A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Etat des lieux des squats a Dijon

From Maloka <maloka@chez.com>
Date Fri, 1 Nov 2002 14:15:11 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________

Les luttes libertaires dijonnaises de ces quelques dernières années ont
été marquées par l'ouverture de squats. Au delà de la simple question du
logement, il s'agissait, pour des lieux comme le Pamplemousse, la
Courdémone, les Tanneries et d'autres, d'affirmer le caractère politique
de l'occupation, comme réponse à la propriété privée et à la spéculation
immobilière produisant des lieux à l'abandon, mais aussi comme volonté
de créer des espaces de vie collective, d'expérimentation de
l'autogestion et d'activités publiques variées.

Après la première vague d'expulsion de mars 2002, contre laquelle
l'intersquat dijon s'était mobilisée pour une "semaine de résistance et
de découverte des squats", d'autres ouvertures/expulsions ont eu lieu :

- Des squatteuses de la Courdémone (squat d'habitation et d'activités
  féministes, expulsé le 21 mars 2002) ont occupé en avril une autre
  maison, à quelques centaines de mètres de la précédente. La Poste,
  propriétaire, tout en harcelant les occupant-e-s (refus de délivrer le
  courrier, tentatives de coupure des fluides, etc.) a immédiatement
  lancé une procédure pour obtenir l'expulsion du bâtiment, que les
  habitant-e-s ont quitté début septembre.

- Une petite maison d'habitation a été ouverte en juin 2002. Petite
  bicoque abandonnée depuis plusieurs années, et propriété de la Ville
  de Dijon, qui, comme pour le squat "Chevreul" en 2000, a tout fait
  pour accélérer la procédure d'évacuation. Le message était clair :
  empêcher que d'autres lieux squattés puissent s'implanter, comme c'est
  le cas de l'Espace autogéré des Tanneries. Résultat : fin août, le
  lieu était repris puis rasé ! Depuis, l'acharnement de la Mairie (dite
  "de gauche" !) n'a pas cessé, et essaie d'extorquer de l'argent aux
  ex-occupant-e-s !

- Ouvert en octobre 2001, le 97.7 ("squat nostalgie") a existé pendant
  un an, changeant plusieurs fois d'occupants. Expulsé et muré un matin
  d'octobre 2002 à la demande du propriétaire, GROUPAMA Assurances. Un
  occupant aurait été arrêté par les flics lors de l'évacuation...

A l'heure actuelle, force est de constater que les squats à Dijon ne
sont plus légion. Subsistent le Collectif #6, avec ses activités
théâtre, écriture et bourse aux vêtements, et l'Espace autogéré des
Tanneries, qui continue à multiplier les activités, en rupture avec les
logiques de profit et de pouvoir.

Ne pas oublier, cependant, que "s'ils peuvent expulser nos maisons, ils
ne peuvent effacer nos idées" !

Des infos restent disponibles sur http://squat.net/dijon

A suivre...


http://www.chez.com/maloka/
maloka@chez.com





*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center