A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Fermez l'ecole des assassins !

From "CNT AIT" <cnt.ait@wanadoo.fr>
Date Mon, 11 Nov 2002 18:44:19 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________


USA: FERMEZ L'ÉCOLE DES ASSASSINS !

Les 15, 16 et 17 novembre 2002, SOAW (School of the Americas Watch)
organise un rassemblement national devant l'entrée de la caserne de Fort
Benning (état de Géorgie) afin de lancer une action non violente à
l'intérieur de cette caserne.
Leur but : dire non à la torture et aux assassinats en Amérique Latine
et réclamer à nouveau la fermeture de l'école.


Paris, France, SAMEDI 16 NOVEMBRE 2002 à 15 H
rassemblement, face au consulat des États-Unis à l'angle de la rue de
Rivoli et de la place de la Concorde, 75001 Paris, (M° Concorde) pour
soutenir SOA Watch, pour fermer l'école des assassins, pour une culture
de la justice et de la paix, pour résister à ce système de violence et
de terreur.

School of Americas (SOA) ? une école qui formate des tueurs :
Créée par l'armée américaine en 1946, établie depuis à Fort Benning,
elle forme des militaires agissant en Amérique Latine. Surnommée « école
des assassins » car ses diplômés (environ 60 000 à ce jour) sont
responsables de quelques-unes des pires violations des Droits de l'homme
en Amérique Latine : parmi eux, les dictateurs Manuel Noriega et Omar
Torrijos de Panama, Leopoldo Galtieri et Roberto Viola d'Argentine, Juan
Velasco Alvarado au Pérou et Guillermo Rodriguez en Equateur.
D'autres anciens diplômés, « moins célèbres », ont dirigé des
répressions violentes et des massacres divers cités par deux commissions
d'enquête des Nations Unies.
Leurs cibles principales sont des enseignants, des syndicalistes, des
travailleurs, des religieux des dirigeants, des étudiants, des indiens,
tous ceux qui soutiennent la cause des plus pauvres.

   En Amérique latine l'augmentation de la résistance contre l'escalade
des interventions militaires et économiques des États-Unis a provoqué,
depuis quelques mois, de plus en plus de répression et de violence. En
même temps, les préparatifs de l'action militaire en Irak avancent
rapidement et le feu de « la guerre contre le terrorisme » est nourri
tant par un désir pressant de pétrole, que par une cynique indifférence
aux graves problèmes sociaux domestiques.
   En Amérique latine, chaque mois qui passe voit des actions de
résistance civile et des manifestations massives (campe-sinos,
syndicalistes, étudiants .). En réponse, il est de notre devoir de
montrer notre solidarité.
   El pueblo, le peuple, résiste au vol de ses ressources naturelles par
les États-Unis et les multinationales. Il fait face à la répression
militaire, aux menaces physiques, etc.
   En Équateur, a lieu un travail d'organisation de masse : des gens se
mobilisent pour des actions de résistance à la réunion de Quito du 27
octobre au 3 novembre, dite « FTAA » (Free Trade America Agreement ?
Accord des Amériques pour le libre commerce).
   En Colombie, réunies au sein de l'OFP (Organisation populaire
féminine), une multitude de femmes organise de grandes manifs pour
s'opposer à la meurtrière guerre civile, financée par les États-Unis.
   En Argentine, des centaines de milliers de femmes frappent sur
casseroles et marmites pour protester contre l'ordre néo-libéral.
   Il est évident que la répression des pauvres pour protéger les riches
serait impossible sans les pouvoirs militaires d'Amérique latine, formés
par l'École des Amériques (SOA : School of Americas).
   Cet institut pour la coopération et le renseignement dans la sphère
des Amériques, s'est acquis une sinistre renommée. La SOA joue un rôle
majeur dans la répression.

   Si nous voulons vraiment éliminer le terrorisme de la planète, il est
essentiel de commencer chacun dans sa propre région par fermer ses
propres organisations terroristes.
   En France, les signataires de cet appel demandent l'abolition de
toute coopération militaire, notamment avec l'Afrique.
   Aux États-Unis, SOA Watch entend obtenir la fermeture de l'École des
Amériques, où l'armée des États-Unis forme des militaires pour
l'Amérique latine.
   Surnommée l'école des assassins, elle était établie au Panama en
1946. Désormais, ce pays ayant aboli son armée, elle se trouve à Fort
Benning (Géorgie), où des centaines de soldats d'Amérique latine sont
formés chaque année.
   La plupart d'entre eux ont été reconnus coupables de viols, de
torture, de meurtre et de massacres de milliers d'humains.
   Leurs cibles principales sont des enseignants, des syndicalistes, des
travail-leurs religieux, des dirigeants étudiants, des membres de tribus
autochtones et tous ceux qui parlent pour les droits des pauvres.
   Il y a dix ans, le mouvement pour fermer l'École des Amériques a
débuté quand les preuves des crimes liés à ce programme sont devenues
évidentes.
   SOA Watch, profondément inspiré par l'esprit de la résistance non
violente, a permis la prise de conscience, l'information et la
mobilisation d'une grande partie de l'opinion publique.
   Comme résultat des actions directes non violentes, dans la caserne de
Fort Benning et ailleurs, soixante dix personnes de SOA Watch ont été
emprisonnés.
   Le total des peines (d'un à vingt quatre mois de prison ferme)
représente collectivement cinquante ans de détention.
   En ce moment vingt-huit prisonniers de conscience de SOA Watch sont
incarcérés aux États-Unis, avec des condamnations de trois à six mois.

SOA Watch, PO Box 4566, Washington DC 20017
www.soaw.org

C'est pourquoi nous soussignés : nous nous associons à cet appel, nous
manifesterons le samedi 16 novembre en souvenir des martyrs victimes des
militaires d'Amérique latine et nous réclamons justice pour les membres
de SOA Watch.

Premiers signataires : Agir Contre la Guerre 18e, Collectif résistance à
la militarisation (CRAM), Union Pacifiste (section française de
l'Internationale des résistants à la guerre).

Pour rejoindre la liste des signataires : message à envoyer par mail :
rene.burget@free.fr



*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center