochaine conférence européenne de l'Action
Mondiale des Peuples, qui aura lieu à Belgrade dans un peu moins d'un an.

Autant de petites étincelles convergentes qui donnent envie d'approfondir
et de renforcer cette dynamique naissante.


Lorsque l'on s'est revu localement, quelques semaines après la soirée à
dijon, on était d'un coté assez content de la dynamique de discussion et
de confiance qu'avait pu engendrer la soirée entre une bonne partie des
garçons présents dans les jours et semains qui ont suivi, qu'elle ait
permis de faire exister ces questions de manière plus intense entre nous
et de briser certains tabous. Un autre intérêt non négligeable étant
d'avoir pu aborder ces problématiques en public avec un certain nombre de
garçons pour qui elles étaient assez nouvelles. Néanmoins, nous nous
sentions aussi frustrés de la rapidité des discussions qui avaient
survolés parfois un peu trop superficiellement beaucoup de sujets
(l'approche matérialiste des rapports de genre, les relations entre
garçons, le rapport à la réussite, la sexualité...) sans permettre de
creuser ou de prendre le temps de se livrer sur des sujets aussi
inhabituels à aborder en collectif.

Conséquemment, on avait envie de remettre ça dans un cadre propice et sur
une plus longue durée. Il en est ressorti l'idée d'inviter tout ceux qui
le voudrait à organiser collectivement un week-end de trois jours à la
campagne, en septembre, pour revenir sur ces thématiques, prendre le
temps de mieux se connaitre et éventuellement élaborer des stratégies de
luttes et de diffusion d'idées. Ce week-end, ce pourrait être des
ateliers, des discussions à deux, en petit groupes ou à plein, des repas,
du ménage, des fêtes et des promenades... Un moment riche de
déconstruction-reconstruction personnelle et politique. Pour l'instant on
lance l'invitation. On propose d'utiliser la liste que nous avions créé à
Dijon pour l'organisation de la soirée "boysdontcry" (en référence
ironique à la dureté que devraient afficher les hommes et au film du même
nom) et d'y inscrire toutes les personnes intéressées.

Ensuite, cette liste pourrait servir d'outil de discussion pour
l'organisation de ce week-end: en gros on voudrait y parler de
l'organisation logistique du week-end, du lieu, de la date et du contenu
(bien sur)... ainsi qu'y échanger des textes et idées.

Pour vous y inscrire ou faire part de votre intérêt, envoyez juste un
petit mot à intrigeri@squat.net. Ou passez un petit coup de fil aux 03 80
66 64 81 ou écrivez à boysdontcry - les tanneries - 17 bd de chicago - 21
000 Dijon

Pour la date, on pensait dans un premier temps au deuxième week-end de
septembre, en gros du vendredi 12 au dimanche 14.

Pour le lieu il y a d'ores et déjà plusieurs possibilités, mais toutes
les propositions sont encore les bienvenues. En gros on chercherait un
endroit joli et un peu isolé ou environ 50 personnes puissent se poser et
vivre pendant trois jours. Ensuite on choisirait suivant ce que les gens
préfèrent ou ce qui est le plus arrangeant au niveau situation
géographique.

Pour le contenu, on pense en discuter par le biais de la liste d'ici là.

Histoire de donner une petite idée de la manière dont on a amené
succintement le sujet lors des précédentes soirées, nous retransmettons à
la fin de ce message les petits textes d'invitation distribués pour les
soirées de dijon et grenoble. Il y a aussi une brochure un peu plus
longue sur "militantisme anticapitaliste et construction masculine" que
vous pouvez recevoir en écrivant à nicolu@no-log.org.


Pourquoi une rencontre non - mixte ?

L'intérêt de moments en non-mixité homme dans un axe de lutte
anti-patriarcale suscite des interrogations renouvelées. L'idée de
non-mixité homme est très souvent mal acceptée , ou ressentie de manière
assez violente par des hommes et même des femmes, qui y voient des
objectifs sectaires et excluants. La non-mixité n'est évidemment pas pour
nous une finalité, mais un outil parmi d'autres pour tenter de
déconstruire le rôle masculin imposé, et l'oppression patriarcale dont
sommes acteurs et aliénés.

Elle vise à pouvoir construire de nouveaux rapports entre hommes et, hors
de l'espace non-mixte, avec les femmes. Les cadres mixtes sont trop
souvent une arène livrée à la compétition et à la séduction. Ils
reflètent des normes sociales et des tabous qui rendent parfois encore
plus difficile
d'abondonner un temps son rôle de mec, de se mettre en position de
fragilité, de confiance ou d'entrer dans des considérations plus intimes
ou personnelles.

Mais ne nous méprenons pas, il s'agit ici bien sur de créer un cadre de
rencontre non-mixte avec des objectifs particuliers et donc aussi
différent que possible de la non-mixité homme qui se retrouve par aileurs
parfois largement dans notre société, du club de foot, au groupe
militant en passant par un grand nombre de cadres salariés ou amicaux.

D'autre part, nous ne cherchons surtout pas à reconstruire un nouvelle
masculinité "à visage humain", mais à faire disparaitre la
différenciation sociale homme/femme. Nous ne voulons pas conforter les
réflexes de solidarité masculine qui s'exerce habituellement contre les
femmes mais les remettre en cause.

Ces rencontres peuvent, avec toutes les différences impliquées par le
rôle joué par les mecs dans le rapport d'oppression patriarcale,
accomplir un travail parallèle à celui réalisé dans les groupes non-mixte
femmes. Ce travail peut bien sur s'alterner, quand on le désire, avec des
retours et échanges réguliers en mixité. Elles peuvent contribuer à ce
que les luttes anti-patriarcales deviennent, pour des hommes, non plus
seulement une lutte "en solidarité" (ou pro-féministe), mais une lutte
qui nous concerne tout autant et que nous menons aussi pour nous.

Boys dont cry/ dijon - 28/05/03 - quelques garçons

---------------------

le texte pour la soirée de grenoble:

Dimanche 25 mai 2003 à 19h30, à l'occasion de la fête des mères (fête
pétainiste), une soirée-discussion entre garçons aura lieu à la
Charade...

Pourquoi ?

Pour parler de nous ("nous, les hoooommes"), de ce dont on ne parle pas
ou peu habituellement, du patriarcat, des rapports et relations entre
hommes, entre hommes et femmes, de nos envies, de nos contradictions,
etc. Nous pourrons lors de cette soirée évoquer (et peut-être
approfondir) des sujets tonitruants comme par exemple :

Nos relations entre hommes, nos relations avec les femmes et là où nous
sommes oppresseurs, l'hétéronormalité, la séduction, la pornographie, les
pubs sexistes (ou non), la non-mixité, la fête de mères, les groupes de
pères et leurs relents antiféministes, nos rôles de mecs
(spécialisations, comportements, postures, etc.), et la part de biologie
dans tout ça ? La colère et autres questionnements de notre quotidien...

L'idée avouée de ce rendez-vous est de formaliser un collectif, un groupe
de parole(s) entre garçons, pour prendre le temps d'approfondir toutes
les questions qui nous turlupinent.



Le texte pour la soirée de dijon:

Genres & masculinités... et si des garçons en parlaient ensemble ?

discussion, bouffe, perfos, jeux et fête vendredi 21 mars à partir de 19
h aux tanneries.

Sexisme, homophobie, hétéro-normalité, machisme, virilité, voilà des mots
qu'on a tous entendus au moins une fois dans notre vie, si ce n'est
beaucoup plus... souvent sortis de la bouche des femmes qui en subissent
le plus les conséquences.

Aujourd'hui, des hommes ressentent le besoin d'en parler, entre eux, même
si, certainement, c'est difficile, même si, peut-être, c'est la première
fois, même si ça fait peur

C'est pourquoi nous avons envie de construire un espace où pourraient se
tenir des discussions et des échanges différents. Différents de
l'agressivité. Différents de la compétition. Différents de la séduction
Différents de notre masque d'insensibilité

Bref, des hommes ont envie de se parler et de s'écouter. Pour cette
première soirée, nous aimerions, pêle-mêle, parler. de... comment nous
avons été construits, tels des Legos. de... la façon dont nous
communiquons entre nous. de... ce qui nous fait peur chez les autres
hommes. de... pourquoi j'ai appris à jouer au GI-joe et non à la Barbie ?
de... pourquoi je suis amené à préférer la perceuse au balai ? de...
pourquoi faut-il toujours que je réussisse ? de... pourquoi j'ai pas le
droit de pleurer ? et de... plein d'autres choses!

Alors toi aussi, si tout ça t'évoque quelque chose, ça pourrait être
vraiment agréable que tu te joignes à nous, pour en parler, pour en rire,
pour s'émouvoir, pour s'amuser.

--

ni co lu ( nicolu@no-log.org )




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center