A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Compte-rendu journée de solidarité avec l'Argentine - Dijon

From Maloka <maloka@chez.com>
Date Mon, 30 Dec 2002 18:44:07 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________
En écho à la journée mondiale d'actions en solidarité avec l'Argentine,
l'espace autogéré des Tanneries, le collectif avantipepol@ ont organisé
une série d'événements les vendredi 20 et samedi 21 décembre 2002.

Le coup d'envoi fut donné vendredi soir aux Tanneries, avec des
projections de films militants du collectif "cine insurgente", revenant
en images et commentaires sur la révolte populaire argentine ayant
éclaté il y a un an, et se renouvelant depuis par des actions et
manifestations, mais aussi par la mise en place et l'expérimentation
d'alternatives au système telles que les assemblées populaires, les
magasins gratuits et autres lieux de réunion et de vie occupés.

Olivier, du Comité Chiapas de Lausanne, introduisit ensuite le débat,
partant de ses observations lors de son voyage en Argentine, et de sa
connaissance des "piqueteros" et autres mouvements de chômeurs, dont les
pratiques autogestionnaires sont partie intégrante de la rébellion
populaire. La discussion fut l'occasion d'évoquer "l'exemplarité de la
situation argentine" en terme de crise du capitalisme, de mener un
début de réflexion sur les moyens d'action ici et là bas, les causes de
l'extraordinaire adhésion de la population à la contestation, et
d'envisager quelques possibilités d'actions de soutien plus locales.

Dans le même temps, le collectif PRINT (http://print.squat.net) se fit
le relais d'une large initiative de contre-information radiophonique
portée par le réseau Indymedia, en diffusant toute la soirée les sons
d'une radio réalisée depuis les rues argentines, à l'occasion de ces 3
jours de solidarité, et permettant de goûter l'ambiance sonore de
manifestations, actions et autres assemblées populaires en direct, le
tout entrecoupé de musiques et analyses par des "médiactivistes"
présent-e-s sur le terrain. Ce fut aussi l'occasion de présenter le
réseau de médias indépendants Indymedia, dont une brève description se
trouve ici: http://print.squat.net/docs/let-indymedia_cest_quoi.txt

La soirée se termina par une boum latino-disco-tekno, sur fond d'images
diverses et variées.

Le lendemain, samedi, c'est une bonne soixantaine de personnes qui a
répondu à l'appel, place du Bareuzai, pour soutenir le peuple argentin.
Peu après 17h, un cortège se mit donc en marche au son de nombreuses
casseroles, comme l'ont fait quantité d'argentins dans les moments les
plus vifs de la contestation du pouvoir économique et politique. Une
banderole "politiciens, capitalistes, qu'ils s'en aillent tous/toutes!"
en tête (traduction du célèbre "que se vayan todos", véritable mot
d'ordre de la révolte là bas), la manifestation a remonté la rue de la
Liberté, bondée en ces moments de consommation frénétique, pour pénétrer
dans une agence France Télécom, et l'occuper bruyamment quelques
minutes. Pourquoi France Télécom? Parce qu'il s'agit de l'une de ces
compagnies implantées en Argentine, qui a fait pression sur le
gouvernement pour que celui-ci aille plus avant dans le processus de
déréglementation dicté par le FMI, et hausse le cout des services (eau,
électricité, communications), pour augmenter leurs profits. Une manière,
pour nous autres dijonnais-es, de montrer que c'est aussi localement que
nous pouvons agir solidairement de ceux et celles qui, là bas,
critiquent et tentent d'arrêter la dictature capitaliste.

La manifestation s'en est ensuite retournée à la place du Bareuzai, sur
laquelle fut déployée une zone de gratuité, pour faire écho une fois de
plus aux moyens de lutte pour le moins originaux et concrêts que les
argentin-e-s pratiquent depuis un an désormais. 

Vêtements, mais aussi livres, brochures, chaussures et autres usensiles
furent disposés sur la place grâce à quelques structures agrémentées de
panneaux prônant la pratique active, ici et maintenant, de la gratuité
("ici, tout à voler", "zone de gratuité", "rien à payer", etc.).

L'idée était également de faire un pied de nez au "marché de noël", non
loin de là, constituant un hymne supplémentaire à la consommation
outrancière, en cette période ou les traditions viennent au secours des
appels frénétiques du capitalisme.

Interloqués au départ, nombre de gens se sont ensuite servis,
visiblement touchés par l'initiative, curieux de nos motivations et
idées. Ce fut aussi l'occasion d'informer sur la zone de gratuite mise
en place à l'espace autogéré des Tanneries au cours des mois derniers.
Une expérience à renouveller, en affirmant, encore et toujours, la
nécessité de dépasser les rapports marchands auxquels nous contraint en
permanence cette société!

                                                      -- un participant

Ci-dessous, le tract distribué pendant la manifestation:

Que se vayan todos ! Une journée mondiale d'action anticapitaliste et
solidaire avec les révoltes populaires d'argentine.

En Trente ans l'argentine sera passée de la dictature militaire à la
dictature des marchés. Fidèles aux dogmes libéraux du Fond Montaire
International et de la Banque Mondiale, l'Etat argentin a ouvert ses
marchés, industrialisé, privatisé, coupé les budgets de protection
sociale, d'éducation et de santé, accéléré le pillage et l'exportation
en occident de ses ressources naturelles.
	
Mais quand les investisseurs se sont retirés pour s'attaquer à d'autres
contrées, le rêve capitaliste s'est transformé en cauchemar et  le pays
s'est vu comme bien d'autres entrainé dans une crise financière sans
précédent. Le niveau de vie des classes moyennes a considérablement
baissé au cours des dix dernières années. L'interdiction de retrait
banquaire fut la cerise qui fit déborder le vase et les amena à
rejoindre les luttes des plus démuniEs.
	
La révolte a explosé le 20 décembre 2001 quand plus d'un million de
personnes prirent les rues afin de taper sur leurs poëles et casseroles
et firent tomber le gouvernement. Une rebellion populaire retentissante
s'est ensuite répandue à travers le pays sous le slogan « que se vayan
todos ! » (ndt: « qu'ils/elles s'en aillent tous/toutes » comprenez
toute la classe politique). Un mouvement continu s'est développé dans ce
qui est devenu un laboratoire vivant des luttes: assemblées populaires,
bloquages de routes par des comités de chômeureuses, marché de troc,
émeutes et pillages de supermarchés, reprise d'usines par les ouvrierEs,
autonomisation de villages et quartiers... Un espace où l'autogestion et
la démocratie directe sont quotidiennement réinventées par l'échange
solidaire, l'éducation populaire, la partage des ressources. Un nombre
croissant de gens y apprennent à décider pour eux-même ensemble de leur
vie sans s'en plus s'en remettre aux institutions politiques.  Au cours
de ces dernières années, les manifestations anticapitalistes se sont
multipliées à travers le monde. Aujourd'hui les révoltéEs argentinEs
concrétisent l'espoir que d'autres sociétés puissent naître des
décombres de l'Etat et du marché.
	
Ce mouvement reste malgré tout fragile et le gouvernement essaie tant
bien que mal de sauvegarder sa "légitimité" et les intérêts des
investisseurs étrangers en réprimant les manifestations (arrestations
massives, escadrons de la mort...), en barricadant ses banques
régulièrement ravagées et en appelant à de nouvelles élections. Le 20
décembre de cette année, un appel a été lancé, en argentine et partout à
travers le monde, pour une journée mondiale d'action visant à démontrer
que celles et ceux qui créent des alternatives aux dictatures ne sont
pas seuleEs et briser le silence absolu des médias occidentaux sur ces
révoltes (des fois que cela donnerait de mauvaises idées... hein?). 
	
De nouveau depuis quelques semaines et alors que le peuple argentin a le
couteau sous la gorge, le Fond Monétaire International et diverses
banques, grandes entreprises et chaînes de supermarché françaises et
européennes qui ont pris le contrôle de l'économie argentine (dont
France Telecom, EDF, le Credit Agricole, Carrefour...) ont relancé une
offensive pour imposer une hausse draconienne (+ de 30%) du prix des
ressources de base (eau, nourriture, électricité..) et imposer de
nouvelles coupes dans les budgets sociaux.
	
A l'heure des fêtes de fin d'année, grande foire annuelle de la
consommation, la solidarité internationale peut s'exprimer pour nous en
dénonçant le rôle barbare joué par les institutions internationales et
entreprises françaises et européenne à l'étranger. Il s'agit de
démasquer,  derrière les campagnes publicitaires prestigieuses, les
envers misérables de la richesse occidentale et de la surabondance de
produits. Cette solidarité nous semble d'autant plus logique qu'ici
aussi on privatise, on adapte les gens à l'économie et l'on criminalise
celles et ceux qui ont le malheur d'être pauvres et/ou insatisfaites
d'une vie aliénée et dont le nombre ne cesse de croître.
	
Reste à briser nos télés-supermarchés et à commencer à construire
collectivement nos révoltes.

Qu'ils/elles s'en aillent tous/tes... ici et là-bas !

Pour des infos, textes, brochures:

Collectif avantipepol@ - c/o espace autogéré des tanneries 17 bvd de
chicago - 21000 Dijon - tanneries@squat.net

Pour plus d'info INDEPENDANTES sur l'argentine en français, anglais,
espagnol: www.argentina.indymedia.org

A vous de jouer aujourd'hui! 

Rejoignez la parade des casseroles de la résistance pour un jeu de piste
à la recherche des nouveaux bourreaux du peuple argentin.

Puis réalisons ensemble une grande zone de gratuité pour commencer la
construction d'un autre monde en développant des alternatives au
rapports marchands.

Et le reste de l'année aussi...



-[-@-malokaliste-@-]----------------------------------------------------
pour ne plus recevoir de messages, glissez-nous un petit mot à ce sujet.
plus de renseignements : http://www.chez.com/maloka/ --- maloka@chez.com
----------------------------------------------------[-@-malokaliste-@-]-




*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center