A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages
{Info on A-Infos}

(fr) Québec : Le quartier Saint-Roch et la rue Saint-Gabriel en deuil

From worker-a-infos-fr@lists.tao.ca
Date Fri, 8 Sep 2000 02:34:23 -0400


 ________________________________________________
      A - I N F O S  N E W S  S E R V I C E
            http://www.ainfos.ca/
 ________________________________________________

[Note d'A-Infos: Mieux vaut tard que jamais...
Nécrologie militante piquée au journal Droit de
Parole.
http://www.oricom.ca/communicationsbasse-ville/]

Le quartier Saint-Roch et la rue Saint-Gabriel en
deuil 

Femmes de quartier: Denise Doré et Marguerite
Boulanger-Favreau

par Marc Boutin 


C'est en mai 1971, frais émoulu de l'école
d'architecture d'une université innommable qui
aujourd'hui ostracise ses meilleurs professeurs, que
j'ai pour la première fois de ma vie franchi le seuil
du 570 de la rue du Roi dans le quartier Saint-Roch [à
Québec]. Dans cet immeuble plus chargé d'histoire que
la Citadelle de Québec se trouvait le local du Comité
des citoyens de l'Aire-10 et se trouvent aujourd'hui
l'Association coopérative d'économie familiale de
Québec (ACEF), le journal Droit de parole et le Bureau
d'animation-information logement (BAIL). À l'époque,
l'Aire-10 (le comité des citoyens de Saint-Roch)
embauchait de jeunes architectes pour la construction
de logements sociaux. 

J'étais un gars de la "haute" qui n'en pouvait plus de
voir Québec subir cette vague de démolitions sauvages
que les fonctionnaires et les politiciens libéraux
faisaient passer pour de la "rénovation urbaine". Mais
j'étais aussi fortement convaincu de la pertinence de
mon savoir "lavallois" que je venais dispenser dans
les quartiers en périls pour le plus grand bien et de
ses résidants et de mon curriculum vitae. En vérité,
je pétais plus haut que le trou et j'ignorais que ma
formation était à refaire. Le Comité des citoyens de
l'Aire-10 allait s'en charger. 

Quelle école! Me Denise Doré était la secrétaire
générale du Comité et le pivot de la résistance contre
les "rénovations" du Maire Lamontagne. Regardant avec
une douce sévérité les nouveaux venus droit dans les
yeux, elle faisait comprendre que les "péteux de
broue" pouvaient aller valser ailleurs mais aussi que
chacun avait droit à sa chance moyennant un minimun de
réceptivité. Une certaine timidité et le choc culturel
aidant, j'ai décidé d'écouter un peu avant d'étaler ma
science ce qui m'a permis d'en remiser les neuf
dixièmes et d'apprendre avec mesdames Doré, Larose et
Bergeron de Saint-Roch - et plus tard au Fonds de
solidarité avec mesdames Masse et Falardeau de
Saint-Sauveur et encore plus tard avec Madame
Marguerite Boulanger-Favreau de la rue Saint-Gabriel -
ce que jamais personne à l'université ne m'avait
appris. Soit que le respect s'adresse à tous sauf à
ceux qui exploitent le peuple, que la politique n'a
rien à voir avec les partis qui sont des pièges à
ours, qu'on apprend pas à parler en public mais à
s'adresser à du monde, que la connaissance vient de la
persévérance et que la solidarité passe par l'action.
D'apprendre encore que les véritables enjeux de la vie
sont proches de nous, dans les rues qui nous
entourent, que ces enjeux se perdent ou se gagnent
avec les gens qui y vivent et, surtout, qu'eux seuls
ont le droit de décider de l'avenir de leur quartier
et la "science" voulue pour le faire. L'architecte en
moi pétait de moins en mois haut. 

Fortement enracinées dans leur milieu, ces femmes
n'avaient pas peur des bulldozers, des idées nouvelles
et des politiciens à cravate. Elles voyaient venir les
faux curés, les femmes d'affaires et les
marxistes-léninistes poilus à un kilomètre à la ronde.
Par contre, il y a une chose qu'elles ignoraient : le
sens du mot "lâcher". Plus convaincues que ça, tu
meurs. Deux d'entres elles, les plus jeunes, sont
d'ailleurs tombées au combat depuis un mois :
Marguerite Boulanger-Favreau et Denise Doré. Les
autres, qui ont l'âge et la droiture d'un Michel
Chartrand, sont toujours au poste dans leur coop
d'habitation et auprès de leur familles. 

J'embrasse et je remercie ces femmes dont on parle
peu, qui ont fui l'avant-scène sans jamais toutefois
reculer devant une responsabilité. Anarchistes dans le
sens le plus noble de ce terme, elles incarnaient,
guidées par leur intuition, cette ligne juste que
nous, les militants, recherchions inutilement dans des
lectures austères. Je préfère ces femmes des quartiers
ouvriers à celles qui sont tombées dans le "piège à
ours" et dont on parle beaucoup; ministres,
ministrables, élues, conseillères, carriéristes,
députées etc. (sauf tout le respect que je leur dois
en cette période du 8 mars). Sans les premières, le
mouvement populaire à Québec - qui a donné naissance
au rassemblement qui usurpe le même nom - n'aurait
jamais existé. Me Doré était membre de la coopérative
d'habitation Centre-Ville, rue de la Salle. Me
Boulanger-Favreau était membre de la Coopérative
d'habitation l'Archange, rue Saint-Gabriel. Toutes
deux étaient également membres de l'ACEF de Québec et
étaient des lectrices assidues et critiques du journal
Droit de parole.

                       ********
               The A-Infos News Service
      News about and of interest to anarchists
                       ********
               COMMANDS: lists@tao.ca
               REPLIES: a-infos-d@lists.tao.ca
               HELP: a-infos-org@lists.tao.ca
               WWW: http://www.ainfos.ca
               INFO: http://www.ainfos.ca/org

 To receive a-infos in one language only mail lists@tao.ca the message
                unsubscribe a-infos
                subscribe a-infos-X
 where X = en, ca, de, fr, etc. (i.e. the language code)


A-Infos
News