A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Nos steacks ne sont pas neutres

From Rimso <rimso@voila.fr>
Date Sat, 12 Apr 2003 21:49:05 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Végétalisme nm.: alimentation exclusive par les végétaux, c'est-à-dire
supprimant tous les produits d'origine animale.
Végétarisme nm.: alimentation excluant la chair des animaux..


Le végétarisme est une idée ancienne (nombre de savants et de philosophes
grecs le pratiquaient, dont Diogène, Pythagore, Socrate...), qui a
toujours eu au fil du temps quelques défenseurs illustres au moins en
Europe. D'un point de vue nutritionnel tout ce dont notre corps a besoin
peut être trouvé dans une alimentation strictement végétale ( à
l'exception de la vitamine B12, éventuel problème pour les végétaliens)
et ce sans avoir besoin de calculs poussés à chaque repas: notre corps
sait ce dont il a besoin!

« Il y a quelques années, on a laissé de très jeunes enfants s´alimenter
à leur gôut dans une cafétéria et on s´est rendu compte que leur
consommation alimentaire totale était, après quelques jours, globalement
équilibrée même si à certains repas, ils ne mangeaient que d´un seul met.
» (1).


Pour la défense animale

La raison la plus évidente à ce choix d'alimentation est le respect de
toutes vies animales, en opposition à notre habituel anthropocentrisme.
Les animaux non-humains sont le plus souvent considérés par les humains
comme des outils, des garde-mangers ou des jouets à utiliser comme bon
leur semble. Ces rapports de domination justifiés par une
non-appartenance à l'espèce humaine sont comparable à ceux qui ont liés
maîtres et esclaves, colons et indiens ou encore hommes et femmes, les
premiers désignant les seconds comme non-humains, "sans âmes".
Les élevages industriels qui sont la règle dans nos pays (plus de 90% des
oeufs viennent en France d'élevages en batterie) poussent à l'extrême
cette utilisation des animaux, dans des conditions désastreuses non
seulement pour eux, mais aussi parfois pour ceux qui consomment les
aliments ainsi produits.


Santé

En effet pour accélérer le développement des poulets ou des veaux et
prévenir les infections auxquelles peuvent être exposées les bêtes en
cage, hormones et antibiotiques sont largement distribués dans les
élevages industriels et se retrouvent par suite logique dans nos
assiettes. De plus un occidental mange en général trop de viande, ce qui
implique trop de gras (responsable entre autres de maladies cardiaques),
surtout depuis l'avènement des techniques de l'élevage industriel (en 30
ans la proportion de gras dans le poulet a triplé (1)). Outre la viande
nous mangeons également beaucoup de produits transformés, donc appauvris
en fibres de cellulose, ce qui fait au final un régime trop pauvre en ces
dernières. Les aliments que nous mangeons contiennent donc beaucoup de
viande, de gras mais peu de fibres et sont du coup très concentrés en
calories. Ainsi
l'occidental moyen mange plus que nécessaire: 3200 Kcal/jour en moyenne
en Europe, pour un besoin moyen de 2700Kcal/jour, et de même 96,5g/jour
de protéines pour un besoin de 75 g/jour (2). Ceci favorise les problèmes
tels que l'obésité, de plus en plus fréquente dans les pays dits
"développés".


Aspects écologiques

La production d'un régime végétarien nécessite une surface et une
quantité d'eau moins grandes que celle d'un régime "carné".
Ainsi la variation des régimes alimentaires des pays développés entre
1990 et 1995 (moins de viande, déplacement de consommation de la viande
rouge vers la viande blanche) a permis une économie de 400 L d´eau par
habitant et par jour, ce qui est supérieur à la consommation d'eau
domestique
journalière (3). Alors arrêter le robinet quand on se lave les dents,
c'est gentil mais il y a plus efficace...

Régime Alimentaire Eau nécessaire à sa production (m3)
californien 5
Pays développés 4
-25% de produits animaux 3,45
-50% de produits animaux 3
Ovo-lacto végétarien 1,9
Végétalien 0,9

Quand on sait le peu d'eau utilisable par l'homme sur Terre, et que
l'agriculture représente 70% des prélèvements effectués (passés de 2500
km3 en 1970 à 3500 km3 actuellement), ce petit tableau pose question...
(5)

Pour ce qui est de la surface de culture et d'élevage:
Un régime à: nécessite:
80% de protéines végétales 0,1 à 0,15 ha
75% de protéines animales 0,5 à 1 ha (cas des pays développés)
(3)

L'impressionnante proportion de produits animaux dans l'alimentation des
pays développés est aussi la cause de déséquilibres écologiques : surplus
de purin de porcs et autres fumiers, utilisation excessive de pesticides
et d'engrais de synthèse (le tout contaminant rivières et nappes
phréatiques); éventuellement déforestation pour les pâturages,
surpopulation animale qui entraîne la destruction de la végétation et la
désertification des sols (exemple des moutons en Australie).


Aspects sociaux: où se préoccuper des bêtes c'est aussi penser aux
humains

Ces aspects sont très liés au paragraphe précédent.
D'après la FAO, plus des 3/4 des terres agricoles mondiales sont
consacrées aux animaux d'élevage; une partie au moins pourrait être
consacrée directement à l'alimentation humaine. 35 à 40% (4) des céréales
produites le sont pour l'élevage, surtout pour celui des pays riches, ce
qui implique des exportations de céréales des pays pauvres, notamment
l'Afrique, vers les pays développés. Un des exempls les plus frappants
est celui de l'Ethiopie, exportatrice en 1971-76 et 1982-85 vers
l'Europe, deux périodes de famine...(4)
Cette situation est d'autant plus stupide que produire des calories et
protéines animales n'est pas du tout rentable.

Calories nécessaires pour produire une calorie animale
boeuf 11
mouton 11
lait 8
porc 4
volaille 4
oeuf 4


Protéines nécessaires pour une protéine animale (kg)
bovins 21
Lait 3 ou 4
oeuf 3 ou 4
moyenne 9

Si tous les humains voulaient passer à un régime semblable à celui des
pays riches, nous n'aurions tout simplement pas la place suffisante sur
Terre pour élever le bétail et cultiver les céréales nécessaires.

Ainsi si nous consommions moins de viande, nous aurions besoin de
produire moins de céréales pour le bétail et donc nous aurions assez de
céréales pour nourrir plus de gens, car « 1kg de viande nécessite pour
sa production 10 à 15 kg de céréales, lesquelles pourraient servir
directement à l'alimentation humaine" (1).
Un régime alimentaire globalement moins riche en viande permettrait ainsi
de nourrir correctement tous les humains et aussi d'assurer une autonomie
alimentaire des peuples, en stoppant les aberrations telles que
l'exportation de céréales des pays du Sud vers les (vaches des ) pays du
Nord. "Le brésil qui est pourtant le 3ème exportateur mondial de céréales
voit le 1/4 de sa population souffrir de malnutrition: soit elle n'a pas
accès au sol pour cultiver, soit elle ne dispose pas de revenu pour
accéder à l'alimentation" (6).


Les raisons diverses qui mènent des gens à choisir un régime végétarien
ou végétalien, ont toutes en commun une prise de conscience de ce que
l'on mange, des interrogations sur l'origine et la production de nos
aliments. Se nourrir est un acte indispensable à notre (sur)vie, nous ne
pouvons pas l'éviter, alors autant tout faire pour qu'il soit le plus
possible en harmonie avec nos idées.
Manger « végétarien » mais aussi des aliments produits autant que
possible localement et biologiquement s´inscrit dans la volonté de ne pas
vivre une relation d´exploitation avec notre monde, de « trouver une
façon de produire de la nourriture pour tous sans nuire à la terre »( 7)
ni à ses habitants.


Anita B.


Sources

(1) « Moi, ma santé » (de la dépendance à l´autonomie), Serge
Mongeau, 1994, éd. Ecosociété
(2) Exposé de D. Renault, du CNEARC, d´après des données de la FAO
(3) « Penser globalement, manger localement », Claude Aubert,
article dans « L´Ecologiste » n)2, hiver 2000
(4) « Quand la vache du riche affame le monde » André Méry
(président d´Alliance végétarienne), article dans « L´Ecologiste » n°7,
juin 2002, d´après des chiffres de la FAO et de l´académie des sciences
américaine. (5) « L´avenir de l´environnement mondial »,Programme
des Nations Unies pour l´Environnement, cité dans le hors série No
Pasaran « Cultivons nos alternatives »
(6) P. A. Deplaude in Campagnes solidaires, mars 2000, cité dans
le même hors série.
(7)"Rural ! chronique d´une collision politique",Etienne Davodeau, 2001,
éd. Delcourt (BD)



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

Vous voulez reproduire ce message?
Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.

A-Infos Information Center