A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Lettre des Militant-e-s syndicalistes libertaires

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 13 Jun 2003 18:00:13 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

les textes qui suivent sont tirés du bulletin d'information réalisé par
les personnes qui font la Lettre des Militant-e-s syndicalistes
libertaires.
MSL c/o ESGC, 44, rue St Georges 69005 Lyon
lettremsl@wanadoo.fr

------------

Mercredi 11 juin 2003

Répression à Paris

Nous reproduisons ci-dessous le témoignage d¹un camarade présent à la
manifestation du 10 juin à Paris devant l¹Assemblée NationaleŠ Edifiant !

Le 10 juin vers 17h, le cortège de l'éducation en lutte arrive à la
Concorde. Le carré de tête de manif a déjà donné le mot d'ordre de
dissolution (pas de l'assemblée, hein...).
Immédiatement les grévistes de l'éducation , très remonté(e)s, montent "à
l'assemblée" et secouent un peu les grilles de protection des gendarmes
mobiles (GM).
17h10, les GM balancent les premières lacrymos.
Le SO CGT s'intercalle entre les manifestants et les GM. Quelques noms
d'oiseaux, mais jusqu'ici tout est "calme". Arrive alors une bonne
colonne de cheminots CGT qui mettent le feu aux poudres, interpellent le
SO confédéral et balancent un feu de bengale sur les GM.
Sur ce le SO CGT sort les gazeuses et les matraques (!) et envoie un
échantilon d'un peu tout aux grévistes.
Les GM salvent massivement les lacrymos. Ambiance tendue, cartes
déchirées en direct.
19h, le SO CGT plie bagage.
Re-salves de lacrymos. canon à eau plusieurs fois.
2000 à 3000 grévistes dégustent. Tout ça se poursuit jusque vers 21h. Les
grévistes ne sont plus que quelques centaines. Ils quittent en cortège la
Concorde. Sur le départ charge des CRS (les GM sont restés à Concorde).
Une partie des grévistes (avec Jolie Môme) se réfugie dans l'Opéra
Garnier. Les portes étaient ouvertes, c'était l'entracte. A l'intérieur
ils/elles chantent l'internationale.
Les spectateurs/trices, public très bourgeois les insultent violemment:
"pédés de gauchistes" et tout le toutim. Les grévistes, vu l'ambiance,
reste 30 minutes et sortent. Là, c'est le carnage. Gros lachage niveau
matraquage (un copain de SUD-diant a un point de suture à la mâchoire)
des flics et 50 interpellations. Au total une soixantaine (61 ou 58,
c'est encore flou) avec les interpellé(e)s de Concorde.

Aujourd'hui 11 juin, rassemblement devant Palais de justice.
A l'issue du rassemblement 6 personnes relaché(e)s sans poursuites. Sarko
a demandé que les interpellé(e)s dédommagent le prix du spectacle à
l'Opéra Garnier, 12 000 euros. L'opéra semble s'y refuser.
La conf CGT aurait eu le ministère de l'intérieur au tel qui leur aurait
dit que sur les 60 interpellé(e)s, 37 passerait en comparution immédiate
le 12 juin et une dizaine (sans doute ceux/celles de la Concorde) étaient
des "cas préoccupants". Le Gouvernement semble en faire une affaire
politique

Manifestations et grèves

Informations sur la journée du 12 juin 2003 (Source AFP)

12.000 manifestants au moins à Toulouse lors de la visite de Jacques
Chirac 12/06 12:21 12.OOO manifestants selon la police, 40.000 selon les
organisateurs, manifestaient jeudi en fin de matinée à travers Toulouse
pour dire leur opposition au projet gouvernemental de réforme des
retraites à l'occasion de la visite du Président de la République dans la
ville rose, a constaté un journaliste de l'AFP.
Les manifestants se sont d'abord regroupés près du parc des Expositions
où Jacques Chirac devait ouvrir le congrès de la Mutualité Française.
Tandis qu'un cordon de gendarmes mobiles protégeait l'île du Ramier où se
déroule le congrès, le cortège des manifestants est passé à proximité
avant de défiler dans le centre ville.
Les manifestants forment un cortège conduit par la CGT devant les autres
syndicats opposés à la réforme des retraites, la FSU, FO, l'UNSA Sud et
la CFDT de Haute-Garonne.
Au moment même où le président de la République assurait devant les
mutualistes qu"il ne saurait y avoir ni vainqueur ni vaincu", dans le
débat sur les retraites, les manifestants exigeaient le "retrait total"
du plan Fillon.

MARSEILLE (AP) - Près de 19.000 personnes selon la préfecture de police,
200.000 selon les organisateurs, ont manifesté ce jeudi midi à Marseille
avant de participer devant le Stade vélodrome à un meeting réunissant les
principaux dirigeants syndicaux du pays, dont Bernard Thibault (CGT),
Gérard Aschiéri (FSU) et Alain Olive (UNSA). En début d'après-midi, la
dispersion se déroulait dans le calme.

Lors du meeting, le secrétaire général de Force ouvrière Marc Blondel a
de nouveau lancé un appel à la grève générale. "Nous avons proposé aux
autres organisations de réfléchir à la question. Elles nous ont pour
autant fait savoir qu'elles la jugeaient inopportune. Notre organisation
est déterminée à maintenir cette position", a-t-il lancé.

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, s'est pour l'instant
refusé
à une telle éventualité. "Cela relève de l'incantation nationale", a-t-il
fait valoir. Cette déclaration a suscité applaudissements et sifflets
auxquels il a répondu: "Si vous faites ça pour les quatre orateurs, on
n'est pas prêts de boire le pastis"...

Bernard Thibault a ensuite critiqué la décision du maire de Marseille
Jean-Claude Gaudin de refuser de louer le Vélodrome aux organisations
syndicales. "Le droit à la manifestation est inscrit dans la Constitution
et notre manifestation est digne. Nous allons continuer le match et ce
n'est pas monsieur le maire qui sifflera la fin de la partie", a-t-il
argué. M. Thibault a envisagé de nouvelles actions de mobilisation dès la
semaine prochaine avant de donner la parole à Gérard Aschiéri de la
Fédération syndicale unitaire.

PARIS (AP) - Personnels de l'éducation venus en nombre, mais également
cheminots ou encore agents du ministère des Affaires sociales: plusieurs
milliers de personnes ont commencé à défiler jeudi à 15h30 à Paris, pour
réclamer une nouvelle fois l'ouverture de négociations sur la réforme des
retraites et le retrait pur et simple des projets de décentralisation à
l'Education nationale.
"Raffarin, t'as rien compris! Retire tes projets", "On veut tous être
alignés sur la retraite des députés", scandent les manifestants. De
nombreuses pancartes réclament également la libération des manifestants
encore en garde à vue après les incidents de mardi place de la Concorde.
"C'est Chirac qu'il faut mettre en prison, pas les manifestants!" crient
de nombreux protestataires venus de Paris et plusieurs départements de
l'Ile-de-France. Des manifestations similaires ont lieu dans plusieurs
autres villes, avec comme point fort un défilé et un meeting national
organisé jeudi en fin de matinée à Marseille. AP

PARIS (AP) - A la RATP, les salariés grévistes du métro, du RER et des
dépôts d'autobus réunis en assemblées générales jeudi matin ont
majoritairement voté la reprise du travail dès ce jeudi, ou vendredi
matin, a-t-on appris auprès de la CGT.

A la SNCF, on précisait de source syndicale que de "nombreuses
assemblées
générales" se sont également prononcées jeudi pour la reprise du travail.
La direction précisait que la tendance était à l'amélioration déjà depuis
plusieurs jours.

Chiffres manifestations 10 juin source AFP :

estimations police estimations syndicats

Paris 37.000 200.000
Bordeaux 20.000 35 à 40.000
Toulouse 16.000 60 à 85.000
Marseille 15.000 200.000
Clermont-Ferrand 14.000 70.000
Grenoble 14.000 60 à 80.000
Montpellier 13.000 40 à 50.000
Nice 11.500 25.000
Lille 11.000 25.000
Lyon 11.000 40.000
Saint-Nazaire 11.000 NC
Rouen 10.500 50.000
Le Havre 10.000 40.000
Toulon 10.000 25.000
Nantes 10.000 20.000
Nîmes 8.000 15.000
Le Mans 8.000 25.000 Rennes
7.500 10.000
Pau 7.000 15.000
Avignon 7.000 18.000
Perpignan 7.000 10.000
Limoges 5.700 30.000
Tours 5.000 20.000
Amiens 5.000 8.000
Poitiers 5.000 NC
Saint-Brieux 5.000 NC
Tarbes 4.800 20.000
Cherbourg 4.500 NC
Caen 4.400 7 à 10.000
Saint-Etienne 4.400 25.000
Lorient 4.200 8.000
Bayonne 4.200 6.000
Istres 4.000 15.000
Tulle 4.000 7.000
Angoulême 4.000 8.000
Orléans 3.600 12.000
Quimper 3.400 9.000
Dijon 3.200 9.000
La Rochelle 3.000 5.000
Valenciennes 3.000
Roanne 3.000 10.000
Brest: 2.800 5.000
Blois 2.000 NC
Reims 2.000 5.000
Dax 3.000 4.000
Châlon-sur-Sâone 2.500 NC
Beauvais 2.200 NC
etc...

GREVES du 10 juin /source AFP

PARIS, 10 juin (AFP) - Voici les éléments concernant la participation
mardi aux grèves contre la réforme gouvernementale des retraites, secteur
par secteur:

- Transports terrestres:
SNCF : selon la direction, l'appel de quatre fédérations de cheminots
a
été suivi par 28,2% des personnels, à la mi-journée (contre 41,1% le 3
juin et 62,4% le 13 mai).
RATP : 17,8% de grévistes (contre 17% le 3 juin) et un trafic
"fortement
perturbé, avec des fluctuations selon les lignes", selon la direction.
Des perturbations sont encore à prévoir mercredi (deux rames de métro sur
trois, deux trains sur trois pour les lignes A et B du RER, et "risques
de perturbations locales" pour les bus).

- Transports aériens:
Air France: la direction a fait état de 3 à 4% de grévistes. DGAC
(contrôleurs aériens, maintenance): participation "faible" mais ayant
entraîné "des retards ponctuels et locaux", selon la direction. A Orly,
une centaine de vols a été annulée.

- Education: le ministère de l'Education a fait part de 31,54% de
grévistes dans les écoles, 34,06% dans les collèges, 16,55% dans les
lycées professionnels, 19,04% dans les lycées et 17,06% chez les
non-enseignants.

- Finances: Bercy a fait état de 25,50% de grévistes pour le ministère
avec notamment 32% d'agents en grève à la Direction générale des Impôts,
24,50% de grévistes aux Douanes et 23% au Trésor public. Le SNUI
(majoritaire aux Impôts) qui a appelé à "la reconduction de la grève", a
fait état d'une participation allant "de 30% (Paris) à 66%
(Alpes-de-Haute-Provence dont 100% à Manosque) pour cette "5ème semaine
de grève" entamée le 13 mai.

- Autres ministères: selon le ministère de la Fonction publique, il y
avait 19% de grévistes à l'Equipement et aux Transports, 22,28% aux
Affaires sociales (inspections du Travail et Emploi) et 13,82% dans les
DDASS et DRASS, 6,12% à la Justice (administration centrale), 13,67% dans
les services déconcentrés de la Justice, 35% à la protection judiciaire
de la jeunesse,
0,79% à la Défense, 0,74% à la Culture, 1,17% à l'Agriculture
(administration centrale), 4,35% dans les préfectures.

- Poste et télécommunications: les directions de La Poste et de France
Télécom ont fait part respectivement de 13,40% et 17,3% de grévistes.
Sud-PTT a fait état de 25 à 30% de grévistes à la Poste (centres de tri
et services financiers) et 18% à France Telecom.

- Energie: 15,3% de grévistes, à la mi-journée, à la Direction EDF-GDF
Services (DEGS, distribution), selon la direction.

- Presse et médias: A Radio France, le taux de grévistes était quasi
nul,
selon la direction (CFDT et CGT n'avaient pas déposé de préavis de grève
mais appelé les salariés à se joindre à celui de FO).
A France 3, la direction faisait état à la mi-journée d'un taux de
grévistes de 8,84%. Sur les 25 journaux régionaux prévus, 14 ne seront
pas diffusés ce mardi soir et quatre ont été perturbés. Le mouvement,
appelé par la CGT, a été reconduit pour mercredi.

- Santé: selon des chiffres provisoires de la direction de
l'Hospitalisation (DHOS), le taux de mobilisation (grévistes + grévistes
assignés) était "à la baisse" par rapport au 3 juin (15,52% dans les
centres hospitaliers universitaires -CHU-).

- Banque de France: la participation aux débrayages appelés par six
syndicats a été de 25% dans les sites industriels, 3% dans les réseaux,
2% dans les services centraux, soit une moyenne de 4,5%, selon la
direction.
Toutefois, selon la CFDT, la moitié des 131 caisses de la Banque ont
été
bloquées aux transporteurs de fonds afin de protester contre un projet de
décret autorisant les transporteurs de fonds à recycler les billets.

- ANPE : 3,45% de grévistes (869 agents grévistes), selon la
direction.




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center