A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages
{Info on A-Infos}

(fr) Urgent! Une grève de la faim dure depuis le 18 janvier à Athènes en Grèce.

From worker-a-infos-fr@lists.tao.ca
Date Sat, 5 Feb 2000 19:04:51 -0500


 ________________________________________________
      A - I N F O S  N E W S  S E R V I C E
            http://www.ainfos.ca/
 ________________________________________________

[Ce qui suit est une traduction rapide de l’article
intitulé (en) Athens, Greece, URGENT! HUNGER STRIKE
SINCE THE 18th OF JANUARY diffusé par a-infos-en en
posté par "anar" anar@otenet.gr]

LIBEREZ KOSTAS KARPOUZOS ET PANAGIOTIS KATSILAS !

Qui ont été arrêtés après des confrontations avec la
police autour de l’école polytechnique (Athènes,
Grèce) à la fin de la manifestation étudiante, le 14
janvier 2000.

EN GRÈVE DE LA FAIM depuis le 18 janvier

Vendredi le 14 janvier à Athènes. . . La manifestation
étudiante prévue commence, indiquant formellement la
fin du récent mouvement de la jeunesse à cause des
manipulations étouffantes des partis politiques et de
la répression étatique ouverte, avec des procureurs et
des flics envahissants les écoles occupées. C’était la
dernière manifestation, avec quelques centaines
d’étudiant-e-s, entouré et strictement contrôlé par
l’appareil répressif de l’état et du Parti communiste,
qui ont dirigé l’ensemble de la manif à la course à en
perdre le souffle dans les rues d’Athènes.

Pendant la manifestation, l’école polytechnique est
devenue un point de rendez-vous et un lieu de
communication pour des douzaines de jeunes gens qui
suffoquait dans une ville policière et refusaient
comme but à la vie la soumission à la brutale
dictature des boss politiques et économique, bref ce
qu’on appelle la démocratie. À la fin de la
manifestation, plus de jeunes gens sont dirigés vers
l’école polytechnique et la police anti-émeute (MAT)
s’engouffre dans la zone également.

Un groupe des gens rassemblée s’arment avec un
matériel improvisé (cocktail molotov et pierre) et
commence à agir. Parmi plusieurs voitures, ils et
elles choisissent une vanne appartenant à ALTEC, une
entreprise de système de science informatique. Une
attaque massive de la police anti-émeute suit et les
gens en révolte, résistant autant que possible avec
les moyens du bord contre les prétoriens bien armés du
régime, cherchent refuge dans l’école polytechnique.
Encore plus de gens sont également à l’intérieur, la
plupart ne prenant pas part aux événements
spécifiquement, pourtant eux aussi sont assiégés par
l’encerclement policier.

Quand les confrontations prennent fin, la police
impose la fermeture de l’ensemble de la zone et mène
des opérations de nettoyage, battant et amenant aux
édifices de sécurité de l’état de nombreux jeunes
gens, les choisissants selon les critères policiers
habituels. . .

Un traitement spécial fut réservé à ceux et celles qui
pensaient qu’ils et elles n’avaient aucune raison de
rester encerclé-e-s dans l’école polytechnique et ont
décidé-e-s de sortir, ne suspectant pas ce à quoi ils
et elles feraient face. Ils et elles ont essayer de
passer au travers du cordon policier et furent
immédiatement attaqué-e-s par le MAT et les policiers
de la sécurité, furent brutalement sévèrement et ont
fini dans l’édifice de la sécurité de la police, où
ils et elles furent accusé-e-s en rapport aux émeutes
précédentes. Onze personnes au total, qui furent
arrêtées dans ces circonstances et avec des
témoignages fabriqués contre elles par les flics
eux-mêmes, furent traîner devant le procureur public
d’où elles sont parties pleine d’accusations, pour que
le sentiment public de la justice, commandité par les
médias de masse contre les gens en révolte qui
dérangent l’ordre, soit satisfait et deuxièmement, de
façon à prouver que la police réussit réellement à
faire son sale boulot et arrête les fauteurs de
troubles. . .

Six des personnes arrêtées, des étudiant-e-s, furent
traîner devant la cour de flagrant délits et deux
d’entre elles furent condamner à une peine de prison
suspendue de 4 mois tandis que les autres furent
acquittées parce qu’elles étaient mineures. Un autre
groupe de 5 personnes furent accusés de 5 crimes.
Trois d’entre elles, deux étudiant-e-s de l’école
polytechnique et un autre étudiant, furent libéré
définitivement sous caution d’ici à leur procès et
sont dehors sous des conditions restrictives. Les deux
autres, Kostas Karpouzos, un travailleur, et
Panagiotis Katsilas, chômeur, sur qui toute la
violence directe des flics et la violence
institutionnelle de la justice de l’État fut utiliser,
furent tous deux emprisonnés sans aucun doute parce
que le fait de leurs convictions anarchistes constitue
un facteur aggravant et qu’ils soient inscrits sur les
listes de la sécurité d’État. Dans le cas de Kostas
Karpouzos, ce fut aussi le fait qu’il avait été arrêté
auparavant, avec 153 autres jeunes gens le 17 novembre
1998, durant la manifestation de commémoration de la
révolte de la polytechnique [ndlt : une occupation du
passé qui a menée, selon l’extrême gauche grecque, à
la chute de la dictature], quand la MAT et les gros
bras du Parti communiste ont attaqués ensemble le
contingent antiautoritaire. . .

Depuis le 18 janvier, Kostas Karpouzos et Panagiotis
Katsilas, contestant leur emprisonnement dans la
prison de l’État, contestant leurs accusations et le
coup monté contre eux, ont commencés la lutte ultime
pour la vie et la liberté : LA GRÈVE DE LA FAIM !

Nos camarades enprisonnés ne sont pas seuls. Leur
lutte est notre lutte aussi. Faisons en également une
chance de lutte pour chaque personne opprimée et
exploitée (travailleurs et travailleuses, sans-emploi,
jeunes, locaux ou immigrant-e-s) dans la voie pour le
refus total et la subversion du monde capitaliste
autoritaire. Aussi puissant soient-ils, nous allons
les combattre. . .

LA RÉVOLTE EST TOUJOURS JUSTE

Des anarchistes solidaires

anar@coldmail.com

                       ********
               The A-Infos News Service
      News about and of interest to anarchists
                       ********
               COMMANDS: lists@tao.ca
               REPLIES: a-infos-d@lists.tao.ca
               HELP: a-infos-org@lists.tao.ca
               WWW: http://www.ainfos.ca
               INFO: http://www.ainfos.ca/org

 To receive a-infos in one language only mail lists@tao.ca the message
                unsubscribe a-infos
                subscribe a-infos-X
 where X = en, ca, de, fr, etc. (i.e. the language code)


A-Infos
News