A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Entretien avec un préposé aux bénéficiaires anarchiste (2)

From Nicolas Phébus <nicolasphebus@yahoo.com>
Date Thu, 11 Dec 2003 22:14:39 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________


Entretien avec un préposé aux bénéficiaires anarchiste (2)
La mobilisation syndicale dans un gros hôpital du Québec

Depuis quelques semaines, c'est la mobilisation générale dans les
syndicats, plus particulièrement dans ceux du réseau de la santé et des
services sociaux. Si, comme d'habitude, les directions syndicales
"communiquent" beaucoup, on entend rarement parler de comment ça se passe
à la base, dans les établissements. Nous avons rencontré Éric Maltais*, un
militant de la NEFAC qui travaille comme préposé aux bénéficiaires dans un
des hôpitaux syndiqués au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP,
affilié à la FTQ) pour essayer de prendre le poul du mouvement. Nous
publions aujourd'hui la deuxième partie de cet entretien, portant sur lamobilisation syndicale dans son hôpital.

La culture syndicale locale

Comme dans tous les secteurs, la mobilisation syndicale part de loin dans
l'hôpital d'Éric. "Faut pas se leurrer, explique Éric, en dehors des
périodes de négociations les gens ne s'intéressent pas vraiment aux
affaires syndicales." Il illustre son point en rappelant qu'il n'y avait
que 3 personnes à l'exécutif il y a six mois et que les deux premiers
avaient dû faire des pieds et des mains pour convaincre le troisième de
ne pas partir. Lui même n'était pas plus impliqué que ça dans son
syndicat: "je passais une fois de temps en temps pour ramasser des tracts
et des journaux, j'allais à quelques réunions, mais c'est tout."

La situation change pas mal depuis un mois. "Le 24 novembre on a eu une
assemblée d'information, raconte Éric, d'habitude y'a personne dans ses
affaires là, mais là on était 250. 250 sur 1100 membres, c'est assez
exceptionnel." "Depuis l'assemblée, il y au moins 100 personnes qui
passent par jour au local pour prendre de l'info, ramasser un t-shirt
anti-libéral [c'est l'un des moyens de pression], déposer des griefs,
explique Éric, il y a même un comité de mobilisation regroupant du monde
de la base qui s'est mit sur pied!"

"La culture du syndicat me met souvent mal à l'aise, dit Éric, tout a
tendance à passer par le président du local, peut-être parce que les gens
ne sont pas sûrs d'eux, mais quand même..." La structure semble assez
hiérarchique: "On n'a pas beaucoup de prise sur les grandes stratégies du
SCFP et de la FTQ, je me sens tout petit là-dedans" dit-il. Pour lui,
c'est une culture ouvrière institutionalisée, qui carbure au fric et à la
libération syndicale (c'est-à-dire des salariéEs qui sont "libéréEs" et
payéEs par le boss pour donner du temps au syndicat). "Avant l'assemblée,
je leur ai proposé de faire de la job de bras, de m'impliquer pis ils
m'ont libéré!, raconte Éric, leur idée, c'est que si tu fais de quoi pour
le syndicat, il faut que tu sois payé... Je pense que ça nuit à
l'implication spontanée des gens et qu'il faut casser ça, mais ils sont
pas habitués de fonctionner autrement." Éric raconte qu'il a fallu qu'il
s'obstine pour venir donner un coup de main au local syndical pendant son
congé réglementaire: "ils me disaient 'mais on pourra pas te libérer' et
je leur disais 'je veux pas que vous me libériez, je veux m'impliquer'".
"C'est des choses qui peuvent se changer avec le temps si les gens
s'impliquent concrètement, nuance Éric, mais pour l'instant, disons que
ça heurte mes convictions libertaires."

Les fameux gros-bras

Malgré l'impact désastreux de la couverture médiatique des actions de la
FTQ, les gens s'impliquent quand même. "La couverture médiatique, c'est
de la marde, estime Éric, les gens lisent les journaux de Quebecor, qui
sont
pro-sous-traitance et anti-syndical, et nous, après, il faut tout
démonter ça, c'est ça le plus dur." Les grands titres sur les "saccages"
de bureaux de députés, sur les "matamores" et les "gros-bras" nuisent à
la cause. "On est un syndicat local à forte majorité féminine, je ne
sais jusqu'à quel point ça joue, raconte Éric, mais les gens veulent des
actions clean, ils ont peur du 'saccage' et des 'gros bras'. Dans mon
hôpital, il y a une tradition, peut-être que le monde est plus 'mou',
mais c'est du monde ordinaire qui veut que ça paraisse bien, ils ne
veulent pas laisser une place avec plein de stickers collés partout."

Si les médias beurrent épais et se scandalisent de pas grand chose, il y
a quand même un fond de vérité. "La FTQ et le SCFP sont des organisations
ouvrières et il y a effectivement des gros bras, explique Éric, chez nous
il n'y a pas ben ben de gros-bras mais c'est pas de même partout." Jeudi
dernier il y avait une action SCFP impliquant tant les cols-bleu que les
gens de l'hôpital. Des syndiquéEs ont littéralement assiégé un bureau du
Ministère du Travail et interdit à quiconque d'entrer pendant 2 ou 3
heures le matin. "Mettons que c'était plutôt 'viril' comme action,
raconte Éric, il y a un support stratégique et logistique de la centrale
pour ce genre d'action, en l'occurence 4 gros-bras qui se sont 'occupés'
des gardiens de sécurité." "Ça fait tout drôle de les avoir de notre côté
pour une fois" s'exclame-il.

Le lendemain, par contre, pour une action en face de l'hôpital, les
gros-bras avaient disparu. Entre 250 et 300 personnes ont participé à la
ligne de piquetage pour diffuser de l'information aux automobilistes.
"Après le piquetage, il y a du monde qui en voulait encore, dit Éric,
alors on a décidé spontanément d'aller occuper le bureau des ressources
humaines." En se promenant dans l'hôpital, les syndiquéEs se sont
ramassés 120 pour occuper les bureaux. Comme par hasard, c'est cette
action-là qui est passée dans les médias par la suite...

"Je ne pense pas qu'il y a un dépassement par la base en ce moment, dit
Éric, mais il y a une réappropriation du syndicat par les gens et ça,
c'est excellent, la démocratie vient de là." D'après Éric, il y a un
potentiel de radicalisation mais "pour l'instant on est mieux de mettre
nos énergies dans une mobilisation de masse que dans des petites actions
plus radicales". La prochaine étape est la journée de perturbation du 11
décembre, auquel le SCFP va participer même si c'est la CSN qui invite.

Vers la grève?

D'après Éric, les gens gardent espoir que le gouvernement va reculer sur
des points, que l'adoption des projets de loi va être reportée. Qu'est-ce
qui se passe si ça ne marche pas? "J'aime mieux ne pas y penser, conclut
Éric, c'est le pire milieu pour faire la grève, demain matin tous les
employéEs de soutien sortent en même temps et c'est la mort, ça va chier,
ils auront jamais assez d'infirmières pour tous nous remplacer". Pour
Éric, "c'est le dilemme entre la lutte de classes et l'humanisme, même
faire un ralentissement de cadence, ça ne se peut pas. Juste si j'arrête
de courir, je vais mettre la vie de patients en danger." Pour lui, le
personnel de la santé est condamné aux actions directes et aux coups
d'éclat. "Je me sentirais cent fois mieux de brûler le département des
ressources humaines avec les cadres dedans que de laisser mon unité sans
préposé parce qu'on est en grève dure" conclut-il. Tout simplement parce
que même avec la plus pourrie des organisations du travail, un hôpital ça
ne sera jamais une usine et que la santé n'est pas une marchandise...

*Il s'agit d'un pseudonyme qui ne trompera sans doute personne
connaissant la NEFAC, sauf, espérons-le, les patrons "d'Éric" et
éventuellement les flics.



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center