A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages _The.Supplement
{Info on A-Infos}

(fr) Solidarité avec les inculpé-e-s de Nanterre

From nanterrenlutte@hotpop.com
Date Sat, 21 Dec 2002 20:51:36 -0500 (EST)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
        http://ainfos.ca/index24.html
 _________________________________________________

[titre d'A-infos-fr]


Suite à l'occupation sur la fac de Nanterre, le 27 novembre, qui s'était
terminée par une intervention massive des forces de l'ordre et le
placement en garde à vue d'une dizaine de personnes, un camarade passera
en procès le  26 décembre. Ci-joint le texte d'appel pour venir le jour
du procès, suivi du tract distribué à Nanterre le 27 novembre.

 ___________________________________________

 27 NOVEMBRE : LA POLICE DANS LES AMPHIS,
 DES GREVISTES INCULPES : PLUS JAMAIS CA !

 Mercredi 27 novembre vers 9H00, une dizaine de chômeurs et
d'étudiant(e)s, ont occupé une salle située au premier étage du bâtiment
E de la fac de Nanterre, dans le but de prolonger la grève de la veille.
Une banderole sur laquelle était écrit « Grève générale, occupons la fac
! » a été déployée
à la fenêtre et les occupants ont distribué un tract appelant à résister
contre le flicage et la marchandisation. Les vigiles de l'université ont
immédiatement essayé d'arracher la banderole. Puis, le président de l'
université, André Legrand, a fait appel à la police. Une cinquantaine de
flics sont alors arrivés sur le campus et ont pénétré dans le bâtiment E
en  braquant les étudiants avec des flash-balls. Les étudiants
rassemblés dans le hall ont protesté aux cris de « Police partout,
justice nulle part ! »  en tentant de rejoindre les occupants du premier
étage. Après avoir barré l'accès aux étages, les flics ont défoncé à
coups de bélier la porte de la salle E103 où s'étaient barricadés les
occupants. Ils les ont plaqués au sol et les ont menottés avant de les
évacuer en traversant un amphithéâtre rempli d'étudiants. Les neuf
personnes emmenées au commissariat n'ont été  relâchées que 48 heures
plus tard. L'un d'eux passera en procès le 26 décembre.

 Ce scénario était impensable il y a encore quelques années. Dans la
continuité du virage sécuritaire de la gauche française (colloque de
Villepinte, 1997), le président André Legrand a été mis en place pour
collaborer avec la police et «faire le ménage» à Nanterre. C'est dans le
cadre du CLS (Contrat Local de Sécurité) de la ville qu'il a supprimé
la  franchise universitaire qui interdisait à la police de pénétrer sur
le  campus, permettant ainsi l'arrestation de plusieurs personnes ces
deux  dernières années. La vidéosurveillance s'intègre dans cette
politique, tout comme la construction de deux murs pour séparer la tour
administrative du  reste de l'université : véritable symbole de
l'enfermement de l'autorité  universitaire dans sa tour d'ivoire, cette
nouvelle architecture rappelle
 étrangement la féodalité des seigneurs du moyen-âge méprisant les
masses du haut de leur château-fort. Pour réprimer toute forme de
contestation, André Legrand n'a d'ailleurs pas hésité à recruter des
mercenaires (sociétés de sécurité privées).

 NE TOLERONS PAS LA PRESENCE DE LA POLICE !
 RESISTONS AU NOUVEL ORDRE SECURITAIRE !

 MANIFESTONS NOTRE SOLIDARITE AVEC LES GREVISTES INCULPES :
 SOYONS PRESENTS
 JEUDI 26 DECEMBRE A 13H30
 A LA 21e CHAMBRE CORRECTIONNELLE
 DU TRIBUNAL DE NANTERRE

 (RER Nanterre-Préfecture ou Nanterre-Université)


 http://enrages-nanterre.freeservers.com
 nanterrenlutte@hotpop.com

 ______________________________________________

 Tract distribué à Nanterre les 26 et 27 novembre :

 RESISTONS AU FLICAGE
 ET A LA MARCHANDISATION !

Depuis une vingtaine d'années, nous subissons une offensive du processus
de marchandisation. Chacun peut constater dans sa vie quotidienne ces
attaques de l'Etat et de la marchandise, que l'on soit travailleur,
chômeur, ou étudiant. Toujours plus de flexibilité dans le travail,
toujours moins d'
 allocations-chômage, toujours plus de sélection à l'université.
Aujourd'hui trouver un logement relève du parcours du combattant pour de
plus en plus de
 gens, il y a de plus en plus de sans-abris, partout l'Etat privatise,
partout les rapports sociaux deviennent marchandises.

 Le savoir devient lui aussi une marchandise avec notamment la
privatisation  des universités, appelées à se faire concurrence.
Désormais, toute  connaissance devient une propriété privée protégée par
un copyright ou un droit d'auteur : aujourd'hui, les éditeurs essayent
d'interdire la
photocopie des livres et bientôt il faudra payer une taxe pour chaque
livre emprunté en bibliothèque ! Il en va de même pour la diffusion de
textes sur internet. Certains chercheurs se voient même interdire de
publier leurs travaux s'ils contiennent une trop grande quantité de
citations ! Telle
est la logique absurde de la marchandise qui s'approprie tout, y compris
le vivant : les grandes firmes pharmaceutiques s'approprient déjà
certaines molécules et prétendent maintenant s'approprier certains gènes
sous prétexte qu'elles les auraient découvert en premier !

 Quand la marchandise s'installe quelque part, elle est toujours suivie
immédiatement après par la police. L'offensive marchande actuellement en
cours se double depuis quelques années d'une offensive policière. Des
centaines de milliers d'étrangers sont criminalisés et se retrouvent
sans-papiers avec la menace permanente d'être déportés, des faits
anodins deviennent passibles de prison: prendre le métro sans ticket, se
rassembler dans un hall d'immeuble, insulter un prof... A chaque fois ce
sont toujours les plus pauvres, les plus jeunes, et les moins «
nationaux » qui sont  criminalisés, comme l'illustrent de manière
caricaturale les nouveaux délits de mendicité, de squats (désormais
aussi passible de prison), ou de prostitution. A Nanterre, le président
de l'université a supprimé la franchise universitaire qui interdisait à
la police de pénétrer sur le campus. Désormais, les flics ont même le
droit de pénétrer dans les bâtiments en cas de flagrant délit !
Plusieurs personnes se sont déjà retrouvées en prison après s'être fait
arrêter sur le campus. Telle est la
logique implacable du capitalisme : la marchandisation, le flicage, la
prison, la guerre.

 Afin d'enrayer ce processus, nous appelons à la grève générale avec
occupation de tous les lieux de travail.

 GREVE GENERALE !
 OCCUPONS LA FAC !

nanterrenlutte@hotpop.com


*******
*******
 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.


A-Infos Information Center