A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages
{Info on A-Infos}

(fr) France: Salariées en grève d'Arcade: APPEL

From "Danielle Rétorré" <danielle.retorre@free.fr>
Date Tue, 8 Oct 2002 12:42:38 -0400 (EDT)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________


- A DIFFUSER LARGEMENT - A DIFFUSER LARGEMENT - A DIFFUSER LARGEMENT -


Nous faisons appel

à tous les groupes et réseaux militants
politiques, syndicaux, associatifs

pour qu'ils manifestent conjointement leur solidarité avec les salariées
d'Arcade
en grève depuis 7 mois

Les grévistes sont un groupe d'une trentaine de femmes africaines, qui
travaillent dans divers hôtels du groupe ACCOR (Ibis, Novotel, Sofitel,
Mercure, Frantour, Formule 1, etc.) de la région parisienne, pour le compte
du sous-traitant Arcade. Elles protestent contre les conditions de travail
très pénibles qui leur sont imposées et notamment contre les cadences de
travail arbitrairement fixées qui se traduisent par un grand nombre
d'heures supplémentaires non payées, et souvent par de sérieux problèmes de
santé. Elles réclament en outre l'annulation des licenciements et des
sanctions pour fait de grève qui touchent plusieurs d'entre elles.
Si les grévistes d'Arcade ont pu résister pendant sept mois, c'est parce
que s'est organisé autour d'elles un soutien large, dans le cadre de SUD
d'abord (le syndicat auquel elles appartiennent), puis, plus tard, d'un
collectif de solidarité dépassant les frontières syndicales. Des actions
dans les hôtels Accor ont été menées tout l'été sur Paris. Des négociations
sont en cours, qui ne débouchent pas. Il semble qu'un débat ait
actuellement lieu au sein d'Arcade entre ceux qui veulent clore le conflit
et ceux qui considèrent qu'il ne faut rien lâcher. C'est pourquoi nous
pensons qu'il devient nécessaire de renforcer la pression sur Accor en
élargissant à la France entière les actions de solidarité. C'est dans cette
perspective que nous vous appelons à prendre part à une

initiative nationale d'action contre le groupe ACCOR
pendant la semaine du 20 au 27 octobre

Vous le savez, les raisons de dénoncer le groupe ACCOR sont multiples :
- une aile de l'hôtel Ibis de Roissy-Charles-de-Gaulle a été louée de
nombreuses années par l'Etat français comme centre de rétention pour
incarcérer des sans-papiers, dans des conditions qui ont été dénoncées par
un rapport de députés;
- il a participé au chantier de construction de la ZAPI (nouveau centre de
rétention de Roissy);
- une de ses filiales, Carson-Wagons-lits, s'occupe de la réservation des
billets de train pour les sans-papiers en voie d'expulsion et pour leur
escorte policière;
- il organise dans ses hôtels les congrès du FN et du MNR.
Mais ces pratiques scandaleuses ne doivent pas nous cacher la réalité
quotidienne des rapports de travail : en effet, derrière la façade
d'entreprise "propre" qu'il essaie de promouvoir, le groupe ACCOR impose
tous les jours, par l'intermédiaire de la sous-traitance, des conditions de
travail très dures à des travailleurs immigrés dont il exploite le besoin
de travailler à tout prix. Façon de transporter le tiers-monde ici, quand
on ne peut pas délocaliser son activité dans le tiers-monde.

Si les femmes de ménage d'Arcade qui ont eu le courage de résister si
longtemps obtiennent satisfaction, ce seront non seulement les 800 salariés
d'Arcade travaillant dans les hôtels ACCOR qui bénéficieront des avancées
obtenues, mais aussi tout le secteur du nettoyage qui s'en ressentira
positivement. Un point important sera en outre marqué contre la pratique de
la sous-traitance, qui permet partout aux entreprises donneuses d'ordre
d'imposer des baisses de salaire et une dégradation des conditions de
travail tout en se dégageant de toute responsabilité juridique et en
divisant le collectif des travailleurs en de multiples entités. A travers
cette lutte, ce qui se joue, c'est donc aussi la bataille contre la
régression sociale permise par cette arme moderne à laquelle le patronat a
de plus en plus souvent et de plus en plus largement recours pour casser
les résistances des salariés.

Que faire pendant ces journées d'action ?
Distribuer des tracts devant ou à l'intérieur des hôtels, déployer des
banderoles, informer les clients et passants sur les raisons de la grève,
appeler au boycott d'ACCOR, désorganiser le service de réservation des
hôtels (détails techniques à suivre), faire signer des cartes ou des
pétitions de soutien aux grévistes? toutes les formes d'action qui peuvent
permettre de populariser la grève en dénonçant les pratiques du groupe sont
utiles. A vous de voir quelles sont les possibilités concrètes en fonction
du lieu où vous êtes et de vos propres forces. Le collectif de solidarité
parisien organisera lui-même une ou plusieurs actions en région parisienne.

Nous tenons à votre disposition des informations complémentaires, des
tracts en plusieurs langues, un dossier de presse, des cartes postales de
protestation, une pétition? à réclamer aux adresses e-mail ou postale
suivantes :
arcadesolidarite@hotmail.com
ADC, 35-37 av. de la Résistance, 93100 Montreuil.

Informez-nous des initiatives que vous comptez prendre, puis du résultat,
nous tenterons à partir de ce que vous nous transmettrez d'en dresser un
bilan.

Nous comptons sur votre solidarité.


Le collectif de solidarité avec les grévistes d'Arcade
(avec les syndicats SUD Propreté et Services,
CNT Nettoyage [à confirmer]
et le collectif de sections syndicales du nettoyage CGT)



----------------------------------------------------------

Tract :

Pour en finir avec l'esclavage !
Solidarité avec les salariées grévistes d'Arcade


Arcade est une société pratiquement inconnue. Pourtant, elle intervient en
tant que sous-traitant dans la majorité des hôtels français du groupe ACCOR
(Atria, Coralia, Etap, Formule 1, Frantour, Ibis, Libertel, Mercure, Motel
6, Novotel, Parthenon, Sofitel, Thalassa.). Ce sont en effet ses salariés
qui assurent le nettoyage des chambres. Il s'agit surtout de femmes venues
du tiers monde, sachant souvent à peine lire ou écrire, parfois sans
papiers, et donc particulièrement faibles face aux exploiteurs qui les
embauchent.

Officiellement ces femmes sont payées 7,16 euros brut l'heure, soit à peine
plus que le Smic. Dans les faits, en leur imposant un système de quotas, on
les soumet au travail aux pièces. On leur attribue un nombre déterminé de
chambres à nettoyer, sur la base de 17 minutes de travail par chambre, mais
si elles dépassent ce temps - chose d'autant plus inévitable que les
contrôles sont incessants - le temps de travail supplémentaire n'est pas
payé. Quand il n'y a pas de travail, elles sont déclarées en heures d'
absence. Les contrats sont des temps partiels imposés, mais dans la pratique
elles travaillent plus de 35 heures.

Arcade pensait avoir embauché un personnel taillable et corvéable à merci,
car dans l'incapacité de se défendre (pas toujours en règle question
papiers, connaissant mal le droit, parlant peu le français) et ne se privait
pas de les pressurer comme des citrons, avant de s'en débarrasser dès que la
fatigue accumulée et les maladies de la colonne vertébrale les avaient
usées. Cela évidemment avec la complicité active du groupe ACCOR, qui réduit
ses coûts en imposant des conditions drastiques aux sous-traitants.

Mais depuis le 7 mars une partie d'entre elles se sont mises en grève et ont
mené un certain nombre d'actions contre les directions d'Arcade et d'ACCOR
pour revendiquer des conditions de travail normales et des salaires décents.
Leurs revendications sont les suivantes :

? Une prime de fin d'année de 305 euros pour tous
? L'arrêt des menaces et des pressions sur le personnel et le respect des
horaires prévus dans les contrats
? Des contrats à temps complet pour tous les salariés (151 heures)
? L'annulation des sanctions contre le personnel et notamment des 8
licenciements
? Une réduction des cadences de travail à 2,5 chambres pour les 3 étoiles et
3 pour les 2 étoiles.


Aidez-les à gagner contre ces négriers modernes. Ne dormez pas dans un hôtel
du groupe ACCOR. Faites connaître autour de vous, dans votre pays, ce qui se
passe aujourd'hui au cour de la riche Europe.
Protestez auprès de l'accueil et de la direction de votre hôtel ;
écrivez-leur en exprimant votre opposition à ces formes d'exploitation et
votre solidarité envers la lutte des salariées d'Arcade.


Collectif de solidarité avec les salariés d'Arcade en grève

Contact : 01.42.43.35.75 ou bien : sud-rail@wanadoo.fr - Chèques à l'ordre
de Sud Propreté et services, à envoyer à Sud Rail, 17 Bld de la Libération,
93200 Saint Denis, en indiquant au dos du chèque : "grève Arcade". Des
nouvelles de la grève sur le site : http://www.ras.eu.org/arcades








*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center