A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Des villages autogérés, dans chaque ville et tous les ans

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 11 Jun 2003 12:34:34 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


DES VILLAGES AUTO-GERES, FEDERES, DANS CHAQUE VILLE ET TOUS LES ANS!

Proposition de reconduire les expériences autogestionnaires acquises et
de fédérer les luttes libertaires.


Je viens de rentrer sur Bordeaux et je tenais a laisser un petit
temoignage de mon sejour dans ce village auto-géré au VAAAG.

Tout d'abord, malgré la répréssion policière à Genève et Lauzane, malgré
l'intox médiatique du Parti de la Presse et de l' Argent , le mouvement
libertaire prend quand même considérablement de l'ampleur . Un tounant
important s'impose à lui aujourd'hui. Peut-être est -il l'heure à
l'anarchisme de reprendre son rôle historique ?

Le nombre de libertaires ne cesse d'augmenter. Le PPA ,bien obligé,
commence à réemployer récemment les mots "libertaire"
,"anarchiste","anarcho-syndicalime" bannis du dictionnaire ou détournés
jusqu' à présent(anarchisme=chaos).

Le mouvement libertaire s'est imposé dimanche par le nombre de
manifestants anarchistes partant d' Annemasse au point que le Monde du
mardi 3 juin diffuse une photo, en haut de page, du cortège libertaire
avec drapeau noir et A entourré.
Il annonce : "...c'est surtout l'importance du bloc rouge et noir -celui
des anarchistes- qui a fait la spécificité du défilé sur le tronçon
français. Ce cortège contre les saigneurs du G8 s'est avéré être l'un
des plus imposants de la manifestation. Quelque 5000 personnes ont ainsi
défilé en son sein, scandant "le capitalisme, c'est la guerre" ou
"unité, action, auto-gestion". Réunis au sein d'une coordination créée
pour l' occasion - la CLAAC G8 ou Convergence des luttes
anti-autoritaires et anti-capitalistes contre le G8 - les différents
courants libertaires ( Alternative Libertaire, Fédération Anarchiste,
réseau No Pasaran, OCL,CNT), qui ont pour la première fois de leur
histoire participé à une structure commune, estimaient à cette occasion
avoir réussi une action politique majeure..."

Ensuite la Convergence des Luttes Anti-Autoritaires et Anti-Capitalistes
a prouvé que les divers mouvements libertaires étaient capables de
travailler ensemble et que "converger" n' était pas le synonyme de
"centraliser".

Mais surtout, je pense que c'est l'expérience du village auto-géré et
anti-capitaliste qui porte en elle un grand espoir pour les mouvements
libertaires. Elle constitue un bien meilleur outil de propagande que les
tracts, affiches, autocollants ou que les forums organisés à l'occasion.

En effet, le terme même de propagande, est en désaccord avec la
philosophie anarchiste. On ne convainct pas à l' anarchisme, on devient
anarchiste en le vivant, en l'expérimentant par soi même . Voila ce qu'a
permis le village à des milliers d'individus.
Un grand nombre de personnes ont découvert la portée de l' anarchisme en
participant à la vie du village. Des personnes qui, avant la création du
village, étaient complètement étrangères au monde libertaire et qui
portaient en elles de gros préjugés .
J' ai pu, par exemple, rencontrer des menbres d' ATTAC complètement
séduits par l'auto-gestion et qui se questionnaient radicalement sur la
structure de leur association ; ou encore des habitants des quartiers
populaires qui hallucinaient sur le concept du prix libre. Ils ont tous
pu constater que le village était extrèmement organisé par rapport à
d'autres villages non auto-gérés ; ces derniers ressemblants plus à des
campings qu'à des espaces de vie communautaire.

Respectant le principe "liberté comme base, égalité comme moyen et
fraternité comme but", le VAAAG & la CLAAAC ont permis, grace à la
participativité des "villageois", des conditions de vie trés agréables et
complètement expérimentales, des débats riches, et des rencontres
d'individus de sensibilités différentes. Le village était extrèmement
organisé. Bien obligé si on voulait qu'il réponde au principe
d'autogestion. Tout ceci a permis de jetter aux oubliettes le bon vieux
stéréotype issu de la propagande savamment entretenue depuis des années
: "l'anarchisme c'est le chaos".

Le fait de "participer" a beaucoup séduit. Je pense que l'individu ne
demande que cela mais ne sait plus le faire, étant aliéné par la société
de consommation. L'individu "spectateur" est devenu complétement passif
et isoler dans "la société du spectacle". Il ne sait plus s'organiser
collectivement (l'Etat et le capitalisme s'en charge à sa place). Il n'a
plus de représentation directe du monde qui l'entourre ( médias et
Education Nationale en sont devenus les propriétaires). De plus, la
société oeuvre de tout son possible pour cacher, dissimuler, falsifier
l'Histoire collective. Privé de son passé et de ses repères culturels,
déresponsabilisé et complètement "spectateur" de toute sa vie; il ne
reste à l'individu que la fuite en avant perpétuelle dans un présent
monotone. Une fuite savamment controlée, domestiquée et dirigée par
toutes les sphères du pouvoir.

Ce village a fait bien plus que rassembler des luttes anti-capitalistes
et anti-étatique. Il a permis la prise de conscience de cette nouvelle
aliénation paralysante qu'engendre la religion du "fétichisme de la
marchandise". Il a mis en lumière un apperçu de la révolution culturelle
qu' engendrerait l'auto-gestion à l'echelle de la société. Ce village
agissait comme une gigantesque "situation" permettant à l'individu de
réapprendre à participer et, en conséquence, lui permettant de
s'émanciper. C'est en cela que j'ai été le plus impressionné.

Bien-sûr cette expérience a rencontré de nombreux obstacles sur divers
points comme par exemples : le manque de relais d'informations à
l'intérieur et à l'extérieur du village; l'attitude de certains
"villageois" au comportement sexiste; des AG spontanées à 300 avec
prises de parole (donc prise de pouvoir) par les plus imposants et donc
privilégiant la forme du débat au contenu...etc...


Tous ces éléments perturbateurs ne sont pas des points négatifs ou des
échecs mais des points à améliorer. Car en fin de compte, ils ont tous
comme cause le manque de temps. L'anarchisme, pronant l'éducation plutôt
que l'endoctrinement, a toujours eu besoin de temps. Une semaine, même
deux, c'est bien trop court pour qu'un village de 3000 personnes s'
auto-gestionne et puisse exploiter au maximum toutes les possibilités
qui s'offrent à lui. Une expérience, sur plusieurs mois et régulière
d'année en année, permettrait de régler quantité de problèmes. De plus,
certains changements culturels commenceraient à s'observer. Les
"villageois" seraient amenés à participer d'avantage et à se rendre
compte de certaines dominations inconscientes retrouvées par exemple dans
les relations homme-femme ou encore lors de débats stérils en AG à cause
deconflits de personnalités. De plus et surtout, le fait d'inscrire cette
expérience sur une longue période permettrait plus de rencontres, plus
de communication, une meilleure coordination des orgas et individus et à
l'arrivée elle engendrerait des luttes plus efficaces, plus pertinentes
et plus durables.


CETTE EXPERIENCE EST A REFAIRE ABSOLUMENT EN DEHORS DES CONTRE SOMMETS EN
S'APPUYANT SUR TOUTES LES EXPERIENCES DEJA REALISEES ( SQUATT ET
VILLAGES AUTOGERES)!
POURQUOI NE PAS LE FAIRE A L'ECHELLE LOCALE SUR PLUSIEURS VILLES EN
FRANCE ET LE FEDERER A L'ECHELLE NATIONALE OU INTERNATIONALE?

Les premiers villages pourraient voir le jour au printemps à la campagne,
en périphérie des villes. Ils se fédéreraient et prépareraient une
convergence des luttes à l'automne prochain lors des rentrées scolaires
en Septembre. Cela tout en élaborant la vie de village et en faisant une
vraie éducation populaire à l'autogestion. Des expériences reconduites
d'années en années et qui s'enrichiraient par elles-mêmes.
Une nouvelle forme de propagande verrait le jour ainsi que de formidables
plateformes de coordination libertaire: médias alternatifs, organismes
libertaires, réseaux anarcho-féministes, écologistes, individus et
associations diverses...

Les habitants des quartiers populaires, ne partant pas en vacance l'été,
pourraient participer à une telle aventure en organisant des connexions
entre le village et la cité. Ceci avait déjà été réalisé avec la caravane
"justice en banlieue" lors du campement auto-géré "no-border" à
Strasbourg, l'été dernier.

Il serait important avant tout cela qu'une plateforme "aprés VAAAG" se
mette en place sur internet afin que tous les participants de ce village
puissent échanger, analyser et faire perdurer cette expérience. Cela
permettrait en outre de se coordonner avec tous les individus qui se
sont déjà organisés autour de projets de squatts et camps autogérés en
France et à l'étranger.

N'étant pas le seul à germer toutes ces idées, j'aimerais bien pouvoir en
débattre.

Mes amitiés libertaires, Le terrible de bordeaux

Mon adresse : le_t_rible@hotmail.com




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center