A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages
{Info on A-Infos}

(fr) Arrestations de masse dans une manifestation anti-G8 a Montreal

From Worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Sat, 27 Apr 2002 17:41:37 -0400 (EDT)


 _________________________________________________
   A G E N C E  D E  P R E S S E  A - I N F O S
            http://www.ainfos.ca/
 _________________________________________________


Arrestations de masse dans une manifestation anti-G8 à Montréal


La police de Montréal a tenté hier d'empêcher une 
manifestation de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) contre le 
G8 en encerclant plus de 500 personnes dans la Place Dominion (centre-ville 
des affaires). Plusieurs centaines de personnes ont cependant réussi à 
rompre l'encerclement et à tenir les cochons en haleine pendant quelques 
heures. Malheureusement, les anticapitalistes n'ont pas pu empêcher 
l'arrestation de plus de 200 des leurs.

Comme chacun devrait le savoir, la prochaine rencontre du G8 (le comité 
exécutif du capitalisme mondial, comme le dit la CLAC) aura lieu dans le fin 
fond des bois en Alberta (Canada). La CLAC, basée à Montréal, est à 
l'origine, avec un certain nombre d'autres groupes, d'une campagne radicale 
devant mener à des manifestations en juin dans la capitale canadienne, 
Ottawa. La manifestation d'hier, qui coïncidait avec une rencontre 
préparatoire des ministres du travail du G8, était une sorte de test pour 
l'organisation, un avant-goût des mobilisations à venir.

Les manifestantEs anticapitalistes ont commencer à se rassembler vers 16h au 
centre-ville pour pique-niquer, danser et chanter. De l'avis de tous les 
observateurs --incluant les médias tel Le Devoir ou la Presse Canadienne-- 
le rassemblement était on ne peut plus pacifique et bon-enfant. Normalement, 
un cortège devait être formé vers 18h pour marcher jusqu'au lieu du souper 
des ministres. C'est lors du départ de la marche que les 400 à 600 
manifestantEs ont été rapidement encerclés par un fort contingent de flics 
anti-émeutes sorti des parkings souterrains et des ruelles.

D'après les témoins, une centaine de manifestantEs ont pu rompre 
l'encerclement en entrant dans certains restaurants dont les salariés leurs 
ont montrés le chemin des cuisines et des ruelles adjacentes. D'autres ont 
joués du poignet, tel un groupe de maoïstes et de sympathisantEs qui ont 
carrément tentés de sortir de la Place manu-militari en se frayant un chemin 
à coup de bâtons et de drapeaux (apparemment qu'ils ne sont pas allé très 
loin). Finalement, les flics n'ont pu prendre en souricière qu'environ 200 
personnes.

Plutôt que de quitter les lieux illico, les manifestantEs libres de leurs 
mouvements ont reformés un cortège à quelques mètres de là. Une mini-van de 
la police, laissée seule devant un HMV, a fait les frais de la colère de 
certainEs et un peu d'équipement anti-émeutes a été saisi par les 
manifestantEs. D'autres véhicules de police ont été joyeusement 
déconstruits, tandis que des barricades ont été faites avec des poubelles 
incendiées (d'après l'un des témoins, un autobus de touristes aurait 
également servi de "bouclier-barricade", mais je n'ai pas de détails). Les 
passantEs et les salariés du coin se sont rapidement joint aux 
manifestantEs, apparemment dégoûtés par la gratuité et la violence 
policière. Malgré de nombreuses charges de l'antiémeute, la manif serait 
resté sur les lieux pendant 3 ou 4 heures tandis que les manifestantEs 
arrêtés étaient "évacués" dans des autobus de la ville.

La thèse policière est qu'ils "auraient eu des informations comme quoi des 
manifestantEs avaient l'intention d'utiliser des bombes incendiaires et de 
lancer des roches". À date, il n'y a pas encore eu d'information voulant que 
des cocktails molotovs ou des armes aient été trouvés sur des manifestantEs. 
Et même si cela avait été le cas, il n'en demeure pas moins que 
l'arrestation massive est illégale (même si les gens sont accusés 
d'attroupement illégal!) et créé des "coupables par association". Des 
témoins soulignent par ailleurs que "les troubles" ont été provoqués 
littéralement par la police et que, malgré la colère des gens, des cibles 
situées à quelques mètres comme un HMV, un Roots et des fast-foods n'ont pas 
été attaquées (ce qui ne fait pas des casseurs très efficaces!).

L'arrestation de masse est une tactique courante de la police montréalaise 
contre les militantEs radicaux, la dernière en date eu lieu le 15 mars avec 
près de 400 arrestations. Toutefois, la réaction des militantEs évolue elle 
aussi, c'est en effet l'une des premières fois où un nombre significatif de 
gens échappent à l'encerclement et restent sur les lieux, provoquant des 
affrontements. La police y pensera peut-être deux fois la prochaine fois 
avant d'encercler 400 à 600 personnes!

[Cet article fut écrit à partir d'infos fournie par des militantEs 
montréalaisES de la NEFAC, des témoignages publiés sur Indymedia et fourni 
la CLAC et des articles de la Presse Canadienne et du Devoir. L'auteur 
n'était pas sur les lieux de la manifestation.]


 ****** Agence de Presse A-Infos ******
 Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

 Pour s'abonner -> écrire à LISTS@AINFOS.CA
 avec le message suivant: SUBSCRIBE A-INFOS-FR
 Pour plus d'info -> http://www.ainfos.ca

 Vous voulez reproduire ce message?
 Pas de problème, veuillez s'implement inclure cette section.




A-Infos
News