A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Retour sur Davos : innovation dans la répressio

From Coordination anti-omc Lausanne <contre-attaque@squat.net>
Date Wed, 19 Feb 2003 12:24:33 +0100 (CET)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________

Il nous semble important de revenir brièvement sur ce qui s'est passé
lors de la manif contre le WEF 2003. Cela n'a peut-être pas toujours été
perçu à sa juste valeur depuis l'étranger. C'est à la fois inquiétant du
point de vue de la politique sécuritaire d'un Etat et réjouissant du
point de vue de la réaction du mouvement social qui ne s'est pas laisser
diviser.

1. De l'autorisation de manifester à l'autorisation individuelle de
manifester
2. Communiqué de presse de l'Alliance d'Olten concernant la manif
anti-WEF
3. Pour la fine bouche : le communiqué de presse du Parti
socialiste suisse (PSS)

******

1. De l'autorisation de manifester à l'autorisation individuelle de
manifester

Un nouveau pas a été franchi lors de la manif contre le WEF de Davos le
25 janvier 2003. Alors que pour la première fois de son histoire la manif
était officiellement autorisée, des mesures de contrôle et de fichage
sans précédant ont été mises en place.

Il faut savoir que pour rejoindre Davos il faut prendre un petit train de
montagne à Landquart. Les autorités ont donc imaginé le scénario suivant.
Elles ont, à mi-parcours, transformé une gare (Fideris, village désormais
célèbre) en poste de douane. Arrivé·e·s là en train par groupe de 250 les
manifestant·e·s auraient dû descendre du train et passer par un sas de
contrôle. La gare était entourée de barbelés et cernée par les forces
anti-émeute. Le personnel de l'aéroport de Zurich avait été mobilisé pour
faire passer chaque manifestant·e dans les vingt filières menant aux sas
de contrôle. Là les manifestant·e·s auraient eu droit à une fouille en
règle avec détecteur de métal. La police politique de la Confédération et
des cantons devait se tenir le long des barrières. Chaque personne
suspecte pouvait être sortie du lot et emmenée dans un container amené
pour l'occasion pour une fouille plus poussée et un interrogatoire. Cela
concernait notamment les personnes indésirables figurant sur une liste
noire dont les critères flous n'ont jamais été rendus public. Caméras
vidéo et autres systèmes de fichage étaient également prêts à l'emploi.
Un lieu de détention avait été aménagé dans une usine désaffectée. De
fait, à l'autorisation collective de manifester, l'Etat a essayé d'y
ajouter une autorisation individuelle délivrée sur place par l'arbitraire
policier. Les conséquences de la nouvelle planification capitaliste du
WEF concoctée dans le bunker des congrès de Davos devenait tout à coup
très concrète.

La manifestation était appelée par l'Alliance d'Olten, "un rassemblement
de personnes de gauche, chrétiennes, autonomes, pacifistes, anarchistes,
vertes, anti-impérialistes, féministes et communistes faisant partie de
groupes de base, de partis, de syndicats et d'organisations
non-gouvernementales les plus divers". Jugeant ces mesures de contrôle
inacceptables et les considérant comme un dangereux précédant cette
structure appela au refus des contrôles et à la désobéissance civile.

La manif contre le WEF de Davos aurait été un fiasco prétendent mass
médias, autorités, forces de répression et Parti socialiste suisse (PSS)
en chœur. La faute en reviendrait à l'Alliance d'Olten et à son refus
obstiné des contrôles policiers filtrants de Fideris.

Certes, nous n'avons pas manifesté à Davos comme prévu initialement, mais
c'est bien là que réside la victoire du mouvement. Nous avons
collectivement refusé l'humiliation que représentait le passage des sas
de sécurité. Le PSS qui nous à fait un coup de salaud en appelant à
accepter les contrôles alors qu'il n'avait jamais mobilisé pour cette
manif s'est retrouvé seul à l'heure de défiler à Davos. Le fait que les
manifestantEs étaient géographiquement diviséEs entre Landquart, Fideris,
Davos et Coire n'a pas entamé la solidarité. Certes nous avons été
baladé·e·s en train, parqué·e·s des heures durant dans un enclos à
Landquart, trompé·e·s par les autorités à Fideris,  agressé·e·s à coup de
lacrymos dès notre sortie de la gare de Berne mais nous n'avons pas cédé.
C'est ça que les dominants et leurs laquais ne supportent pas. Tout cela
a marqué nos mémoires et nous ne l'oublierons pas.

Rendez-vous dans l'arc lémanique en mai-juin contre le G8 !
A bas les frontières !
Sabotons le capitalisme au quotidien !
Rejoins les collectifs de lutte !
Avec tes amiEs, crée un groupe d'affinité !
Résistance populaire !

http://squat.net/contre-attaque


******


2. Communiqué de presse de l'Alliance d'Olten concernant la manif
anti-WEF

Environ 6000 personnes ont voulu manifester samedi 25 janvier contre le
WEF et la guerre qui menace en Irak. Nous considérons cela comme un grand
succès. Nous craignions que nombreuses seraient les personnes qui
resteraient à la maison intimidées par les polémiques déclenchées contre
l'Alliance d'Olten. Malheureusement, malgré cela, seule la moitié environ
des manifestantEs ont pu rallié Davos.

L'Alliance d'Olten avait clairement communiqué que les écluses de
contrôle à Fideris étaient inacceptables. Le filtrage et le refoulement
de
manifestantEs était hors de question et contredisait le concept de
sécurité axé sur la désescalade et la baisse de tension annoncé par les
autorités. Sachant que nombreuses et nombreux seraient les manifestantEs
à refuser de passer par les écluses, un train de la RhB a été rempli vers
10 heures avec une délégation de 250 personnes déterminées à ne pas
passer dans les dites écluses. Cette délégation est restées assise à
Fideris exigeant la levée des écluses. Simultanément, plusieurs cars du
SIB et des jeunesses socialistes se sont mis en route pour Fideris, où
ils ont appuyé la revendication de la levée du check point en bloquant la
route.

Ceci a débouché sur une négociation entre les manifestantEs représentéEs
par Rita Schiavi et Roman Burger du syndicat SIB et le chef de la police
criminelle cantonale des Grisons Gianfranco Albertini. Hans Peter Michel,
délégué des autorités davosiennes, était également présent en tant que
médiateur. Après une heure de pourparler, une solution s'est
effectivement dessinée qui devait non seulement valoir pour le présent
train mais également pour ceux qui suivraient. L'accord portait sur le
fait que trois policiers en civil passeraient dans le train et pourraient
contrôler les sacs qui leurs sembleraient suspects. Cet accord a provoqué
des cris de joie parmi les personnes qui attendaient sur le parking de
Parsen à Davos ainsi qu'à Landquart. A Landquart, les manifestantEs sont
montéEs dans les trains dans l'espoir d'une grande manifestation à Davos.

A l'arrivée de ce deuxième train à Fideris, la police a exigé,
contrairement à l'accord passé précédemment, que les gens passent par les
écluses. Une vingtaine de personnes se sont exécutées, alors que les 700
autres, révoltées, sont restées dans le train. Des négociations ont
repris. La police s'est cependant refusée à tenir ses engagements et
s'est opposée à ce que le train poursuive sa route.

Le but de l'Alliance d'Olten a toujours été que toutes les personnes
voulant manifester contre le WEF puissent se rendre à Davos, y compris
les personnes se trouvant sur la scandaleuse liste noire. La grande
majorité des manifestantEs soutenait cette revendication. Le fait que
seul vingt personnes du deuxième train, ouvert à tout un chacun, ont
accepté de passer par les écluses le confirme.

Pendant ce temps, plusieurs centaines de personnes se trouvaient sur le
parking de Parsen à Davos autour de la tente d'informations de l'Alliance
d'Olten. A la gare de Davos-Platz, lieu de départ annoncé de la manif se
trouvait à peine quarante personnes, mobilisées pour la plupart par le
Parti socialiste qui soutenait le check point et les refoulements. Le PS
n'ayant jamais fait partie du mouvement critique face à la mondialisation
et ayant à de nombreuses reprises propagé et imposé des concepts
économiques néo-libéraux, il n'est pas étonnant que si peu de personnes
aient suivi son appel.

La police n'ayant pas tenu parole, la situation a commencé à se tendre à
Landquart. Un groupe de manifestantEs a alors essayé de se rendre sur
l'autoroute et a été repoussé à l'aide d'un camion allemand muni de
lances-à-eau. Gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc ont suivi de
manière intense. En raison de l'utilisation de lances-à-eau contre un
train, la RhB a dû couper le courant. Les passagerEs du deuxième train
qui revenait de Fideris sont sortiEs quelques centaines de mètres avant
la gare de Landquart dont l'accès leur était barré. Même le président de
la commune, accouru sur place inquiet, n'a pu ramener les policiers de
langue française à la raison.

A Davos, sur le parking de Parsen, la déception des manifestantEs dont le
nombre se situait aux alentours de 3000 était grande. La liberté
d'expression n'étant dans ces conditions pas garantie, les syndicats et
quelques autres groupes ont alors décidé de quitter Davos. Ces personnes
ont rejoint ensemble la gare de Davos Dorf. Là elles ont pris un train en
direction de Landquart. Vers 16h30, marchant à reculons, sous le mot
d'ordre ? tout marche à l'envers ?, 2000 personnes se sont dirigées vers
le Conseil communal à Davos-Platz afin d'y ramener l'autorisation de
manifester. Vers 18 heures, la plupart ont pris le train pour redescendre
en plaine.

Après avoir patienté entre cinq et sept heures à Landquart, 1500
personnes environ ont désiré manifester sur la place fédérale à Berne.
Elles voulaient y manifester contre les responsables des mesures
policières de Landquart, Fideris et Davos et des refoulements aux
frontières suisses. Mais à peine le cortège s'était-il formé devant la
gare que la manif a été agressé avec lances-à-eau et gaz lacrymogènes. La
preuve que cette attaque était planifiée devient claire lorsque l'on sait
que les transports publics ont été stoppés et enlevé du réseau
électrique. De plus, la population avait été exhortée à quitter le centre
ville avant même l'arrivée du train.

Malgré le déroulement souvent désenchanteur de la journée de
manifestation, le mouvement critique face à la mondialisation ressort, en
Suisse, renforcé des mobilisations contre le WEF. Bien que les
manifestantEs ont été géographiquement séparéEs les unEs des autres,
ils/elles ne se sont pas laissé diviser politiquement mais sont au
contraire restéEs solidaires tout au long de la journée.

Malgré les tentatives massives de divisions de la part des autorités, des
médias et du Parti socialiste suisse, malgré les attaques brutales de la
police, l'Alliance d'Olten a tenu bon. Le bonne collaboration avec les
syndicats est particulièrement réjouissante et nouvelle. L'Alliance
d'Olten entend l'intensifier.

Davos, 25.01.03
(texte original en all, trad. Coordi. anti-OMC Lausanne)


******


3. Pour la fine bouche : le communiqué de presse du Parti socialiste
suisse (PSS)


Communiqué de presse commun du PS Suisse et du PS du canton des Grisons
Berne, mardi 21 janvier 2003

Davos : l'instrumentalisation des peurs est inadmissible à la veille
d'une manifestation pacifique

Le Parti socialiste prend fermement ses distances à l'égard de certains
cercles appartenant à l'Alliance d'Olten, dont les récentes contorsions
tactiques ne parviennent plus à dissimuler leur refus de dispositifs
minimaux destinés à assurer la sécurité des personnes qui souhaitent
manifester à Davos autant que celle de la population davosienne. Le PS
invite l'ensemble des organisations et groupements intéressés à ne pas se
laisser instrumentaliser plus longtemps par ces quelques groupes
perturbateurs au sein de l'Alliance d'Olten.

Tout comme des milliers de personnes élaborant pacifiquement leurs
critiques envers la globalisation, le Parti socialiste en a assez de
devoir supporter les contorsions invraisemblables, au sein de I''Alliance
d'Olten, de quelques groupuscules et autres individus ne représentant
qu'eux-mêmes, dès qu'il s'agit de prendre position sur la violence et les
contrôles. Alors que les autorités en charge de la sécurité à Davos ont
adapté leur dispositif réglant l'accès à la station grisonne en le
réduisant à un strict contrôle des bagages - pas de contrôles
systématiques des pièces d'identité, pas de photographies ni
d'enregistrement vidéo, redimensionnement des barrières, etc. -, il faut
faire preuve d'un état d'esprit destructif pour refuser les contrôles
ainsi imposés. Et cet état d'esprit n'a que bien peu à voir avec la
critique de la globalisation.

Le PS n'a pas l'intention de se laisser prendre à ces jeux douteux. Il
appelle à manifester pacifiquement à Davos, samedi prochain 25 janvier,
toutes les personnes qui se situent de manière critique à l'égard de la
mondialisation de même que toutes celles qui s'opposent à la guerre. La
critique justifiée du Forum économique mondial et le refus de la guerre
qui menace en Irak doivent pouvoir s'exprimer dans toute leur diversité
et dans une attitude de non-violence créative et colorée. Si les
contrôles qui semblent nécessaires à Fideris - lieu du changement de
train entre Landquart et Davos - sont effectivement pesants, ils ne
constituent pas un empêchement sérieux. Ils sont aussi conformes tant
avec la Constitution fédérale qu'avec la Convention européenne des droits
de l'homme, si l'on en croit l'appréciation du Professeur de droit public
Walter Kalin.

Les groupes et les gens qui ne peuvent, sans réserve de quelque sorte que
ce soit, prendre leur distance avec la violence doivent rester à la
maison samedi prochain ! Ils ne sont pas les bienvenus à Davos, tout
comme ne sont pas bienvenus les fauteurs de guerre états-uniens et les
acteurs d'une maximisation éhontée des profits qui se pavanent sous le
label des "responsables globaux" [texte original: Global Leaders]. Il y a
chez les uns et les autres une pensée et une manière d'agir emprisonnées
dans une logique unidimensionnelle, conjuguant le monde en noir et blanc
et dont on ne voit pas en quoi elle serait à même de contribuer à une
société pacifiée et plus juste.




*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center