A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Theatre de rue contre le projet de loi Sarkozy - Dijon

From Maloka <maloka@chez.com>
Date Sun, 27 Oct 2002 11:11:44 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________

[titre d'A-infos-fr]

Le mercredi 23 octobre, une série de lois visant à criminaliser la
pauvreté et renforcer le contrôle social a été présentée à l'assemblée
nationale. Il s'agit des Lois sur la Sécurité Intérieure (LSI) de
Sarkozy, qui s'inscrivent dans la continuité d'une poussée sécuritaire
accélérée depuis le 11 septembre 2001, et déjà matérialisée par les Lois
sur la Sécurité Quotidienne (LSQ).

A Dijon, comme dans d'autres villes en France, des gens ont voulu s'y
opposer dans la rue. Une action a ainsi été organisée dans la très
commerciale rue du Bourg de Dijon, donnant lieu à des moments de théâtre
de rue très animés, visant à mettre en évidence la violente répression
qui risque de s'accroitre à l'encontre des "nouvelles classes
dangereuses" explicitement désignées par cette LSI.

Des cages assorties de diverses étiquettes ("pauvre", "artiste de rue",
"nomade", "prostituée", "squatteur", "immigré"...) ont été installées
dans la rue, pour être vite remplies par de faux policiers menant la
chasse aux "indésirables", épaulés par un citoyen modèle (un
consommateur lobotomisé par sa TV). Pendant ce temps, une équipe de
télévision s'est acharnée à montrer la manière des médias
institutionnels de traiter cette actualité, en encourageant vivement les
flics surexcités. L'action se voulant participative, de nombreux-ses
passant-e-s furent également interpelé-e-s par ces médias en quête de
sentiment d'insécurité. Le citoyen-consommateur modèle, après avoir aidé
les policiers et imposé à sa compagne un ordinaire schéma patriarcal,
s'est soudain rendu compte de l'absurdité de son existence, voulant
alors détruire ce modèle de société. Dans le même temps, les prisonniers
se sont extraits de leurs cages, dans un grand moment de solidarité... 

Il s'agissait certes de dénoncer une machine à punir qui se perfectionne
à une vitesse galopante, est relayée par les gouvernements successifs et
écrase les plus faibles, réprime toute contestation, interdit tout mode
de vie et forme d'expression différente (expression artistique et
politique dans la rue, lieux alternatifs, rave party, graffs,
nomadisme...). 

Il s'agissait aussi, par opposition à la peur du voisinE, la compétition
et la consommation aveugle, l'individualisme, de défendre le partage,
l'entraide et la solidarité. Aussi le moment de dénonciation théâtrale
a-t-il été couplé avec l'installation d'un espace de gratuité, avec
vêtements sérigraphiés et lectures, que les passant-e-s étaient
encouragé-e-s à emporter ("lecture gratuite, vêtements gratuits, rien à
payer, tout à voler !"). 

Cette action fut organisée par divers-es squatteureuses, artistes de rue
et militant-e-s, qui entendent bien renouveler leurs interventions et
créer des solidarités entre les différentes victimes de ce projet de
loi infâme.

A noter que le samedi 26 septembre prochain, divers collectifs
appellent à une mobilisation nationale, sous le slogan "Cessons d'avoir
peur", et préparent des fêtes de rue contre la répression à Paris, Lyon
et Marseille (plus d'infos sur http://antisecuritaire.free.fr).

A suivre, donc.

Ci-dessous, le tract distribué lors de ce rassemblement-théâtre-zone de
gratuité :

                    A V E R T I S S E M E N T S

- Si tu fais la manche : 6 mois de prison et 7500 E d'amende
- Si tu exerces ton art dans la rue : même tarif...
- Si tu es artiste : d'abord, t'es pas rentable, change de métier
- Si tu discutes en bas d'un immeuble avec + de 2 amiEs :	6 mois
  de prison et 7500 E d'amende
- Si tu attends le bus en minijupe : 6 mois de prison et 7500 E d'amende
  pour racolage passif
- Si tu squattes un appart : 6 mois de prison et 3000 E
- Si tu fraudes à répétition les transports en commun : 6 mois de prison
  et 7500 E d'amende
- Si tu organises un rassemblement festif à caractère musical avec 250
  invités : confiscation de ta sono, suspension de ton permis, et
  travail d'intérêt général
- Si tu t'arrêtes à un endroit ne t'appartenant pas : tu perds ton
  véhicule et ton permis de conduire
- Si tu refuses un boulot de merde payé des miettes : oublie tes ASSEDIC
- Si tu fumes des joints ou cultives du cannabis : jusqu'à 10 ans de
  prison et 7500000 E d'amende
- Si tu es condamné-e et que tu es étranger-e, ce sera double-peine :
  paye ta dette à la société (prison) et expulsion (centre de rétention,
  déportation en charter) t'as jamais quitté l'état français où ça
  craint dans ton pays d'origine ? On s'en fout
- Si tu milites, si tu revendiques et si tu te montres solidaire :
  flashball, matraques, gaz lacrymogènes, amendes et prison 
- Si tu ne fais rien de tout ça : ne t'inquiète pas, on étudie de
  nouvelles lois, on te mettra au pas !
- Si tu trouves ça triste : souris quand même, tu es filmé-e !


                        T'AS BIEN COMPRIS ?

Ne t'exprime pas, ne revendique pas, ne te rassemble pas, ne te déplace
pas !

Et rappelle-toi que la police, l'armée et l'administration pénitencière
embauchent.

Donc, si tu veux vivre tranquille dans l'état français et servir le
système : travaille-achète-consomme, perds ta vie à la gagner,
perfectionne ta compétitivité et écrase les autres, enrichis les requins
et pourris l'environnement, regarde la TV et les publicités, honore
l'argent-roi et ta voiture, surveille ton-ta voisinE, méfie-toi des
étrangerEs, traite les femmes comme des objets, shoote-toi aux
tranquillisants, prie ton dieu, chante ton hymne national et salue ton
drapeau.

       BREF, SOIS UN-E BON-NE CITOYEN-NE, DOCILE ET SOUMIS-E !
                                ou...
                 MANIFESTE - TOI POUR LES LIBERTES !
             HALTE A LA CRIMINALISATION DE LA PAUVRETE !
   NON AUX LOIS SECURITAIRES, A LA REPRESSION ET AU CONTROLE SOCIAL !
   CONSTRUISONS ENSEMBLE DES ALTERNATIVES A UNE SOCIETE BASEE SUR DES
                 RAPPORTS DE POUVOIR ET DE PROFITS

Tract écrit pour la street party du 26 octobre à Lyon et Paris,
retravaillé par des habitant-e-s des Tanneries, bd de Chicago, Dijon
(contact : 03-80-666-481 - tanneries@squat.net)

PS: une partie des lois mentionnées dans ce texte ont déjà été votées et
appliquées (Lois de Sécurité Quotidienne votées par le gouvernement
jospin en novembre 2001). Les autres (Lois sur la Sécurité Intérieure)
seront présentées à l'assemblée nationale le mercredi 23 octobre. Il est
temps d'agir...


http://www.chez.com/maloka/

maloka@chez.com



*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center