A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Proces contre un membre du "Carnaval des affames" - Montpellier

From vincent <zancarakis@free.fr>
Date Fri, 22 Nov 2002 10:53:23 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________


[titre d'A-infos-fr]

Salut  vous,
Mercredi 20 novembre un militant Montpelliérain compassait devant le
tribunal correctionnel de Montpellier. 
Les deux premier texte ci-dessous reviennent sur l'audience, suit un
tract du Carnaval des Affamés.
Les forces de l'ordre m'ont empêché d'entrer dans le tribunal, je suis
donc resté  l'extérieure avec bon nombre de personnes venu  en soutien à
Philippe. 
Vincent

---------------------------------

Mercredi 20 novembre, Philippe Bouzat, militant du droit au logement et 
membre du « carnaval des affamés », répondait devant le tribunal 
correctionnel de Montpellier, d'outrages et de violences à agents. Des faits 
remontant au 16 avril dernier.

En ce jour de sacralisation du beaujolais nouveau je ne résiste pas à vous 
rapporter les dernières sensations du palais :

Un inculpé du meilleur cru, un responsable de la Cimade gouleyant à souhait 
et les deux témoins suivants pour lesquels je m'interdis de dire qu'ils 
avaient de la cuisse par égard pour leur sexe, firent une audience de très 
bonne facture. A une partie civile d'une maturité insuffisante  et à un 
procureur quel que peut bouchonné par sa mauvaise connaissance du dossier, 
répondit un avocat du prévenu bien en bouche. Son intervention fut le 
bouquet final d'un procès qui se retourna contre l'accusation. Le hic dans 
cette histoire c'est que nous ne serons fixés que le 11 décembre prochain. 
Un délai suffisant pour qu'une fermentation mal contrôlée dans une 
antichambre du palais transforme une très bonne cuvée en vulgaire vinaigre.

Trêve de plaisanterie, cela fait tout de même plaisir quand les pandores 
sont désavoués, malgré un ITT [interruption temporaire de travail] de 
circonstance, par la peine requise contre l'accusé : 6000francs. Le verdict 
sera-t-il susceptible de créer des vocations digne du marché de 
Brive-La-Gaillarde... ? 

Jacques G.

--------------------------------------------------- 
Suit l'article de Midi Libre d'hier :  

Hier après-midi, au tribunal correctionnel Philippe, des "Affamés", a-t-il frappé les
policiers ?

Prévenu pour outrages et violence, le quadragénaire soutient le contraire

Deux heures de débat, trois témoins cités, une salle comble, un
service d'ordre et un comité de soutien à l'entrée du palais de
justice... L'affaire Philippe Bou­zat n'est pas passée inaperçue hier, au tri­bunal
correctionnel. Le quadragénaire d'origine montpelliéraine, sans domicile
fixe, membre du Carnaval des affamés, (1) et inconnu de la justice, comparaissait
pour outrage, rébellion et violence à l'en­contre de dépositaires de
l'autorité publi­que. En l'espèce, deux gardiens de la paix.

Les faits se déroulent le 16 avril. Plusieurs membres du Carnaval,
dont Phi­lippe Bouzat, sont réunis sur le parking devant le palais,
alors que se tient une audience en référé au sujet de l'occupa­tion illégale du foyer
Saint-Vincent de­ Paul. Une cantine et une tente de Méde­cins du monde
sont installées.  Vers 16 h 30, les policiers, qui agissent sur
ordre de leur hiérarchie, demandent aux manifestants de dégager le
parking. L'en­droit est un lieu public, le rassemblement devient gênant, notamment pour la circu­lation. Personne ne bouge. Les fonction­naires prennent alors les
choses en main et commencent à s'en prendre à la tente et à la "popote".
Une participante, sur les conseils de Philippe Bouzat, se met à fil­mer
la scène. Les forces de l'ordre s'en aperçoivent, appréhendent le caméscope
et s'emparent de la cassette-Le futur pré­venu se précipite, les
policiers I'interpel­lent. Voilà pour là chronologie des faits.

Pour leur déroule­ment exact, les ver­sions diffèrent: le pré­venu, qui a porté plain­te mais n'a pas été sui­vi, dit avoir agi calme­ment et assure avoir été brutalisé sans rai­son. Les fonctionnai­res affirment avoir été frappés et insultés et estiment avoir procé­dé à une
interpella­tion sans violence par­ticulière.

Les trois témoins qui se succèdent n'éclairent pas vrai­ment le
tribunal. Deux n'ont pas vu la scène, un assure que les poli­ciers ont
donné des coups de pied à Philippe Bouzat, ce que lui-même ne confirme pas. La
partie civile défend évidemment les forces de l'ordre. Le procureur
deman­de soixante jours amende.

La défense, après avoir, à l'instar du prévenu, pris soin d'élargir le débat au-delà des faits eux-mêmes, considère que Philippe Bouzat n'a rien fait.
Et que c'est lui la victime dans ce dossier. Que si les policiers n'ont pas voulu qu'on les fil­me, c'est qu'ils avaient quelque chose à se reprocher. Le tribunal rendra sa décision le 11 décembre à 14 h               .

 ---------------------------------------------
CARNAVAL DES AFFAMÉS
CUISINONS LA SOLIDARITE!


Le Carnaval des affamés est un collectif non-violent et autogéré qui
s'est constitué à l'occasion de la journée Mondiale du Refus de la
Misère, le 17 octobre 2001 à Montpellier. Son action est motivée par
plusieurs constats:
 La progression de toutes les formes de misère, qu'elles soient
économiques, sociales ou culturelles.
 L'inadéquation entre les structures proposées par les institutions
traditionnelles de lutte contre l'exclusion et les besoins réels sur le
terrain.
 L'absence de lieux de convivialité et de solidarité permettant la
rencontre et l'échange entre les différents groupes sociaux qui
composent cette ville et redonnant à l'individu uns place sociale fondée
sur l'autonomie et la solidarité.

Estimant que le partage du repas est un acte social fort qui permet
d'avancer sur ce terrain, le collectif a décidé de monter un projet de
cantine biologique végétarienne autogérée où chacun participe à la
hauteur de ses moyens (financiers, participation aux tâches,...). Il
nous semblait essentiel de gommer la barrière de l'argent afin que la
cantine soit effectivement accessible à tous. Toujours avec les mêmes
objectifs, nous voulions développer, autour de cette activité
principale, un lieu de rencontre et d'échange de savoir.
Le carnaval des affamés, fort  expériences passées d'occupations
alternatives sur Montpellier, s'est engagé dans l'occupation de locaux
institutionnels vacants, profitant par là même pour dénoncer le scandale
des logements vides sur Montpellier. Ses deux occupations au 3 rue
Pasteur et 15 rue du faubourg St-Jaumes ont permis de prouver la
viabilité du projet : 6 000 repas servis en cinq mois et la mise en
place d'ateliers culturelles (danse, théâtre, arts plastiques pour les
enfants, yoga, crochet, vélos, communication, etc....). Ces occupations
se sont terminées par des expulsions brutales.
L'action caritative et humanitaire, nécessaire pour éviter les drames
individuels, n'apporte  pas de solutions durable au problème de la
misère dans son ensemble. La misère est un élément constitutif de notre
société, c'est pourquoi le Carnaval des Affamés tente de développer des
pratiques alternatives fondés sur l'autogestion, effaçant ainsi toute
forme de hiérarchie sociale.
Malheureusement, la politique actuelle n'est pas à l'expérimentation de
solutions nouvelles... Les associations et les organismes caritatifs
n'ont même plus les moyens de répondre à l'urgence mais le gouvernement
préfère renforcer le contrôle et la répression de la misère : mendier
sur la voie publique ou s'abriter dans un lieu privé seront passibles de
6 mois d'emprisonnement et plusieurs milliers d'euros d'amende si la loi
Sarkozy est votée!

Refuser la misère: oui! mais comment? 
En développant au quotidien des lieux autonomes de convivialité et de
solidarité.



*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center